97e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

97e Régiment d'Infanterie de Ligne
Image illustrative de l’article 97e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 97e Régiment d'Infanterie Alpine (1939).

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Rivoli 1797
Gênes 1800
Lützen 1813
Sébastopol 1854-1855
La Mortagne 1914
D'Artois 1915
Tardenois 1918
Roulers 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
trois palmes
insigne de béret d'infanterie

Le 97e régiment d'infanterie (97e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment de Steiner, un régiment d'infanterie suisse au service du Royaume de France, et du 22e régiment d'infanterie légère créé à partir de la 22e demi-brigade légère de deuxième formation.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 97e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 97e, et le 22e d’infanterie légère.


Historique du 22e léger[modifier | modifier le code]

Au , le 22e léger, sous le commandement du colonel Praton est en garnison en Algérie et fait partie du Corps expéditionnaire de la Méditerranée. Il participe à l'expédition et au siège de Rome en juin.

  • En 1854, il est l'un des régiments qui composent la 3e division (Créée le de la même année) dite "Prince Napoléon"

Historique du 97e après la suppression de l’infanterie légère[modifier | modifier le code]

En 1855 : l’infanterie légère est dissoute, et ses régiments sont convertis en unités d’infanterie de ligne, prenant un numéro à la suite des 75 déjà existants. Le 22e prend le nom de 97e régiment d’infanterie de ligne.

Le 97e de Chambéry ou le 159e de Briançon deviennent des régiments d’infanterie alpine (RIA). Les bataillons de chasseurs alpins (BCA) effectuent le plus souvent des manœuvres estivales en haute altitude avant de regagner leurs vallées pour l’hiver, tandis que les RIA défendent des positions plus statiques.

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 97e RI[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 22e régiment d'infanterie légère prend le numéro 97 et devient le 97e régiment d'infanterie de ligne.

1870-1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire des soldats du 97e régiment d'infanterie alpine et du général Plessier à Zillisheim.

En 1914 : casernement Chambéry, Modane, Moûtiers, Bourg-Saint-Maurice, à la 44e DI d'aoùt 1914 à , puis à la 77e DI jusqu'en , 14e Corps d'armée[1].

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

  •  : Engagement dans la deuxième bataille d’Artois jusqu’au
  •  : secteur vers le Cabaret Rouge et la route de Carency à Souchez (attaque sur le cimetière de Souchez lors de la deuxième bataille d’Artois)
  •  : engagement dans la troisième bataille d’Artois et organisation du terrain conquis au sud du bois de Givenchy.

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le sous le nom de 97e Régiment d'Infanterie Alpine sous les ordres du Lieutenant-Colonel Jacquin, il appartient à la 28e D.I.Alp. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; il est mis sur pied par le CMI 147.

Inscriptions portées sur le drapeau du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2] :

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

97e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 française.jpg avec trois citations à l'ordre de l'armée.

Il porte la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Devise[modifier | modifier le code]

Refrain[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 22e léger[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 97e Régiment d'Infanterie[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969)
  • Précis historique des opérations militaires en Orient de à (Chef d'escadron d'état-major A. du Casse -E. Dentu Paris 1856)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur la guerre de 14 18, intéressant témoignage: "Carnet de guerre de Pierre Pasquier, caporal au 97° RIA" Éditions de L'Astronome 2005.
  2. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Le 97e R.I. pendant les offensives d'Artois dans le roman de Lucien Rebatet Les Épis mûrs

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]