Woël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Woël
Woël
Église Saint-Gorgon.
Blason de Woël
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire de Fresnes-en-Woëvre
Maire
Mandat
Olivier Ladoucette
2020-2026
Code postal 55210
Code commune 55583
Démographie
Population
municipale
200 hab. (2018 en augmentation de 4,17 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 24″ nord, 5° 43′ 49″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 237 m
Superficie 13,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Étain
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Woël
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Woël
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Woël
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Woël

Woël est une commune française située dans le département de la Meuse en région Grand Est

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Woël est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (83,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,6 %), prairies (17,9 %), forêts (14,7 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), zones urbanisées (3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wæ (1219) ; Vey (1458) ; Voey (1642) ; Vouël (1656) ; Voue-Oel (1700) ; Woëlle, Vadus (1738) ; Vual, Voël, Woil (1756) ; Voel (1786) ; Woel (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants de Woël s'appellent les Couleurs d'eau, ce nom a été trouvé car au XIIIe siècle, les villageois devaient puiser l'eau qui traversait l'argile et la filtrer pour la boire.

L'église classée de Woël date quant à elle du XIIe siècle. Elle a pour particularité d'être fortifiée avec une tour-porche communément appelée " hourd ".

LE CHÂTEAU COUCHOT

Un hôpital militaire durant la guerre 14-18.

Au cœur du village se trouve une grosse bâtisse appelée " Château Couchot ". Cette dernière a été réalisée au milieu du XIXe siècle par Charles-Henri COUCHOT, né en 1776 à Euvezin (54).

Capitaine dans les armées napoléoniennes, il épousa une habitante de Woël. C’est en 1843 qu'il fit construire ce château après avoir été reconnu pour sa bravoure et ses faits de guerre ; il fut en effet promu Chevalier de l'Ordre royal et de la Légion d'Honneur. Membre du Conseil Général du département de la Meuse, il devint également Maire de Woël.

En 1914, cette grosse bâtisse servit de Feldlazarett, un hôpital militaire à l’arrière-front ; elle y accueillit dans sa cave des blessés aux yeux. Des fresques, toujours visibles, en gardent le témoignage. Contrairement à la « Maison des 3 officiers » les peintures conservées en ces lieux ne sont pas figuratives ; elles représentent essentiellement des arabesques et autres formes géométriques.

En outre, on peut y lire encore quelques mots d’une des citations favorites du Kronprinz Frédéric Guillaume Victor Auguste Ernest de Hohenzollern : « Nur so, aux das gute Schwert gestützt, können wir den Platz an der Sonne erhalten, der uns zusteht, aber nicht freiwillig eingeräumt wird. Wilhelm Kronprinz » que l’on traduirait par « Ce n’est qu’à la pointe de notre fidèle épée que nous pourrons maintenir la place au soleil qui nous revient mais qui ne nous est pas accordée de plein gré. Wilhelm Kronprinz ».

Le service de santé allemand.

Dès le début de la guerre, blessés et malades étaient pris en charge et soignés selon un protocole rigoureux et méthodique visant à perdre le moins de temps possible. Schématiquement, le blessé recevait les premiers soins à l'endroit où il était atteint, puis il était transporté, selon la gravité de ses blessures, vers l'arrière-front ; là, il était en premier lieu pris en charge dans l'abri du service de santé de la compagnie - Sanitartunterstand. Son cheminement se poursuivait vers le poste de secours du bataillon – Verbandplatz –  ou encore vers un poste de secours principal – Hauptverbandplatz – plus éloigné de la ligne de feu. Enfin, du poste de secours principal, notre blessé était transporté ou bien se déplaçait par ses propres moyens vers un Feldlazarett dans lequel étaient pratiquées les premières opérations. La plupart du temps, l’hôpital était installé dans un château, une école ou une église, à proximité d'une agglomération. Il se trouvait généralement situé à une dizaine voire une quinzaine de kilomètres des premières lignes, tout en étant parfaitement bien desservi par voie routière ou ferroviaire.

Toutes les conditions étaient donc réunies pour faire du Château Couchot un Feldlazarett. A Woël, ne stationnaient que les intransportables ou les sujets délicats. Chaque hôpital avait une section spécialisée ; ici, il était question de prodiguer des soins et des traitements liés aux yeux « Augen » et aux oreilles « Orlsarzl ».

Cette structure sanitaire s'occupait en moyenne que de 150 à 200 patients, jamais plus. Elle était placée sous la tutelle d'un médecin-chef reconnaissable à son uniforme gris, sa casquette blanche et au brassard marqué de la croix rouge. D'une façon générale, elle se composait d'une soixantaine de militaires dont six médecins, un pharmacien, neuf à douze sous-officiers infirmiers, quatorze brancardiers, des aide-soignants et des soldats.

On suppose que comme tout Feldlazarett, le Château Couchot disposait d'au moins deux cents lits, d'un préparateur d'eau potable, de deux cuisines roulantes, d'une voiture radiographique. Les besoins en électricité devaient être assurés par un groupe électrogène.

Les blessés et malades, lorsqu'ils étaient transportables, devaient toujours être évacués le plus rapidement possible vers les Kriegslazarett – hôpitaux de guerre – qui se trouvaient beaucoup plus éloignés de la ligne de front et qui disposaient de matériels supplémentaires. On les retrouvait souvent dans une localité plus importante. Par ailleurs, cette disposition montrait bien le caractère extrêmement provisoire du Feldlazarett pour les patients immédiatement transportables.[8]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Georges Delandre    
mars 2008 juillet 2020 André-Victor Pitz    
juillet 2020 En cours Olivier Ladoucette    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 200 habitants[Note 2], en augmentation de 4,17 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
514637662730697698745757761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
681679671627630578508510475
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
452442426327328306302273288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
300273241222183208184181177
2013 2018 - - - - - - -
192200-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Gorgon[modifier | modifier le code]

De l'église fortifiée, érigée au XIIe siècle, il reste la tour clocher, ainsi que des piles dans le vaisseau central de la nef. Endommagée au cours de la Première Guerre mondiale, elle a été restaurée : chemin de Croix du peintre Lucien Lantier, verrière de la maîtresse vitre de Charles Lorin[13]. Elle a été classée monument historique en 1914.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sagot Maurice (1658-1714) fils de Pierre Sagot. Son tombeau est classé patrimoine national.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Woël Blason
D’azur à l’église du lieu au clocher hourdé d’argent, posée sur une terrasse de sinople chargée d'une divise ondée d’argent, accompagnée en chef, à dextre d’une étoile d’or, et à senestre d’une molette de même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jean-Claude Laparra & Pascal Hesse, Les chemins de la souffrance
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Verrière figurée », notice no IM55002909, base Palissy, ministère français de la Culture.