Bressolles (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bressolles.

Bressolles
Bressolles (Ain)
La mairie de Bressolles.
Blason de Bressolles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Meximieux
Intercommunalité La Côtière
Maire
Mandat
Fabrice Beauvois
2014-2020
Code postal 01360
Code commune 01062
Démographie
Gentilé Bressollands
Population
municipale
871 hab. (2015 en augmentation de 22,85 % par rapport à 2010)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 01″ nord, 5° 05′ 46″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 292 m
Superficie 7,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Bressolles

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Bressolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bressolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bressolles
Liens
Site web ville-bressolles.fr

Bressolles est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Bressollands et les Bressollandes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune dans l'Ain.

Bressolles est entièrement groupée sur la bordure de la Côtière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Faramans Bourg-Saint-Christophe Rose des vents
Pizay N Béligneux
O    Bressolles    E
S
Dagneux Balan

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attestée sous les formes in Bressola en 971, Breissola vers 1176[2], Breyssola en 1221[3].

Il semblerait que ce toponyme dérive de l'oïl Brocelle définissant un « bois taillis »[2]; peut-être une végétation particulière appuyait cette hypothèse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 1970, l'activité économique de la commune était entièrement tournée vers l'agriculture. L'évolution des techniques agricoles, le phylloxéra décimant la vigne et les crises économiques ont complètement modifié les structures du village. L'ancienne paroisse de Bressolles était connue il y a plus de mille ans, puisqu'en 971, un diplôme du roi Conrad au profil de l'abbaye de l'Isle Barbe, la signale déjà.

En tant que fief, Bressolles était de la mouvance des seigneurs de Montluel qui en firent hommage en 1317 aux dauphins du Viennois. Le traité de 1355 fit passer Bressolles, avec toute la seigneurie de Valbonne, dans le domaine des comtes de Savoie. Bressolles était une paroisse du diocèse de Lyon, archiprêtre de Chalamont et mandement de Montluel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Alain Avrillon    
2008 2014 André Burlet    
2014 En cours Fabrice Beauvois SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Bressolles (Ain).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 871 habitants[Note 1], en augmentation de 22,85 % par rapport à 2010 (Ain : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
412380458486520521559578587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
572557570537523501464435399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404394364348340309320299277
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
226252270446480590689703717
2013 2015 - - - - - - -
812871-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé, avec les communes environnantes et notamment Montluel, une association de jumelage avec Drapeau de l'Allemagne Ostfildern (Allemagne) depuis 1978[8]. Ostfildern est située dans le land de Bade-Wurtemberg.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • église dédiée à saint Marcellin.

Les fours[modifier | modifier le code]

Sept fours à pain banaux ont été réhabilités et composent les étapes d'un circuit pédestre[9],[10]. Certains d'entre eux sont utilisés lors de la fête du village en septembre[9]. Par ailleurs deux autres existaient et ont disparu : le four de Crétin (situé près de l'église) détruit en 1963 et le four des Durands[11].

Le four des Bonnets a été (re)construit en 1886, a été restauré une première fois en 1977 par le comité des fêtes et une seconde fois en 1997[11]. Sur le four de Paillot est inscrite la date de 1895, qui est probablement la date de la réfection de sa cheminée ; il a été réutilisé à partir de 1980[11]. Le four du Verfay a été remis en activité en 1990[11]. Le four de la Grande Rue est possiblement le plus ancien (antérieur à la Révolution française) : il n'est plus actif[11]. Le four de France est régulièrement actif[11]. Le four du Bichon a été rallumé dès 1978 à l'occasion d'une fête relative au jumelage avec Ostfildern[11]. Enfin, le four de la Léchère est régulièrement utilisé[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Blason de Bressolles Blason De gueules aux deux épées d'or garnies d'argent passées en sautoir[12].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Volume 2, Page 1208, (ISBN 2600001336).
  3. Dans un cartulaire lyonnais
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Jumelage », sur www.memoiredhierpourdemain.com (consulté le 5 mars 2016) : « Comité de jumelage de Montluel et des communes environnantes : Balan – Béligneux – Beynost – Bressolles – Dagneux – La Boisse – Montluel – Niévroz – Pizay – Sainte-Croix ».
  9. a et b « Circuit des fours de Bressolles - Bressolles - », sur www.ain-tourisme.com (consulté le 2 mars 2016).
  10. « Les fours à pain de Bressolles - Office de tourisme de Montluel », sur tourisme.cc-montluel.fr (consulté le 2 mars 2016).
  11. a b c d e f g et h Richesses touristiques et archéologiques du canton de Montluel 1999, p. 154-155.
  12. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Bressolles”)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Bressolles (Ain).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath, , p. 303-305

Article connexe[modifier | modifier le code]