Étienne-Pierre-Adrien Gois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gois.
Étienne-Pierre-Adrien Gois
EtiennePierreAdrienGois01.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Enfant

Étienne-Pierre-Adrien Gois, dit Étienne Gois le père, né le à Paris, où il est mort le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’abord élève d’Étienne Jeaurat, Gois passa ensuite dans l’atelier de Michel-Ange Slodtz et remporta le premier grand prix de sculpture en 1757 pour un bas-relief sur le thème de Tullie faisant enlever les morts. À la fin de son séjour romain au palais Mancini, il exécuta un buste de la Douleur, œuvre qui, présentée trois ans plus tard au Salon parisien, y obtint un vif succès.

Revenu de Rome où il avait fait de fructueuses études, il fut agrégé à l’Académie royale de peinture et de sculpture le 26 octobre 1765, et reçu académicien le 23 février 1770 avec le buste en marbre de Louis XV, destiné à orner la salle des séances de l’Académie, et avec le modèle en terre cuite d’Aristée pleurant la perte de ses abeilles ; ce dernier morceau lui avait été primitivement imposé avant qu’il fût chargé de faire le buste du roi. Le 27 juillet 1776, l’Académie le nomma professeur adjoint. Il est nommé professeur le en remplacement de Louis-Jean-François Lagrenée dit l'Aîné, et il est confirmé le . Il aura pour successeur Guillaume Guillon Lethière en 1819[1]. En 1788, il donna à l’Académie un modèle, par lui exécuté avec soin, d’un cheval écorché.

Son fils, Étienne Gois le fils, fut son élève.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Mathieu Molé (1789), marbre, détail, Paris, musée du Louvre.
En France
localisation inconnue
  • Serment de nobles devant la Chambre des Comptes, bas-relief, anciennement au-dessus de la porte de la chambre des comptes à Paris.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Chappey, Professeurs de l'École des beaux-arts (1794-1873), dans Romantisme, no 93, 1996, p. 95-101.
  2. « Notice no 27795 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  3. « Notice no 2479 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  4. « Notice no 2521 », sur la base Atlas du musée du Louvre

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Hoog, Musée national de Versailles. Les sculptures. I-Le musée, [préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard], Réunion des musées nationaux, Paris, 1993.
  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 21, Paris, Firmin-Didot, 1858, p. 86.

Liens externes[modifier | modifier le code]