Louis Boyard

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Boyard
Illustration.
Louis Boyard à l'Assemblée nationale en 2022.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 3 jours)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 3e du Val-de-Marne
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Coalition NUPES
Prédécesseur Laurent Saint-Martin
Président de l'Union nationale lycéenne

(1 an, 2 mois et 28 jours)
Prédécesseur Clara Jaboulay
Successeur Héloïse Moreau
Biographie
Date de naissance (23 ans)
Lieu de naissance Fontenay-le-Comte (France)
Nationalité Française
Parti politique LFI (depuis 2022)
Députés du Val-de-Marne

Louis Boyard, né le à Fontenay-le-Comte (Vendée), est un homme politique et député français de la 3ème circonscription du Val-de-Marne, membre de la direction de La France insoumise. Auparavant, il a été syndicaliste lycéen et militant étudiant.

Président de l'Union nationale lycéenne de 2018 à 2019, il est ensuite chroniqueur sur des chaînes de radio et de télévision en 2021. En 2022, il est élu député dans la troisième circonscription du Val-de-Marne, sous l'étiquette de La France insoumise, deuxième plus jeune député de la législature après Tematai Le Gayic. En décembre 2022, il intègre la direction de LFI.

Biographie

Né à Fontenay-le-Comte, en Vendée, il est le fils d'un cadre d'entreprise ferroviaire et d'une employée du groupe Samsung[1],[2]. Durant sa jeunesse, il déménage beaucoup au gré des déplacements professionnels de son père et habite notamment aux Mureaux, à Amiens, à Bruxelles et à Ablon-sur-Seine[3]. Il effectue ses études secondaires au lycée Georges-Brassens à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne)[4].

Président de l'Union nationale lycéenne

Louis Boyard se fait connaître lors du mouvement de protestation du lycée Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi à la suite de la découverte de la présence d'amiante[4],[5]. Il participe également à la mobilisation contre Parcoursup[6], dispositif d'orientation vers l'enseignement supérieur jugé inefficace et lent[7]. Le , il est élu président de l'Union nationale lycéenne (UNL) à l'occasion du 11e congrès du syndicat lycéen[8],[9]. Son mandat prend fin en juillet 2019[10].

En cours de mandat, le , il est blessé au pied par un tir de LBD[11] lors d'une manifestation du mouvement des Gilets jaunes, à laquelle il participe, en tant que président de l'UNL[12],[13]. Au micro de France Inter, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner l'accuse de courir « de plateau en plateau »[11] et de simuler après être tombé « tout seul en descendant d'une statue »[11]. La presse rapporte une semaine après qu'il est victime d'insultes sur les réseaux sociaux[11]. Louis Boyard accuse en retour le ministre « de violer le secret médical et de mentir » puis dépose plainte pour « violences volontaires avec armes par personne dépositaire de l'autorité publique »[11].

Militant étudiant

À l'automne 2019, il entame des études en droit à l'université Paris-Panthéon-Assas[2]. Le 27 octobre 2020, il est élu à la commission de la Formation et de la Vie universitaire (CFVU) du conseil académique de l'université en tant que suppléant de Marguerite Baranton, tête de la liste « Assas in Progress » qui obtient 11,59 % des suffrages exprimés[14]. En 2021, il est porte-parole du Mouvement des Solidarités Étudiantes[15].

Parallèlement, il s'inscrit à un BTS en communication, suivi par correspondance, mais déplore n'y consacrer que peu de temps, tout en rejetant la « professionnalisation de l'engagement » qui « déconnecte des réalités »[11].

Durant l'été 2021, alors qu'il est encore étudiant, il est chroniqueur dans deux émissions audiovisuelles : d'abord de juin[16] à août dans Les Grandes Gueules[17], diffusée sur RMC, où ses propos sur le Conseil de défense sanitaire sont violemment critiqués à la mi-août en direct par l'animateur Alain Marschall[18] puis, à partir du , pendant plusieurs semaines, dans Touche pas à mon poste !, diffusée sur C8[19], où il perçoit 300 euros par émission pour un total de 6 700 euros[20],[21]. Au cours de sa première chronique dans l'émission télévisée Touche pas à mon poste !, il indique avoir ponctuellement vendu de la drogue pour payer ses études[1],[22], tout en reconnaissant être un étudiant médiocre (« Je suis nul, vraiment nul, tu ne peux pas me mettre dans une salle de classe »)[23].

En septembre 2022, il indique mettre en pause ses études pour se consacrer à son mandat de député[24].

Député

Élection

À l'âge de 21 ans[25], Louis Boyard est investi comme candidat aux élections législatives de 2022 par La France insoumise (LFI) pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) dans la troisième circonscription du Val-de-Marne.

Au premier tour de l'élection, il arrive en tête avec près de 31,57 % des voix, devant le député sortant Laurent Saint-Martin, membre de La République en marche, qui réunit 25,52 % des voix[26],[27]. Il est élu au second tour avec 51,98 % des suffrages exprimés[28]. Il devient alors le second plus jeune député de la législature, derrière le Polynésien Tematai Le Gayic, né deux mois après lui[29], élu la même année.

Mandat

En sa qualité de jeune député, il est désigné pour être secrétaire du bureau de l'Assemblée nationale lors de la séance d'ouverture de la XVIe législature de la Cinquième République le [30]. À cette occasion, il suscite la polémique en refusant, aux côtés de Danièle Obono, de serrer la main de députés du Rassemblement national. Interrogé le lendemain sur son geste, il ironise aux micros de BFM TV et de LCP sur l'importance des « gestes barrière » face à l'extrême droite[1],[31],[32].

Le , une conférence qu'il animait, à Bordeaux, au côté du député Carlos Martens Bilongo est la cible d'une tentative d'agression par des militants d’extrême droite cagoulés et équipés de barres de fer[33]. Son domicile est placé sous surveillance policière en février 2023, le député ayant reçu diverses menaces dans le « contexte particulier de la réforme des retraites » selon la police[34].

Direction à La France insoumise

En décembre 2022, Louis Boyard intègre la direction de La France insoumise[35].

Orientations et prises de position

Le , invité à réagir sur l'accueil des migrants africains dans l'émission télévisée Touche pas à mon poste ! sur C8, il cite Vincent Bolloré comme une des « cinq personnes les plus riches […] qui appauvrissent la France et l'Afrique »[36],[37] ce qui déclenche une série d'insultes de la part de Cyril Hanouna[37]. Le lendemain, l'Arcom est saisie et Louis Boyard réclame l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire sur l'ingérence de Vincent Bolloré dans les médias qu'il possède[38],[39]. Puis, il annonce porter plainte, pour injures publiques, aggravées par sa qualité de parlementaire[40], contre Cyril Hanouna. Le 9 février 2023, pour avoir failli à son obligation de maîtrise de l’antenne, la chaîne C8 est condamnée à une amende de 3,5 millions d'euros par l'Arcom[41],[42].

Il participe à un clip de rap publié en janvier 2023 par Yanni dans lequel sont critiquées des personnalités politiques telles que Marine, Jean-Marie et Marion Maréchal Le Pen, mis en parallèle avec Philippe Pétain[43],[44]. Adrien Quatennens est par ailleurs cité[45].

Deux jours avant une grève du contre la réforme d'Olivier Dussopt, temps fort du mouvement social contre le projet de réforme des retraites, il se fait remarquer en appelant les lycéens et étudiants à rejoindre le mouvement en bloquant leurs établissements à travers un hashtag #BlocusChallenge[46],[47].

Le , jour de l'attaque du Hamas contre Israël qui fait plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés, Louis Boyard affirme dans un tweet son soutien à la Palestine, estimant que depuis « trop longtemps […] la France renvoie dos à dos la violence de l'État israélien et celle de groupes armés palestiniens »[48]. La réaction de Louis Boyard et de la France Insoumise indigne la majorité et une partie de la gauche[49], ses contradicteurs lui reprochant une ambiguïté, voire un soutien envers le Hamas[50],[51],[52].

Notes et références

  1. a b et c Yann Bouchez, « Qui est vraiment Louis Boyard, nouvelle gueule de la « génération Mélenchon » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b Charles Delouche-Bertolasi, « Louis Boyard, 21 ans et candidat Nupes aux législatives: «Dans dix ans, ce sont des gens comme nous qui seront aux manettes» », sur Libération, (consulté le ).
  3. « PORTRAIT. Législatives 2022 : Louis Boyard devient l'un des plus jeunes députés de l'Assemblée », France 3 Paris Île-de-France, (consulté le )
  4. a et b Valentine Arama, « Un lycée du Val-de-Marne déserté à cause de l'amiante », sur Figaro, (consulté le ).
  5. Charlotte Follana, « Villeneuve-le-Roi : l’amiante perturbe le lycée Brassens », sur Le Parisien, (consulté le ).
  6. Louis Boyard (UNL) : « On est la génération crash-test de Parcoursup », regards.fr, 9 août 2018.
  7. Jean-Loup Adenor, « "Il a travaillé pour ça" : Qui est Louis Boyard, l'étudiant devenu député à 22 ans ? », Marianne, (consulté le ).
  8. Quentin Girard, « Louis Boyard, à pied d’œuvre », sur Libération, (consulté le ).
  9. « Ce syndicaliste lycéen blessé en manif n'a pas apprécié l'ironie de Castaner », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  10. « Vous faites l'actu : une nouvelle présidente à l’UNL », sur L'Etudiant (consulté le )
  11. a b c d e et f Par Corentin Lesueur Le 12 février 2019 à 17h51 et Modifié Le 12 Février 2019 À 19h35, « Gilets jaunes : l’ancien lycéen de Brassens attaque le ministère de l’Intérieur », sur leparisien.fr, (consulté le )
  12. « Gilets jaunes : Louis Boyard, président de l’UNL, blessé au pied » Accès libre, sur leparisien.fr, (consulté le ).
  13. Marie Quenet, « Le syndicaliste lycéen Louis Boyard blessé à Paris : "Je ne portais pas de Gilet jaune. Pourquoi moi?" » Accès libre, sur lejdd.fr, (consulté le ).
  14. Guillaume Leyte, « (cfvu) du conseil académique », Université Paris-Panthéon-Assas, (consulté le )
  15. Damien Mercereau, « Lycéen, chroniqueur, député... Le parcours chaotique de Louis Boyard dans « Touche pas à mon poste! » » Accès libre, sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  16. « Les Grandes Gueules du 28 juin : Stella Kamnga, Charles Consigny et Louis Boyard - 9h/10h », sur RMC (consulté le )
  17. « Louis Boyard : qui est le nouveau chroniqueur de "TPMP" ? », sur Femme Actuelle, (consulté le )
  18. Chloé Berry, « Alain Marschall remet en place un chroniqueur des Grandes Gueules à propos du pass sanitaire », sur Télé 2 semaines, (consulté le )
  19. Kevin Lheritier, « Louis Boyard : qui est le nouveau chroniqueur de "TPMP" ? », sur Femme Actuelle, (consulté le ).
  20. La Rédaction, « "Touche pas à mon poste": Hanouna révèle les sommes touchées par Louis Boyard lorsqu'il était chroniqueur », sur DHnet, (consulté le )
  21. « Clash sur TPMP : "Il a touché 6 700 euros", Cyril Hanouna balance le salaire de l'ex-chroniqueur Louis Boyard », sur midilibre.fr (consulté le )
  22. « Louis Boyard confie dans TPMP : "J'ai déjà dealé quand j'étais en galère dans ma vie" », sur myCANAL (consulté le ).
  23. « Louis Boyard : Gilet jeune », sur www.franc-tireur.fr, (consulté le )
  24. « Le député Louis Boyard quitte les bancs de la fac et envisage une « tournée des universités » », 20minutes, (consulté le )
  25. Martin Fort, « « Je ne veux pas être un jeune qui fait de la politique » : à 21 et 25 ans, ils s’engagent aux législatives », sur lejdd.fr (consulté le ).
  26. Marine Legrand, « Législatives dans le Val-de-Marne : Louis Boyard, l’insoumis de 21 ans qui fait trembler Laurent Saint-Martin », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  27. « Les résultats du premier tour des élections législatives dans la 3e circonscription du Val-de-Marne », sur Le Monde, (consulté le ).
  28. ministère de l'Intérieur, « Accueil Législatives 2022 > Val-de-Marne (94) > 3ème circonscription », sur resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Elections législatives : ils ont à peine à 25 ans et deviennent députés », sur Les Echos Start, (consulté le ).
  30. Cécile Vassas, « Assemblée nationale : dérapage de José Gonzalez, robe de Duflot et refus d'Obono », sur Linternaute.com, (consulté le ).
  31. Martin Planques, « VIDEO. "Face au RN, on respecte les gestes barrières", Louis Boyard explique pourquoi il a refusé de serrer la main à certains élus », sur ladepeche.fr (consulté le )
  32. Jade Toussay, « Louis Boyard et Danièle Obono refusent de serrer la main à des députés RN », sur HuffPost, (consulté le ).
  33. « Conférence perturbée à Bordeaux: les députés Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo portent plainte », sur BFMTV, (consulté le )
  34. « Le député LFI Louis Boyard menacé, son domicile placé sous surveillance policière », sur ladepeche.fr,
  35. Pierre Maurer, « « Ils n’arriveront jamais à m’avoir » : Louis Boyard, le fort en gueule de LFI », sur Le Parisien, (consulté le )
  36. Baptiste Legrand, « 10 choses à savoir sur Louis Boyard, le député de 22 ans agressé par Cyril Hanouna », L'Obs, (consulté le ).
  37. a et b « "TPMP" : Hanouna insulte un député LFI, qui demande une commission d'enquête sur Bolloré », Le Progrès, (consulté le ).
  38. « Après un vif accrochage avec Cyril Hanouna sur TPMP, Louis Boyard réclame une commission d'enquête sur Bolloré », sur BFMTV, (consulté le )
  39. « Louis Boyard insulté par Hanouna : le député LFI demande une commission d'enquête sur Bolloré », sur www.marianne.net, (consulté le )
  40. Manon Bernard, « Que risque Cyril Hanouna avec le procès que lui intente Louis Boyard ? », L'Obs, (consulté le )
  41. Fabien Escalona et Pauline Graulle, « Insultes d’Hanouna : C8 condamné à une amende record de 3,5 millions d’euros », sur Mediapart (consulté le ).
  42. « Les insultes de Cyril Hanouna au député Louis Boyard valent à C8 une amende record de l’Arcom », sur Le Monde.fr, (consulté le )
  43. « Louis Boyard, l’ignorant qui voulait être une star », sur Causeur.fr, (consulté le )
  44. Yerim Sar, « Yanni, Louis et Marine », sur HIYA!, (consulté le ).
  45. « Un clip de rap en l'honneur du député Louis Boyard fait polémique », sur Gentsu, (consulté le )
  46. Nicolas Barreiro, « Réforme des retraites : Louis Boyard lance le #BlocusChallenge », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  47. « Chroniqueur télé à 20 ans, député La France insoumise à 21 ans : Louis Boyard, l’agitateur 2.0 de l’Assemblée », lemonde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  48. « Attaques du Hamas : le NPA accusé d’apologie du terrorisme après un communiqué pro-Palestinien », sur leparisien.fr, (consulté le )
  49. « Attaque du Hamas : la réaction de la France Insoumise indigne la majorité et une partie de la gauche », sur radiofrance.fr, (consulté le )
  50. « Attaque du Hamas contre Israël : la position de la France insoumise fait polémique », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  51. Margaux Duguet, Clément Parrot, « Attaque du Hamas en Israël : les socialistes vont suspendre "temporairement" leurs relations avec les élus LFI au conseil régional d'Ile-de-France », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  52. « Attaques du Hamas en Israël : la Nupes se divise encore sur les propos de Mélenchon et LFI », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )

Liens externes