Anti-impérialisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caricature de 1912 sur la Doctrine Monroe et l'ingérence des États-Unis dans la politique des pays de l'Amérique du Sud

L'anti-impérialisme est l’opposition à l'impérialisme, c'est-à-dire la doctrine d'un État ou un groupe d'États à mettre un autre État ou un groupe d'États plus faible[1] sous sa dépendance politique, économique et culturelle par la conquête militaire ou toute autre forme de coercition. Cette opposition est corollaire au processus de décolonisation, aux mouvements de libération nationale et, dans une certaine mesure, au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Bien que le terme impérialisme est utilisé la langue française au cours XIXe siècle pour désigner l'appui au régime napoléonien[2] et le « système de gouvernement et de domination de l'Empire romain »[3], la signification contemporaine de l'impérialisme, sur laquelle la théorie anti-impérialiste repose, prend son origine durant la seconde moitié de XIXe siècle de l'anglais imperialism qui désigne d'abord la politique d'extension coloniale de l'Empire britannique sous le premier ministre britannique Benjamin Disraeli au cours des années 1870.

La théorie anti-impérialiste se développe au début du XXe siècle dans les écrits de John Atkinson Hobson, dans son livre Imperialism: A Study notamment. L'anti-impérialisme est aussi une notions cruciale du marxisme-léninisme. Le concept, qui diffère de l'usage commun, est approfondi dans le livre de 1917 L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme de Lénine entre autres. Dans la théorie marxiste, l'impérialisme est un stade du capitalisme au cours duquel le capital financier supplante toutes les autres formes du capital[4]. L'anti-impérialisme a été l'un des principales politique de l'URSS, de la République populaire de Chine, de Cuba et des autres pays communistes depuis la seconde moitié du XXe siècle.

La fin du XXe siècle sous l'hégémonie des États-Unis voit la naissance d'un nouvel impérialisme [5]. L'anti-impérialisme, dans ces circonstances, est une part intégrante du mouvement altermondialiste qui s'oppose à la mondialisation libérale et aux grands accords de libre-échange et du mouvement pacifiste qui s'oppose aux invasions militaires.

Opposition à l'impérialisme avant Hobson[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Impérialisme.
Contruction du monument à la Reine Victoria à Kolkata en Inde au début du XXe siècle

« Il y a en Angleterre ce que nous appelons l'impérialisme, c'est-à-dire un élan national pour repousser les frontières; un désir d'étendre les colonies, de se rendre maître de tous les poste les plus importants, ou comme le dit si bien le terme impérialisme, le règne sur l'ensemble du monde. Voilà le rêve de l'Angleterre; les symptômes qui en résulte sont des plus alarmants[6]. »

— Émile Zola, « War » dans The North American Review, [7]

C'est à l'époque des grands empires coloniaux durant seconde moitié du XIXe siècle que débute l'utilisation moderne du terme « impérialisme ».

Le terme anglais imperialism est d'abord utilisé au Royaume-Uni pour décrire de façon péjorative la politique de conquête et d'extension coloniale de l'Empire britannique sous le premier ministre britannique Benjamin Disraeli au cours des années 1870.

Conquêtes coloniales et la remise en question de l'impérialisme[modifier | modifier le code]

Le philosophe chrétien et un pacifiste allemand Friedrich Wilhelm Foerster, qui enseigne à Zurich à l'été 1901, décrit la doctrine impérialiste, tel que pratiquée par l'Angleterre, comme une diffamation de la Chrétienneté qui remonte à l'ère élisabéthaine[A 1].

Théorie critique de l'impérialisme[modifier | modifier le code]

J. A. Hobson sur l'Impérialisme[modifier | modifier le code]

En 1902, John Atkinson Hobson dans Imperialism, A Study attribue d'emblée les origines de l'impérialisme à un vice inhérent du capitalisme ; c'est un groupe de puissants financiers à la recherche d'excédent de capital et de production qui dirigent l'impérialisme britannique[8]. Inspiré de Marx, il formule sa théorie de la sous-consommation : les crises économiques sont le résultat d'une mauvaise distribution de la richesse, trop de capitaux s'accumulent dans les mains d'un trop petit nombre ce qui réduit la demande pour les produits de consommation[A 2]. Par la suite, l'élite industrielle et financière pousse pour l'ouverture de nouveau marché en utilisant les deniers publics et l'armée dans le but de réaliser un profit privé sur le dos des «races inférieures»[A 3].

Dans son livre, Hobson, tente de dresser le portrait détaillé de l’expansion territoriale l'Empire britannique au XIXe siècle en tentant d'expliquer le procédé économique de création de impérialisme et les forces politiques, psychologiques et sociales qui entraînent sa croissance[8]. Il ballait aussi de la main l'hypothèse de Thomas Malthus que la surpopulation du Royaume-Uni a nourri l'impérialisme[8].

Pour Hobson, l'impérialisme encourage les conflits, constitue une menace pour la paix mondiale et entraîne l'assimilation et le génocide des peuples des colonies; il donne l’exemple du régime colonial britannique en Inde[8].

Conquérir de nouveaux marchés[modifier | modifier le code]

Pour Hobson, la conquête de nouveaux marchés est à la racine de de l'impérialisme [9]. La distribution inégalitaire des revenus dans les pays industrialisés et conséquemment le pouvoir d'achat trop faible des ouvriers placerait les classes aisées avec un excédent de capitaux et de production à exporter[10].

De Karl Kautsky à la théorie de la dépendance.[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorie de la dépendance.

Karl Kautsky publie Ultra-imperialisme en 1914. Il défini principalement l'impérialisme comme la relation de domination entre les pays développés et les pays sous-développés ou agraires. Il ajoute qu'avec le capitalisme monopoliste, les conflits et les rivalités entre les pays impérialistes tendent à se concilier. Cette position sera sévèrement critiqué par Lénine et la théorie marxiste-léniniste de l'impérialisme.

Dans la théorie marxiste-léniniste[modifier | modifier le code]

Dans la théorie marxiste-léniniste, l'impérialisme définie le processus d'accumulation capitaliste global à l'époque du Capitalisme monopoliste d'État[1]. La théorie de l'impérialisme concerne l'étude de l'accumulation dans un contexte global créé par l'accumulation soit :

  • L'analyse de l'accumulation capitaliste;
  • La périodisation du capitalisme;
  • Situer le phénomène dans un contexte de division territoriale du monde

Marx[modifier | modifier le code]

Karl Marx ne développe aucune théorie particulière sur l'impérialisme, bien qu'il s'oppose à l'exploitation de l'Inde par l'empire britannique.

Rudolf Hilferding[modifier | modifier le code]

Rosa Luxemburg[modifier | modifier le code]

La guerre est généralement considérée comme une méthode pour étendre les intérêts impérialistes. Ainsi les marxistes considèrent souvent l'antimilitarisme et l'opposition aux guerres comme étant partie intégrante de l'anti-impérialisme. Les marxistes et divers partis de gauche participent ainsi aux mouvements anti-guerre, alliant souvent pacifisme et anti-impérialisme, conjuguant une opposition globale à la guerre à une condamnation du système économique qui est considéré comme le responsable des guerres.

Lénine[modifier | modifier le code]

Frontispice du livre Imperialisme, dernier stade du capitalisme, 1925, editions Librairie de l'Humanité

« L'impérialisme est le capitalisme arrivé à un stade de développement où s'est affirmée la domination des monopoles et du capital financier, où l'exportation des capitaux a acquis une importance de premier plan, où le partage du monde a commencé entre les trusts internationaux et où s'est achevé le partage de tout le territoire du globe entre les plus grands pays capitalistes »

— Lénine dans L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme,

C'est en se basant sur les travaux de Hobson et de Boukharine, entre autres, que Lénine élabore sa synthèse politique de l'impérialisme[11]. L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme, paru en 1917, devient avec le temps l'ouvrage de référence des militants marxistes[11].

Lénine défini l'impérialisme principalement sur 5 axes principaux :

  • L'impérialisme comme un stade de développement du capitalisme,
  • La domination des monopoles et du capital financier sous le capitalisme monopoliste d'État,
  • La mise à l'avant de l'exportation des capitaux,
  • Le partage du monde entre les trusts internationaux,
  • Le partage de tout le territoire du globe entre les plus grands pays capitalistes.


En 1916, Lénine clame que l'impérialisme est « la forme la plus évoluée du capitalisme », que l'impérialisme représente le capitalisme à l'échelle mondiale, en opposition au capitalisme à l'échelle nationale qui avait été employé auparavant. Cette théorie sur l'impérialisme en tant que forme la plus évoluée du capitalisme est un des fondements du léninisme.

Lénine considère que l'impérialisme permet aux capitalistes issus des pays développés de faire de la plus-value grâce à l'exploitation de la classe ouvrière des pays pauvres, les capitalistes conservant la majorité de cette plus-value. Mais une partie est redistribuée à la classe ouvrière des pays développés (sous la forme d'un meilleur niveau de vie, biens de consommation moins chers, etc.) afin « d'endormir » la classe ouvrière et de désamorcer toute révolution. Ainsi, il est nécessaire de libérer les pays sous-développés de l'impérialisme afin qu'il soit possible de déclencher des révolutions anticapitalistes dans les pays riches. C'est pourquoi le léninisme insiste fortement sur la lutte contre l'impérialisme[12]

Mao Zedong[modifier | modifier le code]

« L'immense portée mondiale de la Révolution d'Octobre consiste surtout en ceci, qu'elle a […] élargi le cadre de la question nationale , l'a transformée, de question particulière de la lute contre l'oppression nationale en Europe, en question générale de l'affranchissement des peuples opprimés, des colonies et semi-colonies du joug de l'impérialisme; »

— Mao Zedong dans La Démocratie nouvelle,

Mao Zedong développe une théorie anti-impérialiste où le prolétariat, la paysannerie et des éléments nationalistes de la bourgeoisie locale s'allient contre la bourgeoisie impériale. Il surnomme cette alliance Nouvelle démocratie[1]. Ce premier stage anti-impérialiste de la révolution est suivi par la révolution socialiste[1].

Politique anti-impérialistes[modifier | modifier le code]

Union soviétique[modifier | modifier le code]

L'Union soviétique, qui se réclamait du socialisme, se disait également être le pire ennemi du capitalisme et a soutenu des nombreux mouvements d'indépendance dans des pays du Tiers-monde ; la Ligue contre l'impérialisme et l'oppression coloniale est ainsi créée en 1927 en tant qu'organisation affiliée à l'Internationale communiste. En 1947, lors de la première réunion du Kominform, le délégué soviétique Andreï Jdanov présente le monde comme divisé entre un camp (le monde non-communiste) « anti-démocratique et impérialiste » et un autre (le monde communiste) « anti-impérialiste et démocratique ». Cette conception, qui théorise, au début de la Guerre froide, la division du monde en deux camps opposés, est ensuite connue sous le nom de doctrine Jdanov[13]. L'anti-impérialisme a été l'une des thématiques essentielles du discours maoïstes, puis du régime de Fidel Castro à Cuba[14].

Postcolonialisme, postmodernisme et anti-impérialisme[modifier | modifier le code]

Les postmodernistes critiquent généralement le fait que l'impérialisme soit vu comme économique par essence et insistent au contraire sur l'exploitation sociale et culturelle. Ainsi, ils soutiennent la promotion des cultures dominées aussi bien que des intérêts économiques de ces mêmes cultures à travers l'anti-impérialisme. Le postcolonialisme est une notion - le domaine est nommé études postcoloniales – la plupart du temps associé avec l'anti-impérialisme postmoderne. Un certain nombre d'autres approches est regroupé dans la catégorie de la théorie critique des relations internationales.

Parmi les auteurs associés au postcolonialisme, on retrouve Edward Saïd et Gayatri Spivak. En dehors du postcolonialisme mais toujours dans une visée anti-impérialiste, des auteurs comme Judith Butler et James Der Derian figurent parmi les plus connus.

Féminisme et anti-impérialisme[modifier | modifier le code]

Les théories féministes sur les relations internationales se retrouvent souvent au sein de l'anti-impérialisme. Elles peuvent faire le lien entre le sexisme ou le patriarcat et la guerre et l'hégémonie en de nombreuses occasions : par exemple, rapprocher l'idée de masculinité et la dérive vers la guerre ou une théorie sur la manière dont l'être et l'autre sont construits qui mélange des notions occidentales récentes sur l'homme et la femme considérées comme sexistes avec d'autres notions occidentales sur l’État-nation et l'étranger considérées comme racistes et colonialistes. Ou bien encore, la localisation de la cause de l’échec des responsables gouvernementaux quant à la résolution pacifique des conflits, ou à considérer les vues des autres à travers le prisme d'une idéologie qui analyse le caractère socialement construit des « qualités » généralement associées aux femmes, à savoir l'amour, l'empathie et la soumission. Ann Tickner et Cynthia Enloe sont des écrivains connues de ce mouvement.

Pensées de droite et anti-impérialisme[modifier | modifier le code]

Il y a une division stricte entre la droite anti-impérialiste dans les pays puissants et celle de la droite des plus faibles. Ceci est relié à l'attachement idéologique de la droite anti-impérialiste à la nation ou au peuple.

Les pensées modernes des-dites puissances impérialistes qui sont de « droite » et « anti-impérialistes » tendent à se diviser en deux courants : libertarianisme et paléo-conservatisme. Le dernier étant représenté par Andrew Bacevich et Patrick Buchanan, diffère du premier, représenté par Justin Raimondo et Ron Paul, par son association au conservatisme social. Les deux ont plus d'influence aux États-Unis qu'ailleurs, et tendent à considérer l'impérialisme comme étant contre les intérêts et les traditions de leur patrie, ce qui leur donne une continuité idéologique avec l'isolationnisme.

Le nationalisme de droite et les mouvements fondamentalistes religieux qui sont une réaction contre l'impérialisme font partie de cette catégorie. Par exemple, Khomeini a historiquement tiré une grande partie de sa popularité, car il était contre l'intervention des Américains et leur influence en Iran et au Moyen-Orient, et peut alors être considéré comme anti-impérialiste.

En France, l'extrême-droite dénonce l'impérialisme américain : le , le GUD et les JNR ont organisé une manifestation contre celui-ci à la suite des fastueuses commémorations du cinquantième anniversaire du débarquement de Normandie ; le rassemblement fut interdit peu de temps avant son heure de début et un militant de l'Œuvre française, Sébastien Deyzieu, tomba de la fenêtre du cinquième étage d'un immeuble en tentant d'échapper à la police, qui procédera ce soir-là à 113 interpellations de militants s'étant rendu sur place. Il décédera deux jours plus tard[15],[16].

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard Koebner et Helmut Dan Schmidt, Imperialism: The Story and Significance of a Political Word, 1840-1960, Cambridge, Cambridge University Press, , 432 p. (ISBN 978-0521134828).
  1. p. 248.
  2. p. 221.
  3. p. 222.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Tom Bottomore, Laurence Harris, Ralph Miliband, « Imperialism and world market » dans A Dictionary of Marxist Thought (2nd Edition), Blackwell Publishing Limited, pp.252
  2. Louis Marie de Lahaye de Cormenin, « Libelle LXI : Sur l'esprit et les tendances rétrogrades de la chambre des pairs » dans Libelles politiques II, 1846, p.187
  3. Michelet, L'impérialisme romain, 1846 (
  4. M. Jean Romeuf (direction), « Impérialisme » dans Dictionnaire des sciences économiques Tome premier, A. I. Presses Universitaires de 629 p.
  5. Samir Amin « Au-delà de la mondialisation libérale : un monde meilleur ou pire ? », dans Actuel Marx 2006/2 (n° 40)
  6. Traduction libre : There is in England much of what we call imperialism, that is to say, a sort of national impulse which may lead her extremes, a desire to extend her colonies, to make herself mistress of the most important posts in the world, or to acquire what the word imperialism denotes, dominion over the world. Such is England's dream, and her symptoms in this regard are indeed alarming
  7. (en)Émile Zola, « War » dans The North American Review, Vol. 170, No. 521 (Apr., 1900), pp. 449-463
  8. a, b, c et d (en) John Cunningham Wood, « J. A. Hobson and British Imperialism » dans The American Journal of Economics and Sociology, Vol. 42, No. 4 (Oct., 1983), pp. 483-500
  9. John Atkinson Hobson, Imperialism, A Study, 1902, Parti I Chapitre VI, [lire en ligne]
  10. Pierre Bezbakh, « La Grande Guerre et les théories de l’impérialisme » », Le Monde, 11 novembre 2013 [lire en ligne]
  11. a et b Gérard Duménil, Michael Löwy, Emmanuel Renault, , « Impérialisme » dans Les 100 mots du marxisme, Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, 2009 (ISBN 978-2130572336)
  12. Lénine, L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme.
  13. Archie Brown, The Rise and fall of communism, éditions Vintage Books, 2009, pages 157-158
  14. Pierre Vayssière, Les révolutions d'Amérique latine, Seuil, 2001, pages 165-169
  15. Béatrice Jérôme, « Le préfet de police de Paris interdit un défilé annuel de l'extrême droite radicale », dans Le Monde, du 09-05-2008, [lire en ligne], mis en ligne le 08-05-2008
  16. Frédéric Chatillon, Thomas Lagane et Jack Marchal, Les Rats maudits. Histoire des étudiants nationalistes 1965-1995, Édition des Monts d'Arrée, 1995, chapitre 6, « Le parcours des combattants. Les années Intifada », p. 139-145.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Anti-impérialisme.