Capitaine Flam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flam.
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Capitaine Flam

キャプテン・フューチャー
(Kyaputen Fyūchā)
Type Space opera
Thèmes Aventure, science-fiction
Anime japonais : Capitaine Flam
Réalisateur
Tomoharu Katsumata
Multiples réalisateurs des épisodes
Scénariste
Studio d’animation Tōei animation
Compositeur
Chaîne Drapeau du Japon NHK
Durée 30 min
1re diffusion
Épisodes 52

Capitaine Flam (キャプテン・フューチャー, Kyaputen Fyūchā?, litt. Captain Future) est une série télévisée d'animation japonaise produite par le studio de production japonais Tōei Animation.

Elle est aussi le titre et le nom du héros principal de la série télévisée.

En France, la série a été diffusée à partir du sur TF1. En Belgique, elle a été diffusée dans l'émission Lollipop [Quand ?].

Basée sur une collection de romans de space opera écrits par Edmond Hamilton, elle réunit treize histoires indépendantes, découpées chacune en quatre épisodes de vingt-deux minutes. L'adaptation reprend deux éléments clés des romans : elle donne des explications scientifiques didactiques et montre la supériorité de l'esprit sur la force brute.

Dans le doublage en français, c'est la voix du comédien Philippe Ogouz qui incarne le personnage du Capitaine Flam.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Intrigue[modifier | modifier le code]

Le Capitaine Flam, de son vrai nom Curtis Newton, est le fils des scientifiques William et Elaine Newton qui travaillent dans une station spatiale en orbite autour de la Lune. Avec le professeur Simon Wright (qui mourra prématurément, son cerveau sera ensuite implanté dans un robot volant nommé « professeur Simon »), ils conçoivent le robot androïde Crag ainsi que Mala, un androïde pouvant changer d'apparence grâce aux avancées de la biologie moléculaire.

Lors d'une attaque, la station spatiale est détruite. William Newton meurt et sa femme Elaine, grièvement blessée, parvient à s'échapper avec Mala, Crag et le professeur Simon. Sur son lit de mort, la mère de Curtis demande que son nouveau-né consacre sa vie à préserver la paix et l'ordre dans l'univers. Il est ensuite éduqué par les trois compagnons de ses parents et, à dix-huit ans, s'engage dans la lutte contre le Mal. Adulte, Curtis prendra le pseudonyme de « Capitaine Flam » et combattra pour le compte du gouvernement intersidéral.

Accroche[modifier | modifier le code]

« Au fin fond de l'Univers, à des années et des années-lumière de la Terre, veille celui que le gouvernement intersidéral appelle quand il n'est plus capable de trouver une solution à ses problèmes, quand il ne reste plus aucun espoir : le Capitaine Flam ![1],[2] »

— Accroche de la série, dite au début du générique de chaque épisode par Dominique Paturel.

Origines[modifier | modifier le code]

Les aventures du Capitaine Flam sont une adaptation des romans illustrés Captain Future, écrits par Edmond Hamilton à partir de 1940. Ces romans, très populaires dans de nombreux pays, sont méconnus en France où un seul récit semble avoir été traduit avant que les Éditions Le Bélial ne les proposent en 2017[3].

Edmond Hamilton meurt en 1977. L'année suivante, Captain Future est adapté en animation au Japon et apparaît sur les écrans de télévision. Entre 1979 et 1981, la série Capitaine Flam atteint les écrans d'Europe, d'Amérique du Nord et du Sud. Porté par la vogue du space opera, le dessin animé connaît un succès massif en Allemagne, en France, en Belgique et en Espagne.

Capitaine Flam s'inscrit dans le cadre d'une déferlante de séries animées post-Star Wars, telles que les séries animées Ulysse 31, Albator, Goldorak, Cobra, La bataille des planètes ou encore Il était une fois... l'Espace. Ses séries témoignent d'une certaine fascination de l'époque (de la fin des années 1970 au milieu des années 1980) pour l'espace et la conquête spatiale.

Épisodes[modifier | modifier le code]

  • Épisode hors série : Course à travers le système solaire. Il s'agit d'un épisode hors série de 55 minutes découpé en deux parties. Il est disponible en DVD en France, bien qu'il n'ait pas été diffusé dans le cadre de la série lors de sa sortie originale. De ce fait, les acteurs qui doublent la version française ne sont pas les mêmes que ceux de la série télévisée. Des vaisseaux spatiaux disparaissent mystérieusement dans l'espace. Le capitaine Flam se fait passer pour un jeune pilote afin d'enquêter sur cet étrange phénomène. Il découvre alors qu'un grand complot se prépare, menaçant tout le système solaire. Cette histoire est librement adaptée du sixième roman d'Hamilton Star Trail to Glory datant de 1941.

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Curtis Newton (Capitaine Flam)
C'est le principal héros du dessin animé. D'un tempérament calme et réfléchi, il sauve l'humanité par son intelligence et son courage ainsi que sa détermination. Ces qualités lui ont été inculquées durant sa jeunesse par ses acolytes Mala, Crag et le Professeur Simon, avec qui il vit depuis les décès de son père et de sa mère. Au cours de la série, il se rapprochera de plus en plus de Johann qui deviendra sa petite amie. Ken, qu'il rencontre au début de la série, devient petit à petit un fils pour lui.
Le Capitaine Flam est, pour ses missions, appelé par le président du gouvernement intersidéral. Il tient toujours sa parole et ne tue jamais personne.
  • Le professeur Simon Wright (cerveau)
Le professeur Simon Wright était le meilleur ami du père du Capitaine Flam (William Newton). Souffrant d'une maladie incurable, il décide de transférer son cerveau dans une machine afin de le conserver intact et de préserver l'ensemble des connaissances acquises.
  • Crag (robot)
Il s'agit de l'un des trois personnages qui entourent le Capitaine Flam. Il s'agit d'un robot faisant 2 m de haut et ayant une masse d'une tonne. Ses doigts sont amovibles, lui permettant de placer différents outils à l'extrémité de ses mains. Son caractère est plutôt docile et serviable.
  • Mala (humanoïde synthétique - nom original : Otho)
Mala est un robot ayant un pouvoir de polymorphisme grâce à sa structure synthétique. Il peut modeler son corps et son visage pour ressembler à une personne ou à une créature vivante.
Son caractère extraverti et moqueur crée souvent des chamailleries entre lui et Crag (notamment pour déterminer lequel est le plus « humain »).
  • Johann Landor (agent de la Police des planètes - nom correct : Joan Randall[4])
Cette séduisante jeune femme est agent secret pour le Gouvernement intersidéral. Elle est amoureuse du Capitaine Flam. C'est aussi une aventurière très courageuse, qui prend souvent part aux aventures du Capitaine, en étant bien souvent la jeune femme à sauver...
  • Ezla Garnie (Police des planètes - nom correct : Ezra Gurney[4])
Colonel dans les forces de la police des planètes, c'est un ami de longue date du Capitaine. Il est présent dans un certain nombre des aventures du Capitaine accompagné de Johann.
  • Ken Scott (nom original : Johnny Kirk)
Orphelin téméraire et débrouillard, il embarque clandestinement sur le CyberLab. Rapidement découvert, l'équipe du Capitaine Flam l'adopte. Occasionnellement présent dans la série animée, il n'apparaît que dans une seule histoire dans les romans de Edmond Hamilton.
  • Limaille et Frégolo (noms originaux : Eek et 0og)
Ce sont les animaux de compagnie de Crag et Mala. Limaille, dont le maître est Crag, se nourrit de métaux et n'a pas besoin de respirer. Frégolo a des propriétés de métamorphose similaires à son maître Mala.

Tout cela ne se limite pas aux personnages principaux : « The Wrecker » (le naufrageur), le vilain des Cinq Mines de gravium est devenu en français « Wrackar ». La traduction française du roman est inexacte, car on a nommé le personnage « le Destructeur », le terme de « naufrageur » étant bien plus approprié pour un personnage issus du domaine aquatique.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Dans ses romans, Edmond Hamilton considère que les toutes planètes de notre système solaire sont habitables et habitées, celles-ci portant d'autres noms, à l'exception de la Terre[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique français de Capitaine Flam est une chanson dont les paroles ont été écrites par Roger Dumas sur une musique de Jean-Jacques Debout[6], interprétée par Richard Simon en 1980[7].

En 1987, lors de sa rediffusion dans Club Dorothée, Bernard Minet interprète une nouvelle version composée par Jean-François Porry et Gérard Salesses. En 2002, Chantal Goya, l'épouse de Jean-Jacques Debout, a repris la chanson dans une version dance. Selon les pays de diffusion, la série a eu des génériques très différents. Par exemple, le générique allemand était une chanson instrumentale électronique planante au tempo ralenti.

Musiques d'ambiance[modifier | modifier le code]

L'intérêt musical de Capitaine Flam doit aussi surtout à ses musiques d'ambiance composées par Yuji Ohno, qui baignent la série dans une atmosphère jazzy et disco à la fois moderne et mélancolique.

Plusieurs albums reprenant ces musiques (ainsi que le générique japonais original) sont sortis au Japon. Yuji Ohno est également le compositeur des musiques du dessin animé manga Lupin III et de la série américaine CHiPs, ainsi que des musiques de la série Cobra.

Sorties VHS - DVD - Blu-ray[modifier | modifier le code]

  • IDP édita en 1997 la série en VHS contenant une aventure par K7. Suivie de deux coffrets, respectivement de 6 et 7 histoires.
  • En 2000, sortie à l'unité également chez IDP, une série de DVD comprenant deux voyages par disque[8]. Une box intégrale fut édité par la suite.
  • En mars 2006, Déclic Images proposa une version remastérisée en deux box, sans disposer de la licence. Seul le premier coffret de 7 voyages (28 épisodes) sera commercialisé. Les jaquettes prévues pour être horizontales furent modifiées par leur auteur Jérome Alquier pour le modèle vertical.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paroles Capitaine Flam », paroles.net (consulté le 21 novembre 2019).
  2. « Paroles Capitaine Flam Bernard Minet », paroles-musique.com (consulté le 21 novembre 2019).
  3. https://www.belial.fr/serie/capitaine-futur
  4. a et b Les noms français ont été traduits des noms propres de la série d'après les nom japonais, eux même adaptés des noms originaux américains. Les noms propres entre parenthèse sont les noms corrects des personnages ou leur nom original, si celui ci a été complètement changé.
  5. www.capitaineflam.free.fr
  6. « Capitaine Flam », sur www.encyclopedisque.fr (consulté le 5 octobre 2018)
  7. « Capitaine Flam », sur www.encyclopedisque.fr (consulté le 5 octobre 2018)
  8. « Capitaine Flam - Vol. 1 (1978) - DVD  », Dvdfr.com (consulté le 11 mai 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]