La Mongie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Mongie
Vue aérienne de la station.
Le centre-village et quelques pistes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Localité Campan, Bagnères-de-Bigorre et Barèges
Site web tourmalet.fr
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 37″ Nord 0° 10′ 46″ Est / 42.910376, 0.179451  
Massif Pyrénées
Altitude maximum 2500m
Altitude minimum 1400m
Ski alpin
Domaine skiable Domaine du Tourmalet
     Noires 5
     Rouges 19
     Bleues 23
     Vertes 21
Total des pistes 110 km
Ski de fond
Nombre de pistes 3
     Noires 4
     Rouges 3
     Bleues 3
Total des pistes 4 km
Neige artificielle
Canons 230

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
La Mongie

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
La Mongie
Pied des pistes

La Mongie est une grande station de sports d'hiver des Pyrénées françaises. Elle est située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Elle fait partie du Domaine skiable du Tourmalet, lui-même situé sur les communes de Campan, Bagnères-de-Bigorre et Barèges. Située au pied du Pic du Midi de Bigorre, cet ensemble offre le plus vaste domaine skiable de la chaîne pyrénéenne côté français, avec 69 pistes balisées et 43 remontées mécaniques.

Le domaine s'étend entre 1 400 et 2 500 mètres d'altitude, de part et d'autre du Col du Tourmalet : Barèges occupe le versant ouest, La Mongie le versant est. La liaison entre les deux domaines skiables est effective depuis 1973. La station a notamment accueilli une épreuve de slalom lors de la Coupe du monde de ski alpin 1985.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Gascogne, Bigorre et Haute-Bigorre.

Le nom provient de l'occitan gascon mongiá (lieu de résidence des moines), ce qui atteste la présence de moines retirés au Moyen Âge dans ces montagnes. Au début du XXe siècle, seules existent des cabanes de bergers. Le ski débute timidement vers 1921.

La toute première remontée mécanique de La Mongie fut le téléski du « Pain de Sucre ». C'est l'aboutissement d'un long projet, initié avant la guerre par Pierre Lamy de la Chapelle (1894-1944) et des membres du Cercle des sports de Bigorre. Ce téléski fut construit en 1945, avec le soutien de Bernard Lamy de la Chapelle (son frère Pierre ayant été tué en 1944) et de Maurice Lacrouts. Pour construire et exploiter cette remontée, une société, la SELAM (Société d'équipement de La Mongie), fut créée et obtint un bail de 18 ans. La remontée comportait des pylônes métalliques à quatre pieds et bénéficiait du brevet Pomagalski de pince débrayable, tout juste mis au point.

L'autre événement important pour le développement de la station fut la décision de desservir l'observatoire du pic du Midi, qui existait depuis le XIXe, par un téléphérique en deux tronçons, dont le premier, depuis La Mongie jusqu'au Taoulet serait accessible aux skieurs. C'est essentiellement l'influence de Pierre Lamy de la Chapelle, qui emporta la décision. Le chantier dura de 1945 à 1953 et permit d'équiper la station d'un réseau électrique et d'un réseau d'eau.

En 1951 Albert Bidabé fait installer la remontée de « La Carrière » à l'emplacement où étaient extraits les matériaux de construction.

En 1953 Jean-Louis Dabat est à l'initiative du Péne-Blanque et en 1955, la SELAM fait construire les « Petits Sapins ». À partir de cette époque l'aménagement et l'équipement de la station furent constants.

La jonction avec Barèges par le col du Tourmalet est réalisée en 1973.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Mongie et le cyclisme[modifier | modifier le code]

La station a vu passer de nombreuses épreuves de cyclisme amateur ou professionnel, en particulier le Tour de France.

La Mongie a vu l'arrivée de la 12e étape du Tour de France 2004, le vendredi 16 juillet 2004 (Castelsarrasin-La Mongie) remportée par Ivan Basso

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :