F. Murray Abraham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abraham (patronyme).
F. Murray Abraham
Description de l'image F.Murray Abraham cropped.jpg.
Nom de naissance Murray Abraham
Naissance (76 ans)
Pittsburgh, Pennsylvanie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Serpico
Scarface
Les Hommes du président
Amadeus
Le Nom de la rose
Séries notables Homeland

Murray Abraham dit F. Murray Abraham[1],[2] est un acteur américain né le à Pittsburgh (Pennsylvanie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un père assyrien, Frederick Abraham (garagiste né Farid Ibrahim et qui a américanisé son nom en entrant aux États-Unis[3]), et d'une mère américaine d'origine italienne[4], Joséphine Stello, il étudie à l'université du Texas à El Paso avant de suivre des cours de théâtre aux HB Studios à New York, dans le quartier de Greenwich Village.

Il entame sa carrière professionnelle en 1965 à Los Angeles dans la pièce de Ray Bradbury, The Wonderful Ice Cream Suit. Il joue également dans des publicités pour gagner sa vie[3]. Il tourne son premier film en 1971 : Le Rivage oublié de Anthony Harvey. Dans Scarface (1983) de Brian De Palma, il joue Omar Suarez, l'homme de main d'un caïd local, avant de recevoir l'Oscar du meilleur acteur en 1985 pour son interprétation d'Antonio Salieri, le compositeur italien admirateur et jaloux du talent de son concurrent Mozart, dans Amadeus de Miloš Forman. L'année suivante, il fait partie de la distribution du Nom de la rose, dans lequel il incarne l'inquisiteur Bernard Gui, adversaire du moine Guillaume de Baskerville, interprété par Sean Connery.

Il enseigne l'art dramatique à l'Off-Theater de Broadway depuis de nombreuses années.

Il est également professeur de théâtre au Brooklyn College[3].

Il est marié à Kate Hannan depuis 1962[5] et est père de deux enfants, Mick and Jamili.

L'origine de son pseudonyme a longtemps prêté à conjectures (son premier prénom aurait ainsi été Fahrid[4] ou Frank) jusqu'à ce que l'acteur indique qu'il n'avait qu'un seul prénom et qu'il s'agissait uniquement d'un hommage à son père (prénommé Frederick en anglais)[1],[2], imaginé pour donner un peu plus de relief à un nom « passe-partout »[6]. Quant à son prénom, il s'agissait initialement de Mir-Ay, celui de son grand-père paternel mort en Syrie, et qui a été américanisé en Murray[3].

Chrétien qui a pris ses distances avec l'orthodoxisme qu'il juge trop conservateur, il reste pour autant très croyant. Dans sa jeunesse, il a été enfant de chœur et a été marqué par le rituel religieux, à tel point que cela aurait selon lui guidé son amour du théâtre. Il n'est cependant jamais allé en Syrie, déplacement interdit par le régime car ayant déjà séjourné en Israël. À propos de ses origines, il déclare en 2016 : « Aujourd'hui, être chrétien en Syrie, c'est comme être juif dans l'Allemagne nazie »[3].

Politiquement, il critique plusieurs personnalités du Parti républicain lors des primaires du parti en vue de l'élection présidentielle de 2016, notamment les propos de Donald Trump, « d'un tel racisme » ou ceux de Ted Cruz, « c'est la même chose : un discours de haine »[3].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Getting to Know F. Murray Abraham », LA Stage Times ,‎
  2. a et b [audio] (en) « Academy Award-Winning Actor F. Murray Abraham », The Diane Rehm Show,‎
  3. a, b, c, d, e et f Florence Colombani, « "L'Amérique me fait peur" », Vanity Fair n°37, juillet 2016, pages 108-113.
  4. a et b (en) Andrew Salomon, « The Lion in Winter », Backstage.com,‎ (lire en ligne)
  5. (en) John Stark, « His Meanie Role in Amadeus Makes Nice Guy F. Murray Abraham the Man to Beat for the Oscar », People, 18 mars 1985.
  6. « Murray Abraham just doesn't seem to say anything. It just is another name, so I thought I'd frame it. » » (« Murray Abraham n'exprime pas grand-chose. Ce n'est qu'un nom comme tant d'autres, alors j'ai voulu lui donner un peu d'allure ».) The Diane Rehm Show, 14 octobre 2012.
  7. a, b et c « Comédiens ayant doublé F. Murray Abraham en France » sur RS Doublage, consulté le 17 février 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :