Christophe Perton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christophe Perton est un metteur en scène de théâtre français né le 12 décembre 1964 à Lyon où il fonde sa compagnie en 1987.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès les premières années il s’investit dans la découverte des écritures contemporaines, les commandes de traduction de textes inédits et les commandes d’écriture. De 1989 à 1992 il est artiste associé au Théâtre de Vénissieux dans la banlieue de Lyon. De 1993 à 1998 il est artiste associé, à l’invitation de Francis Auriac qui dirige le théâtre de Privas. Il implante sa compagnie en Ardèche et partage son activité de création entre une présence nationale et un important travail de créations itinérantes décentralisées dans les villages ruraux de la totalité des cantons de l’Ardèche : le «Théâtre de parole».

Il met un terme en 1998 à l’aventure ardéchoise et dépose en 1999 une première candidature pour la direction d’un lieu où il expose les bases de son projet souhaitant ainsi mettre en œuvre : « (…) un lieu impliquant le développement des outils de production et donnant la possibilité aux équipes de répéter et créer de bout en bout un spectacle (…) un lieu ouvert sur la diversité des langues, au sens où il se donne les moyens d’une attention particulière aux œuvres et aux équipes étrangères, à la production de commandes, de textes contemporains par la présence concrète et permanente d’un auteur (…) [1]

Il écarte en 2000 une proposition du Ministère de la Culture[2] pour la direction d’une institution et choisit d’accepter la demande de Philippe Delaigue de le rejoindre à Valence auprès duquel il détaille les orientations qui lui importent. Christophe Perton est alors nommé par Catherine Tasca en janvier 2001, à la co-direction de la Comédie de Valence qui devient à cette occasion Centre dramatique national Drôme Ardèche, mais n’accèdera dans les faits à la gérance qu’à partir de mai 2002. De 2001 à 2009 il développe, d’abord en binôme puis seul, un projet singulier, fondé sur la présence permanente d’artistes et le partage de l’outil. À la suite d’un rapport d’inspection en 2006 [3]il est confirmé pour un nouveau mandat et prolonge seul ce travail avec une large ouverture à l’Europe et à la création contemporaine.

 En 2009 il écarte la proposition d’un nouveau mandat [4]et choisit de fonder avec le soutien de l’État et des collectivités[5], une nouvelle structure indépendante : Scènes&Cités, prolongeant ainsi un travail de création toujours centré sur les écritures contemporaines.

Il débute parallèlement un travail d’écriture de plusieurs scénarios avec le soutien des collectivités et du CNC et réalise en 2013 un premier moyen métrage.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédie de Valence[modifier | modifier le code]

Scènes&Cités[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Adaptation du roman de Marie NDiaye Trois femmes puissantes. Scénario qui a bénéficié du soutien du CNC (aide à l’écriture) et de MEDIA EUROPE.
  • 2013 : Un cœur éphémère, moyen métrage de 40 minutes, scénario et réalisation, avec Isabelle Carré
  • 2015 : Les Territoires du silence, court métrage avec le soutien du CNC (contribution financière), avec Cosmina Stratan et Johan Libéreau

Opéra[modifier | modifier le code]

Traductions et adaptations[modifier | modifier le code]

  • Une vie violente adapté d’après Pier Paolo Pasolini
  • Monsieur Kolpert David Gieslmann (traduction avec Henri Alexis Baatsch)
  • Hop là nous vivons Ernst Toller (adaptation d’après la traduction de Cesar Gattegno et Béatrice Perregaux)
  • Trace des égarés Peter Handke (traduction en collaboration avec Sylvia Berruti Ronelt)
  • La nuit est mère du jour Lars Noren (adaptation d’après le texte français de Lucie Albertini, et Carl-Gustav Bjurstrom)
  • La femme gauchère Peter Handke (adaptation d’après le roman)
  • 2014 : Une vitalité désespérée – d’après Pier Paolo Pasolini

Scénographies[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre de candidature et projet à Dominique Wallon le 17 juillet 1999
  2. Sur proposition de Jean-François Marguerin conseiller auprès de Catherine Trautmann
  3. Conclusion du Rapport d’inspection, 31 mars 2006 [PDF], 37 ko
  4. « Christophe Perton a choisi de ne pas renouveler son mandat à la direction du Centre Dramatique. Le ministère de la Culture et de la Communication, comme l’ensemble des collectivités territoriales, a salué la qualité du travail artistique mené par ce metteur en scène, ainsi que la grande réussite de son inscription territoriale. » Lettre du 25 mai 2009 de Christine Albanel, Ministre de la Culture et de la communication.
  5. Témoignages politiques [PDF], 24 ko