Jules Guiffrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guiffrey.
Jules-Joseph Guiffrey
Jean Jules Guiffrey.jpg
Fonctions
Archiviste aux Archives nationales (1866)
Administrateur de la Manufacture des Gobelins (1893)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Académie des beaux-arts, Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jules-Joseph Guiffrey (, Paris, , Paris) est un historien de l'art français, membre de l'Académie des beaux-arts.

Carrière[modifier | modifier le code]

Tout en étudiant le droit (licencié en 1861[1]), il est élève de l'École nationale des chartes où il obtient en 1863 le diplôme d'archiviste paléographe avec une thèse intitulée Examen du traité qui réunit le Dauphiné à la France et des négociations qui l’ont précédé et suivi (1349)[2].

Il est nommé en 1866 archiviste des Archives de l'Empereur, puis aux Archives nationales à la section législative et judiciaire, où il fait une grande partie de sa carrière[1].

En 1893, il est nommé administrateur de la manufacture nationale des Gobelins[1].

Pendant toute sa carrière, il mène des recherches en histoire de l'art - parfois au détriment de son activité d'archiviste. Il fonde en 1866 la Société de l'histoire de l'art français et reprend en 1872 les Archives de l'art français de Philippe de Chennevières sous le titre de Nouvelles Archives de l'art français[1]. Il est également membre de la Société de l'histoire de Paris (1874), du Comité des travaux historiques et scientifiques (1877), du Comité des travaux historiques de la Ville de Paris (1879)[1].

Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1899 au fauteuil 7 de la section des membres libres.

Famille[modifier | modifier le code]

  • François Guiffrey, descendant d'une famille dauphinoise dont un ascendant était établi à Bardonnèche, négociant vivant à Saint-Didier-au-Mont-d'Or, marié à Victoire Aimée Caminet, fille de Georges Caminet (1739-1814)[3], élu à Lyon député de Rhône-et-Loire à l'assemblée législative de 1791[4],[5] ;
    • Jean-Baptiste Guiffrey (1793-1865), notaire en 1825, puis directeur du Sous-comptoir des entrepreneurs à Paris en 1850, officier de la Légion d'honneur en 1863[6], marié à Adèlaïde Trou dont il a eu six enfants ;
      • Georges Maurice Guiffrey (1827-1887), avocat, conseiller général des Hautes-Alpes, sénateur, chevalier de la Légion d'honneur[7] ;
      • Marie Guiffrey (née en 1837), mariée en 1861 avec Adrien Charles Bignon (1827-1895), général de division, commandeur de la Légion d'honneur[8] ;
      • Jules Marie Joseph Guiffrey, marié à Jeanne Sophie Georgette Bellenger, officier de la Légion d'honneur ;

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Œuvre de Charles-Émile Jacque, 1866.
  • Histoire de la réunion du Dauphiné à la France, 1866.
  • Les Caffieri, sculpteurs et fondeurs-ciseleurs, 1877 (lire en ligne).
  • Histoire générale de la tapisserie, 1879.
  • Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, Imprimerie nationale, Paris :
  • Antoine van Dyck. Sa vie et son œuvre, 1882 (son ouvrage principal).
  • Inventaire général du mobilier de la couronne sous Louis XIV (1663-1715), Paris, 1885-1886 (2 vol.) :
  • Inventaire général des richesses d'art de la France. Paris : monuments civils, tome 1, E. Plon et Cie imprimeur-éditeurs, Paris, 1879 (lire en ligne).
  • Inventaire général des richesses d'art de la France. Paris : monuments civils, tome 2, E. Plon, Nourrit et Cie imprimeurs-éditeurs, Paris, 1889 (lire en ligne).
  • Inventaire général des richesses d'art de la France. Paris : monuments religieux, tome 1, E. Plon et Cie imprimeurs-éditeurs, Paris, 1876 (lire en ligne).
  • Inventaire général des richesses d'art de la France. Paris : monuments religieux, tome 2, E. Plon, Nourrit et Cie imprimeur-éditeurs, Paris, 1888 (lire en ligne).
  • Histoire de la tapisserie depuis le moyen âge jusqu'à nos jours, 1885, Alfred Mame et fils, Tours, 1886 (lire en ligne).
  • Œuvres choisies de Clément Marot, 1876.
  • Catalogue sommaire du musée des Archives nationales, précédé d'une notice historique sur le palais des Archives, librairie Ch. Delagrave, Paris, 1893 (lire en ligne).
  • Un chapitre inédit de l'histoire des tombes royales de Saint-Denis d'après les documents conservés aux Archives nationales, Henri Menu libraire-éditeur, 1876 (lire en ligne).
  • Artistes parisiens du XVIe et du XVIIe siècles : donations, contrats de mariage, testaments, inventaires, etc. tirés des insinuations du Châtelet de Paris, Imprimerie nationale, Paris, 1915 (lire en ligne).
  • Scellés et inventaires d'artistes français du XVIIème et du XVIIIème siècle, Première partie, [1643-1740] : Documents inédits tirés des archives nationales, Charavay frères libraires, Paris, 1884 (lire en ligne).
  • Scellés et inventaires d'artistes français du XVIIème et du XVIIIème siècle, Deuxième partie, [1741-1770 : Documents inédits tirés des archives nationales, Charavay frères libraires, Paris, 1885 (lire en ligne).
  • Scellés et inventaires d'artistes français du XVIIème et du XVIIIème siècle, Troisième et dernière partie, [1771-1790] : Documents inédits tirés des archives nationales, Charavay frères libraires, Paris, 1886 (lire en ligne).
  • Exposition des Primitifs français au Palais du Louvre (Pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nationale : catalogue (lire en ligne).
  • Avec Anatole de Montaiglon, Correspondance des directeurs de l'Académie de France à Rome avec les Surintendants des Bâtiments, publiée d'après les manuscrits des Archives nationales, 18 volumes (lire en ligne : table générale).

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sophie Mouquin, « Jules Guiffrey », Dictionnaire critique des historiens de l'art, INHA
  2. Site de l'Ecole des chartes
  3. Assemblée nationale : Georges Caminet
  4. E. Pascallet, Guiffrey (Jean-Baptiste), ancien notaire, p. 87-93, dans Le Biographe et l'historien : revue générale, historique, biographique, nécrologique, scientifique et littéraire ; et mémorial municipal de France, ou Histoire des communes, villes, provinces, monuments, Paris, 1855 (lire en ligne)
  5. Georges Guiffrey, Les Guiffrey dans les Hautes-Alpes et en Dauphiné, imprimerie de J. Claye, Paris, 1868 (lire en ligne)
  6. « Guiffrey, Jean-Baptiste », base Léonore, ministère français de la Culture
  7. « Guiffrey, Georges Maurice », base Léonore, ministère français de la Culture
  8. « Bignon, Charles Adrien », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. M. Jean Guiffrey. Curator of Paintings, Museum of Fine Arts Bulletin, 1911, no 51
  10. « Guiffrey, Georges Henri Jean », base Léonore, ministère français de la Culture
  11. « Guiffrey, Jules Marie Joseph », base Léonore, ministère français de la Culture

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Stein, Jules Guiffrey, p. 242-244, Bibliothèque de l'École des chartes, 1918, Volume 79, no 1 (lire en ligne).
  • Mélanges offerts à Jules Guiffrey - Bibliographie des travaux de M. Jules Guiffrey, p. I-CXXVIII, Archives de l'art français, 1916, tome 8 nouvelle série (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]