Caroline Fiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caroline Fiat
Illustration.
Caroline Fiat en 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 ans et 3 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e de Meurthe-et-Moselle
Législature XVe
Groupe politique LFI
Prédécesseur Jean-Yves Le Déaut
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Verdun (Meuse, France)
Nationalité Française
Parti politique PCF (1993-?)
E! (années 2010)
LFI (depuis 2016)
GRS (depuis 2019)
Profession Aide-soignante

Caroline Fiat, née le à Verdun, est une femme politique française.

Aide-soignante, elle milite au Parti communiste français puis à la France insoumise. Elle est élue députée dans la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle lors des élections législatives de 2017. Elle est membre du groupe La France insoumise. En 2019, elle adhère à la Gauche républicaine et socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caroline Fiat est aide-soignante depuis 2009[1],[2],[3]. Elle est la première aide-soignante à siéger à l'Assemblée nationale[4]. Avant son élection, elle travaille de nuit, en vacation dans plusieurs établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) du secteur privé, dans le Grand Est[5]. Auparavant, elle a été ambulancière, téléprospectrice, assistante commerciale et assistante de direction[4].

Débuts dans la politique[modifier | modifier le code]

Elle grandit dans une famille de cégétistes et communistes et commence de militer à l'âge de seize ans au sein du Parti communiste français (PCF)[6],[7]. Elle siège au comité fédéral de la fédération PCF Meurthe et Moselle, ainsi qu'au secrétariat fédéral. En 2003, elle est déléguée au XXXIIe congrès du PCF. L'année suivante, elle est la candidate du parti à l'élection cantonale sur le canton de Jarville-la-Malgrange sous son nom de naissance, Caroline Nicolas. Elle est classée avant dernière en y obtenant 391 voix, soit 3,86 % des voix. De 2001 à 2007, elle est conseillère municipale de Pompey sur une liste d'union de la gauche, dans la majorité du maire PS Laurent Trogrlic.[réf. nécessaire]

En 2012, elle vote « à contre-cœur » pour Jean-Luc Mélenchon lors de l'élection présidentielle de 2012, n'aimant pas « son côté “gueulard” et donneur de leçons »[8]. Elle change d'avis en le côtoyant par la suite[8]. Elle adhère à Ensemble ![9] puis à La France insoumise, parti fondé par Mélenchon en 2016. Elle se définit communiste[6].

Députée de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Elle est élue députée dans la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle lors des élections législatives de 2017[1], recueillant 61,36 % des voix au deuxième tour face à Cédric Marsolle, candidat du Front national[10]. Elle devient la première aide-soignante de l'hémicycle[6]. Le , elle est candidate à la présidence de l'Assemblée nationale[11] ; elle recueille 30 voix lors de l'élection, qui désigne François de Rugy.

En septembre 2017, elle est attaquée devant les prud’hommes par un ancien assistant parlementaire, lequel conteste son licenciement et demande une requalification du contrat en CDI[12].

Elle est co-rapporteure (avec sa collègue LREM Monique Iborra) d'une mission d'information sur les EHPAD qui publie ses conclusions en mars 2018[13],[14]. Ce rapport préconise un doublement du personnel soignant dans les EHPAD et un investissement de 8 milliards d'euros supplémentaires sur quatre ans[15]. Le , elle défend une proposition de loi sur le droit à l'euthanasie et le suicide assisté[16] qui est suspendue.

Membre à part entière du groupe parlementaire de La France insoumise, elle adhère à la Gauche républicaine et socialiste, parti scissionnaire du Parti socialiste fondé en 2019 par Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann[17].

Le 26 février 2020, elle reçoit[18] le Prix de la transparence dans les politiques du médicament pour la France pour l'année 2019[19]. Le prix lui est remis par l'Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament pour son engagement en faveur de la transparence lors des débats sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020[20],[21],[22].

Pendant la pandémie de Covid-19, elle reprend son travail d'aide-soignante, aidant de nuit dans un hôpital de Meurthe et Moselle, tout en assurant ses fonctions de parlementaire l’après-midi[23].

Le 28 juillet 2020, pendant les débats sur le projet de loi de bioéthique qui pourrait ouvrir la PMA à toutes les femmes, elle prononce un discours remarqué où elle relate sa propre expérience. Elle a en effet élevé seule son fils, qui n'a pas, selon elle, mal vécu cette situation. Elle dit notamment à cette occasion : « Ça transperce le cœur d’entendre que l’enfant va mal grandir parce qu’il n’a pas de papa. Tout le monde assure comme il peut. Tous les parents assurent comme ils peuvent. Qu’ils adoptent, qu’ils portent les enfants ou quoi que ce soit »[24],[25]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Jarny/Pont-à-Mousson : Caroline Fiat haut la main (61,36 %) », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne)
  2. Quentin Laurent, « Législatives : en Meurthe-et-Moselle, le seul duel Front national - France insoumise », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  3. « Qui sont les députés de La France insoumise ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Verner 2017.
  5. Carole Tymen, « IDE et AS, leurs premiers pas de députés », sur espaceinfirmier.fr,
  6. a b et c La Chaîne parlementaire, « Émois & moi - Caroline Fiat », sur Dailymotion, (consulté le 25 mars 2020).
  7. « Caroline Fiat : Une aide-soignante à l’Assemblée », sur Midi insoumis, populaire et citoyen, (consulté le 22 octobre 2018).
  8. a et b Yves Derai, Benjamin Jérôme et Gaëtane Morin, « Assemblée nationale : premiers mois, premiers émois », sur Le Parisien, .
  9. Regards, « Caroline Fiat : « On a gagné un gros pari en faisant entrer une aide-soignante à l'Assemblée » », sur YouTube, (consulté le 25 mars 2020).
  10. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 18 juin 2017)
  11. « Suivez l'élection du Président de l'Assemblée nationale », sur lcp.fr, .
  12. Kevin Grethen, « Meurthe-et-Moselle : la députée France insoumise Caroline Fiat poursuivie par un attaché parlementaire », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne).
  13. Assemblée Nationale, « Mme Caroline Fiat - Meurthe-et-Moselle (6e circonscription) - Assemblée nationale », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 2 mars 2018)
  14. Julie Carriat, « Un rapport parlementaire alarmant sur les Ehpad », sur www.reuters.com, (consulté le 23 décembre 2018)
  15. Philippe Baqué, « Vieillesse en détresse dans les EHPAD », Le Monde diplomatique, no 780,‎ , p. 4
  16. « N° 517 - Proposition de loi de Mme Caroline Fiat relative à l'euthanasie et au suicide assisté, pour une fin de vie digne », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 2 mars 2018)
  17. Raphaël Proust, « Retraites : la gauche (presque) au complet présente son contre-projet », sur L'Opinion, (consulté le 25 mars 2020).
  18. « Pont-à-Mousson. Caroline Fiat récompensée pour son engagement dans la santé », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 7 mars 2020)
  19. « La députée Caroline Fiat récompensée par l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament », sur What's Up Doc, (consulté le 7 mars 2020)
  20. « La députée Caroline Fiat obtient le prix 2019 de la transparence sur le médicament », sur hospimedia.fr (consulté le 7 mars 2020)
  21. Pauline Londeix, « L’Observatoire décerne deux prix de la transparence pour 2019 », sur Club de Mediapart (consulté le 7 mars 2020)
  22. (en-US) « Former Director Of Italian Medicines Agency Recognized For Drug Transparency Work », sur Health Policy Watch, (consulté le 7 mars 2020)
  23. « Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat reprend son travail d’aide-soignante », sur estrepublicain.fr, (consulté le 1er avril 2020)
  24. « Le discours fort de la députée Caroline Fiat sur la filiation », sur Brut. (consulté le 29 juillet 2020)
  25. « PMA: cette députée répond par sa propre histoire à ceux qui s'inquiètent de l'absence du père », sur Le HuffPost, (consulté le 29 juillet 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]