François Ruffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruffin.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Rufin.
François Ruffin
François Ruffin.png

François Ruffin en 2015.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (40 ans)
CalaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

François Ruffin, né le à Calais, est un journaliste français.

Il est le fondateur et le rédacteur en chef du journal Fakir. Il écrit aussi dans Le Monde diplomatique. Il participe pendant sept ans à l'émission Là-bas si j'y suis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Calais, François Ruffin grandit à Amiens[1]. Son père travaille pour Bonduelle et sa mère est femme au foyer[1]. Il obtient une maîtrise de lettres et crée, en 1999, le journal Fakir[1].

En 2000, il entre au Centre de formation des journalistes (CFJ), dont il sort diplômé en juillet 2002[2].

Durant les années 2000, il participe comme reporter à plusieurs émissions radio de Là-bas si j'y suis (jusqu'en 2012) tout en continuant à diriger Fakir. Il affirme être « né politiquement par la critique des médias »[3].

François Ruffin a pris la défense de Daniel Mermet, producteur de l'émission radiophonique Là-bas si j'y suis, lorsque ce dernier fut mis en cause par l'article d'Olivier Cyran dans la revue Article 11[4]. Elle figure dans un long article publié sur le site du journal Fakir intitulé « Janvier 2005 - juin 2012 - Mes années Mermet »[5]. Ruffin et Mermet ont participé (entre autres figures médiatiques et économiques de gauche) aux deuxièmes Rencontres déconnomiques d'Aix-en-Provence en 2014[6].

En 2015, il réalise son premier film, Merci Patron !, film critiquant Bernard Arnault[7], dont la sortie nationale a lieu le 24 février 2016. Selon certains médias, François Ruffin aurait joué un rôle dans le déclenchement du mouvement Nuit debout en avril 2016, via notamment la campagne de promotion de son film Merci Patron ![8]. Le 9 juin 2016, La Lettre A rapporte que « selon les calculs des producteurs et des professionnels du cinéma, les 500 000 entrées du film et la vente des droits à plusieurs pays étrangers vont lui rapporter quasiment un million d'euros »[9].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Ruffin soutient la nécessité du protectionnisme économique et détaille ce point de vue dans un livre, Leur grande trouille : journal intime de mes pulsions protectionnistes, sorti en 2011.

Il est également partisan de la décroissance, par opposition au productivisme[10].

Il insiste également régulièrement sur la nécessité d'établir la jonction entre les deux cœurs d'électorat de la gauche, à savoir les classes populaires, associées aux ouvriers et aux syndicats d'un côté, et les intellectuels et professionnels de l'éducation de l'autre, car selon lui, seule la convergence des luttes peut mener à un mouvement social d'ampleur suffisante pour parvenir à un changement : « Le changement ne passera plus par les urnes mais par un mouvement social de grande ampleur. »[11]. Pour ce faire, il cherche notamment à lutter contre le mépris de classe qu'il identifie à l'encontre des classes populaires : « Non seulement les classes populaires étaient dans la merde socialement, mais on leur a rajouté des stigmates politiques et culturels : le vote Front national, le béret, les boules de pétanque, la picole... », mais également à présenter à ces dernières une information politique facilement accessible intellectuellement et « pas chiante »[12].

Il cherche également à faire se rejoindre politiquement la gauche « rouge » de la lutte sociale et la gauche « verte » écologiste, jonction qu'il qualifie de « nécessité ». Cette jonction est également associée dans sa pensée à celle entre la classe populaire (« plus attachée à la question sociale ») et petite bourgeoisie (« plus attachée à la question écologique »)[10].

Il s'est défini un temps comme « compagnon de route » du Front de gauche avant de « prendre acte de leur suicide »[11].

En juin 2016, il participe au lancement d'une campagne « Nous ne voterons plus PS » et déclare souhaiter voir émerger un « mouvement populiste de gauche »[13]. Il déclare en parallèle dans l'émission de Cathy Colin, La voix est libre sur France 3, qu'il n'exclut pas de se présenter à une élection[14] : « J'ai 40 ans, je sais qu'il y a une bataille à mener pour que les gens désespèrent moins. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Denis Demonpion, « 10 choses à savoir sur François Ruffin, l'auteur de "Merci Patron !" », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  2. « François Ruffin », fiche biographique sur le site de la maison d'édition Les Arènes.
  3. « Entretien avec Noé Roland : « Le minimum, c’était quand même de lui arracher sa chemise, au mec d’Air France » », sur Le Comptoir
  4. « Daniel Mermet ou les délice de l'autogestion « joyeuse » », sur Article 11
  5. « Mes années Mermet, article de François Ruffin », sur Journal Fakir
  6. « Programme des rencontres déconomiques », sur Deconomistes.org
  7. Ludivine Bénard et Kevin Victoire, « Merci Patron ! », l’ovni cinématographique qui fait la nique aux riches, sur Le Comptoir,‎
  8. « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », Télérama,‎ (lire en ligne).
  9. « François Ruffin (brève) », La Lettre A, no 1733,‎ , p. 1
  10. a et b « Le rapprochement rouge vert est une nécessité », sur Reporterre (consulté le 28 mai 2016)
  11. a et b « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », sur www.telerama.fr (consulté le 28 mai 2016)
  12. (fr) « François Ruffin : « Camping est un bon film politique » », sur Le Grand Soir (consulté le 28 mai 2016)
  13. François Ruffin, interviewé par Luc Peillon et Amandine Cailhol, « François Ruffin : "Voter PS au second tour en bon républicain, c’est fini" », liberation.fr, 5 juin 2016.
  14. « François Ruffin : "je n’exclue pas de me présenter à une élection" - France 3 Picardie », sur France 3 Picardie (consulté le 21 juin 2016)
  15. « Le Centre de formation des journalistes saisi par l’argent-roi », Le Monde diplomatique, février 2003.
  16. Dans In Class Warfare, Guess Which Class Is Winning, New York Times, 26 novembre 2006. Par cette remarque, Buffett entendait dénoncer les baisses d'impôt décidées par George W. Bush et appelait à accueillir favorablement des hausses d'impôts, signe selon lui de prospérité.
  17. http://www.fakirpresse.info/hector-est-mort
  18. « On a lu « Comment ils nous ont volé le football » », So Foot, 22 avril 2016.
  19. Note de lecture d'Alternatives économiques, n° 337, juillet 2014.
  20. http://prixlyceenses.blogspot.fr/2015/10/remise-du-prix-2015.html

Liens externes[modifier | modifier le code]