Cuisine mongole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente quelques plats typiques de la cuisine mongole.

Aliments « blancs » à base de lait[modifier | modifier le code]

Yaourt[modifier | modifier le code]

Fromages[modifier | modifier le code]

Les fromages mongols sont secs et durs. Fabriqués après la crème de lait (orööm) et les yaourts, ils sont relativement pauvres en matières grasses. Ils sont généralement légèrement sucrés et consommés en les suçant ou trempés dans du lait.

Aliments « bruns-gris » à base de viande[modifier | modifier le code]

Gras de viande[modifier | modifier le code]

Le gras de viande est un aliment très apprécié. C'est un morceau de choix, offert aux invités. Il peut être mangé accompagné d'une gorgée de thé chaud.

« Aliments farines »[modifier | modifier le code]

Khushuur[modifier | modifier le code]

Le Khushuur est un ravioli plat confectionné à partir de farine de blé, fourré de viande de mouton, de yak ou de bœuf, voire de chèvre, et frit dans l'huile. Il est notamment dégusté à l'occasion des Naadam.

Buuz[modifier | modifier le code]

Les buuz sont des raviolis à la viande de mouton ou de bœuf, aux oignons et au gras, semblables aux jiaozi chinois. C'est une spécialité du Nouvel An, même s'ils sont consommés toute l'année.

Tsagaan Sar et desserts[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de véritable dessert sucré à l'occidentale. Les Boortsog sont des beignets tartinés de orööm (sorte de crème de lait).

Pendant le Tsagaan Sar (« mois blanc »), on mange « blanc », autrement dit des aliments à base de lait, par opposition aux aliments « brun-gris » que représentent les viandes[1]. Dans tous les foyers, sont confectionnées sur l'autel des pyramides à base de gâteaux-semelles, et une « assiette d'hospitalité », composée de pyramides de ces mêmes gâteaux, de morceaux de sucre, de fromage séché et autres produits laitiers et bonbons, est proposée au visiteur qui doit se contenter de picorer le dessus, en général en prélevant un peu d'orööm, et des morceaux de gâteau[2].

Boissons[modifier | modifier le code]

  • Aïrag ou aïrak : lait de jument fermenté.
  • L'arxi est une eau-de-vie obtenue par distillation du lait, et en premier lieu de lait de vache. Elle est en cours de disparition, remplacée de plus en plus souvent par de la vodka industrielle qui peut désormais elle aussi être désignée sous ce nom[3].
  • Suutei tsaï : thé noir au lait salé et parfois additioné de beurre (massal).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ruhlmann, 2006, p. 101 et suivantes
  2. Sandrine Ruhlmann, « Une curieuse pâtisserie en forme de semelle / A Mongolian pastry », Anthropology of food Online, Articles, 31 Juillet 2009
  3. Sandrine Ruhlmann, Le partage des prémices et du fond de la marmite - Essai d’anthropologie des pratiques alimentaires chez les Mongols Xalx, EHESS, 2006, 574 pages [1], pp. 111-113, 217[PDF]