Le Thillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Thillot
Le Thillot
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Le Thillot
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes des Ballons des Hautes-Vosges
(siège)
Maire
Mandat
Isabelle Canonaco
2023-2026
Code postal 88160
Code commune 88468
Démographie
Gentilé Thillotins
Population
municipale
3 257 hab. (2021 en diminution de 7,29 % par rapport à 2015)
Densité 215 hab./km2
Population
agglomération
14 694 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 51″ nord, 6° 45′ 57″ est
Altitude 500 m
Min. 470 m
Max. 950 m
Superficie 15,14 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Le Thillot
(ville-centre)
Aire d'attraction Le Thillot
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Thillot
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Le Thillot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Le Thillot
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
Le Thillot
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Le Thillot
Liens
Site web le-thillot.fr

Le Thillot [lə tijo] Écouter est une commune française de moyenne montagne située dans le département des Vosges ainsi que dans le massif du même nom, dans la région Grand Est. Elle est au coeur de la vallée de la Haute Moselle.

Elle est, ainsi que Ramonchamp et Rupt-sur-Moselle, ville-centre d'une petite agglomération de près de 15 000 habitants, composée également de Bussang, Ferdrupt, Fresse-sur-Moselle, Le Ménil et Saint-Maurice-sur-Moselle.

Ses habitants sont appelés les Thillotins Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à 500 mètres d'altitude dans la haute vallée de la Moselle c'est une commune de moyenne montagne logée dans une partie ouverte de la vallée semblable à un piémont du fait d'une large ouverture vers le Val du Menil. Le Point culminant du territoire se situe au Haut de la Lochère à 950 mètres d'altitude. Le Thillot est située à 24 km en amont de Remiremont, à 13 km de Cornimont par le col du Ménil (621 m), 34 km de Lure par le col des Croix (679 m) et 36 km de Thann par le col de Bussang (731 m), la commune est placée sur le grand axe routier Benelux-Bâle mais la déviation de la RN 66 n'est encore qu'un projet[1].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et Relief[modifier | modifier le code]

La commune possède le fond de vallée le plus ouvert de la vallée de la Haute Moselle, semblable à un piémont elle est une ville carrefour pour le secteur. Le nord ouvre la voie vers le Val du Ménil et les Hautes-Vosges centrales, l'est ouvre vers les Hautes-Vosges du sud toutes proches en remontant la vallée de la Haute Moselle, le sud ouvre vers la haute vallée de l'Ognon (Haute-Saône) et des Vosges Saônoises alors que l'ouest descend la vallée de la Haute Moselle[1].

Située à 500 mètres d'altitude la ville est totalement située à l'étage montagnard et fait partie intégrante des vosges moyennes. Le Chaillon est le petit sommet qui domine directement le village à l'altitude modeste de 634 mètres, malgré tout, il offre un point de vue remarquable sur l'aval de la vallée duquel on peut voir les sommets du Fort de Rupt, du Bambois et du Bélué tous situés sur la commune de Rupt-sur-Moselle, 10 km en aval[1].

Sur cette même partie du massif, plus à l'est du Chaillon[2], l'altitude s'accroît et atteint 832 m au Draimont que Le Thillot partage avec Fresse-sur-Moselle, et encore plus à l'est on trouve le Haut de la Lochère à 950 mètres d'altitude, il s'agit du point culminant. Sur le versant en face, Le Thillot partage avec Ramonchamp l'épaule et la Tête du Géhant qui culmine à 842 mètres. Sur l'autre rive de la Moselle, on retrouve la ligne de crête sud avec la Tête Niqueuse à 749 mètres, le Col des Croix (684 m) la Tête du Midi (Tête des Hautes-Mines) à 833 mètres et enfin la Tête des Noirs Etangs à 940 mètres qui est le second plus haut sommet de la Commune[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Hydrogéologie et climatologie : Système d’information pour la gestion des eaux souterraines du bassin Rhin-Meuse :

Territoire communal : Occupation du sol (Corinne Land Cover); Cours d'eau (BD Carthage),
Géologie : Carte géologique; Coupes géologiques et techniques,
Hydrogéologie : Masses d'eau souterraine; BD Lisa; Cartes piézométriques.

La commune est située pour partie dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse et pour partie dans le bassin versant de la Saône au sein du bassin Rhône-Méditerranée-Corse. Elle est drainée par la Moselle, le ruisseau du Menil, le ruisseau de Couard et le ruisseau le Vaxeux[3],[Carte 1].

La Moselle, d’une longueur totale de 560 kilomètres, dont 315 kilomètres en France, prend sa source dans le massif des Vosges au col de Bussang et se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne[4].

Le ruisseau du Menil, d'une longueur totale de 11,8 km, prend sa source dans la commune de Ménil et se jette dans la Moselle à Ramonchamp, après avoir traversé trois communes[5].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier du Thillot[Note 1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[6]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 552 mm, avec 14,1 jours de précipitations en janvier et 11,2 jours en juillet[6]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ballon de Servance », sur la commune de Haut-du-Them-Château-Lambert à 5 km à vol d'oiseau[8], est de 6,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 882,9 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 31,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −20,1 °C, atteinte le [Note 2],[9],[10].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[11]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Thillot est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine du Thillot, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[16] et 14 694 habitants en 2021, dont elle est ville-centre[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Thillot, dont elle est la commune-centre[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (50,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,5 %), prairies (23 %), zones agricoles hétérogènes (14,1 %), zones urbanisées (12,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %)[21]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton en 1852, où Le Thillot manque encore...

Le Thillot n'était initialement qu'un lieu-dit du ban puis de la commune de Ramonchamp, devant son nom - selon les sources - au tilleul sous lequel on rendait justice ou sous lequel était le péage le séparant de la Franche-Comté voisine. La commune est née par le décret impérial du [22], signé au château de Fontainebleau par l'Empereur Napoléon III, qui l'a clairement séparée de la commune de Ramonchamp.

L'histoire de la cité est dominée par une forte tradition industrielle : mines de cuivre dès le XVIe siècle[23], manufacture de fer blanc à partir de 1727[24], tanneries... C'est dans une mine de cuivre du Thillot qu'a été attestée la première utilisation de la poudre noire en Europe pour l'extraction de minerai en 1617[25] grâce aux travaux archéologiques menés par la Société d'étude et de sauvegarde des anciennes mines (SESAM) depuis 1987 dans ces mines.

Vers 1850, le textile commença à s'implanter dans la vallée de la Moselle sur l'impulsion d'Alsaciens. À partir de la fin des années 1970, la crise du textile vosgien provoqua une baisse brutale de la population qui s'établissait encore à 5114 habitants en 1975.

Exploitée par la compagnie des chemins de fer vicinaux de la Haute-Saône, la ligne à voie métrique de Lure au Haut-du-Them, terminus initial, a été prolongée en 1912 jusqu'au Thillot, grâce à un tunnel de 1 087 m creusé sous le col des Croix[26]. Elle fermera le 1er mars 1938.

Le Thillot pendant la Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le ?? juin 1940, le PC de la 8e armée française est installé à La Bresse et ses unités sont sur la Moselle. Le groupement du lieutenant-colonel Rethoré du 79e RIF (Régiment d'infanterie de forteresse) est à Remiremont, celui du lieutenant-colonel Blanloeil du 68e RIF est en amont, dans la vallée de la Moselle, au Fort de Rupt-sur-Moselle et le groupement Duluc du 23e RIF est au Thillot.

Le 18 juin 1940, le groupement du lieutenant-colonel Blanloeil du 68e RIF[27] est à Servance, situé en Haute-Saône, juste de l'autre côté du Col des Croix, et le groupement du lieutenant-colonel Rethoré du 79e RIF est à Faucogney, situé également en Haute-Saône, de l'autre côté du Col du Mont de Fourche, non loin de Rupt-sur-Moselle. Les allemands y arrivant de l'ouest se renforcent devant Faucogney d'où le lieutenant-colonel Réthoré décide de décrocher, en y laissant beaucoup de matériel, pour se replier et tenir le Col des Croix.

Le , les allemands commencent à bombarder le Thillot depuis le versant sud du Col des Croix. La ligne de défense française qui passe alors par le Col des Croix est abandonnée au soir et la route descendant vers Le Thillot et y rentrant par le sud est dynamitée.

Le , le commandement français fait sauter un dépôt de 40 tonnes d'explosifs situé près de l'entrée de cette route dans l'agglomération, près de la gare du Thillot, - ce qui détruit en partie le quartier de ladite gare -, et les ponts sur la Moselle.

Le , Le Thillot est finalement traversé par plus de 300 chars ou véhicules blindés allemands et le quartier de l'Hôtel de Ville, sur la rive nord de la Moselle, est ravagé par les flammes. Dans le même temps, les allemands prennent pied à Remiremont et enfoncent les dernières lignes de défense françaises[28].

Durant le deuxième conflit mondial la ville est traversée par le Schutzwall West, ce qui a des conséquences dramatiques pour la ville et ses habitants[29].

La commune est finalement libérée fin  :

Fin , d'importantes forces allemandes arrivent au Thillot et préparent des lignes de défense. Mi septembre voit le début de la retraite de la 19e armée allemande.

Le , les premiers obus français tombent sur le Thillot depuis le Col des Croix mais la 1re division blindée (France) (1re DB) de l'armée de Lattre est bloquée sur la Route des Forts qui serpente sur la ligne de crête qui sépare la vallée de la Moselle au nord de la Haute-Saône au sud. Début octobre, une offensive conjointe de la 1ere DB et de la 3e division d'infanterie algérienne (3e DIA) échoue à prendre Le Thillot. Le 8 novembre, avertis par la municipalité, la plupart des hommes gagnent les lignes françaises de la vallée de la Moselotte, au nord, et echappent ainsi à la déportation. Puis c'est le reste de la population qui est évacué le 11 novembre. Le 22, début de l'offensive du Corps franc Pommiès pour libèrer la Haute Moselle. Le 23, prise du Fort de Château-Lambert, à proximité du Col des Croix, par le 3e régiment de tirailleurs algériens (3eme RTA), le 7e régiment de chasseurs et le 3e régiment de spahis algériens. Les 24 et 25, les allemands évacuent leurs dernières positions. Le 26, le Corps franc Pommiès entre dans le Thillot[30].

La commune est décorée le de la Croix de guerre 1939-1945[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Finances communales[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2022[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.

En 2022, le budget de la commune était constitué ainsi[32] :

  • total des produits de fonctionnement : 4 897 000 , soit 1 427  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 780 000 , soit 1 101  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 456 000 , soit 424  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 429 000 , soit 416  par habitant ;
  • endettement : 926 000 , soit 270  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 23,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 41,88 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 24,74 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 22,22 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2021 : médiane en 2021 du revenu disponible, par unité de consommation : 19 090 [33].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[34]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1876 Jean-Nicolas Antoine   Négociant
1876 1893 Louis Parisot UR Médecin
Conseiller d'arrondissement du canton du Thillot (1871-1893))
1893 1910 Constant Sarazin   Négociant
1910 1912 Joseph Souvay   Marchand de bois
1912 1931 Eugène Sarazin   Négociant
1931 1945 Ernest François   Agriculteur/Tisseur
1945 1947 Charles Rivat   Agriculteur
1947 1952 Georges Grosjean   Industriel tanneur
1952 1971 Jules Choffel   Fondé de pouvoir
mars 1971 mars 1989 Raymond Grégoire (1935-2013) RPR[35] Professeur de mathématiques
mars 1989 mars 2014 Yves Cérésa PS Entrepreneur en travaux publics
mars 2014 février 2023 Michel Mourot (1948-2023) UDI Retraité de l’ingénierie
Décédé en fonction
19 mai 2023[36] En cours
(au 6 juin 2023)
Isabelle Canonaco[37] DVD Responsable administration et paie, ancienne adjointe
1re vice-présidente de la CC des Ballons des Hautes-Vosges
Assure l'intérim de février à mai 2023.
Élue lors d'une élection municipale partielle.
La commune est le chef-lieu du canton homonyme : depuis la redécoupage cantonal de 2014, celui-ci compte 10 communes et Le Thillot demeure son bureau centralisateur.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[39].

En 2021, la commune comptait 3 257 habitants[Note 5], en diminution de 7,29 % par rapport à 2015 (Vosges : −3,05 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6771 9852 0662 1882 4362 6622 9423 1553 203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4043 6183 9653 7253 6973 8704 0113 5424 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 4644 5775 1144 8604 2463 9453 7453 6183 454
2021 - - - - - - - -
3 257--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements culturels et mouvement associatif[modifier | modifier le code]

La médiathèque

Le village dispose d'une médiathèque qui organise de nombreuses animations[42].

Créée en 2005, elle comprend actuellement plus de 20 000 imprimés et près de 8000 documents audiovisuels. Elle est dotée également d'un espace informatique de 10 ordinateurs accessibles à tout public et un accès Wifi.

Exemples de manifestations en 2015 :

  • Heure du conte "Malle à histoire" ;
  • Zinc Grenadine ;
  • Ateliers bricolage ;
  • Histoire et patrimoine Voyage ;
  • Informatique et numérique ;
  • "La Boitatruc" ;
  • "Les Tutos du mardi" ;
  • Le Cd " La Rue Kétanou et le Josem".
Le mouvement associatif
  • L'association AminiTillo t;
  • Les Restos du cœur ;
  • Les Gentianes bleues[43] ;
  • ASRHV Le Thillot - Athlétisme et Cross ;
  • La Maison des jeunes et de la culture (MIC)[44] ;
  • Groupe culture et loisirs (CCL) ;
  • Le Club vosgien.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux

Autres monuments et sites

Patrimoine vivant[modifier | modifier le code]

Le label "Entreprise du patrimoine vivant" (EPV) a été attribué, le , à la Tannerie Sovos Grosjean, fondée en 1864, qui produit aujourd'hui des cuirs de bovins en pleine fleur destinés à l’ameublement, le nautisme, l’aviation, la maroquinerie, la gainerie, la chaussure et le bracelet-montre[56]. Cette distinction récompense les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d'excellence[57],[58].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Remetter, né le à Strasbourg, joueur de football français, gardien de but du CS Thillotin dans l'immédiat après-guerre, champion du monde militaire en 1947, 26 sélections en équipe de France A entre 1953 et 1959.
  • Jules Ferry fut conseiller général du canton du Thillot.
  • Camille Bloch, historien français, né en 1865 au Thillot[59].
  • Oscar Bloch, demi-frère du précédent, grammairien et lexicographe, né en 1877 au Thillot[60].
  • Marie-Thérèse Sailley, plus connue sous son nom d'épouse, Marie-Thérèse Danielsson (1923-2003) : fille de l'industriel textile Abel Sailley, fondateur de ce qui est aujourd'hui le "Tissage Mouline Thillot", elle est employée à l'ambassade de France à Lima à partir de 1943 ; en 1947, elle rencontre le jeune anthropologue suédois Bengt Danielsson (1921-1997) qu'elle épouse en 1948, après qu'il a participé à l'expédition du Kon-Tiki ; ils s'établissent ensuite en Polynésie française et sont les auteurs de plusieurs ouvrages sur l'Océanie ; ils sont aussi des militants importants de la lutte contre les essais nucléaires à Moruroa des années 1960 aux années 1990.
  • Jacques Meyer, né le à Héricourt, joueur de football français vit au Thillot. Il a été vainqueur de la coupe de France le avec Le Havre AC face au FC Sochaux-Montbéliard sur le score de 3-0 en marquant notamment le premier but havrais à la 21e minute.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ancien blason.
Nouveau blason.

L'ancien blason du Thillot peut se décrire ainsi : D'argent au tilleul terrassé de sinople cantonné de quatre bonnets phrygiens de gueules affrontés deux à deux. Jules Ferry, conseiller général des Vosges à l'aube de la Troisième République, ardent républicain, a sans doute œuvré pour qu'y figurent les bonnets emblématiques.

En 1993, la municipalité a souhaité l'ajout d'une référence aux anciennes mines. Le nouveau blason est D'argent, au tilleul de sinople reposant sur un mont de gueules chargé de deux outils de mineurs d'argent passés en sautoir, le tout accosté de deux bonnets phrygiens de gueules, chargés d'une cocarde d'argent et d'azur et affrontés.

La présence d'un tilleul sur ces armes rappelle l'arbre qui existait encore au XVIIIe siècle et sous lequel on a jadis rendu la justice. Mais l'étymologie du Thillot serait plus sûrement liée au péage de Taye entre la Lorraine et la Franche-Comté.

Dans la culture populaire, Le Thillot apparait dans le Livre II du quintet des romans In the Shadow of the Fallen[réf. souhaitée].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives départementales des Vosges, Série H, Clergé régulier avant 1790, Répertoire numérique détaillé établi par André Philippe, archiviste départemental (1905-1937), présenté par Raymonde Florence, Epinal 1924 / 2004 : p. 137 à 181 : 7 H Prieuré du Saint-Mont : Les archives sont importantes ; elles sont riches notamment pour quelques localités telles que Bayon, Dommartin-lès-Remiremont (depuis le XIIIe siècle), Saint-Amé (depuis le XIVe siècle), et Saint-Étienne-lès-Remiremont (depuis le XIIIe siècle). Biens du prieuré (Sommaire du fonds VII H : p. 141) : *Bayon, La Bresse et Biffontaine ; *Dommartin-lès-Remiremont ; *Éloyes et Laveline-du-Houx ; *Ramonchamp et Rancourt ; *Remiremont ; *Rupt ; *Saint-Amé ; *Saint-Étienne-lès-Remiremont ; *Saint-Nabord ; *Le Thillot ; *Vagney ; *Les Vallois ; *Chaillon (Meuse) ; *Divers
  • Michel Grasseler, « La communauté juive du Thillot (88) », in Dialogues transvosgiens, no 9, 1994
  • Les mines de cuivre des ducs de Lorraine
  • Jean-Paul Rothiot, Jean-Pierre Husson et Pierre Heili (dir.), Le Thillot : Les mines et le textile. 2000 ans d'histoire en Haute-Moselle : actes des Journées d'études vosgiennes 27, 28 et , Thorax, Nancy, 2008, 527 p.
  • Inventaire national du patrimoine naturel : 410007497 - Gîtes à chiroptères; 410030362 - Le Cacceux; 410030441 - Montagne de Couard au Thillot

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de la commune sur www.pop.culture.gouv.fr/

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La ligne de partage des eaux entre le bassin versant du Rhin et le bassin versant de la Saône est représentée par une ligne verte en tirets-points.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique duThillot » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Carte IGN du Thillot » sur Géoportail..
  2. Table d'orientation du Chaillon
  3. « Fiche communale du Thillot », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le ).
  4. Sandre, « la Moselle »
  5. Sandre, « le ruisseau du Menil »
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  8. « Orthodromie entre Le Thillot et Haut-du-Them-Château-Lambert », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Ballon de Servance », sur la commune de Haut-du-Them-Château-Lambert - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Station Météo-France « Ballon de Servance », sur la commune de Haut-du-Them-Château-Lambert - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  12. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 du Le Thillot », sur insee.fr (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duLe Thillot », sur insee.fr (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  22. Bulletin des lois de l'Empire Français, tome 16
  23. L'histoire de la Lorraine et des Vosges Vers 1550 : début de l'exploitation du cuivre au Thillot avec installation d'une fonderie à Saint-Maurice
  24. Forges et Manufactures Royales de fer-blanc au 17e ou 18e siècles
  25. « Dossier de presse », sur Mairie du Thillot (consulté le ).
  26. « Route ferroviaire du Haut Ognon » [PDF], sur Randonnées ferroviaires (consulté le ).
  27. 68° Régiment d'Infanterie de Forteresse
  28. Bulletin de la Haute Moselle numéro 19
  29. Le Thillot, deux fois victime de la Guerre
  30. Bulletin de la Haute-Moselle numéro 14
  31. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  32. Les comptes de la commune
  33. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  34. Les différents maires, sur le-thillot.fr
  35. « Au Thillot, cité très frappée par le chômage, le maire sortant RPR, M. Raymond Grégoire, est défait par la liste socialiste conduite par M. Michel Ceresa. » [1]
  36. Heidi Joffroy, « Le Thillot : Isabelle Canonaco et son équipe élues dans la continuité du défunt maire, Michel Mourot », Vosges Matin,‎ (lire en ligne).
  37. L'équipe municipale, sur le-thillot.fr
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  42. Site de la médiathèque
  43. Club affilié à la FFEPGV
  44. Le Thillot, n° 4 avril 2015
  45. Source : description affichée dans l'église
  46. Les ateliers Loire ont réalisé les vitraux des 27 baies (environ 40 m2) de l'église de Le Thillot (voir l'inventaire complet des réalisations de la société)
  47. Voir : Sainte-Thérèse (homonymie).
  48. Voir aussi : Sainte Anne (homonymie).
  49. Voir : Note de musique
  50. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 602 à 603
    Présentation des orgues de l’église Saint-Jean-Baptiste du Thillot
  51. Orgue de l'église du Thillot
  52. Monument aux morts du Thillot
  53. Monument aux morts près de l'église
  54. Honneur à Jules Ferry, notre Conseiller Général
  55. « Site minier d'extraction de cuivre », notice no PA00135700, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. Historique de l'entreprise Sovos Grosjean
  57. En 2013 Le département des Vosges comptait 18 "Entreprises du patrimoine vivant", sur 1247 entreprises en France en 2015
  58. EPV le Label d’État, Une signature pour l’excellence des savoir-faire français
  59. Camille Bloch, historien
  60. Oscar Bloch, auteur d'un dictionnaire étymologique de la langue française avec l'Allemand Wartburg, son demi-frère, l'historien Camille Bloch (1865/1949).