Vaux-en-Bugey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaux-en-Bugey
Vaux-en-Bugey
Vaux-en-Bugey en novembre 2014.
Blason de Vaux-en-Bugey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Françoise Rabilloud-Veysset
2020-2026
Code postal 01150
Code commune 01431
Démographie
Gentilé Vauxois
Population
municipale
1 227 hab. (2019 en augmentation de 0,99 % par rapport à 2013)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 41″ nord, 5° 21′ 21″ est
Altitude Min. 252 m
Max. 681 m
Superficie 8,22 km2
Aire d'attraction Ambérieu-en-Bugey
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ambérieu-en-Bugey
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vaux-en-Bugey
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Vaux-en-Bugey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-en-Bugey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-en-Bugey
Liens
Site web vauxenbugey.com

Vaux-en-Bugey est une commune française située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Vaux-en-Bugey fut le premier gisement de gaz naturel exploité en France et la première commune française administrée par un maire écologiste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey est située dans la région naturelle du Bugey et appartenait au canton de Lagnieu jusqu'à 2015. Elle appartient maintenant au Canton d'Ambérieu-en-Bugey. Elle est située à 3 km de Lagnieu et de Saint-Denis-en-Bugey, 5 km d'Ambérieu-en-Bugey et de Leyment, 36 km de Bourg-en-Bresse et 44 km de Lyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 822 hectares et son altitude varie entre 252 et 681 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Buizin à Vaux-en-Bugey.

Le village, construit au débouché de la vallée de Vaux Fevroux, le hameau de Vaux-en-Bugey, est traversé par le Buizin, un ruisseau de 12 km qui prend sa source à Souclin puis qui se jette dans l'Albarine[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Vaux-en-Bugey (1994-2014)[4],[5]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −0,5 2,4 5,4 8,5 12,5 14,3 13,9 11,5 7,1 3,1 −0,1 6,4
Température moyenne (°C) 1,8 3,4 7,5 10,7 14,5 18,2 20,3 19,7 16,9 11,6 6,5 2,7 11,2
Température maximale moyenne (°C) 4,6 7,4 11,9 16,1 19,5 23,9 26,4 25 22,3 15,5 10 5,6 15,7
Nombre de jours avec gel 11 10 5 2 1 0 0 0 1 1 5 10 3,8
Ensoleillement (h) 71,7 96,9 166,5 187,7 215,6 250,1 284,9 252,2 183,6 120 63,9 50,2 1 943,3
Précipitations (mm) 71 54 64 81 103 66 46 72 149 124 85 62 977
Nombre de jours avec précipitations 12 10 11 13 13 10 8 8 11 12 12 12 11
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
4,6
−1,4
71
 
 
 
7,4
−0,5
54
 
 
 
11,9
2,4
64
 
 
 
16,1
5,4
81
 
 
 
19,5
8,5
103
 
 
 
23,9
12,5
66
 
 
 
26,4
14,3
46
 
 
 
25
13,9
72
 
 
 
22,3
11,5
149
 
 
 
15,5
7,1
124
 
 
 
10
3,1
85
 
 
 
5,6
−0,1
62
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Vaux a été desservie par la ligne d'Ambérieu à Montalieu-Vercieu et possédait sa propre gare, la gare de Vaux. Elle a beaucoup servi pour le transport de marchandises ; d'abord pour l'activité viticole puis relativement à l'activité de la verrerie de Saint-Gobain[6]. La gare existe toujours mais elle n'est plus active.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey est une commune urbaine[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ambérieu-en-Bugey, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (64,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,8 %), zones agricoles hétérogènes (17,3 %), zones urbanisées (9,5 %), terres arables (8,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, la commune comprend le hameau de Vaux-Fevroux, situé entre Vaux-en-Bugey et Torcieu et entre deux montagnes.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 565, alors qu'il était de 460 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 84,4 % étaient des résidences principales, 5,7 % des résidences secondaires et 9,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 8,0 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 77,5 %, en légère hausse par rapport à 1999 (75,5 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était en baisse : 5,0 % contre 5,9 % en 1999[I 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Le nom de Vaux semble être un nom dérivé du latin vallis désignant une vallée, un creux ou un enfoncement. D'autres théories étymologiques font intervenir les mots latins vallus (pieu, échallas) ou vallum (palissade formé de pieux)[13]. Vaux-en-Bugey était connu sous les noms de Vallis au VIIIe siècle, Vals en 1049, De Vallibus en 1128, Valles en 1213, Vauz en 1225, Vaux en 1325[14]. Le changement du nom officiel, pour des raisons postales et administrative, en « Vaux-en-Bugey » date de 1928 et officialise une appellation de pratique ancienne[13].

Le nom Bugey provient de l'adjectif latin Bellicensis formé sur Bellicium, ancien nom de la ville de Belley, et rappelle que Vaux-en-Bugey faisait partie du « Pagus Bellicencis », c'est-à-dire de l'évêché de Belley[15].

Pour ce qui est de son hameau, Vaux-Févroux, la tradition fait provenir le nom de « Févroux » du latin febris (fièvre), qui indiquerait un pays insalubre, mais peut également, entre autres suppositions, être une contraction de feverole, qui désigne un champ de fèves[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il a été trouvé dans les jardins du village quelques monnaies romaines de Claude II, Maximien et Maximin, ainsi que diverses sépultures et des vases funéraires datant du Ve siècle dans une carrière proche de la mairie[16].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey est un ancien village médiéval fortifié. À partir du Xe ou XIe siècle, la région de Vaux-en-Bugey fait partie de la sirerie de Coligny, puis de Coligny-le-Neuf. Elle passe vers 1220 à la famille de La Tour du Pin, à la suite du mariage de Béatrice de Coligny avec Albert III de la Tour.

En 1282, Humbert Ier de Viennois, fils des précédents et époux d'Anne d'Albon, la fille de Guigues VII du Viennois, devient dauphin à la mort de son beau-frère Jean Ier et intègre sa baronnie, dont fait partie Vaux, au Dauphiné. Les conflits delphino-savoyards font connaitre à la région un état de guerre quasi-continu de 1142 à 1355.

Le 30 mars 1349, par le traité de Romans, le Dauphiné intègre le royaume de France jusqu'en 1355, date d'un échange de territoire entre le royaume de France et le comté de Savoie, visant à mettre un peu d'ordre dans les enclaves des deux puissances. Le Rhône constitue désormais la frontière et Vaux-en-Bugey devient savoyard.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 1601 est signé le traité de Lyon qui met fin à la guerre franco-savoyarde (1600-1601) entre Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et le roi de France Henri IV. Aux termes de cet accord, la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex sont cédés à la couronne de France.

Le curé Grumet de Vaux-en-Bugey rapporte dans son registre paroissial, un évènement « miraculeux » survenu le 7 avril 1760 à Montferrand, hameau de Torcieu[17],[18] : le fils de Joseph Rigolet et Simone Billon Bontems, mort né est enterré près de la chapelle de Nièvre. Le soir de son enterrement Étienne Prévôt pense entendre une voix issue du sol. Le jour de Pâques (deux jours après), Benoît Duport entend également le même type de son. La population décide alors d'exhumer l'enfant. Le curé Grumet écrit :

« Plus de cent personnes virent qu’il ouvrit l’œil gauche, le tint ouvert près d’un quart d’heure et le referma. Il remua les doigts de la main droite. On vit encore couler abondamment des gouttes de sueur de son visage[18]. »

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la suite d'un sondage destiné à chercher de la houille, entrepris sur la commune en 1904, il est découvert vers Vaux-Févroux un gisement de gaz naturel. Il faut plus de trois mois pour maîtriser l'éruption de ce gisement[19]. Ce gisement est le premier à avoir été exploité en France. Le gaz naturel a été exploité pendant plusieurs dizaines d’années et a alimenté la ville d’Ambérieu[20] et la verrerie Saint-Gobain de Lagnieu, spécialement construite en 1922, afin de profiter de ce gisement qu'on supposait prometteur[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement était d'environ 1300 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Éric Gilbert[24] Les Verts Instituteur
Premier maire écologiste de France[24]
2001 2014 Hubert Chanet    
2014 En cours
(au 31 mars 2014[25])
Françoise Rabilloud-Veysset    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey relève du conseil de prud'hommes de Belley, de la Cour administrative d'appel de Lyon, de la Cour d'appel de Lyon, de la Cour d'assises de l'Ain, du tribunal administratif de Lyon, du tribunal d'instance de Belley, du tribunal de commerce de Bourg-en-Bresse, du tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse et du tribunal pour enfants de Bourg-en-Bresse[26].

Finances de la commune[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune s'élève à 705 000 euros pour un taux d'endettement à 7,7 %[27].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau du jumelage.

La commune est jumelée avec Drapeau de l'Italie Redavalle (Italie)[28]. L'association Amibop (Amitiés Bugey Oltrepo Pavese) gère ce jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Vauxois et Vauxoises[29].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[31].

En 2019, la commune comptait 1 227 habitants[Note 3], en augmentation de 0,99 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8881 0541 0481 0901 0571 007992990976
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
908743950850823844857848847
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
816770704627669702658620652
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
6877387627988811 0031 0901 1151 215
2018 2019 - - - - - - -
1 2211 227-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (35,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,4 % la même année, alors qu'il est de 23,4 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 624 hommes pour 597 femmes, soit un taux de 51,11 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (49,33 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
7,9 
75-89 ans
8,9 
14,6 
60-74 ans
15,6 
22,0 
45-59 ans
21,6 
20,0 
30-44 ans
20,9 
13,1 
15-29 ans
14,1 
22,0 
0-14 ans
17,4 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,6 
5,9 
75-89 ans
7,9 
15,1 
60-74 ans
15,7 
21,1 
45-59 ans
20,5 
19,9 
30-44 ans
19,8 
16,6 
15-29 ans
15,3 
20,8 
0-14 ans
19,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey est située dans l'académie de Lyon.

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 138 élèves en 2014-2015[36].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, Vaux-en-Bugey accueille des forains pour une vogue et des conscrits volontaires sont chargés de tenir une buvette.

Santé[modifier | modifier le code]

Vaux-en-Bugey compte deux professionnels de santé, un médecin et un naturopathe. Pourtant, le village ne compte aucun hôpital.

Sports[modifier | modifier le code]

Le bowling « BCube » accueille le club BBB (Bowling Ball Bugey) dont sont issus les champions de France Laurent Cinquin et Yves Petit-Laurent[37].

Vaux-en-Bugey compte aussi un stade de football et un terrain de basket-ball.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Vaux-en-Bugey.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Au sein de l'archidiaconé « Saint-Jean-Marie Vianney (Dombes, Plaine de l’Ain, Côtière, Val de Saône) » du diocèse de Belley-Ars dans l'archidiocèse de Lyon, le territoire de la commune dépend de la paroisse de Lagnieu[38]. Le culte catholique n'est plus célébré dans l'église de la commune mais dans les communes voisines[39].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 703 , ce qui plaçait Vaux-en-Bugey au 11 209e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[40].

En 2009, 35,8 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 734 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,7 % d'actifs dont 73,5 % ayant un emploi et 5,2 % de chômeurs[I 5].

On comptait 252 emplois dans la zone d'emploi, contre 236 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 541, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 4] est de 46,6 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre moins d'un emploi pour deux habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Vaux-en-Bugey comptait 70 établissements : 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 7 dans l'industrie, 14 dans la construction, 38 dans le commerce-transports-services divers et 5 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 10 entreprises ont été créées à Vaux-en-Bugey[I 8], dont 8 par des autoentrepreneurs[I 9].

Le village se trouve dans les zones de fabrication du comté, un fromage de lait cru de vache à pâte pressée cuite[41], et de la roussette du Bugey, un vin blanc d'appellation d'origine contrôlée produit dans le Bugey à partir du cépage altesse[42]. Le village de Vaux-en-Bugey possède une longue tradition viticole[13].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de Nièvre.

La commune ne compte ni monument, ni objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[43],[44] et aucun lieu, monument ou objet répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[45],[46].

Du vieux village fortifié autour de l'église Saint-Martin, il subsiste des morceaux de remparts, deux portes et une tour de gué sur les quais du Buizin[47]. Autour du cimetière se trouve la chapelle de Nièvre du XIIe siècle et son oratoire[48]. Se trouve également à cet endroit le monument aux morts[49] restauré en 2014. Citons également le Musée de la vigne[50] (un musée de la vigne et du vin) situé dans le local de l'alambic, le long des quais du Buizin et le château de Verneaux et son pigeonnier[51].

Au hameau de Vaux-Fevroux se trouvent des maisons typiques de la région[48].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La partie du Buizin sous Vaux-Févroux est classé en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I. Cette partie du ruisseau abrite l’écrevisse à pattes blanches, un excellent indicateur de la qualité de l'eau[52].

Les « cuves du Buizin » sont une série de marmites plus ou moins profondes situées sous un enchaînement de cascades et formant une curiosité naturelle visitée par les touristes et les adeptes de canyoning[53]. En février 2012, des pratiquants d’escalade glaciaire ont pu pratiquer leur activité sur les cascades gelées du Buizin[54].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

L'espace culturel René-Panis.

L'espace culturel René-Panis organise des événements culturels et artistiques, à la suite des dernières volontés du sculpteur René Panis[55],[56]. L'association culturelle « la Maison Panis » est installée depuis sa disparition dans sa maison, léguée avec une partie de son parc à la commune de Vaux-en-Bugey[56]

La chorale Ainsol’hit, créée en 1994, est basée à Vaux-en-Bugey[57].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antonin Duraffour (1879-1956), linguiste, dialectologue, phonéticien, philologue et éditeur scientifique. Il a passé son enfance à Vaux-en-Bugey où son père dirigeait l'école communale et dont il a particulièrement étudié le patois. Il est enterré dans le village[58].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Vaux-en-Bugey

La commune de Vaux-en-Bugey porte :

De gueules au chevron renversé d'or chargé en pointe d'une grappe de raisin feuillée partie de gueules et d'argent, accompagné en chef d'un lion d'hermine et en pointe à dextre d'une tour et à senestre d'une chapelle, le tout aussi d'argent, maçonné de sable, ajouré et ouvert du champ[59].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  4. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Les communes de l'Ain » [PDF], sur le site du conseil général de l'Ain (consulté le ).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Buizin (V2930540) ».
  4. (en) Chinci, « Weather, forecasts, history, risks in Vaux-en-Bugey, Rhône-Alpes, France », sur www.chinci.com (consulté le ).
  5. « Météo Vaux-en-Bugey (01150) », sur le site de Météo-France (consulté le ).
  6. Charpy 1990, p. 189.
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. a b c et d Louis Charpy, Sous le charme de Vaux-en-Bugey, Foyer rural de Vaux-en-Bugey, , 431 p. (présentation en ligne), p. 22.
  14. Henry Suter, « Noms de Lieux de Suisse Romande, Savoie et environs : Vaux », sur le site d'henry Suter (consulté le ).
  15. Henry Suter, « Noms de Lieux de Suisse Romande, Savoie et environs : Bugey », sur le site d'henry Suter (consulté le ).
  16. André Buisson, L'Ain 01, Clermont-Ferrand, Les éditions de la MSH, coll. « carte archéologique de la Gaule », , 192 p. (ISBN 2-87754-010-3, présentation en ligne, lire en ligne), p. 96.
  17. Jérôme Dupasquier, Choses remarquables à la postérité…, Chroniques des Pays de l’Ain à travers les notes marginales des prêtres et notaires (1577-an 10), Les Amis des Archives, Bourg-en-Bresse, 2004.
  18. a et b « Un miracle à Vaux-en-Bugey le 7 avril 1760 - 2 E 43104 », sur le site du conseil général de l'Ain (consulté le ).
  19. Yves Mathieu, Le dernier siècle du pétrole ? : La vérité sur les réserves mondiales, Editions TECHNIP -, , 138 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 64.
  20. Jacques Beauchamp, « Les gisements d’hydrocarbures dans le Bugey », sur le site de l'université de Picardie, (consulté le ).
  21. Michel Laferrere, « L'industrie du verre dans la région Rhône-Alpes », Revue de géographie de Lyon, vol. 68, no 1,‎ , p. 45 (lire en ligne, consulté le ).
  22. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  23. « Les maires de Vaux-en-Bugey », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le ).
  24. a et b Claude Régent, « Maître, maire et vert », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Vaux-en-Bugey. Françoise Veysset élue maire à l’unanimité », sur leprogres.fr, (consulté le ).
  26. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le ).
  27. « Vaux-en-Bugey. Le taux d’endettement de la commune est de 7,7 % », sur le site du quotidien Le Progrès, (consulté le ).
  28. « Une délégation italienne visite la commune », sur le site du quotidien Le Progrès,  : « La maire de Redavalle, Pietrangella Campagnoni, Fausto Abba, Roberto Pisani et Simona Brandolino ont pu visiter le village ».
  29. « Nom des habitants des communes françaises, Vaux-en-Bugey », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Vaux-en-Bugey (01431) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Ain (01) », (consulté le ).
  36. « Ain (01) > Vaux-en-Bugey > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  37. « Bowling : champions de France, ils veulent « se confronter aux meilleurs » », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  38. « Archidiaconé St Jean-Marie Vianney (Dombes, Plaine de l’Ain, Côtière, Val de Saône) », sur le site du diocèse de Belley-Ars (consulté le ).
  39. « Horaire des messes », sur le site de la conférence des évêques de France (consulté le ).
  40. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  41. Décret de l'AOC comté sur le site de Légifrance, consulté le 14 mai 2010
  42. Secrétariat général du gouvernement français, « Décret no 2009-1275 du 20 octobre 2009 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Saint-Pourçain », « Bugey », « Roussette du Bugey », « Morey-Saint-Denis », « Tavel » et « Châteauneuf-du-Pape » », sur http://www.legifrance.gouv.fr/.
  43. « Liste des monuments historiques de la commune de Vaux-en-Bugey », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Liste des objets historiques de la commune de Vaux-en-Bugey », base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « Liste des lieux et monuments de la commune de Vaux-en-Bugey à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Liste des objets de la commune de Vaux-en-Bugey à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  47. « Sur les traces de la cité médiévale », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  48. a et b « Revisiter l’oratoire de la chapelle de Nièvre », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  49. « Travaux : le monument aux morts a été restauré », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  50. « Au musée de la Vigne, un nouvel outil : un coupe-fagot », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  51. « Le pigeonnier oublié du château de Verneaux », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  52. « Ruisseau du Buizin sous Vaux Févroux » [PDF], sur le site d el'Inventaire national du patrimoine naturel.
  53. « Cuves du Buizin », sur le site de l'Agence de Développement touristique du département de l'Ain, Conseil général de l'Ain (consulté le ).
  54. « Insolite : ils escaladent des cascades de glace », sur le site du Journal du Bugey, (consulté le ).
  55. « René Panis, l’âme du village », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. a et b « Maison Panis », sur le site de la mairie (consulté le ).
  57. « La chorale Ainsol’hit fêtera ses 20 ans de chansons à Lagnieu », sur le site du quotidien Le Progrès, .
  58. Roques Mario, « Éloge funèbre de M. Antonin Duraffour, correspondant français de l'Académie. », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, no 4,‎ , p. 504-507 (lire en ligne, consulté le ).
  59. « Armes de Vaux-en-Bugey »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Charpy, Sous le ciel de Vaux-en-Bugey, Foyer rural de Vaux-en-Bugey, , 335 p. (présentation en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Charpy, Sous le charme de Vaux-en-Bugey, Foyer rural de Vaux-en-Bugey, , 431 p. (présentation en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Antonin Duraffour et Marguerite Gonon, Lexique patois-français du parler de Vaux-en-Bugey : Ain, 1919-1940, Duraffour, Institut de phonétique, , 115 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, Union Patrimoine de l'Ain, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Lagnieu, Association sportive et culturelle de Lagnieu, coll. « Pré-inventaire des monuments et richesses d'art, Ain », , 184 p. (présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :