Christine Kelly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christine Kelly
Christine Kelly en 2005 - cropped.JPG
Christine Kelly en 2005.
Fonctions
Membre du conseil d'administration
Commission nationale française de l’Unesco (d)
depuis
Présidente
Fondation Alice Milliat
-
Membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Christine Eugénie TigiffonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinctions

Christine Kelly, née le au Lamentin (Guadeloupe), est une animatrice audiovisuelle, journaliste et écrivaine française.

Travaillant dans le secteur des médias à partir de 1992, d'abord en Guadeloupe puis en métropole, elle est membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 2009 à 2015. Elle préside ensuite la fondation Alice Milliat, formation européenne pour le sport féminin.

Sur CNews, elle anime depuis 2019 Face à l'info, l'émission-phare de la chaîne de télévision, qui réalise des audiences records mais fleurte avec la désinformation, ainsi qu'une émission sur l'histoire de France à partir de 2021.

Christine Kelly a également des activités littéraires, recevant en 2008 un prix pour une biographie de François Fillon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et enfance[modifier | modifier le code]

Vue de la côte, au Lamentin (Basse Terre) en Guadeloupe.

Christine Kelly est née le au Lamentin en Guadeloupe[1]. Fille d’enseignants habitant un logement de fonction dans une école, Christine Eugénie Tigiffon grandit ensuite dans une maison construite par ses parents au Lamentin[2],[3]. Elle est la deuxième enfant d'une fratrie de quatre[3].

Enfant battue, elle fera part de maltraitances subies dans un climat malveillant durant sa prime enfance, entre une mère violente et un père alcoolique[3],[4],[5]. Sa mère quitte la Guadeloupe avec ses enfants pour s'installer chez des cousins à Paris[3] ; son père, devenu sobre, les rejoint un an plus tard[3].

Après plusieurs tentatives de suicide, Christine Kelly quitte le foyer parental à l'âge de 20 ans[6],[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après une formation scientifique, Christine Kelly se destine initialement à être hôtesse de l'air mais renonce à cette idée pour se tourner, encore sans formation, vers la télévision[7].

Animatrice dans les médias guadeloupéens (1992-1996)[modifier | modifier le code]

En 1992, Christine Kelly rejoint la télévision privée Archipel 4, en Guadeloupe, pour y animer Caribscope, un rendez-vous bilingue (français-anglais)[8]. En parallèle, elle anime une émission de libre antenne sur la radio K’danse FM. Deux ans plus tard, elle devient présentatrice sur RFO Guadeloupe[9].

Débuts en métropole (1996-2000)[modifier | modifier le code]

En 1996, Christine Kelly abandonne la présentation pour devenir journaliste, en suivant à 27 ans une formation à l'Institut national de l'audiovisuel puis à l'Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine[9],[10]. Elle réalise ensuite des reportages pour plusieurs stations régionales de France 3, en travaillant parallèlement pour le service politique de RFO, la radio Chérie FM et le quotidien Sud Ouest. En 1997, elle participe à la création de Demain.TV, la chaîne de l'emploi de Canal+[11] En 1999, elle officie sur La Chaîne Météo et Voyage[12].

Journaliste à LCI (2000-2009)[modifier | modifier le code]

En , elle rejoint la chaîne d'information en continu LCI pour y présenter les journaux du matin[13], tout en animant une émission mensuelle sur RFO et en devenant consultante pour l'UNESCO[9]. Elle est alors la première présentatrice noire en métropole[12]. De à , elle est la rédactrice en chef et présentatrice d'une émission sur le développement durable, Le Magazine, sur Ushuaïa TV[9],[7].

Après six mois d'enquête pour écrire une biographie de François Fillon, elle retrouve l'antenne en pour animer les journaux de l'après-midi sur LCI et coprésenter Terre-Mère, un rendez-vous hebdomadaire sur l'environnement[7].

À partir de , elle anime LCI Matin week-end le vendredi de 6 h à 9 h et les journaux du samedi au dimanche de 6 h 30 à 10 h 30[14].

Membre du CSA (2009-2015)[modifier | modifier le code]

Le , sans avoir pour autant postulé[15], elle est nommée au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), l'autorité de régulation de l'audiovisuel en France, par Gérard Larcher, alors président du Sénat[16]. Elle est la plus jeune membre du CSA[17] et la première issue d'un territoire d'outre-mer[18]. À cette époque, il est question que Nicolas Sarkozy lui confie une mission gouvernementale voire un portefeuille mais Christine Kelly indique préférer finir son mandat au CSA[18],[19].

Au CSA, Christine Kelly obtient des chaînes de télévision qu'elles sous-titrent leurs programmes pour les sourds et malentendants et baissent le niveau sonore de la publicité, après vingt ans d'attente en France, une première mondiale[20]. Elle demande également aux chaînes d'information de faire des JT en langue des signes, une première en France[21].

En 2009, un projet de loi est discuté au Parlement visant à encadrer la publicité alimentaire pendant les programmes pour la jeunesse[22]. Face au risque d'interdiction, le CSA établit une « charte alimentaire »[23] dans laquelle les annonceurs formulent des engagements. En tant que présidente de la mission « Santé et développement durable » du CSA, Christine Kelly défend ce texte :

« Si la suppression de la publicité alimentaire dans les programmes pour enfants est loin d'être un instrument efficace dans le combat contre l'obésité, ses conséquences économiques seraient en revanche certaines sur notre secteur audiovisuel »[24].

La charte est considérée comme inefficace par UFC Que choisir[25] et par des experts en nutrition car étant non contraignante et privilégiant, selon eux, le financement par les médias de la lutte contre l’obésité[26],[27]. La réglementation de la publicité pour des aliments qui sont gras, sucrés et salés à destination des mineurs  a démontré son efficacité à la suite de travaux scientifiques, d'expériences et même sa mise en place dans certains pays[28].

En 2013, Christine Kelly rend possible la citation de Facebook et Twitter à la radio et la télévision, ce qui était jusqu’alors interdit, et définit les contours du placement de produits en France dans les fictions[29], jusqu'alors interdit à la télévision[30].

En 2012, elle préconise la réduction de cinq à deux semaines de la période pendant laquelle les candidats à une élection présidentielle ont égalité de temps de parole[31].

Face au manque de médiatisation du sport féminin dans les médias, Christine Kelly, également présidente de la mission « sports » au Conseil supérieur de l’audiovisuel, décide de créer la première journée internationale du sport féminin dans les médias : 24 heures du sport féminin (2013)[32],[8]. Une deuxième édition des 24 heures du sport féminin est organisée par Christine Kelly le [33].

Activités après le CSA (2015-2018)[modifier | modifier le code]

En 2015, elle lance le projet d'un Musée européen des médias ou Villa Média, dont l'ouverture au public est programmée pour 2019 à Saint-Denis, dont elle devient présidente[34],[35]. En ligne avec ce projet, elle organise des journées de débat et de réflexions consacrées à l'éducation aux médias, auxquelles participent de nombreuses personnalités[36]. Dans le même temps, elle est élue présidente du jury de l’édition 2015 des Globes de Cristal, récompenses décernées par la presse française dans le domaine des arts et de la culture[8].

Jusqu'en octobre 2020, elle préside la fondation Alice Milliat, seule fondation européenne pour le sport féminin, lancée en 2016 en présence du président de la République François Hollande[37]. Elle est ambassadrice de l'Euro 2016, nommée au « 11 Tricolore » par François Hollande[38],[8].

En mars 2018, elle rejoint l'équipe de Touche pas à mon poste !, sur C8, en tant que chroniqueuse[39]. Durant l'été 2018, elle anime une émission de portraits et retrace le parcours de son invité dans une émission hebdomadaire diffusée le dimanche sur RTL. De plus, elle anime un débat quotidien sur CNews (chaîne au sein de laquelle elle intervient dans l'émission Punchline en compagnie de Laurence Ferrari) à la mi-journée, toujours durant l'été. Depuis la rentrée 2018, elle est également chroniqueuse régulière sur le nouveau magazine de Cyril Hanouna Balance ton post !, sur C8.

Animatrice de Face à l'info (depuis 2019)[modifier | modifier le code]

À partir de la rentrée 2019, Christine Kelly anime sur CNews l'émission Face à l'info, qui est diffusée de 19 à 20 heures du lundi au vendredi[40].

L’émission fait polémique en raison de la place accordée à l'écrivain et polémiste d’extrême droite Éric Zemmour[41]. Dès son lancement, des personnalités annoncent boycotter la chaîne, tandis que Christine Kelly reçoit des menaces de mort[40],[42]. Elle fait l’objet de nombreuses pressions et critiques, ses détracteurs l'estimant par trop complaisante avec les idées exprimées par son chroniqueur. Elle a publiquement pris ses distances[Quand ?] avec des opinions[Lesquelles ?] d’Éric Zemmour[40].

Rapidement, Face à l’info devient l’émission-phare de la chaîne télévisée et réalise des audiences records, avec près d'un million de téléspectateurs en 2021, ce qui permet à CNews d’arriver largement en tête des chaînes d'information sur cette tranche horaire et contribue à son succès croissant face à BFM TV[40],[43]. Selon le service CheckNews de Libération, elle y assène les idées de la droite dure en l’absence de tout contradicteur, en « enchaînant fake news et affirmations non ou mal sourcées »[44].

À partir de janvier 2021, Christine Kelly anime chaque dimanche sur CNews l'émission La Belle Histoire de France, en compagnie de Franck Ferrand et Marc Menant[45].

En novembre 2021, Christine Kelly porte plainte après avoir reçu des menaces de mort par SMS. En janvier 2022, l'affaire est saisie par le parquet de Paris[46].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

À partir de 2006, Christine Kelly est membre du comité d'orientation de l'agence Reporters d'espoirs[47],[48].

Elle crée, en , la Fondation K d’urgences, sous l’égide de la Fondation de France, une entité consacrée à l’aide des familles mono-parentales. Cet engagement fait écho à une partie de sa propre enfance, pendant laquelle elle a fait l'objet de maltraitance et s'était retrouvée seule avec son frère et sa mère[3],[5].

Un fonctionnement de speed-dating gratuit a été mis en place par cette fondation entre des huissiers de justice et des familles monoparentales pour que ces dernières puissent récupérer les pensions alimentaires non payées[49],[50]. Elle est soutenue, entre autres, par Charles Aznavour, Claire Chazal et Michel Drucker[51]. La fondation organise chaque année la journée K, qui accueille près de 3 000 familles, en faisant le plus grand rassemblement de familles monoparentales en France. En 2017, la cinquième édition de la journée K a été organisée sous le patronage de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France[52],[53].

Début 2013, Christine Kelly fait dix propositions pour aider les familles monoparentales qu'elle remet à François Hollande[54]. En , elle lance la charte de la monoparentalité, qui est signée par 22 entreprises, en faveur de l'emploi pour les familles monoparentales[55].

Nommée en 2015 par Gérard Mestrallet, elle est administratrice de la Fondation Engie, qui soutient des projets notamment au profit de l'enfance et de l'emploi[8],[56].

Résumé de son activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Parcours dans les médias[modifier | modifier le code]

  • 1992-1996 : Caribscope sur Archipel 4
  • 1997 : animatrice sur Demain TV
  • 1999 : animatrice sur La Chaîne Météo
  • 1999 : animatrice sur Voyage
  • 2000 : animatrice sur RFO
  • 2000-2007 : journaux du matin sur LCI
  • 2005-2006 : Le Magazine sur Ushuaïa TV
  • 2008-2009 : LCI Matin week-end sur LCI
  • 2008-2009 : journaux du samedi au dimanche de 6 h 30 à 10 h 30 sur LCI
  • 2018-2019 : Touche pas à mon poste sur C8
  • 2018-2019 : Débat sur CNews
  • 2018-2020 : Balance ton post sur C8
  • 2019 : Présumé innocent sur C8
  • Depuis 2019 : Face à l'info sur CNews
  • Depuis 2021 : La Belle Histoire de France sur CNews

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est vraiment Christine Kelly, animatrice de « Face à l’info » ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. P.L.N, « Christine Kelly : la Grande-Bretagne la voit ministre », voici.fr, 25 mars 2009.
  3. a b c d e et f Christine Kelly, interviewée par Karine Grunebaum, « Le jour où j'ai pardonné à mes parents », Paris Match, semaine du 28 juin au 4 juillet 2018, p. 122.
  4. a et b Rania Hoballah, « "Je me suis longtemps cachée derrière mon sourire" : Christine Kelly revient avec émotion sur son passé d'enfant battue », sur LCI, (consulté le )
  5. a et b François Rousseaux, « Christine Kelly, l’animatrice de “Face à l'info” sur CNews : l’alibi parfait d’Éric Zemmour ? », sur Télérama, (consulté le )
  6. Elise Poiret, « Christine Kelly, son passé d'enfant battue : "Ma mère me frappait avec une rallonge électrique" », sur femmeactuelle.fr, (consulté le ).
  7. a b c et d « Christine Kelly », sur Premiere.fr (consulté le )
  8. a b c d et e « Christine Kelly », sur Christine Kelly, (consulté le )
  9. a b c d et e « Christine Kelly », gala.fr.
  10. Fiche de Christine Tigiffon, Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine, consulté le 15 février 2013
  11. Cyrille Nono, Hervé Mbouguen, Christine Kelly, journaliste sur LCI Grioo.com, 11 novembre 2003.
  12. a et b Marc Pellerin, « Christine Kelly, une sage qui s’engage », Le Parisien,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  13. Guy Dutheil, « Christine Kelly, sur LCI, assume volontiers son rôle d'icône », Le Monde, 27 novembre 2005.
  14. Emmanuel Galiero, « Christine Kelly : « Oui, je souhaite relever de nouveaux défis » », TV Magazine, .
  15. « L’ex-journaliste de LCI a décidé de changer de vie », csa.fr, 27 février 2009.
  16. « Françoise Laborde et Christine Kelly nommées au CSA », sur ozap.com, .
  17. « Christine Kelly (membre du CSA) présente au Festival de Cannes du 17 au 19 mai 2013 », hellocoton.fr, 29 avril 2013.
  18. a et b Laurent Telo, « Qui est vraiment Christine Kelly, animatrice de « Face à l’info » ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « L'Elysée dément l'entrée de la journaliste Christine Kelly au gouvernement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Publicité : bientôt la fin du son plus fort à télévision », lci.tf1.fr, 14 octobre 2011.
  21. « Christine Kelly sur tous les fronts au CSA », tvmag.lefigaro.fr, 21 septembre 2009.
  22. « Publicité : enfants au régime ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « La charte alimentaire - CSA - Conseil supérieur de l’audiovisuel », sur www.csa.fr (consulté le )
  24. « Lutte contre l'obésité infantile : Les paradoxes de la télévision, partenaire d'une régulation à la française, par Christine Kelly », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Réalité des engagements de l’agro-alimentaire sur l’obésité infantile… », sur www.quechoisir.org (consulté le )
  26. « Lutte contre l'obésité : soyons cohérents ! par François Bourdillon, Serge Hercberg », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Michel Desmurget, La fabrique du crétin digital - Les dangers des écrans pour nos enfants, éditions du Seuil, (ISBN 978-2-02-142332-7, lire en ligne).
  28. Serge Hercberg, Mange et tais-toi : Un nutritionniste face au lobby agroalimentaire, HumenSciences, , 288 p. (ISBN 9782379313257).
  29. « Christine Kelly dans Média +, au sujet de la citation des réseaux sociaux à l'antenne », csa.fr, 9 janvier 2013.
  30. Marie-Catherine Beuth, « Le placement de produits entre en vigueur à la télé », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  31. « Temps de parole : de nouvelles règles ? », lefigaro.fr, 12 octobre 2012.
  32. Deuxième édition des "24 heures du sport féminin", le samedi 24 janvier 2015, CSA - 04.11.2014
  33. 24 heures du sport féminin : une 2e édition en janvier, le Figaro TV, 11.11.2014
  34. « Christine Kelly : "Pour le musée des médias, nous avons choisi Saint-Denis" », Le JDD,‎ [1]
  35. « Christine Kelly confronte les «pro» des médias au grand public », TV Mag Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  36. Journée d’éducation aux médias : Christine Kelly lance la deuxième édition, Le Figaro TV, 21 novembre 2016
  37. http://alicemilliatchallenge.com/fr/foundation
  38. « Euro 2016: François Hollande a présenté le Comité des 11 Tricolores », sur L'Équipe (consulté le )
  39. V. J., « «TPMP»: Christine Kelly, ex-membre du CSA, rejoint l'émission de Cyril Hanouna », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. a b c et d « Christine Kelly, l’animatrice qui dérange les bien-pensants », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  41. François Rousseaux, « Christine Kelly, l’animatrice de “Face à l'info” sur CNews : l’alibi parfait d’Éric Zemmour ? », Télérama, 23 juin 2021.
  42. « « Nous n’irons plus sur CNews » : l’émission de Zemmour suscite une vague de boycott », sur nouvelobs.com,
  43. « CNews dépasse BFM TV pour la première fois, et c'est grâce à Eric Zemmour », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  44. Cédric Mathiot, « «Face à l’info» sur CNews: Christine Kelly ou la désinformation en continu », sur Libération (consulté le )
  45. Benjamin Meffre, « Franck Ferrand rejoint "Valeurs actuelles" et CNews », sur ozap.com, (consulté le ).
  46. « Une enquête ouverte par le parquet de Paris après des menaces de décapitation adressées à Christine Kelly », sur guadeloupe.franceantilles.fr (consulté le ).
  47. « Christine Kelly », sur purepeople.com (consulté le )
  48. [ « Qui sommes-nous ? Organisation »] sur le site officiel de Reporters d'Espoirs, consulté le 11 juillet 2010
  49. Marie-Laure Makouke, Christine Kelly : son combat pour aider les familles monoparentales, Terra Femina, 13 mars 2012
  50. « Fondation K d'Urgences », sur parent-solo.fr (consulté le )
  51. Emmanuel Galiero, « Christine Kelly : « Mon combat pour les familles monoparentales » : Elle vient de lancer l'opération 2000 femmes pour 2012 », TV Magazine,‎ , p. 22
  52. Les parents solo soutenus, Direct Matin, 18 mai 2017
  53. "Journée K" au Jardin d’Acclimatation : le plus grand rassemblement des familles monoparentales, LCI, 1er juin 2016
  54. Les 10 propositions prioritaires, Kdurgences - 01.2013
  55. Monoparentalité et emploi: "Dissiper le silence", L'Express - 03.06.2014
  56. « Fondation ENGIE - Education, Environnement, Emploi », sur Fondation ENGIE (consulté le )
  57. [vidéo] « Face à l'auteur » : Interview de Christine Kelly sur Dailymotion,
  58. [vidéo] « Christine Kelly présente son livre sur François Fillon » sur grioo.com,
  59. « Christine Kelly (LCI) va publier une bio de William Gallas » sur le blog de Jean-Marc Morandini,
  60. Emmanuel Berretta, « La patronne de l'info de TF1 décorée par Sarkozy », sur lepoint.fr,
  61. « Décret du 24 novembre 2021 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  62. « Minorités visibles : Christine Kelly », sur linternaute.com (consulté le ).
  63. Jean-Michel Maire, « Christine Kelly, déjà reine en Angleterre », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  64. « Premier prix pour Christine Kelly », Télé Loisirs,
  65. « Christine Kelly récompensée au Gala du Gotha Noir à Paris », sur jeanmarcmorandini.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]