Gilles Manceron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manceron.
Gilles Manceron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de

Gilles Manceron (né en 1946) est un historien français spécialiste du colonialisme français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1946, Gilles Manceron est le neveu de l'historien Claude Manceron[réf. nécessaire]. Il enseigne l'histoire-géographie dans le secondaire en région parisienne. Au début des années 90, il choisit d'aborder, par un regard croisé « d'une rive à l'autre » avec son collègue algérien Hassan Remaoun, l'histoire de la guerre d'Algérie à travers la question de l'enseignement de cette période, toujours confronté aux multiples mémoires des hommes et des groupes liés à ces événements.

Engagé à gauche (il fut notamment le rédacteur en chef de la revue de la Ligue des droits de l'homme, Hommes et Libertés[1]), il affirme qu'il faut « affronter le passé colonial »[2]. Dans son livre Marianne et les colonies, il interroge ainsi les ambiguïtés entre les valeurs affirmées par la République et l'ambition impériale de la France du XVIIIe au XXe siècle.

Il a notamment été critiqué par des officiers ayant servi en Algérie, signataires d'un manifeste qui « affirme que ce qui a caractérisé l’action de l’armée en Algérie ce fut d’abord la lutte contre toutes les formes de torture »[3] défendant ainsi leur mémoire des événements. Parmi ces critiques, Maurice Faivre, ancien général et docteur en sciences politiques, lui reproche notamment « sa manière de faire, qui consiste à utiliser des petites phrases, non vérifiées et extraites de leur contexte, pour les transformer en pamphlet anticolonialiste et antimilitariste, conforme à une idéologie dévoyée des droits de l’homme[4]. ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Algérie. Comprendre la crise, Éditions Complexe, coll. « Interventions », 1996, 232 p. [aperçu en ligne]
    Sous sa direction.
  • L'Enseignement de la guerre d'Algérie en France et en Algérie, avec Hassan Remaoun, Centre national de documentation pédagogique, coll. « Actes et rapports pour l'éducation », 1993.
  • D'une rive à l'autre,avec Hassan Remaoun, Syros, 1996.
  • Le Paris noir, avec Pascal Blanchard et Éric Deroo, Éditions Hazan, 2001, 240 p.
  • Marianne et les colonies. Une introduction à l'histoire coloniale de la France, La Découverte, 2002, 318 p.
  • Paris arabe, avec Pascal Blanchard, Éric Deroo, Driss el-Yazami et Pierre Fournié, La Découverte, 2003, 248 p.
  • « École, pédagogie et colonies », dans Pascal Blanchard et Sandrine Lemoine (dir.), Culture coloniale 1871-1931, Éditions Autrement, 2003, p. 93-103.
  • La Colonisation, la Loi et l'Histoire, avec Claude Liauzu, Syllepse, 2006
  • 1885 : Le Tournant colonial de la République. Jules Ferry contre Georges Clemenceau, et autres affrontements parlementaires sur la conquête coloniale (édition de textes), La Découverte, 2007.
  • Les Harkis dans la colonisation et ses suites, avec Fatima Besnaci-Lancou (dir.), Les Éditions de l'Atelier, 2008, 225 p.
  • Être Dreyfusard hier et aujourd'hui, avec Emmanuel Naquet, Presses universitaires de Rennes, 2009.
  • « Sur quelles bases aborder le débat sur la loi, la mémoire et l'histoire ? », dans À quoi servent les sciences humaines ?, Tracés Hors-série, ENS Éditions, 2009, p. 29-41.
  • Les Harkis, Histoire, mémoire et transmission, avec Fatima Besnaci-Lancou, et Benoit Falaize (dir.), Éditions de l'Atelier, septembre 2010. (ISBN 9782708241176).
  • « La Triple Occultation d’un massacre », dans Marcel et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens (Texte de 1962), La Découverte, 2011, (ISBN 9782707171177)
  • Segalen, 1991.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]