Brantôme (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brantôme.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Brantôme
Pierre de Bourdeille, dit Brantôme (v. 1540-1614).jpg

Pierre de Bourdeille, dit Brantôme
(~1540-1614)

Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
BrantômeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Pierre de Bourdeille, dit Brantôme (vers 1537 - 1614) abbé commendataire (ou séculier) de l'abbaye de Brantôme et Seigneur de Saint-Crépin de Richemont, est un militaire et un écrivain français, surtout connu pour ses écrits « légers » relatant sa vie de courtisan et de soldat et celle des personnages illustres qu'il a côtoyés.

Pierre de Bourdeille est un personnage à plusieurs facettes. Gentilhomme issu de la bonne noblesse, il fait figure de courtisan modèle, participant à la vie de cour et côtoyant les plus Grands du royaume. Militaire de carrière passionné par l'art de la guerre, il est l'archétype du jeune noble en quête d'aventures et de batailles, participant entre autres à des guerres de religion et s'engageant à plusieurs reprises dans des conflits à l'étranger (Italie, Espagne, Maroc…). Toutefois, il n'a jamais participé aux grandes guerres de son époque se trouvant souvent au mauvais endroit ou arrivant trop tard. Le seul fait d'armes pour lequel il s'est réellement illustré en tant que stratège et militaire est la conquête de la ville de Belys au Maroc, où il avait à sa charge "deux compagnies de gens de pieds". Pour le récompenser de son courage, le roi du Portugal Don Sebastian le fit chevalier de son ordre appelé L'habito de cristo.

Aujourd'hui, Brantôme est moins connu pour ses faits d'armes que pour ses manuscrits tous publiés après sa mort. Il a beaucoup écrit sur les grands personnages de son temps et des générations immédiatement précédentes. Même s'il n'est pas considéré comme un historien, il est un chroniqueur du XVIe siècle, donnant une vision mordante et vive de son temps.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Brantôme est né aux environs de 1537[1] à Bourdeilles, en Périgord. On ne connaît pas la date précise de sa naissance. Il est le troisième fils d'Anne de Vivonne et du baron François de Bourdeille, militaire ayant participé aux campagnes d'Italie aux côtés de Bayard (1494-1516). Pierre de Bourdeille passe son enfance à la cour de Marguerite d'Angoulême. Sa grand-mère, Louise de Daillon du Lude, seconde épouse du Sénéchal du Poitou, officiait à la cour de la sœur de François Ier en qualité de dame d'honneur. La mère de Pierre, Anne de Vivone, et sa « tante de Dampierre », Jeanne de Vivone, figurent parmi les « devisantes » de l’Heptaméron.

À la mort de Marguerite d'Angoulême, en 1549, il part à Paris poursuivre ses études. Il les termine à Poitiers en 1555. En 1556, Pierre de Bourdeille reçoit du roi Henri II la commende de l'abbaye de Brantôme en compensation de la mort héroïque de son frère le capitaine de Bourdeille. Son autre frère, André, aîné de la famille et seigneur de Bourdeille, la gére jusqu'à ce qu'il puisse le faire lui-même. Il en prend possession le 15 juillet 1558. Il devient ainsi abbé et seigneur de Brantôme. Il a repris cette abbaye d'un de ses cousins Pierre de Mareuil.

En 1558, il fait son premier voyage en Italie. Il rentre ensuite en France où il ne reste que peu de temps. Il se lie au clan des fervents catholiques, les Guise, au grand prieur François de Lorraine et à sa nièce Marie Stuart, reine d'Écosse, mariée avec l'éphémère roi de France François II (1559-1560). En 1561, il assiste au sacre de Charles IX. Il fait partie de la jeune garde fidèle et admirative qui accompagne en Écosse la jeune veuve Marie Stuart, qui voulait prendre possession de son royaume. Il a laissé un livre émouvant de ce voyage et sur cette reine malheureuse.

Carrière militaire et à la cour[modifier | modifier le code]

En 1562, il rejoignit l'armée royale et participa aux combats des guerres civiles de la première guerre de religion entre les catholiques (avec qui il est) et les protestants, notamment à la bataille de Dreux.

En 1564, il rejoint Malaga, où se trouve la flotte de García Álvarez de Tolède, le capitaine général de la mer de Philippe II. Il visite la péninsule ibérique et rapporte à Catherine de Médicis le nombre de galères qu'il a observées[2].

En 1567, il s'attacha à la cour et reçut une pension en qualité de gentilhomme de la Chambre du roi sous Charles IX, qui l'appréciait.

Épris d'aventure, il passera trois mois et demi à Malte avec les chevaliers de Saint-Jean. Il est tellement fasciné par leur vie, qu'un moment il souhaite entrer dans la chevalerie. Il participe aux deuxième et troisième guerres de religion entre catholiques et protestants, et est présent aux batailles de Meaux (septembre 1567, aussi appelée « la surprise de Meaux ») et de Saint-Denis (novembre 1567). La guerre civile voit la mort de son plus jeune frère, le baron d'Ardelay.

En 1569, les protestants vinrent, par deux fois, au monastère de Brantôme, qui leur ouvrit ses portes. Quand l'amiral Coligny et Henri de Navarre, futur Henri IV, firent halte à Brantôme, ils avaient tout d'abord le souhait de piller l'abbaye, comme de nombreux lieux saints catholiques qu'ils rencontraient sur le chemin, comme la chapelle Faucher. Pierre de Bourdeille se trouvant à l'abbaye, eut l'idée de les convier, et tous leurs soldats à un immense festin en signe de paix, mais ils eurent fait "bonne chère" ils repartirent sans causer aucun dommage à l'abbaye. La seconde fois qu'ils s'y rendirent, quelques mois plus tard, il était absent. Les réformés n'en respectèrent pas moins l'abbaye, qui était alors riche et prospère avec plus de quarante religieux.

En 1573, il participe encore au siège de La Rochelle (1573) dont il critique l'abandon par le futur Henri III. Il met fin à sa carrière militaire en 1574. Par la suite, ses voyages se limiteront à suivre la cour, où il semble avoir été passionné par les intrigues amoureuses, les duels, les rivalités et les assassinats.

En 1582, Bourdeille rompt avec Henri III. Malgré la promesse royale, il est délaissé au profit du gendre de son neveu pour la charge de sénéchal de Périgord de son frère, André.

En 1584, à environ 44 ans, il perd son maître, François d'Alençon, duc d'Anjou, héritier éventuel de la couronne de France. Il pense un moment passer au service de l'Espagne, mais une chute de cheval le contraint à l'immobilité pour deux ans dans sa propriété. Il était passionné d'équitation et sa chute lui gardera pour le reste de sa vie une certaine "paranoïa" concernant les chevaux blancs (Il avait une robe blanche en tombant).

Retraite forcée et écriture[modifier | modifier le code]

Immobilisé par sa blessure, il se retira « perclus et estropié » de la cour et « songe à ses amours et aventures de guerre, pour autant se contenter ». Persuadé qu'il allait mourir, il décida d'écrire ses mémoires[3] et dicte ses écrits à son secrétaire Mathaud (ou Mahaud).

Ainsi, pendant les 30 dernières années de sa vie, Bourdeille se retira dans ses terres en partageant son temps entre sa maison de Bourdeilles, l'abbaye de Brantôme, le château de la Tour-Blanche et sa dernière demeure le château de Richemont à Saint Crépin de Richemont, dont il avait commencé la construction aux alentours de 1564 et achevé en 1610 (date gravée au plafond de la chapelle du Château). Il se consacra alors à l'écriture et expia ainsi une vie passablement agitée, vagabonde et amoureuse. Il écrivit, comme en se jouant, les Mémoires qui l'ont immortalisé. Ces mémoires, souvent légers, plaisent surtout par leur style sans artifices.

Catalogué comme écrivain « léger » pour son recueil Les Vies des dames galantes, il est l'auteur de chroniques, de récits de voyages, de récits de guerre ou encore de biographies. Un trait commun à ses écrits est son amour des femmes et notamment de celles qu'il a bien connues : la reine Margot ou Catherine de Médicis, par exemple. Il appréciait la cour de Catherine de Médicis, avec toutes les femmes qui la composaient. Il se fera l'historiographe de ces dames de la Renaissance. Malgré sa réputation "d'hommes à femmes" il n'a aimé que trois femmes dans sa vie : Catherine de Médicis à qui il a voué une réelle admiration et dont il était le confident, notamment après le massacre de la saint Barthélémy ; Jacquette de Montbron[4], l'épouse de son frère aîné André et la reine Margot avec qui il correspondait beaucoup, lorsqu'elle était souvent exilée.

Il meurt le [5], dans son château de Richemont à Saint-Crépin-de-Richemont, où il est enterré dans la chapelle. Il meurt sans enfants et sans s'être jamais marié, il lègue son château de Richemont à sa nièce, Jeanne de Bourdeille, comtesse de Duretal, fille de son frère André. Il aurait, selon la tradition, dû confier le château à son neveu, le fils aîné de son frère, mais celui ci était un joueur invétéré (surnommé le comte de Montrésor). Il écrit dans ses mémoires et dans son testament que sous aucun prétexte son château ne doit être vendu ou détruit et qu'il doit toujours rester dans la famille, mesure moderne pour l'époque il permet que celui ci soit légué et passe par les femmes. Il donnant l'exemple. Son souhait reste réalisé, la quatorzième génération de descendants qui ayant la charge de la bâtisse. 

Ses écrits ne furent publiés, de manière posthume, qu'en 1655 pour la première fois, dans une édition imparfaite et incorrecte. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour que sa réputation se fasse.

Citations[modifier | modifier le code]

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme (école française du XVIe siècle).
« Toute belle femme s'estant une fois essayée au jeu d'amour ne le désapprend jamais ». Les vies des dames galantes
« Si tous les cocus et leurs femmes qui les font se tenoyent tous par la main et qu'il s'en pust faire un cerne, je croy qu'il seroit assez bastant pour entourer et circuire la moitié de la terre ». Les vies des dames galantes

Œuvres[modifier | modifier le code]

Buste de Pierre de Bourdeille, fontaine Médicis à Brantôme
  • Vie des hommes illustres et grands capitaines français
  • Vie des grands capitaines étrangers
  • Vie des dames illustres
  • Vie des dames galantes
  • Anecdotes touchant les duels
  • Rodomontades et jurements des Espagnols.

Chronologie des premières éditions[modifier | modifier le code]

Les écrits de Brantôme n'ont été publiés que longtemps après sa mort. Tout d'abord :

À Leyde, chez Jean Sambix, 1665-1666, en 8 volumes, réédités en 1722 chez Jean Sambix le jeune :

  • Tome 1 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Français de son temps.
  • Tome 2 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Français de son temps.
  • Tome 3 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Français de son temps.
  • Tome 4 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Français de son temps.
  • Tome 1 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Etrangers de son temps.
  • Tome 2 : Les vies des hommes illustres et grands Capitaines Etrangers de son temps.
  • Les vies des hommes illustres de France de son temps.
  • Les anecdotes de la Cour de France, sous les Rois Henry III et IV. Touchant les duels.

Suivis de deux volumes supplémentaires en 1722, à Leyde chez Jean de la Tourterelle :

  • Tome 1 : Les vies des dames galantes de son temps.
  • Tome 2 : Les vies des dames galantes de son temps.

Réédition en 1740 :

  • Œuvres du Seigneur de Brantome. Nouvelle édition, considerablement augmentée, revue, accompagnée de remarques historiques & critiques, & distribuée dans un meilleur ordre. - La Haye, aux dépens du Libraire, 1740.

Réédition de 1779 :

  • Œuvres du Seigneur de Brantome. Nouvelle édition, considerablement augmentée, revue, accompagnée de remarques historiques & critiques, & distribuée dans un meilleur ordre. - Londres, aux dépens du Libraire, 1779.

Au XIXe siècle, Louis Monmerqué en 1822, Prosper Mérimée et Louis Lacour de La Pijardière en 1858, en ont donné des éditions plus complètes.

Suit l'édition critique de Ludovic Lalanne :

Éditions séparées d'une partie de l'œuvre[modifier | modifier le code]

  • Discours sur les colonels de l'infanterie de France, éd. critique par Étienne Vaucheret, Paris, Éditions J. Vrin, 1973.
  • Discours sur les duels, Éditions Sulliver, 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Brantôme serait donc né entre 1539 et 1542.... », Ludovic Lalanne, Brantôme sa vie et ses écrits p. 7, Librairie de la Société de l'Histoire de France - 1896.
  2. Emma Demeester, « Brantôme, de l'épée à la plume », Nouvelle Revue d'Histoire, n°75 de novembre-décembre 2014, p. 16-18
  3. Pierre de Bourdeille Brantôme, Mémoires De Messire Pierre de Bourdeille, Seigneur de Brantome: Contenans les grands Capitaines Estrangers de son temps, Chez Jean Sambix le jeune, (lire en ligne)
  4. « Jacquette de Montbron », sur lamotte.pagesperso-orange.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  5. BNF - Notice d'autorité FRBNF12182642 mise à jour le 18 mai 2005.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Lalanne, Lexique des œuvres de Brantôme, 1880. Réédition : Slatkine Reprints, 1970, 236 p., [lire en ligne].
  • Ludovic Lalanne, Brantôme, sa vie, ses écrits, 1896. Réédition : Slatkine Reprints, 1971, 390 p., [lire en ligne].
  • Anne-Marie Cocula-Vaillières, Brantôme. Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel, 1986, 477 p.
  • Madeleine Lazard, Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Paris, Fayard, 1995, 412 p., [compte rendu en ligne].
  • Marie-Joëlle Louison-Lassablière, « Brantôme et les danses de cour », Paris, Cour de France.fr, 1er septembre 2008, [lire en ligne].
  • Étienne Vaucheret, Brantôme mémorialiste et conteur, Paris, Honoré Champion, 2010. 384 p.
  • Didier Hallépée, Brantôme, vies des dames galantes, traduction en français moderne, ebook, Les écrivains de Fondcombe.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]