Blyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blyes
Blyes
Mairie de Blyes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Daniel Martin
2020-2026
Code postal 01150
Code commune 01047
Démographie
Gentilé Blyards
Population
municipale
1 182 hab. (2019 en augmentation de 25,21 % par rapport à 2013)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 48″ nord, 5° 14′ 59″ est
Altitude Min. 199 m
Max. 243 m
Superficie 9,32 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lagnieu
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Blyes
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Blyes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blyes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blyes
Liens
Site web blyes.fr

Blyes (prononcé /bli/) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Blyards et les Blyardes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Blyes est une commune française, située dans le département de l'Ain, et appartenant au canton de Lagnieu. La commune se situe à 8 km de son chef-lieu, 5 km de l'autoroute A42, 10 km de Meximieux, 4 km de Saint-Vulbas et 6 km de Chazey-sur-Ain. Le village est situé non loin de la rivière d'Ain, et proche du parc industriel de la Plaine de l'Ain mais protégé par les coupures vertes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blyes est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,6 %), forêts (18,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,9 %), zones urbanisées (7,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,7 %), eaux continentales[Note 3] (2,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, les villageois de Blyes et ceux de Saint-Jean-de-Niost s'affrontèrent dans la bataille de Riccoty, pour quelques parcelles de terre. La bataille tourna vite en faveur de Saint-Jean-de-Niost. Les Blyards, selon la légende, allèrent chercher leurs femmes au village. Elles se mirent en rang et, se retournant, levèrent leurs jupes. Les Buyatins, cloués par une telle audace, repartirent, vaincus.

Paroisse (Bles, Bleiz, Blees, Blez, Blez-Monialium, domus de Bleys, Bleis, Blie, Blies, Blye) sous le vocable de saint Roch, qui n'était qu'une simple chapellenie rurale.

En 1666, les habitants réclamèrent un vicaire à résidence pour desservir leur « ancienne et grande chapelle en forme de clocher avec deux cloches. »

Suivant transaction datée de mai 1437, les dîmes du village se partageaient entre le curé de Chazey, le chapitre de Saint-Paul et le prieur de Saint-Vulbas et Marcillieux.

Ancienne section de Chazey-sur-Ain, Blyes en est détachée et érigée en commune par un décret du signé par Napoléon III.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Blyes est membre de la communauté de communes de la Plaine de l'Ain, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chazey-sur-Ain. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Lagnieu pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la deuxième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1863 1867 Jean-Louis Guillet    
1867 1878 Jean-Marie Bellantin    
1878 1879 Jean-Baptiste Serverin    
1879 1888 Jean-Baptiste Thollon    
1888 1896 Jean-Marie Guillet    
1896 1908 Jean-Baptiste Jullien    
1908 1912 Vincent Peyraud    
1912 1919 Jean-François Peyraud    
1919 1927 Claude Plantier    
1927 1944 Jean-Marie Vincent Peyraud    
1944 1945 Gabriel Michon    
1945 1953 Jean-Marie Vicent Peyraud    
1953 1966 Louis Bellaton    
1966 1986 Jean-Émile Ravasseau   Président du district de la Plaine de l'Ain
1986 1995 André Bailly   Ingénieur
1995 2008 Jean-Philippe Ravasseau DVD Chef d'entreprise
2008 2014 René Dussert   Retraité France Télécom[12]
2014 En cours Daniel Martin SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 1 182 habitants[Note 4], en augmentation de 25,21 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
309291281267282261229182168
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
178163136137134112115108147
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019
2283595356929089208861 0001 182
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont de Blyes.
  • Prieuré rénové à visiter et plan d'eau (ancienne carrière) aménagé pour la baignade en été.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune est « une fleur » au concours des villes et villages fleuris depuis 2012[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. « communauté de communes de la Plaine de l'Ain - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  9. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Blyes », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  11. Source : Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain de 1789 à 2003, Dominique Saint-Pierre, Musnier-Gilbert Éditions, 2003.
  12. L'Aindex 2009-2010, publié par La Voix de l'Ain.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franceline Despierre-Zakorzermy, Blyes un village de l'Ain au fil des siècles, 1998

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]