Tenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tenay
Tenay
La commune de Tenay
Blason de Tenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Hauteville-Lompnes
Intercommunalité Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Marc Perrot
2014-2020
Code postal 01230
Code commune 01416
Démographie
Gentilé Tenaysiens
Population
municipale
1 053 hab. (2015 en diminution de 5,98 % par rapport à 2010)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 07″ nord, 5° 30′ 38″ est
Altitude Min. 320 m
Max. 1 020 m
Superficie 13,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Tenay

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Tenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tenay
Liens
Site web communedetenay.fr

Tenay est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Tenay s'appellent les Tenaysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à la fin des gorges de l'Albarine la petite bourgade se tasse sur chaque rive en occupant aussi les fortes pentes qui dominent l'église. L'énergie hydraulique et la proximité de Lyon (environ 60 km) expliquent l'implantation ancienne d'ateliers où travaillaient de très nombreux ouvriers et ouvrières. Le pont qui enjambe la rivière dans le village date de 1765.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Évosges Chaley Hauteville-Lompnes Rose des vents
Argis N Hostiaz
O    Tenay    E
S
Arandas La Burbanche

Histoire[modifier | modifier le code]

Petite ville industrielle spécialisée dans le textile (déchets de soie puis fibres synthétiques liées aux entreprises de Lyon), Tenay a compté plus de 5 000 habitants avant de se vider très largement depuis l'arrêt des usines de la vallée, dans les années quatre-vingt pour les dernières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 En cours Marc Perrot DVG Réélu en 1995,2001,2008 et 2014

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2015, la commune comptait 1 053 habitants[Note 1], en diminution de 5,98 % par rapport à 2010 (Ain : +6,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8118118768361 1301 0841 1801 2661 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4401 4981 9042 4392 9703 1933 3164 0094 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7703 8254 0373 6303 7423 6582 6282 2032 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 1321 9931 7151 5711 3561 0861 1001 1031 105
2013 2015 - - - - - - -
1 0671 053-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L a via Ferrata dite « de la guinguette » entre Tenay et Hostiaz. Accessible presque toute l'année, elle permet de découvrir une partie de la vallée de l'Albarine en deux heures. Dénivellation : 70 m, longueur : 700 m, altitude maximale : 710 m, orientation : ouest.
  • Tenay est aussi un centre de pêche à la truite dans l'Albarine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Sorel (Cherbourg, 1847-Boulogne-sur-Seine 1922), sociologue et philosophe, connu pour sa théorie du syndicalisme révolutionnaire et pour avoir vanté le rôle de la violence et du mythe dans les luttes sociales, est enterré à Tenay dans le caveau de son fils adoptif, Jean-Baptiste David. Il repose en face de sa compagne, originaire du Chanay, Marie Euphrasie David, décédée en 1897. Une légende, souvent répétée mais fausse, veut que les ambassades d'Union soviétique et de l'Italie fasciste aient proposé en leur temps, chacun de leur côté, la réfection de la tombe. L'origine de cette rumeur en était la préface de Daniel Halévy à la biographie de Sorel publiée en 1953 par Pierre Andreu. Sorel, qui fréquenta Tenay et y discutait avec la famille de sa compagne, ancienne ouvrière de la soie qu'il avait rencontrée à Lyon en 1875, ne manqua pas de dénoncer les conditions de travail et les modes de conduction de l'usine de filature de la soie Warnery à Tenay[5].
  • Frédéric Quinson (1831-1908), industriel et inventeur français, ancien maire de Tenay.
  • Maurice Flandin (1900-1944), résistant français mort sous la torture en 1944.
  • Le coureur cycliste Roger Pingeon a vécu et travaillé à Tenay comme plombier-zingueur en 1963 et 1964. Il courait alors sous le statut d'indépendant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.

Les armes de Tenay se blasonnent ainsi[6] : Écartelé : au premier et au quatrième d'or à la bande sable, au deuxième et au troisième d'or à la bande engrêlée de sable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. Voir son compte rendu dans la revue parisienne Le Devenir social, janvier 1896, p. 88 note 2.
  6. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Tenay”)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]