Rignieux-le-Franc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rignieux-le-Franc
Rignieux-le-Franc
Mairie de Rignieux-le-Franc.
Blason de
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Pascal Pain
2020-2026
Code postal 01800
Code commune 01325
Démographie
Gentilé Rignards
Population
municipale
994 hab. (2018 en augmentation de 3,11 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 25″ nord, 5° 11′ 26″ est
Altitude Min. 237 m
Max. 316 m
Superficie 15,02 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Meximieux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Rignieux-le-Franc
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Rignieux-le-Franc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rignieux-le-Franc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rignieux-le-Franc
Liens
Site web rignieux-le-franc.fr

Rignieux-le-Franc, ou Rignieux, est une commune du département de l'Ain dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, en France.

Les habitants de Rignieux-le-Franc s'appellent les Rignards[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Rignieux-le-Franc est localisée dans la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le département de l'Ain. Située à environ 6 km de Pérouges classée parmi les Plus Beaux Villages de France, la commune est traversée par le Toison, un cours d'eau affluent de l'Ain.

Situation[modifier | modifier le code]

À 39 km au nord-est de Lyon, 32 km au sud-ouest de Bourg-en-Bresse et à environ 15 km d'Ambérieu-en-Bugey, la localité est située sur le relief de la côtière qui marque la fin du plateau de la Dombes, au contact avec la plaine de l'Ain.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers parfois froids et des étés chauds.

Quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le Guillon
  • Le Mas Joly
  • Le Brevet

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rignieux-le-Franc est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (67,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,3 %), forêts (26,7 %), zones agricoles hétérogènes (12,1 %), prairies (11,4 %), zones urbanisées (3,3 %), eaux continentales[Note 3] (3,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sarcophage paléochrétien provenant de Rignieux-le-Franc, Paris, musée du Louvre.

Propriété d'Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu et provenant de Fontaines-sur-Saône, un sarcophage paléochrétien fut entreposé à Rignieux-le-Franc, avant d'être acheté par le musée du Louvre en 1864[9].

À la fin du XVIe siècle, les terres de Rignieux-le-Franc appartiennent aux Saillans de Brézenaud[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, la commune prend temporairement le nom de Rignieux-sur-Toison[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis 1945, cinq maires se sont succédé à Rignieux-le-Franc :

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Mai 1945 1971 Claude Thievon (18..-1967) Rad.  
1971 1986 Michel Thimon DVG  
1986 Mars 1989 Albert Jacquemet    
Mars 1989 2004 Hélène Landry DVD  
2004 2020 Jean-Marie Castellani[13] SE Retraité
2020 En cours Pascal Pain SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
506641440475448468499509538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
502552503502507472467439426
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
396401397335322274288285266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
224205286553743839937953976
2018 - - - - - - - -
994--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La croix du XIVe siècle sur la place principale fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .
  • Église Saint-Paul, du XIIe siècle remaniée, de style roman.
  • La croix de Samans — dont ne subsiste que le socle et la base vertical, la croix elle-même ayant disparu — se trouve sur l'emplacement de l'ancienne église saint-Mamert, entièrement détruite en 1813[16].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Rignieux-le-Franc bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribué par le conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[17].

Rignieux-le-Franc au cinéma[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rignieux-le-Franc

Les armes de Rignieux-le-Franc se blasonnent ainsi[18] : D'azur à la bande d'or remplie de gueules accompagnée de deux étoiles d'argent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rignieux-le-Franc », sur lion1906.com : « Les habitants de Rignieux-le-Franc s'appellent les Rignards ».
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. T. G., « Un sarcophage du village conservé au musée du Louvre », Journal de la Côtière, no 950,‎ , p. 16.
  10. T. P., « L’allée de l’ancienne chapelle », Journal de la Côtière, no 919,‎ , p. 20.
  11. « Noms révolutionnaires des communes du département de l'Ain », sur ain-genealogie.fr (consulté le )
  12. Dominique Saint-Pierre, Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain, , Musnier-Gilbert, 2011.
  13. Rignieux-le-Franc - Jean-Marie Castellani passe le flambeau.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. T.G., « Une croix pas comme les autres », Journal de la Côtière, no 975,‎ , p. 20.
  17. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  18. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Rignieux-le-Franc”)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Meximieux : Meximieux, Bourg-Saint-Christophe, Charnoz, Faramans, Joyeux, Le Montellier, Pérouges, Rignieux-le-Franc, Saint-Éloi, Saint-Jean-de-Niost, Saint-Maurice-de-Gourdans, Villieu-Loyes-Mollon, Société d'histoire et d'archéologie de la Plaine de l'Ain, , 306 p. (ISBN 978-2907656320)
  • Michel Thimon, Un Village comme tant d'autres ! le mien ! : Rignieux-le-Franc, , 93 p. (ASIN B0014KGT1E)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]