Arradon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arradon
Arradon
Mairie en septembre 2009.
Blason de Arradon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
Maire
Mandat
Pascal Barret
2020-2026
Code postal 56610
Code commune 56003
Démographie
Gentilé Arradonnais
Population
municipale
5 377 hab. (2018 en diminution de 2,48 % par rapport à 2013)
Densité 291 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 35″ nord, 2° 49′ 20″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 61 m
Superficie 18,49 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Arradon
(ville isolée)
Aire d'attraction Vannes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vannes-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Arradon
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Arradon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arradon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arradon
Liens
Site web www.arradon.com

Arradon [aʁadɔ̃] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Arradon.
Communes limitrophes de Arradon
Ploeren
Baden Arradon Vannes
Golfe du Morbihan

Arradon fait partie du Parc naturel régional du golfe du Morbihan.

Arradon est située sur la côte nord du golfe de Morbihan et est situé à 120 km de Rennes et de Nantes. Cette commune est délimitée à l'est par la rivière du Vincin et à l'ouest par le ruisseau du Pont de Lohac, deux petits fleuves côtiers formant deux rias dans leur partie aval. Elle est limitrophe des villes de Vannes, Ploeren et Baden. Ainsi, elle fait partie de l'agglomération de Vannes. La ville d'Arradon s'étend sur 1 849 hectares, au cœur du golfe du Morbihan. Cette superficie est divisée en trois grands secteurs qui sont « Botquelen-Petit Molac », « le Bourg » et « le Moustoir ». En outre, 45 % du territoire est affecté à l’agriculture.

Le littoral[modifier | modifier le code]

La pointe d'Arradon et le port de plaisance d'Arradon vus des environs de Kerat.

La commune possède une côte maritime longue de 15 km[1]. Arradon se trouve en face de l’Île-aux-Moines et de l’île d’Arz avec lesquelles cette commune assure des transports. D'ailleurs, les deux îles Logoden et la petite île Irus appartiennent à Arradon.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Son littoral est assez découpé, alternant de l'ouest vers l'est rias et anses, découvrant largement à marée basse, d'une part (les principales sont la ria du ruisseau du Pont de Lohac, l'anse de Paluden et, moins marquée et plus large, la baie de Kerbilouët-Penboc'h où sont situées les plages principales, ainsi qu'en allant vers l'est les baies de Roguédas, de Kerguen et de Moréac, et enfin la ria du Vincin) et pointes (la plus nette et la plus remarquable étant la Pointe d'Arradon, des pointes moins marquées étant, en allant vers l'est, celles de Penboc'h, de Roguédas, de Kerguen et de Moréac, bordées de falaises de quelques mètres d'altitude seulement. Le littoral nord de la ria du Pont de Lohac est lui-même assez découpé, alternant aussi pointes et presqu'îles d'une part (Mané Habus, Quirion, Pen er Men), anses et baies d'autre part (baies du Moustoir et de Quirion).

Le littoral entre le moulin de Pomper et l'Anse de Paluden

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le littoral entre la Pointe d'Arradon et la ria du Vincin

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le littoral d'Arradon est un mélange de champs, bois et parcs abritant des demeures cossues ; certaines ont même été construites sur le domaine public maritime, parfois il y a plus d'un siècle. En 1992 le préfet du Morbihan a informé quatre propriétaires que leur autorisation d'occupation temporaire du domaine public maritime ne serait pas renouvelée, en application de la loi Littoral ; les propriétaires des maisons concernées (dont celle qui fut à Pen er Men possédée par la famille du général Diego Brosset, aussi propriétaire jusqu'en 1976 de l'Île Irus[2]) ont été déboutés dans les procédures judiciaires menés par eux contre la décision préfectorale ; en 2012 une première maison est démolie et en 2014 c'est le tour d'un hangar ostréicole ; les autres maisons ont bénéficié d'un sursis qui expire le [3].

Deux anciens moulins à marée existent le long du littoral.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le relief de l'intérieur de la commune[modifier | modifier le code]

L'intérieur du finage communal s'élève jusqu'à 59 mètres d'altitude dans sa partie nord-ouest, à Parc Neuf, près de La Lande Lignol et même 61 mètres au nord du bourg ; celui-ci est vers une trentaine de mètres d'altitude. Le territoire communal est assez vallonné, drainé par les deux fleuves côtiers précités et leurs très modestes affluents, le principal étant le ruisseau de Ménaty, affluent de rive droite du Vincin, qui sert de limite nord à la commune, la séparant de Ploeren. Le ruisseau de Paluden est un minuscule fleuve côtier qui se jette dans l'anse de Paluden.

Géologie[modifier | modifier le code]

Un affleurement de pyroxénite se trouve en bord de mer à Roguedas[4] ; les travaux de défense contre la mer menés pour protéger une propriété privée ont, à la demande des géologues, respecté l'affleurement. Un affleurement de gneiss à sillimanite[5](appelé localement "morbihanite") se trouve à proximité[6].

Habitat[modifier | modifier le code]

Comme c'est souvent le cas en Bretagne, le bourg s'est implanté à quelque distance du littoral, sur une hauteur d'une trentaine de mètres ; les premiers immigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[7]. C'est à l'époque gallo-romaine que des villæ ont commencer à occuper le bord de mer, qui est devenu très recherché à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, notamment au niveau de la Pointe d'Arradon.

Arradon est resté longtemps une commune rurale avec son paysage de bocage et un habitat rural dispersé en hameaux et fermes isolées. C'est à partir de la deuxième moitié du XXe siècle que le bourg a beaucoup grossi (périurbanisation) en raison de la création de nombreux lotissements dans ses alentours (en raison de la proximité de Vannes) et que tout l'espace compris entre le bourg et la mer s'est rurbanisé en raison de l'attractivité littorale, de Paluden et Rosclédan à l'ouest, à Bourgerel et Benalo à l'est. Paradoxalement la présence plus ancienne de villas cossues entourées de vastes propriétés le long du bord de mer a empêché une urbanisation dense du littoral lui-même, bien avant la loi Littoral.

Un foyer secondaire d'urbanisation existe dans la partie ouest de la commune autour du hameau du Moustoir, qui s'est développé initialement de manière autonome par rapport au bourg d'Arradon.

Une zone d'activités, dite de Doaren-Molac, s'est développée dans la partie nord-est de la commune aux alentours du lieu-dit "la Salette", le long de la D 101 ; c'est en fait une excroissance de l'agglomération vannetaise.

Transports[modifier | modifier le code]

Aucun axe de transport important (ni voie ferrée, ni route nationale) ne dessert la commune, à laquelle on accède principalement par le D 101, qui va de Vannes à Baden, dont le tracé suit d'ailleurs en partie celui d'une ancienne voie romaine, et qui passe au nord du bourg, lequel est desservi par la D 127, qui vient de Ploeren et va jusqu'à la Pointe d'Arradon (le bourg est désormais contourné par une rocade assant à l'ouest de celui-ci).

Les caractéristiques du littoral n'ont pas permis de créer de ports importants ; de modestes ports de plaisance existent toutefois, le principal étant celui de la Pointe d'Arradon[8], d'autres mouillages se trouvent à Pen er Men, Penboc'h et Moréac[9].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le sentier piétonnier GR 34 longe une bonne partie du littoral d'Arradon (mais est parfois très étroit, constitué d'un trottoir de faible largeur longeant les murets de protection des propriétés privées littorales), mais s'en éloigne aussi en maints endroits, en raison de l'opposition de propriétaires riverains, en dépit de la servitude de passage théorique, comme sur la côte nord de la Pointe d'Arradon ou aux alentours de Roguédas.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Arradon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arradon, une unité urbaine monocommunale[13] de 5 340 habitants en 2017, constituant une ville isolée[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vannes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[18]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[19],[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est Aradon en breton.

Pour certains toponymistes, ce nom dériverait de Ar Raden, signifiant la « fougère » que l'on peut retrouver dans Radenac, car Arradon, à une certaine époque, était submergée par des fougères. Pour d'autres, ce toponyme proviendrait de Are-Dun, signifiant « devant la forteresse ».

Il est possible aussi qu'Arradon ait une origine gauloise, ce nom viendrait de Aradunum et la signification serait "la colline d'ara »[21]

Signalons le toponyme Arandon, en Isère, définit comme provenant de Aran d'origine pré-celtique et de Dun ("Forteresse"), mot gaulois que l'on retrouve dans de multiples exemples comme London, Chateaudun, Chaudun, etc.

Ar rad don signifie en breton La rade profonde. En effet, Arradon est l’une des passes les plus profondes du golfe du Morbihan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le dolmen de Kerhenry.

Un tumulus situé à Saint-Galles fut fouillé en 1854 par René Galles[Note 3], propriétaire du terrain sur lequel il se trouvait[22]. Une hache en jadéite, provenant d'Arradon, donnée par Louis Galles[Note 4], se trouve au Musée d'histoire et d'archéologie de Vannes, de même que divers objets provenant de la fouille du dolmen d'Er Roh[23].

Le dolmen de Kerhenry, en ruine, date du néolithique et fut aussi exploré par Louis Galles.

Un lec'h bas qui se trouvait dans l'ancien cimetière d'Arradon, déclassé à la fin du XIXe siècle, et qui gisait, presque oublié, à moitié enfoui, dans un coin de cet ancien cimetière, fut donné au Musée d'histoire et d'archéologie de Vannes vers 1924. Un autre lec'h, qui était près de l'ancienne église paroissiale démolie vers 1890, a disparu[24].

Antiquité[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, Arradon était occupé par les Romains qui l’utilisait comme étape entre Vannes et Locmariaquer. En 1856-1857, à la suite des fouilles menées au Lodo par le chevalier de Fréminville en 1837, permirent de préciser le plan des trois groupes de constructions gallo-romaines[25]. Des monnaies datant de la période comprise entre les empereurs Maximien Hercule et Magnence (entre 286 et 353 après J.-C.) furent trouvées dans la villa du Lodo[26]. La villa du Lodo s'étendait en façade maritime sur plus de 170 mètres et en profondeur sur une cinquantaine de mètres ; elle comprenait un bâtiment principal, richement aménagé et relié par une galerie de 60 mètres, servant de promenoir, à un bâtiment thermal. Des vestiges d'autres villæ gallo-romaines, en fait aussi de grosses exploitations agricoles, ont été identifiés à Pen-er-Men, Roguedas, Mané Bourgerel (cette villa possédait des thermes dont le sol de la piscine centrale était orné d'une rosace mêlant schistes noirs et verts, marbres veinés de rouge et tuffeau de Loire), Kerran (la villa était reliée à la voie romaine par un chemin empierré) et Kervoyer[27].

Des restes d'un monument gallo-romain furent découverts en 1854 dans la propriété de Saint-Galles, aussi en Arradon[28]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La voie romaine allant de Vannes à Locmariaquer entrait dans l'actuelle commune d'Arradon par le pont du Vincin, passait au nord de Loqueltas, avant de se diriger vers Ploeren[29]. L'actuelle D 101 suit en partie son tracé.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Arradon était à l’origine un territoire appartenant à la paroisse de l'Armorique primitive de Ploeren. Arradon faisait partie au Haut Moyen-Âge de la châtellenie de Largouët[27].

Le hameau du Moustoir (ce mot du vieux breton moster ou mouster est issu du vieux français moustier, lui-même dérivé du latin monasterium (monastère), rappelant les défrichements monastiques dès le haut Moyen Âge[30]), comme son nom l'indique, fut probablement fondé grâce à l'implantation d'un petit monastère qui aurait sans doute été ruiné au Xe siècle par les Normands, mais les sources historiques manquent.

On trouve en 1387 pour la première fois l’appellation de la paroisse d'Arradon dans les archives. En 1443, Arradon comptait plus d'une douzaine de seigneuries, les plus connues sont probablement Kerdréan, berceau de la famille d'Arradon, et Kerrat, mais leur nombre dépassait la vingtaine au XVIIe siècle[27]. Les deux seigneuries de Kerdréan et de Kerat (Kerrat) sont réunies en 1479 par le mariage de Perrine Redoret, dame de Kerat, avec Jean d'Arradon, sieur de Kerdréan[31].

L'Île-aux-Moines dépendait jadis de la paroisse d'Arradon dont elle était une trève. Selon une tradition qui ne repose sur aucune preuve historique, saint Vincent Ferrier serait venu rechercher « une solitude apaisante » à Arradon (la confusion vient peut-être du fait que ce saint est né en Aragon)[32] ; mais cette tradition explique le culte dont jouit de saint à Arradon et l'Île-aux-Moines

Au XVe siècle Arradon avait les maisons nobles du Raz (au sieur de Kerdréan, dit Olivier d'Arradon[Note 5], qui habitait le château d'Arradon), Ra et Tas (au sieur de Guer), Kerbolore (au sieur de la Chesnaie), Kerbellec (à Jean Calleu), le Quiltas et la Noerdie[33]. Un manoir existait à Porcé en 1443 qui appartenait alors à Jehan Sigalo[34].

Huit nobles d'Arradon étaient présents à la montre du à Vannes. Outre la seigneurie d'Arradon (Aradon), Joseph-Marie Le Mené[Note 6] énumère 25 autres seigneuries moins importantes à Arradon[27].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Cinq frères de la famille d'Arradon jouèrent un rôle notable pendant les Guerres de la Ligue, principalement Jérôme d'Arradon, seigneur de Quinipily, qui fut gouverneur d'Hennebont ; il reprit la ville, aidé par 2 500 soldats espagnols, qui était tenue par des troupes fidèles au roi de France en décembre 1590 ; René d'Arradon, gouverneur de la ville et du château de Vannes ; Georges d'Arradon, évêque de Vannes de 1590 à sa mort en 1596, conseiller du roi au Parlement de Bretagne[27].

Le prieuré Notre-Dame du Vincin, qui existait déjà au XVe siècle, reconstruit au XVIIIe siècle, était la propriété de l'évêque de Vannes et devint alors une dépendance du Grand séminaire du diocèse[35].

Le Luc Edmond de Stapleton[Note 7], fils de Jean II Stapleton, comte de Bournée et de la Haye, marquis de Trèves, épousa à Arradon Marie de Lannion, dame d'Arradon, de Kervily, de Kercabin, de Kerdréan, de la Boissière et de Cardaillac[Note 8], propriétaire du château d'Arradon[36].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Arradon en 1778 :

« Aradon ; au bord du Morbihan ; à une lieue ½ à l'ouest-sud-ouest de Vannes, son Vannes et sa subdélégation, et à 21 lieues deux tiers de Rennes. Cette paroisse compte, y compris ceux de l'Ifle-aux-Moines, sa trève, environ 2 000 communiants[Note 9]. Elle ressortit au présidial de Vannes. La cure est à l'alternative[33]. »

Le même auteur précise également qu'Arradon « est assez abondant en froment et autres grains » et qu'on y « voit des marais à sel »[33].

Révolution française et Consulat[modifier | modifier le code]

Arradon devint une commune en 1790. Elle se tourna vite vers une activité centrée vers l’agriculture et la pêche, puis vers ses côtes et son patrimoine[37].

Le prieuré Notre-Dame du Vincin fut vendu comme bien national en 1791 (il fut racheté en 1817 par le clergé)[38].

Un rassemblement royaliste fut organisé le au château d'Arradon, dont le propriétaire, le comte Luc de Stapleton, était alors emprisonné à Nantes[39].

Selon un rapport anonyme, sous le Consulat, Pierre Lavantur, ancien curé d'Arzon, devenu curé d'Arradon, propage « ses opinions contre-révolutionnaires et infecte tranquillement tout le canton d'Arradon » ; le 19 thermidor an VIII () « les chouans, au nombre de douze à quinze bien armés, parcourent toujours les environs de Baden, Ploeren, Arradon »[40]. En mars 1803, des gendarmes cernèrent l'église d'Arradon pour y arrêter des marins réfractaires ou déserteurs[41].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Arradon dans la première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1822 le château d'Arradon appartient à Denise de Robien[Note 10], épouse de Joseph de Stapleton[Note 11] (fils du comte Luc Edmond Stapleton, marquis de Trèves), décédée le à Arradon.

Dans la nuit du 16 au un détachement militaire alla cerner le château d'Arradon où se tenait un rassemblement légitimiste précurseur de la Chouannerie de 1832[42].

Le une barque chargée de 9 personnes revenant du pardon d'Arradon et retournant sur Vannes sombra dans une mer forte; le naufrage fut 7 victimes, 2 naufragés ayant pu être secourus[43]. Ce naufrage illustre aussi le fait qu'il était apparemment plus facile de faire le trajet Vannes-Arradon ou retour par bateau que par voie terrestre à cette époque.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Arradon en 1843 :

« Arradon : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Caléac, Lignol, Brambois, la Scellette, Beignal, Poulfanc, Langat, Parc-er-Borian, Kervadec, Keravelo, Lemoustier, le Gréant, Kerhore, le Gravello, le Grézic, Trévelin, Pemboch, Roquédas, Loqueltas, Keruerguen, Sainte-Barbe. Moulins à vent de Pouster, de Kerbellec ; à eau de Paluden et Ponster. Superficie totale : 1 797 hectares dont (...) terres labourables 631 ha, prés et pâturages 378 ha, vergers et jardins 41 ha, bois taillis 29 ha, bois futaie 9 ha, pins et sapins 30 ha, landes et vagues 648 ha (...). L'immense quantité de landes que contient cette commune justifie assez l'étymologie de son nom. Les principales productions de la commune sont : froment, seigle, miel, avoine et blé noir. On commence à cultiver les arbres résineux. Une partie des habitants se livrent à la marine. Les engrais de mer favorisent le développement de l'agriculture. (...) Géologie : le sol repose sur schiste micacé ; le granite se rencontre au nord, dans presque toute la partie qui est en landes. On parle le breton[44]. »

Le domaine de la Chesnaie, exploité par Charles Avrouin-Foulon[Note 12], receveur général du Morbihan[45], pouvait être considéré comme une ferme-modèle vers 1840[44].

D'un modeste bourg à une station balnéaire cossue[modifier | modifier le code]

Le un incendie détruisit deux fermes et six maisons dans le bourg d'Arradon ; « une dizaine de personnes ont été plus ou moins grièvement blessées, en cherchant à empêcher le feu de se communiquer aux autres habitations du village »[46].

En 1864 Arradon amorce à peine sa transformation vers une station balnéaire : Louis de Serbois écrit alors qu'« Arradon, que personne à Paris ne voudrait connaître, (...) est très à la mode chez messieurs les Bretons qui viennent non seulement de Vannes, mais de Brest, de Nantes ou de Rennes, s'y construire des maisons de campagne et y passer la belle saison »[47].

Jules-Élie Delaunay : Paysan à la houe (1876) [Jehan-Loïs Tanguy, cultivateur au bourg d’Arradon].

Ernest Legouvé décrit de manière assez méprisante Arradon en 1878 :

« Le bourg d'Arradon va bien vite s'égrenant sur les flancs du coteau qu'il surmonte, et s'éparpille dans les chemins creux, à travers les landes d'ajoncs, sous les groupes d'arbres, en petites fermes isolées. Entourées d'un peu de champs, couronnées d'un peu de vignes (...), on dirait autant de nids cachés sous les feuilles. Et quelles nichées dans ces nids-là ! Si humble que soit une habitation, , n'eût-elle qu'une seule fenêtre à un seul carreau pour toute ouverture, et qu'une seule chambre [pièce] pour tout logement, vous voyez sortir quatre, cinq, six petits enfants se tenant par la main (...). Après les troupeaux d'enfants, les troupeaux de bêtes! oh ! dame ! les bêtes forment au moins la moitié des habitants d'Arradon. Dix-huit cents âmes d'hommes. Et autant de demi-âmes de vaches, de bœufs, d'ânes, de porcs, de poules, de canards, d'oies, vivant sur un pied de parfaite égalité avec le roi des animaux. Chaque chaumière y ressemble à une arche de Noé. Entrez-y (...);: d'abord de grandes armoires, avec de grands tiroirs, lesquels ne sont autre chose que des lits ; le soir venu chacun grimpe dans son tiroir, chacun, c'est-à-dire deux ou trois ! (...) Puis dans un coin le perchoir pour les poules ; à côté, par terre, un nid pour les canards. Qu'est-ce qui grogne donc là-bas ? c'est le cochon ! Que voulez-vous, il faut bien que tout le monde vive. Enfin (...) s'ouvre un volet de bois et apparaît une tête de vache (...)[48] »

Annonce de mise en vente d'une propriété de luxe à Arradon en 1879 (journal Le Figaro).

En 1882 la commune d'Arradon demande la création d'une jetée pour permettre aux bateaux à vapeur d'y accoster, ce qui n'était pas possible jusque-là[49]. Des travaux destinés à améliorer la cale dite de "La Carrière" sont effectués à plusieurs reprises dans les premières années du XXe siècle, principalement pour y faciliter l'accostage des bateaux de la "Compagnie Vannetaise de Navigation" qui « pendant la belle saison y transporte chaque année de nombreux touristes »[50]. La même année le journal L'Univers écrit que depuis une quinzaine d'années « un grand nombre d'étrangers [à la commune] sont venus construire des résidences d'été dans cette (...) commune d'Arradon d'où l'on jouit d'un point de vue admirable sur les nombreuses îles du petit archipel morbihannais »[51]. C'est par exemple le cas par exemple d'Hector Bourouet-Aubertot[Note 13] qui achète en 1872 la propriété de Kerjaffré[52] (il fut un mécène, contribuant notamment à la construction de l'école privée catholique des filles d'Arradon, du pensionnat Saint-Joseph et de la nouvelle église paroissiale) et de la famille Vincent[Note 14], qui fit construire en 1873 la villa "Tour Saint-Vincent"[53], mélange de style médiéval et de style Art déco, et développa l'ostréiculture des huîtres plates à partir de la décennie 1880[38]. D'autres villas cossues comme la villa Barbe, construite en 1860 par l'architecte Marius Charrier[54] ou la villa Betsy construite par l'architecte Armand Charrier[55] (fils de Marius Charrier), datent de cette époque[56]. De nombreux notables viennent de toute la France résider à Arradon, par exemple le comte Albert Pacoret de Saint-Bon, d'origine savoyarde, président de la Société de Saint-Vincent-de-Paul[57]. Le marquis de La Réveillère fait construire le château de Porcé en 1885[34].

En 1887 une délégation des royalistes de Vannes, d'Arradon, de Plescop, de Sarzeau, de Theix, de l'Île-aux-Moines et de Saint-Avé se rendit à Jersey afin d'y rencontrer le comte de Paris qui y était en exil[58].

La nouvelle église paroissiale Saint-Pierre d'Arradon fut consacrée en octobre 1888 par Jean-Marie Bécel, évêque de Vannes, accompagné de l'évêque de Séez, François-Marie Trégaro[59].

Benjamin Girard écrit en 1889 qu'Arradon « a subi, depuis quelques années, une transformation qui en fait un séjour agréable et à la mode. La partie de son territoire avoisinant le rivage est couverte de villas et de châteaux habités pendant la belle saison, et dont les propriétaires ont apporté l'aisance dans une charmante localité qui, il y a vingt ans, n'était qu'une bourgade »[60].

En octobre 1893 le journal La Croix se moque de l'instituteur laïque de la commune : « sa classe n'est fréquentée que par deux élèves seulement ne sachant pas un mot de français, ce qui rend le colloque avec leur maître fort difficile » car « le breton est la langue parlée par les paysans »[61]. Par contre une dizaine d'années plus tôt des Frères enseignant à l'école privée de garçons furent sanctionnés pour des faits de brutalité envers leurs élèves[62].

Un bureau télégraphique ouvre à Arradon en 1899[63].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'école des filles d'Arradon, tenue jusqu'alors par les Sœurs du Saint-Esprit, fut laïcisée à partir du [64].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Loÿs Delteil : Le chemin d'Arradon (gravure, 1913).

Un témoignage datant de 1912 permet de se rendre compte de l'état des routes à l'époque : « Deux routes s'offrent pour rejoindre la Pointe d'Arradon (...). Elles se réunissent au-dessous du bourg d'Arradon, au village de Poulmare. Dès le commencement de l'hiver, la première devient impraticable pour les autos (...) si bien que je passe le plus souvent par la route d'Auray. (...) De Poulmare à la Pointe, ce n'est plus qu'une fondrière, ayant des ornières de 20 à 30 centimètres, tant et si bien que je vais être obligé de louer une remise au bourg si je ne veux pas mettre mon auto en pièces.. »[65].

En août 1912 une goélette s'échoua lors d'une tempête entre la pointe d'Arradon et l'Île aux Moines sur le rocher dit "La Truie d'Arradon" ; les 25 hommes à bord furent sauvés[66].

En 1911 cinq religieuses de la Retraite de Vannes, âgées et malades, qui s'étaient réfugiées à Arradon (les autres religieuses étaient parties en Belgique) dans un immeuble appartenant à Mme de Guélérant, lors de la dissolution de leur congrégation par le décret du , furent poursuivies devant le tribunal correctionnel de Vannes[67].

La propriété du Vincin (l'ancien prieuré), qui appartenait au Grand séminaire de Vannes jusqu'à la Loi de séparation des Églises et de l'État de 1905, est attribuée en 1914 au département du Morbihan[68].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Arradon porte les noms de 62 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[69].

Un vœu en faveur d'un projet de construction d'une ligne de chemin de fer à voie étroite allant d'Étel à Vannes en passant par La Trinité-sur-Mer, Crach, Le Bono, Baden et Arradon, qui aurait nécessité la construction de plusieurs ouvrages d'art, fut voté en 1916 par le Conseil général du Morbihan, mais ce projet n'aboutit pas[70].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Vue panoramique d'Arradon vers 1930 (carte postale Henri Laurent).

En 1930 Arradon est décrit comme étant un « chef-lieu propret de maisons cossues. Pour voir celles-ci au milieu des écrans de verdures ou perchées sur des falaises, il faut prendre le bateau (...) »[71].

Un "Pensionnat Saint-Jean-Baptiste", construit en 1879-1880 grâce au soutien financier d'Hector Bourouet-Aubertot, et géré par les Frères des écoles chrétiennes, existait alors à Arradon[51]. Des places y étaient réservées pour les « enfants à qui leur médecin conseille le séjour à Arradon, en raison de son climat exceptionnel. Ces élèves suivent le régime approprié à leur état de santé »[72].

Une carte postale représentant la ferme de Kerbilouet pendant l'Entre-deux-guerres est visible sur un site Internet[73].

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Arradon porte les noms de 18 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale[69].

Marcel Le Mitouard, résistant FFI originaire d'Arradon, a été fusillé par les Allemands le à Locmaria-Grand-Champ [74] et Albert Le Cam, de Vannes, à Arradon le [75].

La photographie d'une garden-party des occupants allemands qui se tint à Arradon en 1943 a été publiée dans un livre[76]. Le château de Porcé fut incendié par les Allemands en 1944[34].

L'après Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux soldats originaires d'Arradon sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine et trois pendant la Guerre d'Algérie[69].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Arradon (Morbihan).svg

Les armoiries de Arradon se blasonnent ainsi :

Écartelé : au un de sable aux trois fasces d’argent, au deux d’azur à un voilier équipé d’argent, au soleil d’or éteint mouvant de l’angle senestre du chef, au trois de sable à sept macles d’argent posées trois, trois et un, au quatre d’argent à une moucheture d’hermine de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Arradon
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1812 Mathurin Cloerec[Note 15]   Marin.
1812 1815 Nicolas Crequer    
1815 1820 Jean Cloerec    
1820 1844 Pierre Le Rohellec[Note 16]    
1844 1848 Pierre Le Guen    
1848 1857 Pierre Le Gouguec[Note 17]    
1857 1858 Pierre Le Guen    
1858 1876 Michel Cloerec[Note 18]   Cultivateur. Propriétaire.
1876 1893 Jean-Louis Le Rohellec[Note 19]    
1893 1929 Frédéric Jegat[Note 20]   Propriétaire.
1929 1929 Alban Boleis    
1929 1935 Jean Le Drevo[77]   Cultivateur.
1935 1945 Jean-Marie Jollivet    
1945 1955 Léonce Franco    
1955 1969 Ferdinand Loysel    
1969 1971 Louis Hervé   Agriculteur
1971 1995 François Jarlegan    
1995 2008 André Gall PS  
2008 2014 Dominique Mourier DVG enseignant
2014 3 juillet 2020 Antoine Mercier LR retraité
3 juillet 2020 En cours Pascal Barret[78] DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2006[79].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[80]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[81].

En 2018, la commune comptait 5 377 habitants[Note 21], en diminution de 2,48 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3491 2121 1511 4501 3641 5031 4041 4961 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5351 5541 5951 4701 5981 7291 8191 7901 793
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8981 9321 8891 8011 7681 6741 6092 0531 782
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6531 9762 7603 7064 3174 7195 1255 4545 369
2018 - - - - - - - -
5 377--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[82] puis Insee à partir de 2006[83].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Actuellement, sept cursus scolaires sont présents dans la commune d'Arradon.

Deux écoles maternelles/primaires :

- École Sainte-Marie (située 18bis rue Bouruet-Aubertot)

- École maternelle publique Les Corallines (située 1 rue Plessis)

- École primaire publique La Touline (située 13 rue Saint-Martin)

Deux collèges :

- Collège Saint Jean-Baptiste La Salle (situé 18 rue Bouruet-Aubertot)

- Collège Gilles Gahinet (situé 2 rue de Cadic)

Une université :

- Université Catholique de l'Ouest Bretagne Sud (située Campus du Vincin)

Pour aller plus loin...

- IFSEC Bretagne (Institut Supérieur de Formation de l'Enseignement Catholique) (situé Campus du Vincin)

À l'époque...

  • L'Université Catholique de l'Ouest Bretagne-Sud (UCO-BS) a été créée en septembre 1986 par le père Jean Lucas, alors directeur du CFP St-Yves. Elle propose actuellement des formations universitaires dans les domaines suivants : STAPS, sciences de l'information et de la communication, sciences de l'éducation, langues, histoire, lettres, tourisme, commerce, breton et théologie.

Loisirs et Culture[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d'un complexe sportif, le Parc Franco, qui rassemble deux terrains de foot, le gymnase Parc Franco et une piste d'athlétisme[84].

Profitant de sa proximité avec le Golfe du Morbihan, la commune possède aussi le Centre Nautique d'Arradon (CNA)[85].

Équipement sportif :

Arradon est une commune qui dispose de plusieurs structures sportives : deux gymnases, trois terrains de foot, cinq courts de tennis et une piste d’athlétisme.

Base nautique d'Arradon

Ainsi qu’un terrain de volley disponible au camping municipal. Et aussi 2 boulodromes, ainsi que plusieurs aires de jeux multi-activités.

Établissements culturels :

La commune d’Arradon, propose quelques établissements culturels comme; la médiathèque et aussi un pôle culturel nommé La Lucarne.

Les loisirs touristiques :

Sur Arradon on peut avoir accès à plusieurs loisirs car c’est une commune réputée pour son cadre maritime, elle nous amène donc à faire des activités nautiques que l’on peut pratiquer au club nautique.

On peut donc faire des loisirs nautiques comme le catamaran, le paddle, le canoé kayak ou encore des croisières à travers les iles comme l’Ile aux Moines ou Ile d’Arz des balades en mer ou encore de la planche à voile. Le port d’Arradon propose une multitude d’activités que ce soit pour les grands ou les petits[86].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1979 a été tourné dans la commune, au château de Kerran, le feuilleton télévisé L'Île aux trente cercueils de Marcel Cravenne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Sites[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre : la façade.
L'ancienne église paroissiale Saint-Pierre.
  • Le Dolmen de Kerhenry ;
  • Le Château de Kerran, berceau de la famille d'Arradon;
  • Le Château de Porcé (détruit en 1944)[88] ;
  • Le Manoir de Kérat ;
  • Le Moulin à marée de Campen ;
  • Le moulin à marée de Paluden : il date du XVIIe siècle et a cessé ses activités au début du XXe siècle[89] ;
  • L'église paroissiale Saint-Pierre : construite entre 1885 et 1887, elle est de style néogothique : elle possède notamment une statue en bois de saint Vincent Ferrier qui date du XVIIe siècle[90] ;
  • L'ancienne église paroissiale Saint-Pierre : elle date du XVe siècle et fut partiellement démolie en 1889 ;elle sert de nos jours de lieu d'expositions et de concerts :
  • La chapelle Saint-Martin au Moustoir : la chapelle actuelle date du XVIIe siècle, mais elle a remplacé une ou des chapelles antérieures, la première ayant été construite dans le cadre d'un petit monastère disparu au Xe siècle et ayant probablement remplacé un ancien lieu de culte païen dont l'existence est attestée par des stèles de l'âge du fer situées à proximité[52] : un pardon s'y déroule chaque année vers la mi-novembre[91].
  • La chapelle Sainte-Barbe  : elle date du XVIIe siècle ;
  • La chapelle Saint-Joseph à Penboc'h : construite par les Jésuites du collège Saint-François-Xavier de Vannes entre 1882 et 1884, elle possède à son sommet une statue en granite de saint Joseph[90] ;
  • le bâtiment des douaniers de Pen er Men, construit vers 1830.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

La ville a aussi des contacts privilégiés avec

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. René Galles, né le à Vannes, intendant militaire général, décédé le à Arradon.
  4. Louis Galles, né le à Vannes, imprimeur et archéologue, décédé le à Vannes.
  5. Olivier d'Arradon, cité comme présent à la montre du à Vannes.
  6. Joseph-Marie Le Mené (1831-1923), chanoine et historien local.
  7. Luc Edmond de Stapleton, né le à Nantes, décédé le à Arradon.
  8. Marie de Lannion, née le , décédée en 1816.
  9. Personnes en âge de communier.
  10. Denise de Robien, née en 1768 à Nantes.
  11. Joseph de Stapleton, dit Xavier de Stapleton, né le à Arradon décédé le à Arradon.
  12. Charles Avrouin-Foulon, né le à Joué-lès-Tours, décédé après 1855.
  13. Hector Bourouet-Aubertot, né le à Paris, négociant, décédé le à Paris.
  14. Vincent, décédé en 1903, était maître des postes à Vannes.
  15. Mathurin Cloerec, né le à Rosclédan en Arradon, décédé le à Cano en Séné.
  16. Pierre Le Rohellec, né vers 1793, décédé le au bourg d'Arradon.
  17. Pierre Le Gouguec, né vers 1806 à Baden, décédé le à Kerguen en Arradon.
  18. Michel Cloerec, né le à Arradon, décédé le à Arradon.
  19. Jean-Louis Le Rohellec, né le à Bourgerel en Arradon, décédé le à Arradon.
  20. Frédéric Jegat, né le à Kerleran en Arradon.
  21. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Contributeur du site arradon, « Arradon », sur arradon.com (consulté le 8 mars 2017).
  2. francaislibres.over-blog.com, « MAJ « La maison de Pen Er Men est liée à l'histoire de l'île d'Irus » », sur Le blog de francaislibres.over-blog.com
  3. Catherine Lozac'h, Domaine public maritime : la fin des maisons d'Arradon ?, journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 18 février 2021, https://www.letelegramme.fr/bretagne/domaine-public-maritime-quel-avenir-pour-les-maisons-d-arradon-video-18-02-2021-12705693.php#:~:text=Il%20prend%20fin%20le%201er%20janvier%202022.
  4. « Pyroxénite (Pyroxénite de Roguédas) », sur lithotheque.ens-lyon.fr
  5. « Gneiss à biotites et sillimanites (Gneiss à fibrolites) », sur lithotheque.ens-lyon.fr
  6. "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", Société géologique et minéralogique de Bretagne, 2004, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687026w/f11.image.r=Arradon?rk=2939928;4
  7. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne).
  8. https://espace-plaisancier.fr/arradon
  9. https://espace-plaisancier.fr/arradon/port
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  13. « Unité urbaine 2020 d'Arradon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 31 mars 2021).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Vannes », sur insee.fr (consulté le 31 mars 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  18. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  19. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  20. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  21. « Histoire d'Arradon (Morbihan) », sur www.histoire-communes.jpflahaut.fr (consulté le 22 avril 2017).
  22. "L'Homme préhistorique", n° de juin 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58600618/f30.image.r=Arradon?rk=364808;4
  23. Léon Davy de Cussé et Louis Galles, "Description des objets de l'âge de la pierre polie contenus dans le musée archéologique de la Société polymathique du Morbihan", 1867, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763665h/f41.image.r=Arradon?rk=965670;0 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763665h/f31.image.r=Arradon?rk=965670;0
  24. Bénard Le Pontois, Communications diverses, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", Société polymathique du Morbihan, 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6576236h/f154.image.r=Arradon?rk=128756;0
  25. Rapport de M. Jaquemet, "Bulletin de la Société archéologique du Morbihan : mémoires et procès-verbaux", Société polymathique du Morbihan, 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2075030/f51.item.r=Arradon
  26. Alfred Lallemand, "Bulletin archéologique de l'Association bretonne", 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2074691/f50.image.r=Arradon?rk=42918;4
  27. a b c d et e http://www.infobretagne.com/arradon.htm
  28. Monument gallo-romain de Saint-Galles en Arradon, "Bulletin de la Société archéologique du Morbihan : mémoires et procès-verbaux", Société polymathique du Morbihan, 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2075030/f50.item.r=Arradon
  29. A. Fouquet, Des voies romaines dans la commune d'Arradon, "Bulletin de la Société archéologique du Morbihan : mémoires et procès-verbaux", Société polymathique du Morbihan, 1859, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207505r/f79.item.r=Arradon
  30. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 41.
  31. https://www.ouest-france.fr/bretagne/arradon-56610/ces-belles-demeures-qui-font-le-patrimoine-darradon-3361626
  32. "S. Vincent Ferrier, l'apôtre de la Bretagne, 1418-1419", par un prêtre du diocèse de Vannes, 1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k168111v/f51.image.r=Arradon?rk=3068684;4
  33. a b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist01og/page/20/mode/2up
  34. a b et c [http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-morbihan-chateau-a-arradon-chateau-de-porce.html « chateau de Porc� � Arradon, propri�t� priv�e »], sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu
  35. « Prieuré Notre-Dame-de-victoire dit prieuré Notre Dame du Vincin », sur www.pop.culture.gouv.fr
  36. H. du Halgouët,Nos campagnes à travers les anciens registres paroissiaux, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", Société polymathique du Morbihan, 1943, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96051502/f85.image.r=Arradon?rk=214593;2
  37. « Arradon », sur bretagnesite.com (consulté le 22 avril 2017).
  38. a et b « Arradon », sur www.bretagnesite.com
  39. Journal des journaux, février 1842, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6350930j/f8.image.r=Arradon?rk=3283278;0
  40. Émile Sageret, "Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat", tome 2, 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8520851/f314.image.r=Arradon?rk=42918;4 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k852089j/f454.image.r=Arradon?rk=64378;0
  41. Émile Sageret, "Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat", tome 3, 1910-1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k852086d/f413.item.r=Arradon
  42. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 22 juillet 1831, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4373804/f3.image.r=Arradon?rk=64378;0
  43. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 9 juin 1833, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4380696/f2.image.r=Arradon?rk=85837;2
  44. a et b A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiJkrmyspjvAhX2CWMBHYaLAUYQ6wEwAXoECAIQAQ#v=onepage&q=Arradon&f=false
  45. Webmaster WIKI-SÉNÉ, « La faillite d'AVROUIN-FOULON, 1859 », sur www.wiki-sene.fr
  46. Journal La Presse, n° du 16 juillet 1863, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4798539/f2.image.r=Arradon?rk=42918;4
  47. Louis de Serbois, "Souvenirs de voyages en Bretagne et en Grèce", 1864, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k350610/f134.image.r=Arradon?rk=2081555;2
  48. Ernest Legouvé, journal Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, n° du 21 juillet 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2737952/f3.image.r=Arradon?rk=21459;2
  49. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° d'août 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57843324/f526.image.r=Arradon?rk=364808;4
  50. "Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan", n° du 23 avril 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57977831/f50.image.r=Arradon?rk=42918;4 et n° du 1er janvier 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5786826r/f152.image.r=Arradon?rk=150215;2
  51. a et b Journal L'Univers, n° du 23 janvier 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k703997s/f3.image.r=Arradon?rk=1051507;2
  52. a et b Contributeur du site arradon, « Patrimoine architectural - Patrimoine culturel - Patrimoine - Découvrir Arradon - Arradon », sur www.arradon.com
  53. https://www.ouest-france.fr/bretagne/arradon-56610/ces-belles-demeures-qui-font-le-patrimoine-darradon-3393536
  54. « CHARRIER Marius, Henri (répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle) », sur elec.enc.sorbonne.fr
  55. « CHARRIER Armand (répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle) », sur elec.enc.sorbonne.fr
  56. https://www.ouest-france.fr/bretagne/arradon-56610/ces-belles-demeures-qui-font-le-patrimoine-darradon-3346507
  57. Journal Le Figaro, n° du 19 novembre 1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2919612/f2.image.r=Arradon?rk=236052;4
  58. Journal La Petite Presse, n° du 5 juillet 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4723772v/f1.image.r=Arradon?rk=21459;2
  59. Journal L'Univers, n° du 20 octobre 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7064268/f3.image.r=Arradon?rk=321890;0
  60. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f406.item.r=Benjamin%20Girard
  61. Journal La Croix, n° du 26 octobre 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k213489v/f2.image.r=Arradon?rk=21459;2
  62. Journal La Lanterne, n° du 29 juin 1883, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7529712k/f1.image.r=Arradon?rk=42918;4
  63. Journal La Croix, n° du 13 août 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2185715.r=Arradon?rk=300430;4
  64. "Bulletin des congrégations", n° du 21 décembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57579648/f10.image.r=Arradon?rk=42918;4
  65. Témoignage d'un lecteur, journal L'Ouest-Éclair, n° du 19 mars 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6432044/f4.image.r=Arradon?rk=450646;0
  66. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 25 août 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6433634/f5.item
  67. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 12 octobre 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6430458/f3.image.r=Arradon?rk=2403445;2
  68. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 21 septembre 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6293036q/f2.image.r=Arradon?rk=64378;0
  69. a b et c « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org
  70. « Nos futurs chemins de fer », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 5 (lire en ligne sur Gallica, consulté le 9 avril 2021)
  71. À travers monts et vaux de Bretagne, journal L'Ouest-Éclair, n° du 16 août 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658276x/f1.image.r=Arradon?rk=751076;4
  72. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 19 septembre 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659406d/f14.image.r=Arradon?rk=3776842;4
  73. « Arradon - ARRADON - Ferme de Kerbilouet - Carte postale ancienne et vue d'Hier et Aujourd'hui », sur Geneanet
  74. « LE MITOUARD Marcel, François - Maitron », sur fusilles-40-44.maitron.fr
  75. « LE CAM Albert, Joseph, Marie - Maitron », sur fusilles-40-44.maitron.fr
  76. Philippe Camby, "La libération de la Bretagne", éditions Ouest-France, 1980.
  77. Jean Le Drévo, né le à Kerat en Arradon, décédé le à Arradon.
  78. « Le nouveau conseil municipal d’Arradon installé », sur Le Télégramme, (consulté le 4 juillet 2020).
  79. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Arradon, consultée le 27 octobre 2017
  80. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  81. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  82. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  83. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  84. Contributeur du site arradon, « Equipements sportifs - Loisirs/Culture - Arradon », sur arradon.com (consulté le 8 mars 2017).
  85. « Centre Nautique d'Arradon (CNA) », sur arradon.com (consulté le 10 décembre 2018).
  86. Contributeur du site arradon, « Arradon », sur arradon.com (consulté le 28 avril 2017).
  87. « Ostréiculture. Trois siècles de commerce d'huîtres dans le Golfe du Morbihan », sur ouest-france.fr (consulté le 5 août 2017).
  88. « Manoir Sainte-Marguerite dit manoir de Kervoyer, puis château de Kervoyer ou de Porcé, château (détruit) (Arradon) - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur patrimoine.bzh
  89. https://www.ouest-france.fr/bretagne/arradon-56610/cap-sur-le-moulin-maree-de-paluden-5943260
  90. a et b « Arradon », sur www.bretagnesite.com
  91. https://www.ouest-france.fr/bretagne/arradon-56610/pardon-de-la-saint-martin-la-chapelle-du-moustoir-2942665

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]