Édouard Corroyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Édouard Corroyer
Image illustrative de l’article Édouard Corroyer
Présentation
Naissance
Amiens
Décès (à 68 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Architecte,
Inspecteur général des édifices diocésains
Œuvre
Réalisations Mont-Saint-Michel
Château de Fleyriat
Église de Vougy
Hôtel de ville de Roanne
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Publications Description de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords

Édouard Corroyer, né à Amiens le et mort à Paris le , est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard-Jules Corroyer est issu d'une famille des corps de métier du bâtiment : son père est charpentier, son oncle maternel et son aïeul sont couvreurs. Son beau-père, Louis Napoléon Pierre Forget, est également architecte. Sa belle-mère, Louise-Geneviève Salles, est issue d'une importante famille d'entrepreneur de bâtiment.

Il est l'élève d'Eugène Viollet-le-Duc. En 1862, il réalise l'hôtel de ville de Roanne et l'église de Vougy (Loire), puis le château de Fleyriat (Ain). S'intéressant à l'architecture médiévale, il participe activement à la restauration de la cathédrale de Soissons. En 1878, il reçoit pour mission de restaurer Le Mont-Saint-Michel, sur lequel il publie plusieurs études mais il est révoqué en 1888, avant d'avoir pu achever son travail.

Dessin du Mont-Saint-Michel de Corroyer, 1873.

En 1874, il devient architecte diocésain de Soissons, puis obtient le poste d'inspecteur général le . Il rejoint la Société des antiquaires de France en 1879 et il est élu membre libre de l'Académie des beaux-arts en 1896.

De 1878 à 1882, il conçoit et supervise la construction du siège du Comptoir d'escompte de Paris.

On doit à Édouard Corroyer la reconstitution, à la fin du XIXe siècle, du monument à la gloire de Sobieski, roi de Pologne qui avait vaincu l'armée ottomane lors de la bataille de Vienne en 1683. Sobieski avait alors demandé au sculpteur Pierre Vaneau de réaliser des statues pour décorer son mausolée. Ces sculptures en noyer représentent les quatre nations vaincues sous forme d'esclaves : les Moscovites, les Tartares, les Hongrois et les Ottomans. Les deux premières étaient visibles dans le musée d'art religieux du Puy-en-Velay[1] jusqu'en mai 2010, musée désormais fermé pour cause de travaux.

Édouard Corroyer collabore comme dessinateur pour Joseph Poelaert lorsque celui-ci, installé à Paris le temps de peaufiner ses plans, termine son projet de Palais de justice de Bruxelles.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Description de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords, 1877 ;
  • Guide descriptif du Mont-Saint-Michel, Paris, André, Daly Fils et Cie, , 158 p. (lire en ligne) Texte en ligne ;
  • L'Architecture romane, Paris, Quantin, 1888, 320 pages. (lire en ligne) ;
  • L'architecture gothique, Paris, Librairies-imprimeries réunies, , 382 p. (lire en ligne).
  • Directeur de publication de la revue la Gazette des architectes et du bâtiment.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Édouard Corroyer est:

  • Legion Honneur Chevalier ribbon.svg chevalier de la Légion d'honneur en 1882 ;
  • Legion Honneur Officier ribbon.svg officier de la Légion d'honneur en 1896.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Comte, Le Puy-en-Velay, ville aux huit merveilles, 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri de Curzon, Guide descriptif du Mont-Saint-Michel, par Édouard Corroyer. Description de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et de ses abords, par le même. Saint-Michel et le Mont-Saint-Michel, par Mgr Germain, l'abbé P-M. Brin et Édouard Corroyer, p. 95-99, Bibliothèque de l'école des chartes, 1884, no 45 (lire en ligne)
  • Henri Bouchot, Notice sur la vie et les œuvres de M. Édouard Corroyer, Institut de France, Académie des beaux-arts, Paris : Firmin-Didot, 1905
  • Jean-Michel Leniaud (direction), Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, (lire en ligne)
  • Thèse de l'École pratique des hautes études, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, 2003 : Marie Gloc, Édouard-Jules Corroyer (1835-1904), architecte, archéologue et collectionneur. L'architecture dans tous ses états.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]