Saint-Christophe-du-Ligneron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Christophe.

Saint-Christophe-du-Ligneron
Saint-Christophe-du-Ligneron
La façade de l’église Saint-Christophe en .
Blason de Saint-Christophe-du-Ligneron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Challans
Intercommunalité Challans-Gois-Communauté
Maire
Mandat
Thierry Richardeau
2014-2020
Code postal 85670
Code commune 85204
Démographie
Gentilé Ligneronnais
Population
municipale
2 539 hab. (2016 en augmentation de 0,99 % par rapport à 2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 30″ nord, 1° 45′ 43″ ouest
Altitude 47 m
Min. 15 m
Max. 69 m
Superficie 42,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Christophe-du-Ligneron

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Christophe-du-Ligneron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-du-Ligneron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-du-Ligneron
Liens
Site web Site officiel

Saint-Christophe-du-Ligneron est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Ligneronnais et Ligneronnaises.

C'est dans cette commune qu'eut lieu en 2012 la plus grande cousinade du monde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Christophe-du-Ligneron s’étend sur 4 215 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 47 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 15 et 69 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Christophe-du-Ligneron s’appelait jadis « Saint Christophe de la Chèvre pendue ». Il faut remonter, semble-t-il, jusqu'au temps des divinités païennes pour trouver trace de cette appellation, liée, en plus d’un endroit, à l’histoire même du pays. La source du « Ligneron » (du latin «  Liger » petite Loire), rivière qui arrose la commune, s’appelait donc jadis « rivière de la Chèvre pendue » et se trouve près des villages de la Boivinière et de la Sortière, Dès 1105, la Paroisse est connue sous le nom de « Sanctus Christophorus ». Le fameux qualificatif « Chèvre Pendue » ne serait apparu que plus tard, en 1201. C’est en 1461 et 1463 que la paroisse prit le nom de « Saint Christophe de Lignerone », puis du « Ligneron ».

Durant la Révolution, la commune porte les noms de Christophe-près-la-Boulogne et de Le Ligneron[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Tranché : au premier, de sinople au double cœur vidé, couronné et croiseté d'argent ; au second, d'argent à la tierce ondée d'azur en pointe ; à Saint Christophe d'argent, vêtu de gueules, issant de la tierce et brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Luc-Joseph Guinebauld de La Grostière   Propriétaire
Conseiller général du canton de Palluau (1848 → 1852)
Nommé maire en juillet 1852 mais refuse la fonction
Hyacinthe Poiron   Adjoint, assure les fonctions de maire
Victor-Louis Grolleau   Clerc d'avoué, propriétaire

(révocation)
Louis de La Roche Saint-André    
Jacques Charron   Cultivateur
Louis de La Roche Saint-André    

(démission)
Paul Bezongnard de La Plante   Propriétaire

(décès)
Prosper Rabiller   Prêtre, doyen de Chantonnay, chanoine de Luçon
Émile Violleau    

(démission)
Auguste Bouron   Retraité

(démission)
Henry de La Roche Saint-André   Propriétaire
Pierre Bréchoteau   Médecin
Maire par intérim du 9 au 18 octobre 1959
Gabriel Barreteau   Instituteur puis directeur d'école
Henri Tenailleau   Expert immobilier près la Cour d'appel de Poitiers
Patrick Favre MPF Industriel, dirigeant de société
Conseiller régional des Pays de la Loire (2001 → 2004)
Réélu en 2001
en cours Thierry Richardeau[5] DVD Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 2 539 habitants[Note 1], en augmentation de 0,99 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1009339711 6641 6851 6871 7351 8551 852
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8171 7811 7961 8331 9351 9511 9522 0262 039
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0682 0852 0762 0051 8661 8611 8201 6881 591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 5321 4071 3901 4491 4341 6301 8842 4472 536
2016 - - - - - - - -
2 539--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 22,8 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 15,2 %, plus de 60 ans = 21,3 %).
Pyramide des âges à Saint-Christophe-du-Ligneron en 2007 en pourcentage
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,5 
6,4 
75 à 89 ans
8,6 
11,4 
60 à 74 ans
12,2 
17,0 
45 à 59 ans
15,2 
22,7 
30 à 44 ans
22,3 
19,2 
15 à 29 ans
18,4 
23,0 
0 à 14 ans
22,8 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

D’origine très ancienne, la commune de Saint Christophe-du-Ligneron a conservé peu de vestiges de son lointain passé :

  • La Chapelle Saint-Jean, près de la source du Ligneron,
  • Un pan de mur, ultime ruine du château médiéval de la Chalonnière
  • Le Menhir de la Pierre de la Joséphine a été trouvé en 1985, il est situé dans la zone artisanale.
  • Le Castel du Verger (propriété privée proposant des chambres d'hôtes)
  • L'ancien Château fort qui date du XVe siècle, sa chapelle protestante qui date du XVIIe siècle
  • Le Calvaire breton de l’aire de pique-nique.
  • L’église Saint-Christophe : construite dans la première moitié du siècle précédent, de style grec moderne, avec son christ en bois du XVe siècle, objet classé.
  • Les Puces Ligneronnaises : cette foire à la brocante propose des antiquités à la vente à Saint-Christophe-du-Ligneron. Plus de 200 brocanteurs et antiquaires professionnels donnent rendez-vous aux chineurs le 3e dimanche de juillet et 2e dimanche d'août. Sur place, c'est une Foire aux saveurs et produits du terroir - repas campagnard - halte-garderie - chaque année, elle attire plus de 15000 visiteurs
  • Plan d'eau des Abras
  • La croix de Barillon, érigée en 1967 par l'association du souvenir vendéen en l'honneur de Paul Barillon et de ses compagnons[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 32097 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Christophe-du-Ligneron », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. [PDF] Maires et adjoints de Saint-Christophe-du-Ligneron de 1790 à 2014, Archives départementales de la Vendée
  5. Sylvie Ribot, « Le nouveau maire Thierry Richardeau s’entoure de cinq adjoints », Ouest-France,‎ .
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 10 juin 2011)
  10. « Une centaine de personnes autour de la croix de Barillon », sur Ouest-France.fr (consulté le 24 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :