Violaine Vanoyeke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Violaine Vanoyeke
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Violaine Vanoyeke est une poétesse, romancière et femme de lettres française née en 1956 à Paris[1]. Auteur de quatre-vingts titres, elle a également cosigné plusieurs ouvrages avec son mari, l'économiste Philippe Engerer, aujourd’hui décédé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est professeur de littérature et de civilisations classiques et de linguistique[Où ?].

À la suite du décès de son mari en raison d'une succession d'erreurs médicales, Violaine Vanoyeke publie en 2009 un livre intitulé Homicide, même l'hôpital peut tuer[2].

En 2011, d'après Le Monde des livres, elle se porte candidate au fauteuil de Maurice Druon à l'Académie française[3],[4], mais n'obtient pas de voix : Danièle Sallenave est élue avec dix-huit voix au premier tour contre cinq voix à Jean-Louis Servan-Schreiber[5].

Controverses[modifier | modifier le code]

Valeur scientifique et crédibilité[modifier | modifier le code]

La revue Topoi a publié en 1992 un compte rendu de son ouvrage La Prostitution en Grèce et à Rome (1990), qui souligne de grossières erreurs historiques, des références approximatives ou douteuses et constate un « démarquage simplificateur » de passages du livre de Catherine Salles Les Bas-fonds de l’Antiquité (1982)[6], certaines erreurs pouvant constituer, selon l'auteur de la recension, une « maladresse dans le plagiat ».

Maurice Sartre, professeur à l'université de Tours, relève de très nombreuses erreurs, contresens et anachronismes dans une critique parue de l'ouvrage Les Ptolémées, derniers pharaons d'Égypte. Il conclut : « Cette « spécialiste » ne fait autorité qu'auprès de son éditeur; les historiens, quant à eux, sont partagés entre l'indignation et la franche rigolade »[7] ».

Accusations de plagiat[modifier | modifier le code]

Fin 1999 dans Visio, revue officielle de recherche de l'Association internationale de sémiotique visuelle, Michel Costantini, professeur à l'université Paris-VIII, mentionne Violaine Vanoyeke comme « un fascinant exemple d'auctoritas usurpée[8] ». L'un de ses ouvrages, intitulé Hannibal (1995), serait un plagiat du livre Annibal de George Philip Baker, paru chez Payot en 1952. Il cite Guy Lacaze qui estime : « Si j'avais le temps d'établir une démonstration en forme, je prouverais que, sur les 280 pages de son livre, 150 au minimum et certainement beaucoup plus, coulent de source, et sont textuellement reprises de Baker ».

En février 2011, elle se retrouve accusée de « plagiat et d'imposture scientifique » par Michelle Bergadaà, une universitaire franco-canadienne « dont les études sur le plagiat dans la recherche font référence », selon Le Point[9]. D'après Philippe Collombert, professeur d'égyptologie à l'université de Genève, dont Michelle Bergadaà publie l'article sur son site[10], la biographie de Violaine Vanoyeke Ramsès III (éditée en 1996 - ne pas confondre avec la trilogie romanesque de 2010) présente de très nombreuses similarités avec l'ouvrage de Pierre Grandet, Ramsès III. Histoire d’un règne, paru trois ans auparavant.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • L'Art aux yeux pers, Le Cherche midi
  • Le Mythe en poésie
  • L'Harmonie et les Arts en poésie
  • Au bord du Douro (collectif)

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Trésor de la reine Cobra, Éditions de l'Archipel (réimpr. Le Masque-Lattès, 2008)
  • Messaline, Robert Laffont
  • Les Louves du Capitole, Robert Laffont
    prix littéraire de l'été
  • Clair de symphonie
  • Le Crottin du diable, Denoël
    Prix de l'assurance et des banques
  • La Passionnée, Michel Lafon
  • Le Druide, Sand
  • Les Schuller, Presses de la cité (2 vol.) :
    • Le Serment des quatre rivières
    • Les Schuller

Romans sur l'Égypte antique[modifier | modifier le code]

  • Nitocris, princesse d'Égypte, Éditions Albin Michel,
  • Le Secret du pharaon, L'Archipel
  • Une mystérieuse Égyptienne, L'Archipel (réimpr. Le Masque-Lattès, 2008)
  • Meurtre aux jeux olympiques, Le Masque-Lattès,
  • Histoires envoûtantes de l’Égypte ancienne, Grancher,

Série Les Histoires d'amour des pharaons[modifier | modifier le code]

Tous les titres sont parus aux éditions Michel Lafon (9 vol.) :
    • Néfertiti et Akhénaton, coll. « Le Chardon bleu »
    • Ramsès II et Néfertari
    • Tyi et Ramsès III
    • César et Cléopâtre
    • Antoine et Cléopâtre
    • Ahmès-Néfertari et Ahmosis
    • Aménophis II et Tiâa
    • Toutânkhamon et Ânkhsepaaton
    • Séthi II et Taousert

Série Les Pharaons du Soleil[modifier | modifier le code]

Tous les titres sont parus aux éditions Michel Lafon (24 vol.) :
    • 1 - La Pharaonne Hatchepsout (trilogie)
    • 2 - Thoutmôsis (trilogie)
      • Le Rival d'Hatchepsout, 2000
      • L'Ibis indomptable, 2000
      • Au royaume du sublime, 2000
    • 3 - Aménophis (trilogie)
      • Le Prince de lumière, 2001
      • Le Breuvage d'amertume, 2001
      • Vénérable Tiyi, 2002
    • 4 - Néfertiti et Akhénaton (trilogie)
      • La belle est venue, 2002
      • L'Horizon d'Aton, 2002
      • Le Faucon d'or, 2003
    • 5 - Toutânkhamon (trilogie)
      • L'Héritier, 2003
      • La Fille de Néfertiti, 2004
      • Le Pharaon assassiné, 2004
    • 6 - Aÿ, pharaon (trilogie)
      • Les Meurtriers de Toutânkhamon, 2004
      • La Disparition de la reine, 2005
      • L'Ennemi du Nil, 2005
    • 7 - Horemheb, roi d'Égypte (trilogie)
      • Les Complots
      • Le Justicier
      • La Vengeance
    • 8 - Ramsès Ier (trilogie)
      • Les Secrets du prince
      • Un étrange destin
      • Les Mystères du palais
    • 9 - Ramsès III (trilogie)
      • Complots contre Pharaon, 2010
      • La Reine lybienne, 2010

Ouvrages sur l'Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les Sévères, Critérion ;
  • Les Origines des sports olympiques dès les Chinois et les Égyptiens, éd. du Rocher,  ;
  • Les Véritables Inventions des Égyptiens, éd. du Rocher,  ;
  • collectif universitaire, De la prostitution en Alsace, Le Verger ;
  • Les Bonaparte, Critérion ;
  • Zénobie, l'héritière de Cléopâtre, Michel Lafon ;
  • Les Voluptueuses de l'Égypte à Rome, Michel Lafon ;
  • La Prostitution en Grèce et à Rome, éd. Belles Lettres ;
  • Les Grandes Heures de la Grèce, Perrin ;
  • La Naissance des jeux olympiques et le Sport dans l'Antiquité, éd. Belles Lettres ;
  • Périclès, Tallandier ;
  • Les Ptolémées, derniers pharaons d'Égypte, Tallandier ;
  • Apprenez les hiéroglyphes avec Hatchepsout, Michel Lafon,  ;
  • Hannibal, France Empire, coll. « Les grands conquérants »,  ;
  • Éluard, poète de la liberté, Julliard ;
  • Quand les athlètes étaient des dieux, Fleurus
    ouvrage illustré pour la jeunesse.

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Les pharaons mènent à la vie éternelle, Michel Lafon
  • Homicide, même l'hôpital peut tuer !, éd. Alphée

En collaboration avec Philippe Engerer[modifier | modifier le code]

  • Amoureusement drôle, Hors collection,
  • Le Sottisier des politiques, Hors collection,
  • Jeux de main, jeux de vilain : L'Histoire des expressions du sport et des jeux olympiques, Bartillat,
  • Leurs derniers mots... avant leur dernier souffle, Grancher,

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Torrent, textes de Violaine Vanoyeke dits par Lucien Plaissy, avec V. Vanoyeke au piano, REM éditions
  • Chœur chromatique, textes de Violaine Vanoyeke interprétés par Dominique Paturel avec V. Vanoyeke au piano, REM éditions

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie
  2. Site des éditions Alphée
  3. « L'Académie française recrute », Le Monde des livres,‎ (lire en ligne).
  4. « Candidatures au fauteuil de M. Maurice Druon (F30) », sur academie-francaise.fr,‎ (consulté le 25 mai 2016)
  5. « Élection de Mme Danièle Sallenave (F30) », sur academie-francaise.fr,‎ (consulté le 25 mai 2016)
  6. F. Picard, « Compte rendu : Violaine Vanoyeke, La prostitution en Grèce et à Rome, collection Realia, 1990 », Topoi, vol. 2, no 2,‎ , p. 285-289 (lire en ligne)
  7. Le Monde, 17 juillet 1998
  8. Visio, vol. 4, no 3
  9. Marion Cocquet, « 2011 : Une année de copiés-collés », Le Point.fr, 22 décembre 2011
  10. « Plagiat et imposture scientifique. L’exemple de Violaine Vanoyeke, “éminente spécialiste de l’Antiquité” » sur responsable.unige.ch.