Michel David-Weill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel David-Weill
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Michel Alexandre David-WeillVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Père
Fratrie
Eliane David-Weill (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Béatrice David-Weill (d)
Cécile de La Baume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Propriétaire de
Château de Hautefort, hôtel de Laigue, villa Sous le Vent (d), Château Brillette (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinctions

Michel David-Weill, né le dans le 7e arrondissement de Paris et mort à New York le , est un banquier, mécène et collectionneur d'art[1] français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel David-Weill suit ses études au lycée français de New York, puis à l'Institut d'études politiques de Paris. Il rejoint la banque familiale en 1956. Surnommé « Le dernier empereur de Wall Street » par le magazine américain Business Week en 1988[2], il est président-directeur général de la banque Lazard de 1975 à 2001[3].

Il nomme Bruce Wasserstein pour diriger Lazard après lui. Une guerre de pouvoir escalade entre les deux hommes : en 2003, Wasserstein tente de modifier le système capitalistique pour réduire David-Weill à un actionnaire minoritaire, mais ce plan échoue[4].

Il fut également président de la Société anonyme de la Rue impériale de Lyon, de la holding Gaz et Eaux, d'Eurafrance, président du conseil de surveillance de Sovac (1982-1995), vice-président de BSN puis du groupe Danone, administrateur d'ITT, membre du conseil de surveillance de Publicis, associé-gérant de Partena et de Partemiel, gérant de Parteger et de Parteman et directeur de Banca Leonardo. Il est aussi président du conseil de surveillance d'Eurazeo[2].

Comme son père, Pierre David-Weill, auparavant, il est élu, en 1982, membre libre de l'Académie des beaux-arts[5]. À la suite de la disparition du graveur Pierre-Yves Trémois (1921-2020) qui avait été élu en 1978, il en devient le doyen d'élection le 16 août 2020.

Il est président du conseil artistique de la Réunion des musées nationaux à partir de 1988 et a été président du Conseil supérieur du mécénat culturel de 1987 à 1989, membre du conseil du musée de la Légion d'honneur et de la Société des amis du Louvre, du conseil d'administration de la Cité des arts, ainsi que membre de la Morgan Library et du Metropolitan Museum Council (New York). Il est également membre du comité d'honneur du Groupe PlaNet Finance.

Michel David-Weill est également membre de l'Automobile Club de France, du Cercle de l'union interalliée et de la Commission trilatérale.

Il décède à New York dans la nuit du 16 au 17 juin 2022 [6],[7],[8],[9].

Famille[modifier | modifier le code]

Michel David-Weill a épousé Hélène Lehideux, présidente des Arts décoratifs, fille de Robert Lehideux, dirigeant de la banque Lehideux, et d'Odette Vyau de Lagarde. De cette union sont nées quatre filles :

  • Béatrice, épouse de Bertrand de Villeneuve-Bargemont, puis d'Édouard Stern ;
  • Cécile, romancière, épouse d'Emmanuel Renom de La Baume[10] ;
  • Nathalie, épouse d'Olivier Merveilleux du Vignaux ;
  • Agathe, épouse de Pierre Mordacq.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • L'esprit en fête, Robert Laffont, 2007.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commentaire sur son livre L'Esprit en fête sur le site de Connaissance des arts.
  2. a et b Bertille Bayart, « Michel David-Weill, la fin du mythe », Le Figaro, supplément Le Figaro et vous,‎ 18-19 juin 2022, p. 42 (lire en ligne).
  3. Nathalie Brafman, « Michel David-Weill, le monarque français », sur Lemonde.Fr, (consulté le ).
  4. Tristan Gaston-Breton et Pascal Garnier, « David-Weill contre Wasserstein, un fauteuil pour deux », sur Lesechos.fr, (consulté le ).
  5. Biographie sur Académie des beaux-arts.
  6. « INFO JDD. L'homme d'affaires Michel David-Weill est mort », sur lejdd.fr, .
  7. (en) Lora Kelley, « Michel David-Weill, Influential Lazard Legend Banker, Dies at 89 », sur The New York Times, (consulté le ).
  8. « Michel David-Weill, ex-PDG de Lazard et fondateur d'Eurazeo, est décédé », sur Le Figaro, (consulté le ).
  9. Jean-Michel Bezat, « La mort de Michel David-Weill, ancien président de la banque Lazard », sur Le Monde, (consulté le ).
  10. Marie Bordet, « David-Weill, l'été chic », sur Lepoint.fr, (consulté le ).
  11. Décret du 13 juillet 2011 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier.
  12. La-Croix.com, « Les « Justes » honorés par la Légion d'honneur », sur La Croix, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010.
  • Guy-Alban de Rougemont, Lazard Frères : Banquiers des Deux Mondes (1848-1939), Fayard, 2011
  • Pierre de Gasquet, Antoine Bernheim : le parrain du capitalisme français, Grasset, 2011

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]