Champagné-les-Marais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Champagné-les-Marais
Champagné-les-Marais
La mairie.
Image illustrative de l’article Champagné-les-Marais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes Sud Vendée Littoral
Maire
Mandat
Bernard Landais
2020-2026
Code postal 85450
Code commune 85049
Démographie
Gentilé Champagnelais
Population
municipale
1 806 hab. (2021 en augmentation de 2,79 % par rapport à 2015)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 54″ nord, 1° 07′ 21″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 6 m
Superficie 49,83 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction La Rochelle
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Luçon
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Champagné-les-Marais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Champagné-les-Marais
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
Champagné-les-Marais
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Champagné-les-Marais
Liens
Site web Site officiel

Champagné-les-Marais est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune s'étend sur 4 983 hectares. L'altitude moyenne de la commune est de 2 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 6 mètres[1],[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[4].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée » et « Littoral charentais et aquitain »[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 768 mm, avec 12 jours de précipitations en janvier et 5,9 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sainte Gemme la Plaine_sapc », sur la commune de Sainte-Gemme-la-Plaine à 12 km à vol d'oiseau[7], est de 13,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 809,1 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Champagné-les-Marais est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Rochelle, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[16]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l'équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,1 %), prairies (41,5 %), zones agricoles hétérogènes (8,3 %), zones urbanisées (3 %), zones humides côtières (0,1 %)[19]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 846.

Parmi ces logements, 87 % étaient des résidences principales, 7,9 % des résidences secondaires et 5,1 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 74,1 %[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée Chanpagnàe[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le Moyen Âge, comme pour beaucoup de villages du Marais poitevin, il existait un coteau calcaire qui surplombait le marais de la baie de l'Aiguillon.

Il existait une ancienne motte féodale sur le coteau calcaire[22].

Vers le XIIe siècle, les abbayes commencent l'aménagement du marais desséché, en y creusant digues et canaux pour y trouver des terres fertiles. Ensuite vers le XVIe siècle, Les aménagements reprennent sous l'impulsion de Henri IV, et de l'ingénieur géographe du Roi: Pierre Siette[23].

L'élevage et agriculture sont l’essentiel de l’activité locale. On peut y retrouver au XIXe siècle, onze moulins, une usine de tissus et une laiterie coopérative fondée vers 1893[24]. L'activité de la laiterie est arrêtée vers 1968 en fusionnant avec la laiterie de Luçon[25].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1955 Théodore Priouzeau    
1955 1961 Yves Poitou    
1961 1965 René Courtois    
1965 1995 Pierre Métais PS directeur d'école publique
conseiller général
député de la Vendée
1995 2014 Daniel Ringeard[Note 3],[26] PS retraité de l'artisanat
conseiller général
2014 En cours Bernard Landais Divers gauche agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2021, la commune comptait 1 806 habitants[Note 4], en augmentation de 2,79 % par rapport à 2015 (Vendée : +4,91 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2841 2551 2491 4871 5851 6911 6841 7351 741
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7311 7641 8111 6921 7641 8241 8761 8651 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4511 4661 4761 3021 2511 1721 1551 1431 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1801 1461 0201 1881 2571 3271 5531 7371 757
2021 - - - - - - - -
1 806--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,6 %, ce qui est égal à la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,9 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 875 hommes pour 907 femmes, soit un taux de 50,90 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
3,8 
8,2 
75-89 ans
9,2 
20,2 
60-74 ans
19,5 
19,8 
45-59 ans
19,1 
18,1 
30-44 ans
17,9 
14,2 
15-29 ans
13,3 
18,7 
0-14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2020 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,2 
8,5 
75-89 ans
11 
20 
60-74 ans
20,8 
20 
45-59 ans
19,4 
17,7 
30-44 ans
16,9 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,1 
0-14 ans
16,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 730 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 17 798,50 .

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 261. Entre 2008 et 2013, la variation de l'emploi total (taux annuel moyen ) a été de - 4,2%. En 2013, le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 70,8 % contre un taux de chômage de 12,8 % [20].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de cent vingt-trois dont trente dans l’agriculture-sylviculture-pêche, quatorze dans l'industrie, quinze dans la construction, cinquante-deux dans le commerce-transports-services divers et douze étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, dix entreprises ont été créées dont neuf par des auto-entrepreneurs[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Hilaire de Champagné-les-Marais.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 2001, 2008.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 23377 », Géofla, version 2.2, base de données de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne]
  2. « Champagné-les-Marais », Répertoire géographique des communes, fichier de l'IGN sur les communes de la Métropole, 2015
  3. Plan cadastral de la commune
  4. « Plan séisme consulté le 23 août 2016 ».
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Champagné-les-Marais et Sainte-Gemme-la-Plaine », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Sainte Gemme la Plaine_sapc », sur la commune de Sainte-Gemme-la-Plaine - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Sainte Gemme la Plaine_sapc », sur la commune de Sainte-Gemme-la-Plaine - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Rochelle », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  17. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. a b et c Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  21. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 83.
  22. « Histoire de la commune | Chaillé les Marais » (consulté le ).
  23. « Digue du Vieux marais desséché de Champagné », sur gertrude.paysdelaloire.fr.
  24. « Coopérative de Champagné-les-Marais (85) », sur www.camembert-museum.com (consulté le ).
  25. « Fromagerie de Champagné les Marais », sur www.letyrosemiophile.com (consulté le ).
  26. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Champagné-les-Marais (85049) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).