Hardy Krüger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kruger.
Page d'aide sur l'homonymie Pour son fils, voir Hardy Krüger Jr..
Hardy Krüger
Description de cette image, également commentée ci-après
Hardy Krüger en 2013
Nom de naissance Franz Eberhard August Krüger
Naissance (91 ans)
Berlin (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Profession acteur
Films notables Un taxi pour Tobrouk
Hatari !
La Grande Sauterelle
Les Dimanches de Ville-d'Avray

Hardy Kruger est un acteur allemand, né le 12 avril 1928 à Berlin sous le nom Franz Eberhard August Krüger. Le sommet de sa carrière se situe dans les années 1960-1970, en particulier en France sous la direction de Denys de La Patellière, Serge Bourguignon, Georges Lautner ou Claude Autant-Lara.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hardy Krüger est le fils d’un ingénieur et passe son enfance dans le quartier de Biesdorf à Berlin.

En 1941, à l’âge de 13 ans, il intègre une Adolf-Hitler-Schule ou Napola (école créée par le Parti national-socialiste allemand en 1937 pour former les futurs cadres administratifs et dirigeants de l’État) à Sonthofen en Bavière. Il est incorporé en mars 1945, à presque 17 ans, dans la 38e division SS de grenadiers « Nibelungen », alors engagée dans de terribles combats pour la défense d'un Troisième Reich à l'agonie, puis est fait prisonnier par l’armée américaine dans le Tyrol.

Après la guerre, il entame une carrière nationale d'acteur sous la direction de réalisateurs tels qu'Alfred Weidenmann, Helmut Weiss ou encore Rudolf Jugert. C’est Otto Preminger, en 1953, dans La Lune était bleue (The Moon Is Blue), qui lui offre son premier rôle à l’étranger et lance sa carrière internationale. Avec son physique proche de l’archétype aryen, il est très souvent cantonné à jouer des personnages caricaturaux adeptes du nazisme ou des soldats allemands.

Outre l'allemand, il s'exprime couramment en français et en anglais. En France, il apparaît à l’écran dans de nombreux films comme, notamment, Un taxi pour Tobrouk (1961), Les Dimanches de Ville-d'Avray (1962, Oscar du meilleur film étranger) et La Grande Sauterelle (1967). Mais son rôle le plus marquant demeure sans conteste celui qu’il tient dans Le Franciscain de Bourges, réalisé en 1967 par Claude Autant-Lara.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Krüger a été marié de 1950 à 1964 à l'actrice allemande Renate Densow (1918-2006) de dix ans son aînée ; de cette relation commencée pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Krüger n'avait que 16 ans, est née en 1945 sa première fille, la future actrice Christiane Krüger (de).

Sa deuxième épouse, de 1964 à 1977, a été l’artiste-peintre italienne Francesca Marazzi. Ils ont eu deux enfants : Malaika Krüger (née en 1967) et Hardy Krüger Jr. (né en 1968), tous deux devenus acteurs.

Dans les années 1960 et 1970, les Krüger possédaient le Hatari-Lodge dans lequel ils vivaient, situé en Tanzanie au pied du Kilimandjaro. Cette résidence avait servi de décor au film Hatari ! sorti en 1962. Elle s'est ensuite agrandie pour devenir une résidence hôtelière[1].

En 1978, Hardy Krüger a épousé en troisièmes noces l'Américaine Anita Park avec laquelle il vit entre Hambourg et la Californie. Jusqu'en 2013, la famille vivait dans une maison en bois près de Lake Arrowhead, dans un domaine forestier des montagnes de San Bernardino qui dominent Los Angeles. Depuis, ils sont la moitié de l’année à Palm Springs.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]


Voix françaises[modifier | modifier le code]

Roger Rudel (1921-2008) dans Hatari !

Bernard Noël (1924-1970) dans Le vol du Phoenix

Philippe Mareuil (1926-2016) dans Le secret de Santa Victoria

Dominique Paturel (1931) dans Barry Lyndon

Marc Cassot (1923-2016) dans Les oies sauvages

Marc De Georgi (1931-2003) dans Meurtres en direct

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Histoire du Hatari-Lodge », sur hatarilodge.de (consulté le 10 octobre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :