Jean Genet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genet.
Jean Genet
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Genet, le 19 décembre 1983,
à l'hôtel Impérial à Vienne.

Naissance
Paris, France
Décès (à 75 ans)
Paris, France
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Théâtre de l'absurde
Genres
roman, théâtre, poésie, essai

Œuvres principales

Signature de Jean Genet

Jean Genet (Paris, - id., ) est un écrivain, poète et auteur dramatique français. Par une écriture raffinée et riche, Jean Genet exalte la perversion, le mal, l'homosexualité et l'érotisme, à travers la célébration de personnages ambivalents au sein de mondes interlopes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

Né de père inconnu (son nom était Frédéric Blanc selon les archives de l'Assistance publique) et abandonné à sept mois par sa mère, Camille Gabrielle Genet, le jeune Jean Genet est envoyé dans une famille nourricière du Morvan (Alligny-en-Morvan). Cette région, véritable « laiterie » de la France au début XXe siècle, regroupe alors une grande proportion des familles mandatées par l'Assistance publique pour recueillir et élever les enfants abandonnés de la IIIe République.

La famille adoptive de Genet lui offre l’éducation communale, une vache à lait douce et aimante, un environnement protégé. L’enfant y est heureux, bon élève et enfant de chœur, mais réservé et taciturne. De cette époque remontent les premiers émois masculins de Genet, en la personne du petit Lou Culafroy — qui deviendra plus tard « Divine », héros et ensuite héroïne de Notre-Dame-des-Fleurs — ainsi que d’hommes plus âgés, braconniers de passage ou marginaux égarés. Il obtient la meilleure note de sa commune au certificat d'études primaires.

Il commet son premier vol à l'âge de dix ans. C'est l'acte fondateur de la mythologie de Genet qui, fustigé pour son acte, donne un change très existentialiste en sanctifiant son geste, revendiquant ainsi une asocialité profonde. Il fugue et, à treize ans, est séparé d'office de sa famille d'adoption pour suivre une formation de typographe. Fuguant à nouveau, il est envoyé à La Paternelle ou colonie pénitentiaire de Mettray, où se cristallisent ses tentations homosexuelles ainsi que toute la liturgie de domination/soumission, la hiérarchie masculine et virile et la féodalité brutale qui en découlent à ses yeux.

Il quitte les lieux à dix-huit ans, s'engage dans la Légion étrangère. Il découvre pour la première fois l'Afrique du Nord et le Proche-Orient, qui lui font très forte impression par les passions qui y règnent, le charisme mâle et volontaire de ses habitants. Revenu à Paris, vivant de petits larcins (dont le vol de livres), Genet fréquente plusieurs prisons, dont la maison d'arrêt de Fresnes.

Il y écrit ses premiers poèmes et quelques ébauches de roman, sans cesse reprises, refondues, rejetées. Genet est un perfectionniste, un éternel insatisfait, un obsédé de la beauté du mot[1]. Lui qui sacralise le geste, la signification de l'acte, n'admet la viabilité du verbe que lorsqu'il est beau, puissant, racé.

Ses premiers romans, écrits en prison, paraissent aux Éditions de L’arbalète ou « aux dépens d’un amateur (Paul Morihien) ». Censurés, car jugés pornographiques, ils se distribuent sous le manteau.

Les premiers écrits[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-des-Fleurs (1943) raconte la vie d’un travesti, surnommé Divine, avec son passé de petit garçon du nom de Louis Culafroy. Et puis il y a son mac, Mignon-les-Petits-Pieds et son colocataire, un Africain nommé Seck, Et puis Notre-Dame-des-Fleurs, un jeune assassin de 16 ans à la beauté fulgurante. On découvre le monde de ces « tantes », de ces hommes-femmes des nuits de Montmartre. Genet évoque les créatures ambiguës de la nuit homosexuelle parisienne du Paris d'avant-guerre — il s'agit probablement du premier roman mettant en scène les aventures d'un travesti. Le roman commence ainsi, disant la gloire des assassins à la beauté fulgurante:

« Weidmann vous apparut dans une édition de cinq heures, la tête emmaillotée de bandelettes blanches, religieuse et encore aviateur blessé, tombé dans les seigles, un jour de septembre pareil à celui où fut connu le nom de Notre-Dame-des-Fleurs. Son beau visage multiplié par les linotypes s'abattit sur Paris et sur la France, au plus profond des villages perdus, dans les châteaux et les chaumières, révélant aux bourgeois attristés que leur vie quotidienne est frôlée d'assassins enchanteurs, élevés sournoisement jusqu'à leur sommeil qu'ils vont traverser, par quelque escalier d'office qui, complice pour eux, n'a pas grincé. Sous son image, éclataient d'au-rore ses crimes : meurtre 1, meurtre 2, meurtre 3 et jusqu'à six, disaient sa gloire secrète et préparaient sa gloire future.»

« Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour », écrit Genet dans un de ses poèmes[2]

Le Miracle de la rose (1946) évoque les années d’enfermement de Genet, à l'âge de seize ans, à la Colonie pénitentiaire de Mettray, « à l'endroit le plus beau de la plus belle Touraine », et ses années de prison ensuite. Le narrateur décrit ses plus profonds et premiers amours avec Bulkaen ou Divers. Il raconte les correspondances secrètes des détenus de la Colonie Pénitentiaire avec les prisonniers de la Centrale de Fontrevault où ils vont se retrouver adultes et, où Harcamone, auréolé de sa condamnation à mort, est le centre de tous les regards et le héros du « miracle de la Rose ». C’est un document implacable sur les bagnes d'enfants et le roman de ces adolescents violents et passionnés, condamnés à vivre enfermés dans un univers clos et féroce.

« En quittant la Santé pour Fontevrault, je savais déjà qu'Harcamone y attendait son exécution. À mon arrivée, je fus donc saisi par le mystère d'un de mes anciens camarades de Mettray, qui avait su, notre aventure à nous tous, la pousser jusqu'à sa pointe la plus ténue : la mort sur l'échafaud qui est notre gloire. »

Querelle de Brest (1947) met en scène le matelot Querelle, son frère Robert, qui est l'amant de Madame Lysiane, patronne de La Féria, bordel célèbre du port de Brest, Nono son mari, le tenancier de ce bordel, l'inspecteur Mario à la personnalité trouble, le lieutenant Seblon dont Querelle est l’ordonnance et qui l'aime en secret, le petit Gil Turko, jeune meurtrier en cavale. Tous les protagonistes du drame naissent pour Jean Genet du brouillard de Brest, du soleil qui dore faiblement ses façades, et de la mer semblable au mouvement intérieur très singulier qui anime l'écrivain.

« L'idée de meurtre évoque souvent l'idée de mer, de marins. Mer et marins ne se présentent pas alors avec la précision d'une image, le meurtre plutôt fait en nous l'émotion déferler par vagues. »

L’action principale suit Querelle qui se livre à un trafic de drogue, assassine son ami Vic, « se fait mettre » par Nono après un jeu de dés truqué. Des retours en arrière évoquent les précédents meurtres de Querelle, et surtout le premier meurtre, celui du « pédé arménien », Joachim, qui le nomme « mon bel étoilé ».

Pompes funèbres (1948), est le roman qui prête le plus à malentendus. Les héros : Jean Decarnin, le résistant assassiné par la milice, Riton, petit gars de Paris, Erik le tankiste, Hitler lui-même décrit comme « sodomite et castré », ne sont pas des figures réalistes, mais des figures héraldiques, des êtres poétiques. Il y propose aussi une vision homo-érotisée d'Hitler, ainsi qu'un regard trouble sur les rapports qu'entretiennent la violence nazie et l'attirance sexuelle. Il adopte en partie le point de vue de la Milice et décrit la fascination de celle-ci pour le culte du corps et la mise en scène de la virilité développés par le nazisme :

« Le petit gars de Paris accomplit son travail avec vaillance. D'abord il eut peur de faire du mal au Führer. Le membre était d'acier. De toute cette machine à supplice qu'était Paulo, la verge en était la pièce essentielle. Elle avait la perfection des rouages, des bielles fabriquées avec précision. […] Elle était également sans tendresse, sans douceur, sans le tremblement qui fait souvent frémir délicatement les plus violentes. […] Il fonça jusqu'au fond. Il éprouva une grande joie à sentir le tressaillement de bonheur de Madame. La reconnaissance de la beauté de son travail le rendit fier et plus ardent. Ses bras, par en dessous, près des épaules, s'aggripèrent au bras de l'enculé, et il fonça plus dur, avec plus de fougue. Le Führer râlait doucement. Paulo fut heureux de donner du bonheur à un tel homme. Il pensa : « T'en veux de l'aut' ? » et en fonçant : « Tiens mon chéri. » Soulevant encore ses reins, sans sortir du trou : « Du petit Français » et fonçant « Encore un coup… C'est bon, ça te plaît ? Prends-en toujours. » Et chaque mouvement de va-et-vient dans l'œil de bronze, s'accompagnait mentalement d'une formule dont le lyrisme était dicté par le bonheur accordé. À peine eut-il une fois un léger ricanement, vite effacé, quand il pensa « Çui-là, c'est la France qui te le met. » Hitler une main sur sa queue et ses parties mutilées, sentait cette ardeur s'exalter, encore que chaque coup de bite arrachât un râle de bonheur[3]. »

Cela ne fait pas pour autant de Jean Genet un thuriféraire du régime nazi ou de la collaboration, ce que certains lecteurs pensent. Pour d’autres interprètes ce texte est écrit par Jean Genet afin de raconter à sa façon un travail de deuil : Jean Decarnin, son ami, résistant communiste, vient d'être assassiné par un milicien.

Pompes funèbres s'ouvre sur la mort et l'enterrement de Decarnin. Genet se réfugie ensuite dans un cinéma où des actualités montrent l'arrestation d'un jeune milicien sur les toits de Paris. Il ne peut alors ni faire le deuil de son ami, ni accepter la vindicte selon lui hypocrite des bourgeois contre les miliciens. Il décide donc d'écrire un livre du point de vue de ce « petit gars » qu’il imagine avoir tué son ami. Provocateur et scandaleux, il cherche à déclencher chez le lecteur, après la guerre, une prise de conscience extrême de l'extraordinaire séduction du mal.

Genet magnifie les nazis, non parce qu’ils indiqueraient la voie du bien ou du vrai, mais au contraire parce qu’ils incarnent le crime, la terreur, la destruction, autrement dit le mal à l’état pur, qui se concrétise dans le meurtre gratuit d’un enfant par Erik le tankiste allemand.

Le Journal du voleur (1949) n’est pas selon Sartre une simple autobiographie, mais « une cosmogonie sacrée ». Le livre décrit les errances du narrateur hors de France. Âgé de trente-cinq ans, le narrateur, Jean, évoque sa vie de 1932 à 1940. Il raconte son existence de misère en Espagne, dans le quartier interlope du Barrio Chino à Barcelone, où il partage les mœurs de la vermine avec Salvador, son amant crasseux, qu’il délaisse ensuite pour Stilitano, le manchot magnifique, maquereau et traître. Abandonné par ce dernier, le narrateur raconte son dénuement sur les routes andalouses. Il fait part de ses pérégrinations en France, en Italie et à travers l’Europe d’avant-guerre.

« Ainsi l’Espagne et ma vie de mendiant m’auront fait connaître les fastes de l’abjection, car il fallait beaucoup d’orgueil (c'est-à-dire d’amour) pour embellir ces personnages crasseux et méprisés. Il me fallut beaucoup de talent. Il m’en vint peu à peu. S’il m’est impossible de vous en décrire le mécanisme au moins puis-je dire que lentement je me forçai à considérer cette vie misérable comme une nécessité voulue. Jamais je ne cherchai à faire d’elle autre chose que ce qu’elle était, je ne cherchai pas à la parer, à la masquer, mais au contraire je la voulu affirmer dans sa sordidité exacte, et les signes les plus sordides me devinrent signes de grandeur. »

Genet écrit : « La trahison, le vol et l'homosexualité sont les sujets essentiels de ce livre. Un Rapport existe entre eux, sinon apparent toujours, du moins me semblerait-il reconnaître une sorte d'échange vasculaire entre mon goût pour la trahison, le vol et mes amours. »

Notons que ces premiers romans ont été publiés à nouveau par les Éditions Gallimard dans les Œuvres complètes, mais en version largement révisée, voire censurée, ce qui est à interroger. Il semblerait que Genet lui-même ait participé à ces révisions et censures dont beaucoup sont jugées regrettables et altèrent même le sens du texte, comme la suppression du meurtre du « pédé arménien » dans Querelle de Brest[4].

La découverte de Jean Genet par le milieu littéraire parisien[modifier | modifier le code]

Cocteau découvre les premières œuvres de Genet et Sartre après lui. Ils encensent ce mauvais garçon de la scène littéraire française et le considèrent comme le génie de leur temps. Cocteau le sauve de la prison à perpétuité (à la troisième condamnation, quel que soit le motif de cette condamnation, le criminel risquait la relégation au bagne, à perpétuité).

Cocteau et Sartre voient en lui un moraliste alors que Mauriac se contente de le qualifier d'« excrémentiel ». En montrant à la société le spectacle de sa propre fange, Genet accule le bourgeois dont l'ordre est régi par une violence normée (la peine de mort en étant le point culminant) : il voit dans la défaite de 1940 une occasion d'inverser les termes de cette violence, de faire du bourreau une victime méprisable.

Sartre, qui a d’interminables entretiens avec Genet, écrit ce qui devait être d’abord une préface à ses Œuvres complètes publiées chez Gallimard, et qui en devient l’énorme premier tome sous le titre : Saint Genet, comédien et martyr, somptueux autant qu’assommant selon les commentateurs. Cette étude occupe certes une place indue dans ces Œuvres complètes, avec en seconde de couverture la liste des œuvres de Sartre, comme si Sartre s’était glissé vampiriquement dans la peau de Genet. Sartre en fait l'« exemplum » de sa philosophie existentialiste. Au cœur de l'analyse de Sartre, le « caïnisme » de Genet, son identification au Caïn rebelle et meurtrier des Écritures.

Ce livre déprimera profondément Genet et l'empêchera d'écrire, selon ses propres dires, pendant près de dix ans, tant sa « mécanique cérébrale y était décortiquée »[5], ce qui est partiellement inexact[6].

Genet, au faîte de sa gloire parisienne, fréquente Sartre, Simone de Beauvoir, Alberto Giacometti, Henri Matisse, Brassaï. Il entame une carrière de dramaturge ; précédées par sa réputation et son odeur de scandale, ses pièces, montées par les plus grands metteurs en scène, sont des succès. Ainsi, Roger Blin monte Les Nègres puis Les Paravents qui jouée au début des années 1960, prend violemment position contre le colonialisme français et prend fait et cause pour les indépendances, alors même que la France est en pleine guerre d'Algérie.

Jack's Hôtel au no 19 avenue Stéphen-Pichon où meurt Genet.

Le propos de Genet se fait de plus en plus engagé. Il élève la voix contre la tyrannie blanche, la domination occidentale, l'état déplorable dans lequel la France abandonne ses anciennes colonies. Il se lance dans la rédaction d'un journal intitulé Le Captif amoureux, publié en 1986, quelques mois après sa mort.

Dans le même temps, le suicide de son compagnon, Abdallah Bentaga (qui lui a notamment inspiré le poème Le Funambule), ainsi que sa toxicomanie aux barbituriques, mettent à mal son mode de vie d'errance. Genet, jusqu'à la fin, vit dans des chambres d'hôtel sordides, souvent près des gares, ne voyageant qu'avec une petite valise remplie de lettres de ses amis et de manuscrits.

Le 15 avril 1986, seul et rongé par un cancer de la gorge, l'écrivain fait une mauvaise chute la nuit dans la chambre 205 du Jack's Hôtel au no 19 de l'avenue Stéphen-Pichon à Paris et meurt[7].

Il est enterré au vieux cimetière espagnol de Larache au Maroc, au bord de la mer[8].

Politique et métaphysique[modifier | modifier le code]

Les combats politiques[modifier | modifier le code]

Genet s'est consacré à des combats politiques. Il dénonce l'hypocrisie de la bourgeoisie française, participe à différents mouvements pointant la politique carcérale française, avec Michel Foucault et le Groupe d'information sur les prisons, et pour l'abolition des Quartier de haute sécurité. Il critique avec violence la politique coloniale, et prend aussi position sur le devant de la scène internationale. Ainsi, alors qu'on lui demande d'écrire une préface aux lettres de George Jackson (prisonnier noir, fondateur des Black Panthers), il décide de partir aux États-Unis afin de rencontrer ces mêmes Black Panthers et de prendre publiquement position pour eux. Bien qu'interdit de séjour aux États-Unis, il y séjournera plusieurs mois. De même, il prend position pour les Palestiniens, rencontrant entre autres Yasser Arafat et Leïla Shahid. En septembre 1982, il est le premier Européen à pénétrer dans Chatila, après les massacres perpétrés par les milices chrétiennes). Il en tire un texte politique majeur Quatre heures à Chatila[9].

Après deux séjours de plusieurs mois en Palestine, il se lance dans la rédaction d'un journal intitulé Un captif amoureux, qui sera publié quelques mois après sa mort. Prenant la défense des Palestiniens, il demeure néanmoins lucide sur les intérêts croisés de l'Occident, mais aussi de l'URSS ou des pays arabes quant au maintien d'une guerre symbole dans cette région du monde. Ces propos antisionistes prennent par deux fois une coloration antisémite, qui, pour Sartre, est plus une posture qu'une réalité effective.

Si, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, ces propos sont considérés comme participant d'une guerre idéologique qui scinde l'extrême-gauche française entre pro-sionistes et anti-sionistes, ils ont été réanalysés par Éric Marty dans deux ouvrages qui, pour les uns, révèlent enfin la vérité sur cet auteur complexe et, pour les autres, participent d'un gauchissement et d'une distorsion générale de ces textes, au mépris de la réalité littéraire et biographique. En revanche, il est exact que Genet publia régulièrement des articles et tribunes — réunis chez Gallimard sous le titre de L'Ennemi déclaré — qui sont presque toujours de véritables brûlots.

Il y soutient entre autres, dans « Violence et brutalité », le terrorisme et la Fraction armée rouge. Cet article, qui parut le 2 septembre 1977 dans les pages « points de vue » du journal Le Monde, provoqua un tollé général. Michel Foucault seul défendit la position de Genet[10], évoquant l'action du G.I.P. : « Notre action... cherche à effacer cette frontière profonde entre l'innocence et la culpabilité. C'est la question que posait Genet à propos de la mort du juge de Soledad ou de cet avion détourné par les Palestiniens en Jordanie ; les journaux pleuraient sur le juge et sur ces malheureux touristes séquestrés en plein désert sans raison apparente ; Genet, lui, disait : "Un juge serait-il innocent, et une dame américaine qui a assez d'argent pour faire du tourisme de cette manière là ?” ». Genet renversait toujours les points de vue, mettant sans cesse le lecteur à la question.

Finalement, sa défense de l'homosexualité, sa dénonciation des prisons, son soutien général aux mouvements anticolonialistes, son séjour aux États-Unis pour défendre les Black Panthers ou son double séjour en Palestine font de Genet le saint défenseur des opprimés pour les uns, et pour les autres un savant manipulateur de ces mêmes opprimés qu’il ne défendrait que par détestation de leurs prétendus « oppresseurs ». Cette ambigüité n’aurait sans doute pas déplu à Genet, qui assumait difficilement le rôle de tribun des déshérités.

Ce scandale-là n’a que peu à voir avec son œuvre : Les Nègres fut écrit douze ans avant son engagement pour les Black Panthers, et Un captif amoureux, ouvrage posthume traitant frontalement de politique, est d’une densité et d’une complexité telles qu’il est difficile de croire que ce captif soit très amoureux des idéologies politiques ou religieuses qui sous-tendent ces causes. Surtout, ce scandale est par trop temporel : il apparaît alors que Genet a écrit ses grands textes, après que Cocteau l’a découvert, après que Sartre lui a consacré une biographie. Enfin, ce parfum de scandale politique se dissipe déjà : les pièces de Genet sont parmi les plus jouées du répertoire français, et cela fait longtemps qu’elles n’attirent plus les foudres du public ou d'un quelconque censeur idéologique.

Polémique autour du « nazisme » et de « l’antisémitisme » de Genet[modifier | modifier le code]

Cette polémique a toujours été active. Selon Cocteau et Sartre, ce serait sous la forme d’un renversement des valeurs bourgeoises qu'il faudrait lire ces lignes sur l'Allemagne nazie :

« Il est naturel que cette piraterie, le banditisme le plus fou qu'était l'Allemagne hitlérienne provoque la haine des braves gens, mais en moi l'admiration profonde et la sympathie. Quand un jour, je vis derrière un parapet tirer sur les Français les soldats allemands, j'eus honte soudain de n'être pas avec eux, épaulant mon fusil et mourant à leurs côtés […].

Je note encore qu'au centre du tourbillon qui précède — et enveloppe presque — l'instant de la jouissance, tourbillon plus enivrant quelquefois que la jouissance elle-même, la plus belle image érotique, la plus grave, celle vers quoi tout tendait, préparée par une sorte de fête intérieure, m'était offerte par un beau soldat allemand en costume noir de tankiste[11].

On me dit que l'officier allemand qui commanda le massacre d'Oradour avait un visage assez doux, plutôt sympathique. Il a fait ce qu'il a pu - beaucoup - pour la poésie. Il a bien mérité d'elle […]. J'aime et respecte cet officier[12]. »

Par ailleurs, Pompes funèbres est une analyse des fantasmes morbides qu'engendre l'ensemble des appareillages militaires, avec un démontage complexe de ces fantasmes[13], la Milice et le vocabulaire érotisant des collaborateurs.

Certains de ses censeurs dont Éric Marty condamnent toujours son nazisme et son antisémitisme.

Mais Albert Dichy s’oppose à ces interprétations. Il évoque ainsi sa rencontre au Liban avec Genet en 1970 : « Genet m’a posé des questions. Donc il voulait savoir comment on vivait au Liban, pourquoi est-ce que je parlais français, il était très étonné, il m’a demandé : « Vous êtes chrétien, musulman ? ». J’ai dit : « Non, je suis juif… », alors il a été absolument stupéfait, il m’a dit : « Mais enfin je ne comprends pas, qu’est-ce que vous faites là ? Vous avez une armée superbe de l’autre côté ! Vous devez les rejoindre, vous brouillez tout, on ne comprend plus rien ! ». J’ai compris par la suite que Genet aimait beaucoup se déplacer, lui, sur les cases de l’échiquier, mais il n’aimait pas trop que les cases bougent. »[14].

Peut-on alors qualifier vraiment Genet d’antisémite ?

Éric Marty affirme qu’il y aurait chez Genet une angoisse du Bien, une angoisse à l’égard du Bien : « Si Genet est antisémite […] c'est tout simplement parce qu'aux yeux de Genet le juif est le Bien, parce qu'il est le Bien absolu et que l'antisémitisme de Genet est une angoisse du Bien, une angoisse à l'égard du Bien ». Marty s’appuie sur Kierkegaard et son Concept d'angoisse pour développer sa thèse et aussi sur les analyses de Sartre[15].

Albert Dichy répond à Éric Marty[16] : « Il s'agit, il faut bien le dire, d'un texte d'une rare violence. Mais, après tout, l'œuvre de Genet parle pour lui, il est naturel qu'elle puisse également parler contre lui. Eric Marty instruit donc très méticuleusement un procès de ce qu'il nomme la “métaphysique” de Genet et qui reposerait sur un antisémitisme forcené, une sexualité relevant de “Sodome”, une fascination pour Hitler, la Milice et, de façon plus générale, pour “l'hyperpuissance”. Ce procès se conclut évidemment par une condamnation sans équivoque et par la disqualification du témoignage de Genet sur les Palestiniens — qui est visiblement l'un des principaux enjeux de ce texte ».

Éric Marty parle alors du tabou qui entoure l’œuvre de Genet, tabou qui « n’autoriserait d’approcher le texte que les yeux mi-clos, avec pour seule parole un bégaiement stupide sonnant le glas d’une véritable lecture … Il s’agit là d’un mécanisme bien connu par lequel le sujet pervers projette toute la culpabilité associée à ses pratiques sur le partenaire, ici le lecteur, s’arrangeant pour que la faute en retombe sur lui »[17]. Cette perversion dont Éric Marty étiquette Genet décrédibiliserait ses engagements politiques, ce qui est sans conteste un jugement a priori[18].

En fait jamais Genet n’a été soupçonnable du moindre acte de collaboration, ni d’antisémitisme actif. Même dans Pompes funèbres, où il parle d’un Hitler flamboyant, de la violence des officiers allemands, des forfaits de la milice, et des massacres tels qu’Oradour, c’est toujours pris dans un imaginaire qui lui est propre, et qui interdit qu’on puisse en déduire son attitude réelle dans la vie.

On l’a dit, il n’a pas de sang sur sa plume.

Politique, métaphysique et théologie[modifier | modifier le code]

Éric Marty soutient que l’antisémitisme de Genet est lié à une angoisse du Bien et que Genet identifierait les Juifs et le Bien. Cela semble être une hypothèse très périlleuse qu'Albert Dichy se refuse à cautionner, comme de parler de métaphysique du Mal.

Sartre parle pourtant du « caïnisme » de Genet, de son identification à une lutte fratricide, il a consacré une partie entière du Saint Genet à la figure de Caïn, en qui il voit la clef de la morale de Genet : c'est une morale du trucage, du mensonge, du qui perd gagne, de l'inversion, ce que Genet nomme : la trahison. Erik et Querelle sont les personnages qui incarnent le mieux cet univers caïnique, ou satanique, de Genet. C’est que la réalité pour Genet est traversée de métaphysique, ou plutôt elle est double, et c’est pourquoi elle peut être dite poétique. En effet la réalité laisserait entrevoir le royaume de Satan toujours présent dans le monde, et Hitler incarnerait alors le Mal absolu, témoignant de la présence active de Satan dans le Monde. La littérature est alors pour Genet rédemptrice, puisqu’elle apporte un témoignage sur le Monde, ses affaires, sa conduite.

Il avait dit : « les juifs sont immondes », et cela signifiait pour lui « qu'ils ne sont pas de ce monde », il l’a précisé[19]. Les Juifs, pour Genet, derrière leur réalité apparente, laisseraient entrevoir un autre monde, où les forces du Bien et du Mal s’opposeraient. Ils seraient selon Genet, métaphysiquement, du côté du Bien : ils seraient ou se croiraient être les délégués du Bien parmi nous.

Albert Dichy, dans la suite de l’interview du Monde, propose une autre approche. « Je crois qu'on ne comprend rien à Genet si on ne prend pas en compte la donne spécifique qui marque le départ de son œuvre : c'est qu'elle parle au nom des coupables... c'est aux coupables qu'il est profondément dédié, et parmi eux, plus particulièrement, à ceux qui font l'objet d'un rejet unanime, d'un vomissement social, d'une sortie de la communauté humaine : les grands assassins, les condamnés à mort, les bagnards, les traîtres, les bourreaux, les miliciens, Hitler lui-même. Genet ne les justifie pas, ne les absout pas ». Il y a dans le Saint Genet de Sartre de multiples notations concernant cette façon politique d’effacer la frontière entre l'innocence et la culpabilité.

Mais on peut aussi parler, selon Georges Bataille[20], d’une métaphysique manichéenne où le Bien et le Mal s’affronteraient dans le Monde, d’une pensée théologienne parce qu’ancrée sur des lectures précises des Écritures. Genet le dit, par exemple en évoquant Erik, le tankiste allemand de Pompes funèbres : « Erik, sorte de délégué du mal parmi nous[21]...»

Et il y a un lien subtil entre théologie et politique dans l’œuvre de Genet. Ainsi Pompes funèbres est rythmé par la figure pitoyable de la « petite bonne, fiancée de Jean » et l’enterrement de sa fillette. Genet insiste sur cette petite bonne qu’il appelle « la boniche ». Le livre commence avec la mort de la fillette et se clôt sur la fin du voyage de la petite bonne qui regagne sa chambre après l’enterrement de sa fillette, contrepoint misérable de l’enterrement de Jean Decarnin. L’itinéraire déplorable de cette petite bonne pose la question politique du livre : Qui, dans notre société, va pleurer la mort de la fille de la boniche ? Ce qui n’empêche pas, en même temps, une lecture théologique de ce livre, car, sans cesse, à la suite de renversements dont il a le secret, Genet nous fait pénétrer violemment dans l’univers infernal du Mal[22]. Au cœur du livre, surgit Hitler en personne, image du pouvoir absolu sur le monde, flamboyant, sodomite et castré :

« Cette queue, c'était aussi l'arme de l'ange, son dard. Elle faisait partie de ces engins terribles dont il était bardé, c'était son arme secrète, le V1 derrière quoi se repose le Führer. »

Cet ange ne peut être que l’archange noir, El Satan, qui s’est opposé à Dieu et a été chassé du Paradis. Et précédant et annonçant cet Hitler satanique, Erik, le beau tankiste allemand, incarne la réalité du Mal, dans une terrible scène où il assassine « pour rien » un enfant. On peut dire que l’univers infernal double la réalité quotidienne chez Genet et que c’est sans transition qu’on passe de l’un à l’autre. Colette Piquet pose cette question : « Genet politique est-il moins crédible parce que discrédité par les fulgurances lucifériennes de son œuvre ? »

Dans une page très controversée du Captif amoureux, Genet évoque encore la figure de Hitler :

« Et sauf — c'est le mot, ici —, sauf cela, quoi ? Hitler est sauf d'avoir brûlé ou fait brûler des juifs et caressé un berger allemand. »

La figure d’Hitler surgit de l’équivoque signifiante du mot « sauf ». Sa nature satanique nous emporte sans transition du côté du monde infernal. Hitler, c’est le Mal qui mène la danse du monde. Nulle adhésion pour autant de Genet à la cause nazie...

De nombreuses pages disent l’admiration de Genet pour Israël, son Mossad, son armée, son peuple. Mais, selon Genet, Israël est passé du côté du pouvoir, Genet pose alors la question :

« Si elle ne se fût battue contre le peuple qui me paraissait le plus ténébreux, celui dont l'origine se voulait à l'origine, qui proclamait avoir été et vouloir demeurer l'Origine, le peuple qui se désignait Nuit des Temps, la révolution palestinienne m'eût elle, avec tant de force, attiré ? En me posant cette question je crois donner la réponse. Qu'elle se découpât sur un fond de Nuit des Commencements — et cela, éternellement — la révolution palestinienne cessait d'être un combat habituel pour une terre volée, elle était une lutte métaphysique. Imposant au monde entier sa morale et ses mythes, Israël se confondait avec le Pouvoir. Il était le Pouvoir. »

Genet, toujours du côté des coupables, des maltraités de ce monde, se révolte contre cette puissance d’Israël qui s’exerce au nom du Bien, au nom du Dieu unique qu’il se serait approprié :

« L'État d'Israël au Moyen Orient est un bleu, une ecchymose qui s'éternise sur l'épaule musulmane.

Colette Piquet propose cette interprétation : « Israël a l’origine et l’éternité pour lui, écrit clairement Genet, qui se met et met les Palestiniens dans une position caïnique de rivalité fratricide. Aucun des textes politiques de Genet ne peut être lu hors de cette lutte métaphysique qui les sous-tend[23]. »

Influence en art[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Jean Genet, dans sa jeunesse, a été profondément inspiré par Les Nourritures terrestres d'André Gide, il a d'ailleurs cherché à rencontrer l'écrivain. C'est en partant de ce modèle qu'il a créé certains de ses personnages. La vie de Jean Genet — et sa mise en scène — telle que décrite notamment dans Le Journal du voleur, où il se présente sous les traits d'un vagabond asocial et mystique, a servi d'inspiration aux auteurs de la Beat Generation. On le trouve cité dans l'œuvre de Charles Bukowski, et de façon élogieuse dans la correspondance de Jack Kerouac.

À propos de Charles Bukowski, Jean Genet avait déclaré que, pour lui, il était le plus grand poète américain ayant existé.[réf. nécessaire]

Musique[modifier | modifier le code]

  • La compositrice et interprète française Hélène Martin, née en 1928, a consacré sa carrière à la mise en musique de la poésie. Elle est la première à mettre Genet en musique et ce dès 1962. Elle lui en demande l'autorisation ; il lui répond : « Chantez Le Condamné à mort tant que vous voudrez et où vous voudrez[24]. » Elle enregistre en 1962 un extrait du Condamné à mort. Étienne Daho chante cet extrait sous le nom Sur mon cou en 1996 et le reprend régulièrement lors de ses concerts. Puis en 1966, elle enregistre Où sans vieillir... ; en 1970, Pardonnez-moi ; et en 2000 pour l'album La Douceur du bagne, O la douceur du bagne et Le ciel disait sa messe. En 1971, elle adaptera l'ensemble du poème Le Condamné à mort qui sera dit et chanté par Marc Ogeret. En 1984/85, elle met en scène sous forme d'opéra-poème Le Condamné à mort.
  • Le chanteur japonais d'acid-folk Kazuki Tomokawa a écrit une chanson en hommage à Jean Genet sur son album Erise No Me (en français : Les Yeux d'Élise) ; il s'agit de la chanson Jean Genet ni Kike.
  • Mansfield.TYA[25] refait la bande son du film Un chant d'amour à l'occasion d'un ciné-concert en 2004. On retrouve aussi un hommage à Jean Genet dans leur discographie sur le titre La Cour de l'est (extrait du 7 titres Fuck).
  • Le titre de la chanson The Jean Genie de David Bowie, issue de l'album Aladdin Sane (1973) était, selon Bowie lui-même, « un jeu de mots maladroit sur Jean Genet »[26].
  • Christian Caujolle a écrit plusieurs chansons inspirées de l'œuvre de Genet dont À Maurice Pilorge pour le groupe Casse-Pipe qui l'interprète sur l'album La Part des anges.
  • La chanson Stilitano, a été écrite et composée par Louis-Pierre Guinard et Philippe Onfray (de Casse-Pipe) en s'inspirant directement de la lecture de Journal du voleur; elle est considérée comme un standard du groupe, a été enregistrée sur leur premier album, Chansons Noires - Tome 1, et a été jouée très assidûment sur scène. De façon générale, Jean Genet est une des figures marquantes inspirant le concept du groupe, tant pour les engagements politiques que pour l'ambivalence du personnage.
  • Le chanteur Nicolas Bacchus (Nicolas Bages) a mis en musique le poème Cayenne de Genet, écrit en 1939 à la prison de St Brieuc. Le titre figure sur le premier album Coupe d'immonde et le poème est lisible sur le site[27] du chanteur.
  • Il est fait référence à Jean Genet dans la chanson des Pogues Hell's Ditch (Shane MacGowan/Jem Finer).
  • Il est également fait référence à Jean Genet dans la chanson We Were Lovers de Daniel Darc et Bill Pritchard, parue sur leur vinyle Parce que en 1988.
  • Jean Genet est une des influences majeures de Douglas Pearce, leader du groupe de néofolk Death in June.
  • Dire Straits fait une brève mention de Jean Genet dans la chanson Les Boys.
  • Le chanteur anglais Pete Doherty cite Jean Genet dans son album Grace/Wastelands (2009). À la fin du morceau Last of the English Roses, il lit un court passage de Notre-Dame-des-Fleurs (1944).
  • L'album Elegy du saxophoniste et compositeur américain John Zorn rend hommage à Jean Genet. (1992)
  • La chanson Lady of the Flowers de Placebo fait référence à Notre-Dame-des-Fleurs (1944).
  • Jean-Louis Murat dans sa tournée Muragostang de 2000 utilise sur le titre Polly Jean un récit imaginaire sur Jean Genet diffusé alternativement avec la chanson originale. Cette performance est enregistrée sur l'album en concert du même nom publié en 2001.
  • Le compositeur hongrois Péter Eötvös a mis en musique Le Balcon en 2002 (révisé en 2004).
  • Jeanne Moreau et Étienne Daho enregistrent l'intégrale du Condamné à mort en 2010.
  • Les Nègres, opéra en 3 actes (2004) de Michaël Levinas.
  • Le groupe CocoRosie des deux sœurs Sierra et Bianca Cassidy lui dédie en 2004 une chanson, initialement appelée 1910, la chanson sera ensuite renommée Beautiful Boyz et sortira sur un EP puis sur l'album Noah's Ark sorti en 2005.
  • Le groupe Têtes Raides met en musique le Condamné à mort sur leur album Corps de mots qui fait suite à une série de spectacles de poésies au Théâtre des Bouffes-du-Nord et au Lavoir moderne parisien (2013).
  • Le groupe Les chevals hongrois, qui se définit comme un "ensemble d'individus scandant des juxtapositions sur des rythmes binaires: du rap néfaste à tendance tropicale", enregistre en avril 2015 l'album Le condamné à mort[28], reprise du poème sur un rap. Ils accompagnent leur album d'un film en noir et blanc.

Danse[modifier | modifier le code]

  • En 2009, le danseur et chorégraphe français Angelin Preljocaj crée le solo Le Funambule d'après le poème éponyme de Jean Genet qu'il récite lui-même en dansant. Interprété pendant deux saisons par Preljocaj, le ballet est ensuite dansé à partir de 2011 par Wilfried Romoli[29].

Cinématographe[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Les Bonnes, L'Arbalète, 1947, no 12 (mai). Bien que joué en 1947, Les Bonnes est republié en 1954 chez Jean-Jacques Pauvert, à Sceaux, dans un ouvrage s’intitulant Les Bonnes, les deux versions précédées d’une Lettre de l’auteur. La première version correspond à la pièce publiée dans L'Arbalète en 1947 et jouée en 1954 par Tania Balachova, la seconde est postérieure aux répétitions avec Louis Jouvet au théâtre de l’Athénée en 1947. Les Bonnes a eu le Prix de la Pléiade en 1947.
  • Haute Surveillance, Gallimard, Paris, 1949. Une version sera jouée à New York sur la base d’une traduction de Frechtman effectuée à partir d’un texte joué au théâtre des Mathurins, version différente de celle publiée cette année-là. En 1957, une troisième version est jouée à Hambourg, version publiée en 1968 dans les Œuvres complètes, tome IV, Paris, Gallimard. Haute Surveillance a eu également le Prix de la Pléiade la même année que Les Bonnes.
  • Le Balcon, L'Arbalète, Décines (Lyon), 1956. Il s’agit de la version originelle en quinze tableaux. Chez le même éditeur, en 1960, est publiée une deuxième version en neuf tableaux puis, deux ans plus tard, une troisième version définitive, toujours chez le même éditeur. Cette version définitive sera reprise dans les Œuvres complètes chez Gallimard, en 1968, tandis que la version anglaise due à la traduction de Frechtman fut établie sur la base d’une quatrième version.
  • Les Nègres, L'Arbalète, Décines (Lyon), 1958.
  • Les Paravents, L'Arbalète, Décines (Lyon), 1961. Les dessins évoqués par Jean Genet dans ses « indications » sont reproduits dans l’édition numérotée. Suit une deuxième version, The Screens, toujours d’après une traduction de Frechtman, et une troisième, en seize tableaux au lieu de dix-sept, qui prendra place dans le tome V des Œuvres complètes, Gallimard, Paris, 1979.
  • « Elle » L'Arbalète, 1989.
  • Splendid's L'Arbalète, 1993.
  • Le Bagne L’'Arbalète, 1994.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Le Condamné à mort, édition hors commerce, Fresnes, septembre 1942
  • La Galère, 1944
  • Chants secrets (Le Condamné à mort, Marche funèbre), L'Arbalète, Décines (Lyon), 1945 - illustré d'une lithographie d'Émile Picq
  • Un chant d'amour, 1946
  • Le Pêcheur du Suquet, 1946
  • Le Condamné à mort/Marche funèbre/La Galère/La Parade/Un chant d’amour/Le Pêcheur du Suquet, L'Arbalète, Décines (Lyon), 1948

Romans et autres textes[modifier | modifier le code]

  • Notre-Dame-des-Fleurs, « aux dépens d’un amateur » (Paul Morihien), Monte-Carlo, 1944. Paru ensuite en édition révisée dans les Œuvres complètes, tome II, Éditions Gallimard, Paris, 1951
  • Miracle de la rose, L'Arbalète, Décines (Lyon), , 1946. Paru ensuite en édition révisée dans les Œuvres complètes, tome II, Gallimard, Paris, 1951
  • Querelle de Brest, L'Arbalète, Décines (Lyon), 1947. Paru ensuite en édition révisée dans les Œuvres complètes, tome III, Gallimard, Paris, 1953 et en édition complète (texte originel) la même année dans la collection L’Imaginaire, Gallimard
  • Pompes funèbres, Bikini, « aux dépens d’un amateur » (Paul Morihien), 1948. Paru ensuite en édition révisée dans les Œuvres complètes, tome III, Gallimard, Paris, 1953 et en édition complète (texte originel) la même année dans la collection L’Imaginaire, Gallimard
  • Journal du voleur, Gallimard, Paris, 1949. Le second tome annoncé à la fin de cet ouvrage n’a jamais paru.
  • Adame Miroir, argument pour ballet, Morihien, Paris, 1949
  • L’Enfant criminel, texte radiophonique, Morihien, Paris, 1949 Republié dans les Œuvres complètes, tome V, Gallimard, Paris, 1979
  • Lettres à Leonor Fini, Loyau, Paris, 1950
  • Jean Cocteau, Empreintes, Bruxelles, 1950
  • « Conférence de Stockholm », texte radiophonique pour la radio suédoise, musée-bibliothèque Pierre-André-Benoît, Stockholm, 1955
  • Le Funambule, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1958
  • L’Atelier d’Alberto Giacometti, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1958

Articles, entretiens[modifier | modifier le code]

  • « Je ne peux pas le dire », lettre de 1960 à Bernard Frechtman, publiée en partie dans Libération, 7 avril 1988
  • « To a Would Be Producer », in Tulane Drama Review, no 7, 1963, p. 80-81
  • « What I like about the English is that They Are such Liars… », in Sunday Times, 1963, p. 11
  • « Jean Genet », entretien pour Playboy, avril 1964, p. 45-55
  • « Ce qui est resté d’un Rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers… », in Tel Quel 29, avril 1967
  • « L'étrange mot d'… », in Tel Quel 30, septembre 1967
  • « Les maîtresses de Lénine », in Le Nouvel Observateur, no 185, 30 mai 1968
  • « Les membres de l’Assemblée nationale », in Esquire, no 70, novembre 1968
  • « Un salut aux cent mille étoiles », in Evergreen Review, décembre 1968
  • « Les Pâtres du désordre », in Pas à pas, mars 1969, pp. vi-vii
  • « Français encore un effort », in L’Idiot international, no 4, 1970, p. 44
  • « Il me paraît indécent de parler de moi », conférence, Cambridge, 10 mars 1970
  • « Lettres aux intellectuels américains », conférence prononcée le 18 mars 1970, université du Connecticut
  • « Bobby Seale, the Black Panthers and Us White People », in Black Panther Newspaper, 28 mars 1970
  • « Introduction », préface au livre de Georges Jackson, Soledad Brother, World Entertainers, New York, 1970
  • « May Day Speech », discours prononcé à New Haven le 1er mai 1970
  • « Jean Genet chez les Panthères noires », entretien avec Michèle Manceau, in Le Nouvel Observateur, no 289, 25 mai 1970
  • « Angela et ses frères », in Le Nouvel Observateur, no 303, 31 août 1970 (ce texte fut aussi publié sous le titre « L’Homme qui se croyait juge »)
  • « Un appel de M. Jean Genet en faveur des Noirs américains », in Le Monde, 15 octobre 1970
  • « Jean Genet chez les Panthères noires », entretien avec F.-M. Banier, in Le Monde, 23 octobre 1970
  • « Angela Davis est entre vos pattes », texte lu le 7 octobre 1970, diffusé à la télévision lors de l’émission L’Invité du dimanche, le 8 novembre suivant
  • « Jean Genet témoigne pour les Soledad Brothers », in La Nouvelle Critique, juin 1971
  • « Pour Georges Jackson », manifeste imprimé et envoyé par voie postale à quelques centaines de personnes en juillet 1971
  • « Après l’assassinat », écrit en 1971, non publié avant 1991
  • « L’Amérique a peur », in Le Nouvel Observateur, no 355, 1971
  • « Les Palestiniens », commentaire de dix photographies de B. Barbey publiées dans Zoom, no 4, 1971
  • « The Americans kill off Blacks », in Black Panther Newspaper, 4 septembre 1971
  • « The Black and the Red », in Black Panther Newspaper, 11 septembre 1971
  • « L’Assassinat de Georges Jackson », in L’Intolérable, brochure du GIP, Paris, Gallimard, 10 novembre 1971
  • « Une lettre de Jean Genet », in Les Lettres Françaises, 29 mars 1972
  • « Faites connaissance avec les Guaranis », in Le Démocrate véronais, 2 juin 1972
  • « Les Palestiniens », publié sous le titre Shoun Palestine, Beyrouth, 1973, puis dans Genet à Chatila, Actes Sud, Arles, 1994
  • « Sur deux ou trois livres dont personne n’a jamais parlé », texte radiophonique pour France Culture lu le 2 mai 1974 puis repris pour L’Humanité sous le titre « Jean Genet et la condition des immigrés », le 3 mai
  • « Quand le pire est toujours sûr », inédit écrit en 1974
  • « Mourir sous Giscard d’Estaing », in L’Humanité , 13 mai 1974
  • « Et pourquoi pas la sottise en bretelle ? », in L’Humanité, 25 mai 1974
  • « Les Femmes de Djebel Hussein », in Le Monde diplomatique, 1er juillet 1974
  • « Un héros littéraire : le défunt volubile », in La Nouvelle Critique, juin-juillet 1974
  • « Entretien avec Angela Davis », in L’Unité, 23 mai 1975
  • « Des esprits moins charitables que le mien pourraient croire déceler une piètre opération politique », in L’Humanité, 13 août 1975
  • « Les Frères Karamazov », in La Nouvelle Revue française, octobre 1975
  • « Entretien avec Hubert Fichte », in Die Zeit, no 8, 13 février 1976
  • La Nuit venue, scénario, fonds IMEC, 1976
  • « La ténacité des Noirs américains », in L’Humanité, 16 avril 1977
  • « Cathédrale de Chartres, vue cavalière », in L’Humanité, 30 juin 1977
  • « Violence et brutalité », in Le Monde, 2 septembre 1977, ce texte est aussi la préface aux Textes des prisonniers de la Fraction Armée rouge et dernières lettres d’Ulrike Meinhof, Maspero, Cahiers libres, Paris, 1977
  • « Près d’Ajloun » in Per un Palestine, dediche a piu voci a Wael Zouateir, Mazzota, Milan, 1979
  • Le Langage de la muraille, fiction historique, inédit, fonds IMEC, 1981
  • « Entretien avec Antoine Bourseiller » et « Entretien avec Bertrand Poirot-Delpech », reportage vidéo, collection « Témoin », réalisé entre décembre 1981 et janvier 1982, extraits parus dans Le Monde en 1982 et Le Nouvel Observateur en 1986
  • « Quatre heures à Chatila », in Revue d’études palestiniennes, 1er janvier 1983
  • « N° Matricule 1155 », catalogue de l’exposition « La Rupture », Le Creusot, 1er mars 1983
  • « Entretien avec Nigel Williams », texte radiophonique, BBC, Royaume-Uni, 12 novembre 1985
  • « Une rencontre avec Jean Genet », in Revue d’études palestiniennes, automne 1985
  • « L’art est le refuge », in : Les Nègres au port de la lune, Paris : Éditions de la Différence, 1988, p. 99-103
  • « Saint Genet, Palestinien et poète », L'Autre Journal, no 18, juin-juillet 1986. Traduction d'un entretien entre Jean Genet et Saadalah Wannous, originellement publié dans la revue Al Karmil qu'anime le poète palestinien Mahmoud Darwich.

Film[modifier | modifier le code]

  • Un chant d'amour, film, noir et blanc, muet, 25 min, mise en scène de Jean Genet, 1950

Posthumes[modifier | modifier le code]

  • Un captif amoureux, Gallimard, Paris, 1986
  • Lettres à Roger Blin, Gallimard, Paris, 1986
  • « Chère Madame », correspondance avec Ann Bloch, Merlin-Verlag, Hambourg, 1988
  • Lettres à Olga et Marc Barbezat, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1988
  • Elle, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1988
  • L’Ennemi déclaré, recueil de textes et entretiens, Gallimard, Paris, 1991
  • Splendid’s, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1993
  • Le Bagne, L’Arbalète, Décines (Lyon), 1994
  • Lettres à Ibis, L’Arbalète, Gallimard, Paris, 2010

Inédits mais répertoriés[modifier | modifier le code]

  • La Lettre à Decimo, (première version de Fragments…, archives Bernard Frechtman)
  • C’est par un autre, plus subtil, (texte sur la répartition des droits d’auteur)
  • Les Rêves interdits, (scénario de Mademoiselle)
  • Le Bleu de l’œil, (scénario)
  • Le Langage de la Muraille (scénario)
  • Correspondance Genet-Frechtman
  • Correspondance Genet-Antoine Bourseiller. Deux lettres adressées à Christophe Bourseiller sont reproduites dans la revue Continent

Livres audio[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Caroline Daviron,
    • Jean Genet, une passion méditerranéenne. Paris : Éditions Encre d’Orient, 2010, 286 p.ISBN 978-2-36243-002-2.
    • Elles, les femmes dans l’œuvre de Jean Genet. Préface Edmund White. Paris : Éditions l’Harmattan, 2007, 321 p. collection Psychanalyse et civilisations. ISBN 978-2-296-04361-9
  • Bernard Alazet et Marc Dambre (sous la direction de) Jean Genet, Rituels de l'exhibition, éditions universitaires de Dijon, 2009
  • Louis-Paul Astraud, Jean Genet à 20 ans : Une jeunesse perdue, Au Diable Vauvert, Vauvert, France, 2010
  • Jean-Luc A. d'Asciano, Petite mystique de Jean Genet, Éd. L'Œil d'or, Paris, 2006
  • Tahar Ben Jelloun,
    • Jean Genet, menteur sublime (récit), Gallimard, 2010
    • Beckett et Genet, un thé à Tanger (pièce de théâtre), Gallimard, 2010
  • Véronique Bergen, Jean Genet. Entre mythe et réalité, essai, préface de Michel Surya, Ed. De Boeck, Bruxelles, 1993.
  • Claude Bonnefoy, Jean Genet, Éd. universitaires, Paris, 1965
  • Patrice Bougon,
    • « Du désir des corps à l’amour des mots dans la poésie de Jean Genet : les voies paradoxales du détour », revue Modernités, Université de Bordeaux III, dossier « Poésie et empêchement », dirigé par Eric Benoît, juin 2014, p. 189-201.
    • « Travaux d’aveugles : Genet lu par Sartre et Derrida » (la tache aveugle chez le lecteur, critique et morale chez Sartre, texte littéraire et grille philosophique, l’écriture critique de Derrida), L’écriture et la lecture : des phénomènes miroir ? L’exemple de Sartre, sous la direction de Noémie Parant et Nathalie Depraz, Éditions universitaires de Rouen et du Havre, octobre 2011, p. 135-146.
    • « Du biographique au poétique: le motif de la mer et le nom propre chez Genet et Lautréamont », Jean Genet : du roman au théâtre, actes du colloque organisé par M-C. Hubert, Hubert, M. Bertrand. K. Germoni, Presses de l’université d’AIX, 2012, p. 173-182.
    • « Les grands apôtres de saint Genet » (Genet lu par Cocteau, Sartre, Deguy, Derrida, Sollers), article d’ouverture au dossier Genet du Magazine littéraire « Genet », no 503, décembre 2010, p. 50-54 et bibliographie, p. 84
    • « Jean Genet et Sartre : écrire la guerre », Écritures de la guerre aux XX et XXI siècles, volume sous la direction de Marie-Hélène Boblet et Bernard Alazet, Éditions universitaires de Dijon, juin 2010, p. 47-54. (la prison en temps de guerre au service de l’Occupant, Les Temps modernes (1945-1950), réponse à Marty / Jablonka).
    • « Politique, religion et ironie dans Un captif amoureux », Actes du colloque international Paris III Jean Genet. Rituels de l'exhibition, dirigé par Bernard Alazet et Marc Dambre, aux Presses Universitaires de Dijon, octobre 2009, p. 81-90. (ironie, communauté déniée des ennemis et des religions, critique sans limites des amis).
    • « La métaphore de la mer dansQuerelle de Brest de Genet. La métaphore filée et le dictionnaire ou le récit considéré comme poème », Toutes les images du langage. Jean Genet, Ouvrage collectif dirigé par Ekotto, Renaud, Vannouvong, Édition Alain Baudry, 2008, p. 15-26. (Le mot comme matrice poétique du récit, les figures filées).
    • « Traduction, tradition et trahison dans Les Paravents de Genet. (De l’engagement politique à la liberté littéraire, précédé d’une réflexion sur ce qui demeure du Grand Dictionnaire Larousse dans la politique coloniale.) » Revue pour l’agrégation de littérature comparée OP.CIT, P.U de Pau, no 15, novembre 2000, p. 259-267. [Version remaniée de l’étude parue en anglais : « Translation, tradition and betrayal: from political commitment to literary freedom in Genet's Les Paravents (preceded by a reflection on what remains of the Larousse dictionary in colonial politics) » in Parallax, special issue : Translating Algeria. University of Leeds, Taylor and Francis, London, 1998, p. 129-144. (sémiotique théâtrale, engagement et ironie, trahison, idéologie ).
    • « La photographie : de l'histoire à la fiction. (La référence photographique dans l'œuvre de Jean Genet) » Interfaces, Centre de recherche Image Texte Langage, dirigé par Michel Barridon et Jean-Michel Rabaté, Université de Bourgogne, no 13, 1998, p. 29-48. (Description, photographie, critique de l’illusion réaliste, cadrage et récit).
    • « L'image cinématographique dans Un captif amoureux de Jean Genet », Théâtre au cinéma, no 10, (10 feuillets), mars 1999, Bobigny, p. 140-143. (Fantasme et mimésis).
    • « The politics of enmity », Yale French Studies, « Genet : In the language of the Enemy », no 91, guest editor: Scott Durham, 1997, p. 141-158.
    • « Politique, ironie, et mythe dans Pompes funèbres », Europe, Dossier Genet, août-septembre 1996, p. 65-77. (L’ironie de Jankélévitch pour une lecture attentive à la rhétorique et à la déconstruction des stéréotypes idéologiques, le deuil, amis/ennemis).
    • « Genet et la politique », avec Jean-Michel Rabaté, Études françaises, Université de Montréal, vol 31, no 3, 1995, p. 103-110. (En quoi Genet défait la logique de la littérature engagée, intérêt de Derrida pour Genet).
    • « Le cliché, la métaphore et la digression dans Pompes funèbres et Un captif amoureux », L’esprit créateur, Numéro spécial, Jean Genet. Littérature et politique, guest editor : Patrice Bougon, États-Unis, Spring 1995, vol.XXXV, no 1, p. 70-79.
    • « Le travail des mots et la décomposition narrative dans Pompes funèbres de Jean Genet » Dossier Genet dirigé par Marc Dambre, Roman 20/50, no 20, décembre 1995, p. 67-82.
    • « Politique et autobiographie chez Genet », Magazine littéraire, Dossier Genet, no 313, septembre1993, p. 67-70. (10 feuillets A 4).
    • « Une histoire captivante » (traduit en japonais), Eureka, Dossier Genet, Tokyo, no 6, vol.24-6, juin 1992, p. 170-181.
    • « Genet recomposé. Littérature et philosophie chez Derrida », Magazine littéraire, Dossier Derrida, no 286, mars 1991, p. 46-48 (10 feuillets A4 )
    • « Vigilanza stretta : la fuga del teatro »(L’échappée théâtrale. Une lecture de la version posthume de Haute surveillance de Jean Genet) dans L’immoralita leggendaria. Il teatro di Jean Genet, volume collectif dirigé par Sergio Colomba et Albert Dichy, édition Ubulibri, Milan, 1990, p. 83-91.
    • « Una lettura di « Elle » » ( traduction italienne), Actes du colloque international Genet, organisé par Albert Dichy, Jean Genet, Chiavi di lettura, Parme, 27-29 avril 1989, Éditions Associazione Nazionale dei Critici du Teatro, 1990, p. 160-170. * « Una lectura de « Ella » » (traduction espagnole de la même conférence : « Elle e(s)t lui : Une lecture de « Elle », pièce posthume de Genet) dans la revue théâtrale El Publico, Madrid, no 41, octobre 1989, p. 72-80.
    • « Un captif amoureux de Jean Genet », L’Infini, no 22, Gallimard, été 1988, p. 109-126 (témoignage, autobiographie, temporalité du récit, ironie, engagement).
  • Roland Caillaux, Vingt lithographies pour un livre que j'ai lu (à propos de Notre-Dame-Des-Fleurs de Jean Genet. Dessins refusés par l'auteur). Lille : QuestionDeGenre/GKC, 1996. Présentation Patrick Cardon
  • Mohamed Choukri, Jean Genet et Tennessee Williams à Tanger, Quai Voltaire, Paris, 1992
  • Jean Cocteau, Le Passé défini, 3 vol., Gallimard, Paris, 1983
  • Jacques Derrida, Glas, Galilée, Paris, 1974
  • Albert Dichy & Pascal Fouché, Jean Genet, essai de chronologie, 1910-1944, Bibliothèque de littérature française contemporaine, université de Paris-VII, I.M.E.C., Paris, 1988
  • Aïcha El Basri, L’Imaginaire carcéral de Jean Genet, L’Harmattan, Paris, 1999
  • Didier Eribon, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Fayard, Paris, 2001
  • Nathalie Fredette, Figures baroques de Jean Genet, Montréal, XYZ, et Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2001
  • Jane Giles, Un chant d'amour. Le cinéma de Jean Genet, Macula, Paris, 1993
  • J.A. Gitenet,
    • Réflexions sur l'univers homosocial dans Splendid's de Jean Genet. L'homme divisé, L'Harmattan, Paris, 2002
    • Jean Genet:problématique des masculinités dans Haute Surveillance. L'homme déplié, L'Harmattan, Paris, 2003
    • Le no man's land de l'image dans « Elle » de Jean Genet. L'homme disloqué, L'Harmattan, Paris, 2004
  • Juan Goytisolo, Les Royaumes déchirés, trad. J. Lacor, Fayard, Paris, 1988
  • Jérôme Hankins, Genet à Chatila, Solin, Arles, 1992
  • Mairéad Hanrahan, Lire Genet, une poétique de la différence, Presses universitaires de Montréal et de Lyon, Montréal et Lyon, 1997
  • Pierre-Marie Héron, « Journal du voleur » de Jean Genet, Gallimard, Foliothèque, Paris, 2003
  • Marie-Claude Hubert, L’Esthétique de Jean Genet, Liège, SEDES, 1996
  • I. Jablonka, Vérités inavouables de Jean Genet, Seuil, Paris, 2004
  • Hédi Khelil, De l’extranéité à l’altérité, figures de l’écriture dans l’œuvre de Jean Genet, Academia Bruylant, Louvain-la-Neuve, 2003
  • B.G Kennely, Unfinished Business : Tracing incompletion in Jean Genet's Posthumously Published Plays, Rodopi, Amsterdam, 1997
  • Hadrien Laroche, Le Dernier Genet, Seuil, Paris, 1997
  • Violette Leduc, La Folie en tête, Gallimard, Paris, 1970
  • Yann Le Puits,
    • Conférence sur Le journal du voleur, Atelier de Littérature contemporaine, 2010
    • Revue Florilège, no 140 et revue Art et Poésie de Touraine, numéros 202 et 203, 2010.
  • Arnaud Malgorn,
    • Jean Genet, qui êtes-vous ?, La Manufacture, Lyon, 1988
    • Jean Genet, portrait d’un marginal exemplaire, Gallimard Découvertes, Paris, 2002
  • Alain Bernard Marchand, Genet. Le joueur impénitent, Les Herbes rouges, Montréal, 1997
  • Kate Millett, La Politique du mâle (Sexual Politics, 1969), traduit par Élisabeth Gille, Stock, Paris, 1971, rééd. Seuil points actuel
  • Éric Marty,
    • « Jean Genet à Chatila », in Bref séjour à Jérusalem, Gallimard, 2003
    • Jean Genet, post-scriptum, Verdier, 2006
  • Jean-Bernard Moraly, Jean Genet, la vie écrite, La Différence, Paris, 1988
  • Colette Piquet,
    • « Un assassin si beau qu'il fait pâlir le jour », L'Unebévue, n° 19, Le psychanalyste, un cas de nymphe, 2002, pp. 131-148.
    • « Jean Genet, perversalités », in Saint foucault un miracle ou deux, dir. Mayette Viltard, Paris, Cahiers de l'Unebévue, 2013, pp. 217-256.
  • Marie Redonnet, Jean Genet, le poète travesti, Grasset, Paris, 2000
  • Jean-Pierre Renault, Une enfance abandonnée : Jean Genet à Alligny-en-Morvan, La Chambre d’échos, Paris, 2000
  • Florence Richter, Ces fabuleux voyous. Crimes et procès de Villon, Sade, Verlaine, Genet, Paris, Éditions Hermann, 2010 (avec une préface de François Ost)
  • Jean-Paul Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Gallimard, Paris, 1952
  • Agnès Vannouvong, Jean Genet, les revers du genre, Presses du Réel, Dijon, 2010
  • Edmund White, Jean Genet, trad. Philippe Delamare, Gallimard Biographie, 1993 (ISBN 9782070730162)
  • (ouvr. coll.), Les Nègres au port de la Lune, Genet et les différences, La Différence, Bordeaux, 1988

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Des mots trop beaux » a été l’intitulé d’une section de clinique à l’École lacanienne de psychanalyse en 2001)
  2. cf. Colette Piquet, « Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour », L’Unebévue n°19, Follement extravagant. Le psychanalyste, un cas de nymphe ?, pp. 131-148
  3. Pompes funèbres, p. 164-165.
  4. Cf. Colette Piquet, op. cit.
  5. L'Ennemi déclaré - Textes et entretiens, Gallimard, 1991.
  6. En fait la confidence de Genet au journaliste est partiellement fausse, Genet l’a avoué : il a favorisé l’écriture du livre en le nourrissant de ses conversations et correspondances avec Sartre : une psychanalyse sans psychanalyste. Et puis il n’a jamais lu entièrement Saint Genet qu’il trouvait assommant. Et surtout il a dit ailleurs avoir cessé d’écrire des romans après le Journal du voleur : il avait épuisé sa veine romanesque du temps de ses prisons et il passait à autre chose, à des œuvres théâtrales, à des écrits sur l’art et la littérature, avant sa participation à des mouvements politiques
  7. Jean Genet par Stephen Barber, Reaktion Books, 2004, (ISBN 9781861891785), p. 11-13
  8. Abdellah Taïa évoque cette tombe dans Le rouge du tarbouche, Points, 2012
  9. Quatre heures à Chatila
  10. Dans Dits et Écrits II
  11. Pompes funèbres, p. 133-134.
  12. Op. cit., p. 262.
  13. Cf. Jean-Luc A. d'Asciano, Petite Mystique de Jean Genet, L'Œil d'or, 2007, p. 79-88, sur les liens de Genet avec la Résistance (il porta des messages de Lily Pringsheim à Wilhelm Leuschner, qu'il rencontra en juin-juillet 1937), ou encore Edmund White, Jean Genet, Gallimard, 1993, p. 143.
  14. Ces confidences peuvent être écoutées sur : http://www.dailymotion.com/video/xacg9j_albert-dichy-jean-genet-et-les-pale_creation, cité par Colette Piquet, « Jean Genet, perversalités », in Saint foucault un miracle ou deux ?, Mayette Viltard dir., Cahiers de l’Unebévue, 2013, pp. 217-256
  15. Éric Marty, « Jean Genet à Chatila », in Bref séjour à Jérusalem, Gallimard, 2003)
  16. Dans Le Monde le 4 avril 2003, « Genet maintient le dernier lien des coupables avec le monde »)
  17. Éric Marty, Jean Genet, post-scriptum, Verdier, 2006)
  18. Un jugement psychopathologisant et moralisant que la psychanalyse ne saurait cautionner. Il s’agit là de ce qu’on appelle péjorativement de la « psychanalyse appliquée »
  19. cité par Edmund White dans sa biographie
  20. in : La littérature et le mal
  21. Selon Colette Piquet, « Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour », op.cit. : Joachim l’Arménien et Querelle dans Querelle de Brest sont des incarnations inversées de Jean-Baptiste et de Jésus.
  22. Cf. Colette Piquet, « Jean Genet, Perversalités »,op. cit : « Par delà les masques et les faux-semblants, les aveux mensongers et les retournements périlleux, il y a la réalité du Mal, toujours présent dans l’œuvre, tapi derrière les mots trop beaux. Le Mal qui affleure souvent au détour d’une image, s’incarne parfois dans des personnages lucifériens, surgit et s’épanouit dans des scènes infernales. »
  23. Colette Piquet, op. cit.
  24. Jean Genet, un chant d'amour, p. 69, Livre-DVD-CD, EPM/SWPRODUCTIONS, 2006
  25. Mansfield.TYA.
  26. « The title, of course, was a clumsy pun upon Jean Genet » in David Bowie & Mick Rock (en), Moonage Daydream, New York:Universe Publishing, 2005, p. 140-146.
  27. Site de Nicolas Bacchus.
  28. « LE CONDAMNE A MORT (Jean Genet), by LES CHEVALS HONGROIS & KORBAK PROD. », sur les chevals hongrois (consulté le 11 août 2015)
  29. Wilfried Romoli dans l'exercice de risque du "Funambule" par Rosita Boisseau dans Le Monde du 13 mai 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]