François Ruffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruffin.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Rufin.
François Ruffin
Image illustrative de l'article François Ruffin
François Ruffin en 2015.

Naissance (41 ans)
Drapeau de la France Calais
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Journaliste
Spécialité Reporter
Autres activités Réalisateur, essayiste
Récompenses
Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Fakir
Le Monde Diplomatique
Radio Là-bas si j'y suis

François Ruffin, né le à Calais en France, est un journaliste, essayiste et réalisateur français.

Il est le fondateur et le rédacteur en chef du journal Fakir. Il écrit aussi dans Le Monde diplomatique. Il participe pendant sept ans à l'émission Là-bas si j'y suis diffusée sur France Inter.

En 2017, il reçoit le César du meilleur film documentaire pour son premier film, Merci Patron ! .

Il lance sa campagne pour les élections législatives dans la 1re circonscription de la Somme (Amiens-Nord, Abbeville) le 17 février 2017, devant 600 personnes à Flixecourt[1] avec le soutien du Parti communiste français, d'Europe Écologie Les Verts, de La France insoumise et d'Ensemble !.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Calais, François Ruffin grandit à Amiens, d'un père employé chez Bonduelle et d'une mère femme au foyer. Il est scolarisé au collège-lycée de La Providence[2]. Il obtient une maîtrise de lettres à l'Université de Picardie.

Journalisme critique[modifier | modifier le code]

François Ruffin affirme être « né politiquement par la critique des médias »[3]. En 1999, le Journal des Amiénois passe sous silence la délocalisation d'une usine Yoplait et la mise au chômage de ses 89 salariés. En réaction, François Ruffin crée le journal local Fakir[2], qu'il vend à la criée devant les MJC d'Amiens[2].

« Notre but affiché était de détruire [le Journal des Amiénois], qui était exclusivement celui du maire. Mais dès le premier numéro de Fakir, je me suis dit que critiquer le média qui se trouve dans toutes les boîtes aux lettres était insuffisant. Il fallait aussi produire de l’information pour montrer ce qui n’est pas montré, le mensonge le plus classique étant le mensonge par omission.[3] »

Le journal, principalement rédigé par des bénévoles, deviendra national en 2009 et est aujourd'hui tiré à 29.000 exemplaires.

En 2000, François Ruffin entre au Centre de formation des journalistes (CFJ), dont il sort diplômé en juillet 2002[4]. En 2003, il publie Les petits soldats du journalisme, un livre à charge contre les méthodes de maljournalisme enseignées par le CFJ, « recopier l’AFP, produire vite et mal, imiter les concurrents, critiquer les livres sans les lire, ne surtout plus penser, trembler devant sa hiérarchie[5] ».

De 2005 à 2012, il participe comme reporter à plusieurs émissions radio de Là-bas si j'y suis, tout en continuant à diriger Fakir. En 2015, il prend la défense du producteur de l'émission, Daniel Mermet, mis en cause par Olivier Cyran dans la revue Article 11 pour ses méthodes managériales « tyranniques »[6]. Revenant sur ses années passées comme reporter dans un long article publié par Fakir, il admet les « zones d'ombres » de son ancien patron, mais regrette que les articles sur lui « relèvent moins de l’enquête que de l’exécution. [...] Car il ne suffit pas qu’on découvre à Daniel Mermet une tache : il faut maintenant qu’on le résume à cette tache, en une sorte de maccarthysme passé à gauche »[7].

Ruffin et Mermet ont participé aux deuxièmes Rencontres déconnomiques d'Aix-en-Provence en 2014[8].

Merci Patron ! et Nuit Debout[modifier | modifier le code]

En 2015, il réalise son premier film, Merci Patron !, film critiquant Bernard Arnault[9], dont la sortie nationale a lieu le 24 février 2016. Selon certains médias, François Ruffin aurait joué un rôle dans le déclenchement du mouvement Nuit debout en avril 2016[10]. Certains militants du mouvement accusent François Ruffin d’avoir utilisé Nuit Debout afin d'accompagner la diffusion de son film Merci Patron ! et de faire parler de lui[11].

En 2017, son film Merci Patron! reçoit le César du meilleur film documentaire. Le 24 février, lors de la 42e cérémonie des César, il profite de la remise de son prix pour critiquer vertement la politique gouvernementale face aux délocalisations des entreprises et interpeller le président de la République sortant François Hollande[12]. Le 3 mars suivant, il remet symboliquement son trophée aux ouvriers de l'usine Whirlpool, opposés à la délocalisation de leur usine en Pologne[13].

Le , La Lettre A rapporte que « selon les calculs des producteurs et des professionnels du cinéma, les 500 000 entrées du film et la vente des droits à plusieurs pays étrangers vont lui rapporter quasiment un million d'euros »[14].

En décembre 2016, Ruffin lance sa chaîne Youtube, où il publie régulièrement des « bulletins ».

Candidat aux législatives de 2017[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

En novembre 2016, Ruffin annonce qu'il envisage de se présenter comme candidat aux élections législatives de 2017 dans la première circonscription de la Somme[15], avec un programme inspiré de celui de La France insoumise, du PCF et d'EELV[16]. Il annonce sa volonté, s'il est élu, de s'auto-appliquer trois mesures : « mandat révocable, jury pour gérer les réserves parlementaires, député smicard »[16].

Le 17 février 2017, à Flixecourt, François Ruffin lance officiellement sa campagne pour les élections législatives de 2017 dans la Somme (1re circonscription), devant plus de 600 personnes[1]. Des salariés de l'usine Whirlpool d'Amiens sont présents[17] et viennent expliquer la situation de leur usine, dont la direction a annoncé la fermeture et la délocalisation en Pologne[18]. Il lance durant cette réunion publique une pétition "pour l'interdiction des produits Whirlpool sur le territoire français" [19].

Son slogan de campagne est "Ils ont l'argent, on a les gens"[20], le symbole de sa campagne la marionnette Lafleur et le nom de son mouvement Picardie debout. Parmi ses mots d'ordre, on trouve “Lutter contre le fatalisme, la résignation et le marinisme”[1] ou "Les faire plus chier que le Front national !"[21]. Sa campagne reçoit le soutien du Parti communiste français, de la France insoumise, d’Europe Écologie Les Verts et d'Ensemble !, le mouvement de Clémentine Autain[22]. Dans le cadre de cette élection, il fera notamment face à la députée PS sortante et secrétaire d’État du gouvernement Valls II, Pascale Boistard.

François Ruffin rassemble plus de 300 personnes le 3 mars dans un meeting à Longueau[23]. Le 16 mars, à Abbeville, il organise avec son équipe une réunion publique sur le thème "Comment les riches détruisent la planète (et la Picardie aussi)". L’association Novissen, une victime de la pollution à Valéo-Amiens et l’écrivain Hervé Kempf (rédacteur en chef et fondateur de Reporterre) prennent la parole à cette occasion devant plus de 250 personnes[24]. Le 31 mars, c'est au tour du journaliste d'investigation et écrivain Denis Robert de partager sa tribune, dans le quartier de Saint-Acheul (Amiens), devant près de 200 personnes[25]. Le 26 avril, il rassemble près de 350 personnes[26] dans une réunion avec Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, à Amiens.

Il soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle, sans toutefois souhaiter signer la charte des députés de la France insoumise[16]. Au second tour de l'élection présidentielle, François Ruffin répond à la question d'Elise Lucet sur le plateau d'Envoyé Spécial, sur le parking de l'usine Whirlpool à Amiens : "C'est un peu comme quand vous allez aux toilettes, vous aimez bien fermer la porte. C'est le principe de l'isoloir, il y a un rideau… Parce que ce n'est quand même pas la première fois que je vais avoir à faire un geste dont je ne suis pas fier au deuxième tour d'une élection." Il précise, au conditionnel, que "quand bien même je glisserais dans l'urne un bulletin Emmanuel Macron, qui n'a pas besoin de ma voix pour être élu, parce que je pense qu'il le sera, je resterai un opposant ferme à Emmanuel Macron dès le 8 mai au matin". [27] Le lendemain sur son blog, il dénonce la récupération de cette phrase notamment par Laurent Joffrin dans Libération, Jean-Michel Aphatie ou de L'Obs et explique "que, durant des mois, jusqu'au premier tour, je pouvais brandir un bulletin de vote "Jean-Luc Mélenchon" avec fierté plutôt, ça n'intéressait pas grand média : seul BFM-TV m'a invité à en causer. Pour les autres, rien." « Et bien sûr, micros et stylos me courent aujourd'hui après pour que "j'appelle à voter Macron". Or, je n'appelle à rien du tout. Je ne délivre aucune consigne à personne. Quand il nous reste le choix entre un banquier d'affaires et le Front national, chacun se démerde comme il peut, avec ses tourments, ses hésitations, ses doutes, et je comprends parfaitement qu'on fasse des choix contraires au mien[28]. »

Lors d'une visite d'Emmanuel Macron aux ouvriers en grève de l'usine Whirlpool, à Amiens, François Ruffin l'interpelle sur sa vision de l'économie : « La mondialisation n'est pas heureuse. Il y a une France qui se porte très bien, mais là, vous êtes au milieu de celle qui se porte mal »[29].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Ruffin soutient la nécessité du protectionnisme économique et détaille ce point de vue dans un livre, Leur grande trouille : journal intime de mes pulsions protectionnistes, sorti en 2011.

Il est également partisan de la décroissance, par opposition au productivisme[30].

Il insiste également régulièrement sur la nécessité d'établir la jonction entre les deux cœurs d'électorat de la gauche, à savoir les classes populaires, associées aux ouvriers et aux syndicats d'un côté, et les intellectuels et professionnels de l'éducation de l'autre, car selon lui, seule la convergence des luttes peut mener à un mouvement social d'ampleur suffisante pour parvenir à un changement : « Le changement ne passera plus par les urnes mais par un mouvement social de grande ampleur. »[31]. Pour ce faire, il cherche notamment à lutter contre le mépris de classe qu'il identifie à l'encontre des classes populaires : « Non seulement les classes populaires étaient dans la merde socialement, mais on leur a rajouté des stigmates politiques et culturels : le vote Front national, le béret, les boules de pétanque, la picole... », mais également à présenter à ces dernières une information politique facilement accessible intellectuellement et « pas chiante »[32].

Il cherche également à faire se rejoindre politiquement la gauche « rouge » de la lutte sociale et la gauche « verte » écologiste, jonction qu'il qualifie de « nécessité ». Cette jonction est également associée dans sa pensée à celle entre la classe populaire (« plus attachée à la question sociale ») et petite bourgeoisie (« plus attachée à la question écologique »)[30].

Un de ses héros politiques est Maurice Kriegel-Valrimont[16].

Il s'est défini un temps comme « compagnon de route » du Front de gauche avant de « prendre acte de leur suicide »[31].

En juin 2016, il participe au lancement d'une campagne « Nous ne voterons plus PS » et déclare souhaiter voir émerger un « mouvement populiste de gauche »[33]. Il déclare en parallèle dans l'émission de Cathy Colin, La voix est libre sur France 3, qu'il n'exclut pas de se présenter à une élection[34] : « J'ai 40 ans, je sais qu'il y a une bataille à mener pour que les gens désespèrent moins. »

En mai 2017, il publie une lettre ouverte à Emmanuel Macron dans Le Monde qu'il considère comme un « futur président déjà haï »[35].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

François Ruffin (ill. Faujour), Les petits soldats du journalisme, Les Arènes, , 271 p. (ISBN 978-2-91248-5496, OCLC 51816415)

François Ruffin (ill. Faujour), Quartier Nord, Fayard, , 517 p. (ISBN 978-2-21362-9018)

Louis Maurin, « Quartier Nord », Alternatives économiques,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, La guerre des classes, Fayard, , 239 p. (ISBN 978-2-21363-8164)

Antoine Dumini et François Ruffin, Comment ils nous ont volé le football. La mondialisation racontée par le ballon, éditions Fakir, , 126 p. (ISBN 978-2-36921-0061)

Prix lycéen du livre d'économie et de sciences sociales 2015[36].
Benjamin Laguerre, « On a lu « Comment ils nous ont volé le football » », So Foot,‎ (lire en ligne)
Denis Clerc, « Comment ils nous ont volé le football. La mondialisation racontée par le ballon », Alternatives Économiques, no 337,‎ (lire en ligne)

Articles[modifier | modifier le code]

Fakir[modifier | modifier le code]

François Ruffin, « France 3 Picardie : L’info-formol », Fakir, no 18,‎ janvier-février 2004 (lire en ligne), aussi publié par ACRIMED, le 29 janvier 2004.

François Ruffin, « Janvier 2005 - Juin 2012 - Mes années Mermet », Fakir,‎ (lire en ligne)

Le Monde Diplomatique[modifier | modifier le code]

François Brune et François Ruffin, « Apolitisme très politique des journaux municipaux », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Un tri social », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Le Centre de formation des journalistes saisi par l’argent-roi », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Le logement social, entre pénurie et ségrégation », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Désengagement de l’Etat », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Naufrage industriel pour la marine marchande », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Montages exotiques », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « « Emploi-solidarité » à Amiens », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Penser la ville pour que les riches y vivent heureux », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Comment épurer Marseille, l’« incurable » », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Le scandale Airbus va-t-il devenir l’affaire Lagardère ? », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Un seuil est franchi », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Silence radio », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Trop raisonnables, les salariés d’EADS ? », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Partage des richesses, la question taboue », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Un monde « complexe » ? », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Chez LVMH, le géant du luxe : insolite face-à-face entre ouvrières et actionnaires », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Chez LVMH, le géant du luxe : les sons du face-à-face », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Parti Socialiste - A contresens sur l’autoroute des idées », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « « On ne peut pas desserrer l’étau, ou on ne veut pas ? » », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Une flammèche obstinée a embrasé la Guadeloupe », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « A Bruxelles, les lobbyistes sont « les garants de la démocratie » », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Ainsi naissent les autoroutes », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

Antoine Dumini et François Ruffin, « BCE, Enquête dans le temple de l’euro », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Dans la fabrique du mouvement social », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « La mère célibataire n’a pas de fils journaliste... », Manière de voir, no 122,‎ avril-mai 2012 (lire en ligne)

François Ruffin, « L’ambigu Monsieur Macron, de Marc Endeweld (critique) », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)

ACRIMED (Action - Critique - Médias)[modifier | modifier le code]

François Ruffin, « Les Inrocks surveillent nos fréquentations », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « « Droit de réponse » ... à Michel Polac », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Les Petits Soldats du journalisme de François Ruffin (présentation par l’auteur) », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Le journaliste est nu », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Face aux médias : petit manuel de trahison », ACRIMED,‎ (lire en ligne), aussi paru dans Rouge, le mensuel de la LCR, sous le titre « Faire face aux médias », le 8 mai 2003.

François Ruffin, « Le Courrier Picard dans l’intimité de Raffarin », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

François Ruffin, « Lettre ouverte à Jean-Michel Aphatie : quel rôle choisirez-vous ? », ACRIMED,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Entretiens[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Bernard, « François Ruffin : « Il se déroule un bras de fer entre le Capital et le Travail, la force du premier qui fait plier le second. » », Article 11,‎ (lire en ligne)

Noé Roland, « François Ruffin : « Le minimum, c’était quand même de lui arracher sa chemise, au mec d’Air France » », Le Comptoir,‎ (lire en ligne)

« François Ruffin : « Camping est un bon film politique » », Ballast,‎ (lire en ligne)

Mathilde Blottière, « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », Télérama,‎ (lire en ligne)

Luc Peillon et Amandine Cailhol, « François Ruffin : « Voter PS au second tour en bon républicain, c’est fini » », Libération,‎ (lire en ligne)

Portraits[modifier | modifier le code]

Jérémie Couston, « François Ruffin, les patrons ne lui disent pas merci », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)

David Doucet et Mathieu Dejean, « Enquête sur François Ruffin, l’homme qui a impulsé le mouvement Nuit debout », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)

Alix Fourcade, « Qui est vraiment François Ruffin, le petit soldat de l'anticapitalisme ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Autres articles[modifier | modifier le code]

Gaël Brustier, "La candidature du fondateur de Nuit Debout, la voie française vers le «populisme de gauche»", Slate.fr, 3 avril 2017 (lire en ligne)

Romain Herreros, « Macron à Whirlpool : le face-à-face avec Ruffin conclut un Facebook Live surréaliste », HuffPost,‎ (lire en ligne)

« François Ruffin votera pour Emmanuel Macron au 2e tour de la présidentielle "mais restera un opposant ferme" », HuffPost,‎ (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mathieu Dejean, « Les Inrocks - En Picardie, François Ruffin part à la reconquête de l'électorat populaire », sur Les Inrocks, (consulté le 10 avril 2017)
  2. a, b et c Denis Demonpion, « 10 choses à savoir sur François Ruffin, l'auteur de "Merci Patron !" », sur nouvelobs.com, (consulté le 11 avril 2016)
  3. a et b Le Comptoir 2015
  4. « François Ruffin », fiche biographique sur le site de la maison d'édition Les Arènes.
  5. ACRIMED 2003
  6. Olivier Cyran, « Daniel Mermet ou les délice de l'autogestion « joyeuse » », sur Article 11, (consulté le 14 avril 2017)
  7. Fakir 2013
  8. « Programme des rencontres déconomiques », sur Deconomistes.org
  9. Ludivine Bénard et Kevin Victoire, « Merci Patron ! », l’ovni cinématographique qui fait la nique aux riches, sur Le Comptoir,
  10. « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », Télérama,‎ (lire en ligne).
  11. Blandine Garot, Les déclarations de François Ruffin passent mal au sein de la nébuleuse Nuit debout, le Monde, 8 juin 2016
  12. « Regardez le discours engagé de François Ruffin, césar du meilleur documentaire pour “Merci Patron !” » [vidéo (3'08")], sur telerama.fr (consulté le 25 février 2017),
  13. « Le journaliste François Ruffin remet son César aux ouvriers de Whirlpool », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  14. « François Ruffin (brève) », La Lettre A, no 1733,‎ , p. 1
  15. David Doucet, « Les Inrocks - François Ruffin veut se porter candidat face au FN à Amiens », sur Les Inrocks, (consulté le 3 février 2017)
  16. a, b, c et d Pierre Jacquemain, « François Ruffin : « Personne à gauche n’est assez fort tout seul » », Regards,‎ (lire en ligne)
  17. « Avec les forces anti-austérité, Ruffin part en jacquerie législative », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  18. « Whirlpool ferme son usine à Amiens. 290 emplois directs seront supprimés - France 3 Hauts-de-France », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne)
  19. « François Ruffin veut faire interdire les produits Whirlpool sur le territoire français - France 3 Hauts-de-France », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne)
  20. « Clip officiel : "Ils ont l'argent, on a les gens !" », francoisruffin.fr,‎ (lire en ligne)
  21. « #Whirlpool : Les faire plus chier que le Front national ! », sur francoisruffin.fr,
  22. Daniel Muraz, « François Ruffin candidat unitaire dans la Somme », Courrier Picard,‎ (lire en ligne)
  23. « François Ruffin veut parler à tout le monde », Courrier picard,‎ (lire en ligne)
  24. « 250 personnes pour découvrir "comment les riches détruisent la planète" », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne)
  25. « Denis Robert et François Ruffin remplissent la salle », Courrier Picard,‎ (lire en ligne)
  26. « Ruffin sur tous les fronts », Courrier picard,‎ (lire en ligne)
  27. « VIDEO. L'interview de François Ruffin dans "Envoyé spécial" », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  28. François Ruffin, « Whirlpool, Le Pen, Macron et mon vote », Blog de François Ruffin,‎ (lire en ligne)
  29. HuffPost 2017
  30. a et b « Le rapprochement rouge vert est une nécessité », sur Reporterre (consulté le 28 mai 2016)
  31. a et b « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », sur www.telerama.fr (consulté le 28 mai 2016)
  32. « François Ruffin : « Camping est un bon film politique » », sur Le Grand Soir (consulté le 28 mai 2016)
  33. François Ruffin, interviewé par Luc Peillon et Amandine Cailhol, « François Ruffin : "Voter PS au second tour en bon républicain, c’est fini" », liberation.fr, 5 juin 2016.
  34. « François Ruffin : "je n’exclue pas de me présenter à une élection" - France 3 Picardie », sur France 3 Picardie (consulté le 21 juin 2016)
  35. « François Ruffin, promoteur de la haine anti-Macron : un inquiétant discours identitaire », Challenges,‎ (lire en ligne).
  36. « Remise du prix 2015 », sur prixlyceenses.blogspot.fr
  37. « Hector est mort - FAKIR - Presse alternative - Edition électronique », sur www.fakirpresse.info

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]