Catch 22 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catch 22.
Catch 22
Description de l'image Catch22-1970 opening.jpg.

Réalisation Mike Nichols
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film de guerre satirique
Durée 122 minutes
Sortie 1970

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Catch 22 est un film de guerre satirique adapté du roman éponyme, réalisé par Mike Nichols et sorti en 1970.

Considéré comme une comédie noire autour de "personnages aliénés" du roman satirique de Joseph Heller, il a été le travail d'une équipe de production qui comprenait le réalisateur Mike Nichols et le scénariste Buck Henry (qui a également joué dans le film). Ils ont travaillé sur le film pendant deux ans et accompli la tâche complexe de recréer une base d'un bombardier de la Seconde Guerre mondiale et de traduire une satire anti-guerre. Outre Henry, la distribution comprenait Alan Arkin, Bob Balaban, Martin Balsam, Richard Benjamin, le comédien français Marcel Dalio, Art Garfunkel, Jack Gilford, Bob Newhart, Anthony Perkins, Paula Prentiss, Martin Sheen, Jon Voight et Orson Welles. On en retrouve un extrait audio au début de la chanson «Survivor's Guilt» du groupe punk rock américain Rise Against.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Capitaine Yossarian, un pilote de bombardier B-25 des forces aériennes de l'armée des États-Unis, se trouve sur l'île de Pianosa pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec d'autres membres de son escadron, Yossarian s'engage dans de dangereuses missions de vol, et après avoir vu ses compagnons mourir, il cherche un moyen d'en réchapper.

Production[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

L'histoire est légèrement différente par rapport à celle du livre. Plusieurs branches de l'intrigue sont laissées de côté et de nombreux personnages ont échangé leur dialogue ainsi que leur destinée avec d'autres[1]. Malgré ces changements dans le scénario, Joseph Heller approuve le film d'après un commentaire de Mike Nichols et de Steven Soderbergh inclus dans les bonus du dvd[2]. Selon Nichols, Heller fut particulièrement impressionné par quelques scènes et dialogues de Buck Henry, et aurait voulu pouvoir les inclure dans son roman[3].

Le côté intellectuel du film et son ton totalement absurde[4] entrecoupé de brefs moments graveleux, presque terrifiants, réalistes, donnent au film une stimulation frénétique. Tout ceci à travers une série de flashbacks et de rêves du personnage central[1],[5].

Budget[modifier | modifier le code]

Paramount attribue un budget de 17 millions de dollars à la production et planifie un tournage de six semaines, mais les séquences aériennes ont demandé six mois de prise de vues résultant de plus de 1 500 heures de vol[6]. Toutes ces prises de vues représentant en fait environ dix minutes de film proprement dit[7].

18 B-25 dont 17 en état de vol seront utilisé pour ce film, ce qui en fait le record pour ce type d'appareil.

Accueil[modifier | modifier le code]

Ce film n'a pas connu un grand succès public, ni reçu de bonnes critiques. Les recettes ont été moins importantes que celles du film MASH, une autre comédie de guerre sortie la même année. De plus, le film est sorti alors que les Américains étaient encore amers de l'expérience de la guerre du Viêt Nam, ce qui conduisit plus de cinéphiles à se détourner des films de guerre en tout genre, excepté MASH et Patton[6]. Lucia Bozzola, critique, a écrit « Paramount a dépensé beaucoup d'argent pour Catch 22, mais il a été coulé par une autre comédie anti-guerre de 1970 : MASH de Robert Altman[8],[9]. »

L'historien du film Jack Harwick ainsi que Ed Schnepf ont dit qu'il était plein de défauts, notamment le scénario décousu, et que ses seules qualités étaient les scènes aériennes[10]. Malgré l'échec commercial et les mauvaises critiques, il fut nommé pour un Prix BAFTA de la meilleure photographie et a conservé une image de film culte : une réévaluation moderne en a fait un "culte" favori, il détient actuellement une cote de 88 % sur le site de Rotten Tomatoes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Canby, Vincent. Catch-22 (1970) Movie Review, New York Times, 25 juin 1970.
  2. Tallman 2008, p. 15 (Note de l'éditeur).
  3. Nichols and Soderbergh 2001
  4. McCarthy Todd. "Catch-22 (Review)." Variety, Volume 383, Issue 5, p. 18, June 18, 2001.
  5. Evans 200, p. 38.
  6. a et b Orriss 1984, p. 189.
  7. Farmer 1972, p. 59. Note: Nearly all the aerial footage was unused due to a directorial conflict between Nichols and Tallman, the head of the Air Operations and Aerial Unit.
  8. Lucia Bozzola « Paramount spent a great deal of money on Catch-22, but it wound up getting trumped by another 1970 antiwar farce: Robert Altman's MASH. »
  9. Bozzola Lucia. Catch-22 (overview), The New York Times, ligne 25. consulté le 27 janvier 2011.
  10. Harwick and Schnepf 1989, p. 62.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Harwick Jack et Ed Schnepf. A Viewer's Guide to Aviation Movies, The Making of the Great Aviation Films, General Aviation Series, Volume 2, 1989.
  • Nichols Mike et Steven Soderbergh. Commentary, Catch-22 DVD (Special Features). Los Angeles : Paramount Pictures Home Entertainment, 2001.
  • Orris, Bruce. When Hollywood Ruled the Skies: The Aviation Film Classics of World War II. Hawthorne, California: Aero Associates Inc., 1984. (ISBN 0-9613088-0-X).
  • Tallman Frank. The Making of Catch-22, Warbirds International, Vol. 27, no. 4, mai-juin 2008.
  • Thompson Scott A. Hollywood Mitchells, Air Classics, Vol. 16, No. 9, septembre 1980.

Liens externes[modifier | modifier le code]