Pizay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pizay
Pizay
La mairie de Pizay.
Blason de Pizay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité Communauté de communes de la Côtière à Montluel
Maire
Mandat
Marc Grimand
2020-2026
Code postal 01120
Code commune 01297
Démographie
Gentilé Pizoland
Population
municipale
820 hab. (2017 en augmentation de 6,49 % par rapport à 2012)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 17″ nord, 5° 05′ 25″ est
Altitude Min. 217 m
Max. 294 m
Superficie 11,18 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Meximieux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Pizay
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Pizay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pizay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pizay
Liens
Site web ville-pizay.fr

Pizay est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Pizay s'appellent les Pizolands.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Pizay dans l'Ain.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le bord du plateau de la Dombes en surplomb de la Côtière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Pizay est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au temps de Jules César, on sait que la Dombes était peuplée d'Ambarres. Au Ve siècle, elle appartenait au royaume burgonde et lors du partage de l'empire de Charlemagne, elle revint à son fils Lothaire Ier.

À partir du XIIe siècle, Pizay qui appartient à la seigneurie de Montluel, est à ce titre convoitée par le comte de Savoie (le suzerain des sires de Montluel), le Dauphin du Viennois, les sires de Beaujeu, puissants voisins de Miribel et les seigneurs de Thoires et Villars, puissants voisins de Trévoux.

En 1594, Henri IV entre en guerre contre le duc de Savoie et fait envahir la Bresse et par conséquent Pizay. Le le traité de Lyon incorpore définitivement la Bresse, le Bugey et le pays de Gex au royaume de France.

La principale source de renseignements permettant de découvrir l'histoire des paroisses de la Châtellenie de Montluel est l'enquête de l'intendant Bouchu effectuée en 1666. Ni les archives communales, ni les archives départementales ne fournissent de renseignements intéressants. Ainsi on apprend que Pizay en ce XVIIe siècle, « est d'un quart de lieu de finage. Cette paroisse ne vit pas d'autre commerce que le labourage. Il y a environ 40 familles estimées plus pauvres que commodes ».

Du XVIIe au XVIIIe siècle, Pizay passera entre les mains de différentes seigneuries : les Condé, les De Jussieu etc., jusqu'à la Révolution française.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 mars 2008 Pierre Grimand    
mars 2008 mars 2014 Roland Amat    
mars 2014 En cours Marc Grimand SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
114123184308225226240262267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274300297294311300299288289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265280284276275262249261221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
222237319379433637709774749
2017 - - - - - - - -
820--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commune rurale, les terres de Pizay sont encore aujourd'hui partagées entre bois et cultures. La vigne d'autrefois ayant disparu. Pizay a toujours été une commune très boisée, couverte principalement de chênes, de bouleaux, de hêtres, de châtaigniers, de charmes et d'acacias. L'agriculture est maintenue grâce à la présence d'une dizaine d'exploitants et d'une entreprise de mécanique agricole. Trois restaurants complètent l'économie locale.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Saint-Corneille de Pizay.
  • L'église Saint-Corneille de Pizay fut construite entre 1852 et 1867. Elle est éloignée du centre du village et est localisée sur une petite hauteur. Cet édifice est typique du style composite du Second Empire : imitation romano-byzantine et prédilection pour le colossal.
  • La halle fut reconstruite et rénovée début 2009, en grande partie par des villageois bénévoles.

Plusieurs croix et statues sont visibles dans le village :

  • la Vierge de l'église, située devant l'église à gauche, sous un dais de pierre, date sans doute de 1856 et porte l’'inscription « Merci à Notre-Dame-de-Pizay » ;
  • la Croix du rond-point située au carrefour entre la rue du village et la route de Sainte Croix, date de 1631 ;
  • la croix « Martel » située sur le chemin de la coupe fut érigée en 1695 (en pierre ou en bois) par la famille Martel pour remercier Dieu du « retour de la guerre du Sieur Martel ». Elle fut reconstruite en 1943 en béton par la famille Beaufort, descendants des Martel ;
  • la croix « de l'Orme » est une croix en fer située à l'intérieur du cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Fabienne Vonier (1947 - 2013), productrice française de cinéma, est morte dans sa maison de Pizay en .

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Pizay

La commune de Pizay porte :

D'or au faisan contourné de sable; au chef tiercé en pal: au 1er de sinople à deux épis de blé tigés et feuillés d'or, au 2e d'argent à la branche de chêne de sinople, au 3e d'azur à la massette tigée et feuillée d'argent[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Armes de Pizay sur armorialdefrance.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath, , p. 312-313

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]