Dominique Paturel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Paturel
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Tréméloir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Dominique Raymond Marie PaturelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
Distinction
Films notables
Famille Paturel tombe.jpg
Vue de la sépulture.

Dominique Paturel est un acteur français né le au Havre (Seine-Inférieure) et mort le à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor).

Sa carrière, qui s'étend sur six décennies, est marquée par la longévité comme par la diversité. Très présent au théâtre, il y varie les rôles et les registres. À la télévision, il joue notamment dans Le Chevalier de Maison-Rouge et interprète le personnage de Fritz Kobus dans L'Ami Fritz en 1967. Il apparaît dans des feuilletons de cape et d'épée comme Lagardère et D'Artagnan, dans lesquels il joue le rôle-titre. Au cinéma, il est, entre autres, Francis Coplan dans Coplan prend des risques. Il participe aussi à plusieurs feuilletons radiophoniques, livres-disques, documentaires et demeure l'une des grandes figures du doublage français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Dominique Paturel est le fils de Joseph Paturel, directeur aux Allocations familiales, et d'Anne-Marie Le Minihy de la Villehervé[1],[2]. Il effectue ses études secondaires au collège Saint-Joseph du Havre, où il joue deux pièces à l'occasion de la fête de l'établissement, ce qui lui donne « le virus » du théâtre[2]. À 19 ans, il entre à l'École de la rue Blanche à Paris, dans les classes de Teddy Bilis puis de Robert Manuel. Il y a entre autres pour camarade Jean-Pierre Marielle[2].

Appelé en Algérie durant son service militaire[3], il est réquisitionné à la télévision pour l'arbre de Noël des officiers supérieurs, devient speaker à Radio-Alger et y joue plusieurs pièces après avoir remplacé au pied levé Pierre Dux dans la pièce Les Vignes du Seigneur[4],[3],[5]. Il organise aussi avec Alain Le Meur un spectacle pour les blessés dans un hôpital[3] et anime régulièrement les spectacles de l'amicale des bretons d'Alger, interprétant des chansons, des sketchs et des imitations de chanteurs à succès tels Charles Aznavour ou Gilbert Bécaud.

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre, cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Au théâtre, il alterne les registres, jouant des classiques, des pièces contemporaines ou du théâtre de boulevard[3],[6]. Il se produit pendant trois ans au Théâtre national populaire avec Jean Vilar et, pendant cinq ans, avec la compagnie Renaud-Barrault[3].

Dans les années 1960 et 1970, Dominique Paturel est l'une des vedettes de la télévision française, où il se produit dans le cadre du Théâtre de la jeunesse, dans des feuilletons populaires comme Lagardère ou D'Artagnan, ainsi que dans l'émission Au théâtre ce soir. Il enregistre également à de nombreuses reprises pour la radio, dont Les Maîtres du mystère[3].

Doublage et livres-disques[modifier | modifier le code]

Dominique Paturel reste l'un des grands noms du doublage en France, dont il découvre le milieu grâce à sa femme de l'époque, Nelly Benedetti[7]. Il prête notamment sa voix caractéristique aux intonations ironiques à plusieurs reprises à Terence Hill, Michael Caine et Robert Wagner, ainsi qu'à George Peppard pour le rôle d'Hannibal Smith dans L'Agence tous risques ou encore à Larry Hagman pour celui de J. R dans Dallas[6],[8]. Il a aussi été la voix de Roy Thinnes pour le rôle de David Vincent dans Les Envahisseurs.

Dans le domaine de l'animation, il interprète à deux reprises le baron de Münchhausen, d'abord en 1977 dans Les Fabuleuses Aventures du légendaire baron de Münchhausen, puis en 1981 dans Le Secret des Sélénites, tous deux réalisés par Jean Image[3]. Ce rôle lui permet d'accomplir une de ses passions, la chanson[3]. Il est également la voix de Robin des bois dans le film homonyme des studios Disney, de papi Pépite dans Toy Story 2 et la voix off du générique de la série d'animation Capitaine Flam. Peu présent dans le doublage de jeux vidéo, il participe au cours des années 2010 au doublage des jeux Mass Effect 2 (2010) et Mass Effect 3 (2012), dans lesquels il double l'amiral Koris, ainsi qu'au doublage de Dishonored : La Lame de Dunwall (2013), dans lequel il double Arnold Timsh[n 1].

Il enregistre plusieurs 33 et 45 tours, narrant notamment la version radiophonique (en) de la première trilogie de Star Wars et participant à des livres-disques Disney[9],[10],[11].

Il enregistre avec Violaine Vanoyeke "Coeur chromatique" (Ed.R.E.M.) à partir des textes de l'écrivaine.

Dernières années[modifier | modifier le code]

En 2011, Dominique Paturel est invité à la cérémonie destinée à remettre les insignes de Commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres à Michael Caine par le ministre de la Culture[12],[13].

En 2015, il est la voix-off de la pièce On l'enterre aujourd'hui pour la troupe de théâtre amateur la Troupe d'Yvias, dont fait partie son ami Yvan Mahé, qu'il avait rencontré sur le tournage du film Terre de sang[14].

En 2016, il participe au documentaire Being George Clooney ayant pour sujet le doublage à travers le monde[15].

En 2018 il collabore de nouveau avec la Troupe d'Yvias en mettant en scène la pièce Le Bonheur en camping-car de Pascal Chivet et Sylvie Dange[16]. Toujours en 2018, il participe à l'album Fantaisies stellaires de Tara King TH dans lequel il narre certains passages[17].

Il participe à des conférences sur le théâtre organisées par la commune d'Antony jusqu'au milieu de l'année 2020[3],[18],[19].

Vie privée et mort[modifier | modifier le code]

Après avoir été marié à l'actrice Nelly Benedetti de 1963 à la mort de celle-ci en 2011, il épouse Marie-Claire Le Glatin[3].

Vivant à Saint-Quay-Portrieux, dans les Côtes-d'Armor, il meurt dans la soirée du au à l'hôpital de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), à l'âge de 90 ans. Il souffrait de diabète depuis quelque temps et avait dû être amputé[20].

Ses obsèques sont célébrées le en l'église Saint-Pierre à Pordic, suivies par l'inhumation dans le caveau familial au cimetière de Tréméloir dans la même ville[21].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Sources : Les Archives du spectacle[22]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Bobosse d’André Roussin
  • 1976 : Hommes et Femmes de Gabriel Arout
  • 1978 : Escurial de Michel de Ghelderode
  • 2018 : Le Bonheur en camping-car de Pascal Chivet et Sylvie Dange[16]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Au théâtre ce soir

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Note : Les dates en italique correspondent aux sorties initiales des films dont Dominique Paturel a assuré le redoublage ou le doublage tardif.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

et aussi

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Livres-disques[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Dominque Paturel a fait la narration des documentaires suivants :

  • 1988 : Viêt-Nam : Histoire d'une guerre, documentaire de Helen Power, Michael Nicholson et Edward Lindfield, commentaire français de Patrick de Gmeline
  • 2000 : U-Boot - Sous-marins de la Kriegsmarine
  • 2002 : Francis Veber artisan du rire: La mécanique dure rire [29]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Cœur chromatique : interprétation avec Violaine Vanoyeke des textes de V. Vanoyeke
  • 2018 : participation à l'album Fantaisies stellaires de Tara King TH[17]

Publicité[modifier | modifier le code]

  • 1987 : publicité du jeu de société Hotel

Jeux de société[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Cluedo Video : le docteur Lenoir[30]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Crédité sur le carton du doublage français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Who's Who in France : dictionnaire biographique (1992-1993), Paris, éditions Jacques Lafitte, 1992.
  2. a b et c François Justamand, Interview de Dominique Paturel sur La Gazette du doublage, 19 juillet 2012.
  3. a b c d e f g h i j et k « Le comédien Dominique Paturel, grande figure de la télévision, l'une des voix les plus connues du cinéma ! », Étonnez-moi Benoît, francemusique.fr, 19 septembre 2020.
  4. [vidéo] INA Stars, Dominique Paturel raconte son extraordinaire carrière sur YouTube, (consulté le )
  5. « La troupe de Radio-Alger » sur andrelimoges.unblog.fr
  6. a et b « Dominique Paturel : cherchez la voix ! » sur lepoint.fr
  7. « Dominique Paturel nous raconte ses débuts dans le doublage » sur serialement-votre.fr
  8. « Dominique Paturel, voix française de J.R. et Jonathan Hart, est mort », sur lavoixdunord.fr, (consulté le )
  9. « Star Wars, la trilogie originale racontée par Dominique Paturel » sur galaxie-starwars.com
  10. « Dominique Paturel (J.R. Ewing, D’Artagnan, Jonathan Hart) : La loi des séries #166 » sur Vl-média.fr
  11. « Il y a 40 ans, Star Wars sortait en France dans un grand n'importe quoi » sur lepoint.fr
  12. « Rencontre au sommet » sur objectif-cinema.com
  13. « “Je m'appelle Michael Caine” : Legendary actor receives French award for contribution to cinema » sur dailymail.co.uk.
  14. a et b « La Troupe d'Yvias se paye une voix en or », sur Ouest-France, .
  15. (en) Being George Clooney sur l’Internet Movie Database.
  16. a et b « Troupe d'Yvias : Dominique Paturel aux commandes », sur actu.fr, .
  17. a et b « A la découverte des Fantaisies stellaires de Tara King th. et Dominique Paturel » sur benzinemag.net
  18. « Arts et Culture à Antony : Raymond Queneau, Jean Giraudoux et Molière » sur ville-antony.fr
  19. « Vivre à Anthony », ville-antony.fr, mars 2019.
  20. « Mort de Dominique Paturel, la voix française de J.R. dans Dallas », sur BFM TV,
  21. « Saint-Quay-Portrieux : voix de J.R. Ewing et de Terence Hill, l’acteur Dominique Paturel est mort », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  22. Dominique Paturel sur lesarchivesduspectacle.net
  23. Critique de la pièce par Claude Olivier dans Les Lettres françaises no 1118 du 10 au 16 février 1966, p. 22-23
  24. Sorti directement en DVD.
  25. film en deux parties.
  26. 2e doublage, 1980.
  27. En remplacement de Bernard Woringer.
  28. a et b « Documents sonores de Dominique Paturel » sur Pointculture.be
  29. « La mécanique du rire : F. Veber, artisan du rire (2) » sur pointculture.be
  30. « Cluedo, le jeu de détective (VHS/K7) » sur Youtube.com

Liens externes[modifier | modifier le code]