Université de Bretagne occidentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Bretagne occidentale
Université de Bretagne occidentale
Université de Bretagne occidentale
Informations
Fondation 1971
Type Université publique
Budget 185 millions d'euros[1]
Localisation
Coordonnées 48° 23′ 56″ N 4° 29′ 56″ O / 48.39883, -4.49948° 23′ 56″ Nord 4° 29′ 56″ Ouest / 48.39883, -4.499  
Ville Brest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Campus Brest, Quimper, Morlaix, Rennes(IUFM)
Direction
Président Pascal Olivard
Chiffres clés
Étudiants 17 413[1](en 2012)
Premier cycle 9 798[1](en 2012)
Deuxième cycle 4 313[1](en 2012)
Troisième cycle 966[1](en 2012)
Divers
Affiliation Université européenne de Bretagne
Site web www.univ-brest.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université de Bretagne occidentale

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Université de Bretagne occidentale

Géolocalisation sur la carte : Brest

(Voir situation sur carte : Brest)
Université de Bretagne occidentale

L'université de Bretagne occidentale (nom officiel : Université de Brest[2], abrégée en UBO) est une université française pluridisciplinaire située dans le département du Finistère et la région Bretagne. Elle est implantée principalement à Brest et sur le pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias à Quimper, et dispose d'implantations dans d'autres villes de la région. C'est l’une des quatre universités de l'académie de Rennes[n 1].

Elle est créée en 1971 à partir de plusieurs composantes de l'université de Rennes implantées à Brest à partir de la fin des années 1950 à la suite des activités du comité d'étude et de liaison des intérêts bretons. L'établissement intègre le pôle de recherche et d'enseignement supérieur université européenne de Bretagne lors de sa création en 2007, et accède aux responsabilités et compétences élargies en 2010.

L'établissement dispense des formations dans les domaines des arts-lettres-langues, du droit-économie-gestion, des sciences humaines et sociales, ainsi que des sciences-technologie-santé à quelques 17 413 étudiants.

Ses activités de recherche sont assurées par quelque 1 350 personnels de recherche et 719 enseignants-chercheurs, et elles sont structurées autour de quatre pôles : « sciences de la mer », « santé agro-alimentaire », « math-STIC-matière » et « sciences humaines et sociales ».

Historique[modifier | modifier le code]

Genèse de l'université brestoise[modifier | modifier le code]

Soutien du CELIB[modifier | modifier le code]

L'idée de créer un enseignement supérieur à Brest commence à apparaître après-guerre. Localement, elle est formulée dès 1954 par des intellectuels comme Auguste Dupouy ou Maurice Gravot[3] et relayée par des enseignants du lycée de Brest regroupés autour de Yves Le Gallo. Celui-ci publie à l'intention de la municipalité un rapport intitulé « Brest, son avenir et l'enseignement supérieur » en janvier 1957[4] ; il obtient assez vite le soutien du maire de l'époque Yves Jaouen[3] et, dès le 25 mars de la même année, le conseil municipal adopte les conclusions de ce rapport par un vœu unanime[4].

Programme d'action régionale pour la Bretagne (1955) :

« La position géographique de Rennes étant cependant assez éloignée de l'ouest de la Bretagne, il paraît souhaitable de créer dans cette partie de la Bretagne, à Brest par exemple, un enseignement de propédeutique. »[4]

Le Gallo prend alors contact avec René Pleven qui préside à l'époque le comité d'étude et de liaison des intérêts bretons pour lui communiquer son rapport. Il reçoit une réponse positive de ce dernier dès le 29 juillet 1957 qui lui propose de présenter ses conclusions devant l'assemblée générale du CELIB[4] qui doit se tenir le 28 octobre à Carhaix. Afin d'éviter une possible opposition rennaise, le secrétaire du CELIB Joseph Martray ainsi que son vice-président Michel Phlipponneau proposent de ne pas faire figurer ce point à l'ordre du jour, mais de l'aborder de façon informelle[3]. Le projet reçoit ainsi le soutien de l'assemblée qui en fait un objectif prioritaire, et une délégation composée de René Pleven et de François Tanguy-Prigent rencontre le ministre de l'Éducation nationale René Billères le 23 janvier 1958. La création d'un collège scientifique universitaire est obtenue pour l'année suivante[4].

Au même moment, en octobre 1958, est décidée au niveau français la création de sept collèges scientifiques universitaires afin de développer en priorité l'enseignement scientifique et technique. Henri Le Moal, alors doyen de la faculté des sciences de Rennes et finistérien d'origine soutient la création d'une telle structure pour son établissement. Cependant, venant de Cornouaille, il soutient une implantation à Quimper, tout comme le préfet du département afin de regrouper les organes d'État dans la préfecture départementale. La mort du député-maire de Quimper et cofondateur du CELIB Joseph Halléguen un peu plus tôt empêche cependant la ville d'obtenir cette implantation, et le choix de Brest n'est pas contesté[3].

Du côté rennais, la nouvelle est accueillie favorablement, car cette création permet de faire face à l'augmentation du nombre d'étudiants consécutive au baby boom, le développement de nouveaux sites universitaires en Bretagne devient une nécessité à partir de la fin des années 1950. L'université de Rennes, alors unique université de la région, se voit confier l'ouverture à Brest de plusieurs annexes, dont les deux collèges universitaires chargés de la propédeutique qui ouvrent ainsi en 1959 et en 1960, le premier scientifique et le second littéraire[5].

Vers une opposition rennaise[modifier | modifier le code]

Les relations se tendent cependant entre la structure rennaise et ses antennes brestoises. Le nouveau maire de Brest Georges Lombard en évitant de consulter les responsables universitaires rennais prend contact avec le directeur général de l'enseignement supérieur afin d'obtenir la création d'un second collège universitaire, littéraire celui-ci. Après avoir obtenu une vague promesse de ce dernier, il fait voter le 29 février 1960 par le conseil municipal la construction de ce collège littéraire. La tension augmente davantage la même année avec l'élaboration d'un projet d'école nationale d'ingénieurs électriciens et radio-électriciens[3].

Dans le même temps, l'hégémonie universitaire rennaise commence à être remise en cause, notamment suite aux actions du président du conseil général de Loire-Inférieure Abel Durand qui souhaite que la Basse-Bretagne soit rattachée à la toute nouvelle académie de Nantes dont les contours sont alors en négociation[n 2],[3]. Les tensions perdurent, et l'université de Rennes limite à plusieurs reprises le développement de son antenne : la création d'une école de médecine est obtenue de l'université rennaise en 1963, mais sa réalisation peine à s’effectuer, et en 1965 l'établissement rennais s'oppose à la mise en place d'un enseignement de droit et c'est à la municipalité brestoise de le financer. L'opposition entre les deux villes devient plus frontale à partir de 1965 lorsque est annoncée la création du centre national d'exploitation des océans : Rennes souhaite une implantation proche d'elle à Vannes et Lorient au sud, et à Saint-Malo et Dinard au nord, alors que Brest veut obtenir la plupart des implantations. Le maire de Brest parvient à obtenir en 1968 un arbitrage favorable à sa cause en jouant de l'opposition entre Paris contre Rennes[3].

Les structures brestoises continuent cependant de croître, et les collèges universitaires accèdent au rang de facultés, en 1966 pour la faculté de sciences et techniques, et en 1968 pour la faculté de lettres et sciences sociales[6]. Ceux-ci sont rejoints en 1966 par une école de médecine, et en 1967 par un institut municipal de Droit financé par la municipalité. L'embryon d'une nouvelle université, alors traditionnellement structurée en quatre facultés (droit, lettres, médecine, et sciences), est ainsi mis en place. Ces composantes sont rejointes en 1968 par l'institut universitaire de technologie de Brest et en 1970 par l'institut universitaire de technologie de Quimper, dépendant eux aussi de l'université de Rennes. Les évènements de mai 68 imposent la création de nouvelles universités par la Loi Faure. L'université de Rennes qui servait de tutelle aux composantes de Brest est scindée en deux universités : l'université Rennes 1 et l'université de Haute Bretagne[5].

Création et développement[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

L'université de Brest a été mise en place par arrêté ministériel le 27 mars 1969. Ses statuts ont été approuvés par arrêté ministériel le 4 novembre 1970. Elle a été érigée en établissement public à caractère scientifique et culturel, selon le décret no 70-1174 du 17 décembre 1970, à compter du 1er janvier 1971[7]. Le nom breton de Skol-veur Breizh Izel est d'abord proposé comme nom pour l'établissement, mais le nom d'université de Bretagne occidentale est finalement retenu[8]. La croissance en termes d'étudiants est rapide, les finistériens, qui représentent jusqu'alors le groupe le plus important d'étudiants de l'université de Rennes, s'inscrivant à présent dans cette université. Ceux-ci sont alors à 30 % d'origines paysanne et ouvrière, quand cette proportion, au plan national, n'est que de 13 %[3].

L'université continue son développement avec, en 1972, l'ouverture d'une unité d'enseignement et de recherche de droit et de sciences économiques à Brest, suivie en 1978, par l'ouverture d'une faculté d'odontologie, et en 1989 par l'ouverture de l'euro-institut d'actuariat Jean Dieudonné[5]. Il est aussi décidé d'étendre l'université vers le sud de la Bretagne pour éviter qu'une nouvelle université n'y soit créée[8],[n 3]. En 1973, l'institut universitaire de technologie de Quimper ouvre une antenne à Lorient avec un premier département d'hygiène et sécurité. Celui-ci est suivi en 1975 par un second département de génie thermique et énergie qui aboutit par la même occasion à la création d'un nouvel IUT de plein droit, l'institut universitaire de technologie de Lorient[5].

L'établissement brestois doit continuer de batailler contre ses homologues rennais pour affirmer sa place dans la région lors de sa première décennie d’existence. Le maire de Rennes, Henri Fréville, par ailleurs universitaire à Rennes 1, continue de vouloir affirmer la prédominance de sa ville en matière d'enseignement supérieur et obtient, par exemple, que l'école nationale supérieure des sciences appliquées et de technologie créée à Lannion soit rattachée à son université[3].

Incubation de l'université de Bretagne-sud[modifier | modifier le code]

Article détaillé : université de Bretagne-Sud.

L'université joue un rôle dans la création de la 4e université bretonne, l'université de Bretagne-Sud. Afin de faire face à l'augmentation du nombre d'étudiants à la fin des années 1980, l'ouverture d'une nouvelle université est projetée. Le comité interministériel d’aménagement du territoire dote le 4 octobre 1990 le site Lorient-Vannes du statut de pôle de développement universitaire (PDU)[9]. Plusieurs composantes sont ainsi ouvertes de 1990 à 1993 à Lorient et à Vannes. Une partie des ouvertures de filières est faite par les deux autres universités bretonnes, Rennes 1 et Rennes 2. Le travail de l'UBO se concentre sur le site de Lorient. L'IUT déjà présent depuis 1973 se voit enrichir d'un nouveau département d'organisation et gestion de la production en 1992. Il est suivi l'année suivante par l'ouverture d'un IUP génie des systèmes industriels. Des enseignements de sciences sont aussi introduit, avec en 1990 l'ouverture d'un DEUG de sciences[10] ; une mention de DEUG identique est ouverte à Vannes la même année, porté celui-ci par l'université Rennes 1[11].

Lorsque cette nouvelle université ouvre finalement en 1995, l'intégralité des composantes ouvertes à Lorient et à Vannes lui sont ainsi léguées. Le site de Quimper, dont le transfert d'autorité est un temps envisagé, reste dans le giron de l'UBO[3].

Développements récents[modifier | modifier le code]

L'université poursuit son développement, avec la création de nouvelles structures à partir de la seconde moitié des années 1990. L'institut universitaire européen de la mer (IUEM) est ouvert en 1997, suivi d'un institut d'administration des entreprises, l'IAE de Brest en 2001. Une filière de sport est créée pendant la même période. Un DEUG STAPS est ouvert en 1996 afin de décharger l'université Rennes 2, jusque là la seule université bretonne à offrir cet enseignement. En 2000, cela abouti à la création d'une UFR de STAPS[12]. L'établissement récupère en 2007 la gestion de l'institut universitaire de formation des maîtres de Bretagne[13]. Enfin, un mouvement de restructuration de ces composantes d'enseignement est engagé à la fin des années 2000, celles-ci passant de 21 à 13 entre 2008 et 2011[14].

Des partenariats sont développés à l'échelle de la région avec la mise en place de l'association « université de Bretagne » en 2001 qui réunit les quatre universités de l'académie de Rennes, suivie par la mise en place du PRES université européenne de Bretagne en 2007 qui élargit cette structure à des grandes écoles de la région[15]. Une proposition de fusion de l'UBO et de l'université de Bretagne-sud est aussi évoquée en 2012 par Pascal Olivard qui dirige alors l'établissement brestois, selon lui pour contrebalancer le poids qu'occupent dans l'Ouest les universités rennaises et de l'université de Nantes, mais elle est aussitôt repoussée par cette université[16].

Le mode de fonctionnement de l'établissement est aussi modifié à partir de la fin des années 2000. En application de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, de nouveaux statuts sont adoptés[14], et l'université accède à l'autonomie au 1er janvier 2010[17].

Historique des présidents de l'université[modifier | modifier le code]

Pascal Olivard, président de l'établissement depuis 2007.

Le président actuel de l’université est Pascal Olivard, qui fut doyen de la faculté des sciences et techniques entre 2001 et 2007[18]. C’est la neuvième personne à exercer cette fonction depuis la création de l’établissement[19]. Il est élu en 2007 puis confirmé à ce poste en 2008 dans le cadre de l'application de la LRU[18]. Il a été réélu le 5 avril 2012 par 12 voix contre 7 face à Johannes Huisman[20].

Composantes[modifier | modifier le code]

Les composantes de l'UBO sont les suivantes :

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Le parvis de la fac de Lettre et des Sciences Humaines de l'UBO dans le centre-ville de Brest.

L’université est structurée autour de six unités de formation et de recherche créées à partir des années 1970. Elles ont la charge de la formation des étudiants, mais aussi d’une partie des activités de recherche via des laboratoires de recherche et des instituts. L’accession en premier cycle se fait de droit pour tous les titulaires d’un baccalauréat ou d’un titre équivalent.

Il s'agit des unités de formation et de recherche de lettres et sciences humaines (LSH), sciences et techniques (ST), de droit et sciences économiques (DES), de médecine, d'odontologie, et de sport et éducation physique[14].

Instituts et écoles[modifier | modifier le code]

Deux instituts universitaires de technologie et cinq écoles et instituts font partie de l’établissement[n 4], ils peuvent sélectionner leurs étudiants à l'entrée de leurs formations.

Les deux IUT gérés par l'université sont l'institut universitaire de technologie de Quimper et l'institut universitaire de technologie de Brest. L'établissement compte par ailleurs l'institut d'administration des entreprises de Bretagne Occidentale, l'institut de préparation à l'administration générale, l'École supérieure du professorat et de l'éducation de Bretagne intégré en 2007[13], l'institut universitaire européen de la mer, ainsi que l'école supérieure d’ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique que l'université a restructuré à la rentrée 2012[24],[14].

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

L'université possède trois écoles doctorales « sciences de la matière de l'information et du vivant », « sciences de la mer », et « lettres, langues-société-gestion » et est coaccréditée pour deux autres écoles doctorales rattachées elles aux universités rennaises[25]. L'ensemble de ces écoles doctorales est réuni au sein du collège doctoral international de l'université européenne de Bretagne[26]

En 2011, 121 thèses ont été délivrées par l'établissement[1]. Le taux de financement de celles-ci varie en fonction des écoles doctorales, se situant entre 93 et 100 % pour les sciences dures et entre 17 et 40 % pour les sciences humaines[26].

Service commun de documentation[modifier | modifier le code]

La principale bibliothèque de l'université est celle de sciences humaines.

Le service commun de documentation gère l’ensemble des fonds documentaires de l’université, celle-ci comptant un réseau de 12 bibliothèques, dont trois bibliothèques à Quimper et deux à Plouzané ; la plus grande étant celle de sciences humaines dans le centre-ville de Brest. Au total, elles disposent d'un espace de 2 500 places, dont 240 équipées de terminaux. Les horaires d'ouvertures sont variables mais vont jusqu'à 71 heures hebdomadaires[27],[28].

Les fonds documentaires de l'établissement se montent à 425 263 ouvrages en 2011, ainsi que 65 000 titres de revues électroniques[29]. 4 564 titres de périodiques électroniques sont souscrits, ainsi que des abonnements à 26 bases de données donnant accès à 18 000 périodiques. Concernant l’acquisition de nouveaux fonds, environ 1,5 millions d'euros par an sont investis pour l'achat de documentation papier et électronique, et 70 % du budget des bibliothèques concerne les dépenses documentaires électroniques[27].

Centre de recherche bretonne et celtique[modifier | modifier le code]

Le Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), laboratoire interdisciplinaire, a été créé en 1969 à la Faculté des Lettres et Sciences sociales de l'Université de Bretagne occidentale. Cherchant à en faire "sur le plan national, le centre de recherche concernant la Basse-Bretagne et, sur le plan international, l'un des centres de recherche concernant la Bretagne et les pays celtes", le professeur d'université, Yves Le Gallo, a dès le départ eu le souci de constituer un fonds documentaire de référence dans le domaine « Histoire et civilisation de la Bretagne et des pays celtiques ».

Implantations[modifier | modifier le code]

L'université concentre la plupart de ses implantations à Brest et à Quimper, mais dispose aussi d'antennes à Vannes, Rennes et Saint-Brieuc via son ESPE. Au total, l'établissement dispose d'une surface bâtie de 266 000 m2 répartis dans 78 bâtiments[30].

Brest[modifier | modifier le code]

carte du campus de Brest

L'établissement dispose à Brest de plusieurs lieux d'implantations, principalement dans le centre-ville ainsi que dans le technopôle de la ville à Plouzané. Au total, environ 15 000 étudiants y suivent leurs scolarités, et la plupart des composantes y sont situées[31].

La première implantation de l'université concerne le collège universitaire scientifique et se fait dans des baraquements situés à côté de l'hôpital Morvan, à l'emplacement de la future faculté Segalen. Ils sont transférés en 1963 sur le plateau du Bouguen. En 1985, l'UFR de droit et sciences économiques s'y implante lui aussi[6]. La faculté des lettres et sciences sociales est déménagée en 1994 dans son implantation actuelle. La « faculté Segalen » est inaugurée le 18 octobre 1994 par le président français François Mitterrand. Elle est construite dans le cadre du plan de modernisation des universités françaises « Université 2000 » avec un budget de 110 millions de francs, en même temps qu'un restaurant universitaire de 700 places construit lui avec un budget de 21,4 millions de francs[32].

Quimper[modifier | modifier le code]

L'université ouvre en 1992 à Quimper le pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias à une époque où des implantations universitaires sont développées dans le sud de la Bretagne[6]. Ce campus comporte des antennes de plusieurs UFR, de l'École supérieure du professorat et de l'éducation, et de l'ESIABA. Au total, 2 400 étudiants y sont accueillis en 2012[31].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

L'université de Bretagne occidentale propose à la rentrée 2010 un total de 30 mentions de licence[33], et délivre annuellement environ 5 500 diplômes[29].

La licence générale est délivrée dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités. Il est proposé dans l'université une licence « arts-lettres-langues » qui compte trois mentions, une licence « droit, économie, gestion » qui compte cinq mentions, une licence sciences humaines et sociales qui compte sept mentions, une licence « sciences et techniques des activités physiques » qui compte deux mentions, et une licence « sciences, technologies, santé » qui compte 13 mentions. Lors de leurs évaluations par l'AERES, six de ces mentions ont obtenu la notation A ou A+, 16 la notation B, et huit la notation C[33],[n 5]. De plus, l’université propose l’enseignement de 26 mentions de licences professionnelles[34].

De la même façon, le master est délivré dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités et éventuellement en parcours. Il est proposé dans cette université un master « sciences et technologies » avec 11 mentions et 20 spécialités[35], un master « sciences de la vie, de la santé et de l’écologie » avec une mention et 12 spécialités[36], un master « sciences humaines et sociales » avec 12 mentions et 40 spécialités[37].

Assurée par le Service universitaire de formation continue et d'éducation permanente, l'UBO propose une formation continue qui concerne 3500 stagiaires par an, et 1289 inscrits dans des parcours diplômant[38].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'université a développé depuis sa création des conventions d'échanges comme Erasmus, la conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), ou d'autres types d'échanges bilatéraux avec des universités étrangères. Au total en 2011, l'établissement compte un réseau de 150 institutions partenaires[29], et plus de 200 étudiants de l'université ont bénéficié d'une mobilité sortante[39]. Pour l'année 2008-2009, et avec 1,05 % de ses étudiants inscrits issus d'un échange Erasmus, l'université figure à la 35e des universités françaises pour cette population[40].

Les étudiants étrangers représentent, avec environ 1 200 membres, 7 % de la population étudiante de l'université. Les étudiants venant de Chine, avec 27 %, suivis du Maroc, avec 15 %, sont les deux communautés les plus importantes. L’IUEM, l’IAE et l’UFR sciences et techniques rassemblent à eux seuls près de la moitié de ces étudiants[39].

La mobilité concerne également les enseignants et les chercheurs de l'université. Vingt aides financières de 1 000 € sont budgétées pour permettre aux membres de l'UBO d'effectuer des déplacements à l’étranger. Concernant l'accueil de membres d'établissements étrangers, l’équivalent de 36 mois de salaires de « professeurs invités » est réservé chaque année aux quatre grandes thématiques de recherche[41].

Recherche[modifier | modifier le code]

Les structures de recherche de l'université comptent en 2011 un total de 1 350 personnels de recherche et de 719 enseignants-chercheurs travaillant dans 35 unités de recherche, certaines travaillant avec des organismes de recherche nationaux français comme le CNRS ou IFREMER. Le taux de publiants parmi ceux-ci se situe en 2010 à environ 53 %, avec des disparités en fonction des champs académiques[42]. Le budget alloué par l'université à la recherche se monte en 2010 à 9 millions d'euros, auxquels peuvent s'ajouter des financements extérieurs[43]. La valorisation de la recherche s'effectue via une composante de l'université européenne de Bretagne (UEB), Bretagne-Valorisation, et pour la période 2008-2010, 13 brevets ont été déposés et cinq entreprises ont été créées à partir de travaux de l’UBO[44]. Les activités sont regroupées par l'université autour de quatre axes[42].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire
1959 1972 1975 1978 1981 1984 1987 1990 1993
248[6] 5 704[45] 7 842[45] 8 404[45] 8 816[45] 9 626[45] 10 997[45] 15 386[45] 19 789[45]
1996 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
18 411[45] 16 616[45] 16 652[46] 16 061[47] 16 183[48] 16 626[49] 17 115[50] 17 724[51] 17 325[52]
2007 2008 2009 2010 2011 - - - -
16 849[53] 18 107[54] 18 286[55] 17 059[56] 16 683[57] - - - -

Sport[modifier | modifier le code]

Les équipes de l'université ont remporté en 2011 dix titres de champion de France universitaire. Des sportifs comme l'athlète Solen Désert, triple championne de France du 400 m, ou le nageur Johann Le Bihan, médaillé de bronze aux championnats d'Europe de natation 2000, sont passés par ce club[58].

Des activités sportives sont aussi organisées par l'université, qui peuvent être pratiquées dans le cadre de formations universitaires ou dans le cadre de loisirs. Les étudiants pratiquants des activités sportives sont réunis au sein de l'association « Asubo » qui est chargée par l'université de gérer ces activités et qui compte, en 2011, 450 licenciés[58]. Un peu plus d'une quarantaine de sports sont ainsi proposés aux étudiants, dont quinze qui peuvent être pratiqués dans le cadre d'un cursus universitaire[59].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Les activités associatives sont portées au niveau institutionnel par un « bureau vie étudiante », animé entre autres par trois vice-présidents étudiant. L'université dispense une formation aux responsables associatifs et les projets menés dans ce cadre associatif peuvent être reconnus dans le cadre des études dans une unité d'enseignement donnant droit à des ECTS. Un financement peut être assuré par un fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes pour les différents projets associatifs[60]. L'établissement compte 50 associations en 2013[1].

Personnalités liées à l'université[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Plusieurs membres du groupe Matmatah sont issus de l'université.

Dans le domaine politique, plusieurs anciens étudiants de l’établissement ont occupé des postes divers, comme Kofi Yamgnane homme politique franco-togolais et secrétaire d’État[61], le maire de Carhaix Christian Troadec[62], le ministre de l'éducation nationale Benoît Hamon[63].

Dans le domaine des arts et des média, Philippe Collin, animateur sur France Inter[64], Christophe Miossec, auteur, compositeur et interprète[65], plusieurs membres du groupe de rock Matmatah[66], Jean-Jacques Toux, cofondateur et programmateur du festival des Vieilles Charrues[62], ainsi que Rozenn Milin, première directrice générale de TV Breizh[67] sont d'anciens étudiants de l'université, tout comme les joueurs et entraîneurs de football Paul Le Guen[68],[69] et Christian Gourcuff[70]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Plusieurs enseignants de l'université ont occupé une charge politique nationale, comme la ministre des universités Alice Saunier-Seité[71], la Garde des sceaux Marylise Lebranchu[72]. Au niveau local, le maire de Brest François Cuillandre[73], le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas[74], ou encore le sénateur du Finistère François Marc[75] ont enseigné à l'université.

Par ailleurs, dans le domaine universitaire, le directeur de l'école nationale d'administration Raymond-François Le Bris a aussi enseigné dans cet établissement[23].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avec les universités de Bretagne-Sud, de Rennes 1, et de Rennes 2.
  2. Les Nantais souhaitent à l'époque que leur académie comprenne le Morbihan, le Finistère, et la partie bretonnante des Côtes-du-Nord. Lorsque l'académie de Nantes est créée le 1er janvier 1962 elle ne compte finalement que la Loire-Inférieure, le Maine-et-Loire, et la Vendée.
  3. Le but à l'époque est de permettre à l'université d'atteindre une masse critique.
  4. Les écoles et les instituts diffèrent par la méthode de désignation de leurs directeurs : ceux des écoles sont nommés, alors que ceux des instituts sont élus.
  5. L'AERES évalue les diplômes en quatre catégories, A+, A, B, et C

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Chiffres clefs, Université de Bretagne-occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 29 janvier 2013
  2. Décret n°2000-250 du 15 mars 2000 portant classification d'établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Daniel Le Couédic, « Genèse d’une université volontaire », consulté sur www.univ-brest.fr le 20 janvier 2013
  4. a, b, c, d et e « Quand l’université a… 30 ans, une difficile gestation », dans Interface, octobre-novembre 2001, no 6, p. 5, consulté sur www.univ-brest.fr le 19 janvier 2013
  5. a, b, c et d Comité national d'évaluation des EPSCP 2004, p. 23
  6. a, b, c et d « L'histoire de l'université en dix dates clefs », dans Le Télégramme, édition Brest, 12 mai 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 20 juin 2011
  7. Statuts de l'université sur le site de l'université
  8. a, b, c, d et e « UBO. Parole de présidents », dans Le Télégramme, édition Brest, 12 mai 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 20 juin 2011
  9. Comité national d'évaluation des EPSCP 1999, p. 12
  10. Comité national d'évaluation des EPSCP 1999, p. 9
  11. Comité national d'évaluation des EPSCP 1999, p. 10
  12. Comité national d'évaluation des EPSCP 2004, p. 24
  13. a et b « L'IUFM part à Brest, Rennes 2 digère mal », dans Ouest France, édition Rennes, 30 juin 2007, consulté sur www.rennes.maville.com le 20 juin 2011
  14. a, b, c et d Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 5
  15. « Université de Bretagne. L'association dissoute. », dans Le Télégramme, 3 septembre 2009, consulté sur www.letelegramme.com le 20 juin 2011
  16. Yvon Corre, « Universités. Jusqu'où l'union entre l'UBO et l'UBS? », dans Le Télégramme, 3 mars 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 30 mars 2012
  17. « Université: le passage à l’autonomie de l’UBO reconfirmé », dans Ouest-France, jeudi 10 décembre 2009, consulté sur www.ouest-france.fr le 27 septembre 2012
  18. a, b et c « Fiche personnalité : Pascal OLIVARD », dans Educpro, mars 2011, consulté sur www.educpros.fr le 19 avril 2011
  19. a, b, c, d, e et f Histoire de l'UBO, université de Bretagne-occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 22 octobre 2011
  20. « Brest. Pascal Olivard élu président de l'UBO », dans Le Télégramme, 5 avril 2012, consulté sur brest.letelegramme.com le 5 avril 2012
  21. a et b « Nouveau président à l'UBO », dans Sciences Ouest, juin 1992, n°79, consulté sur www.espace-sciences.org le 9 février 2012
  22. « Pierre Appriou nouveau président », dans Science-Ouest, septembre 1997, no 136, consulté sur www.espace-sciences.org le 20 janvier 2013
  23. a et b « UBO. Raymond-François Le Bris fait don d'un fonds documentaire », dans Le Télégramme, 23 janvier 2009, consulté sur www.letelegramme.com le 19 janvier 2013
  24. « UBO : naissance de l’école d’ingénieurs Esiab », dans Ouest-France, 25 septembre 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 27 septembre 2012
  25. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 9
  26. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 10
  27. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 15
  28. « Santé. Les bibliothèques veillent plus tard », dans Le Télégramme, 10 janvier 2013, consulté sur brest.letelegramme.com le 9 février 2013
  29. a, b et c L'UBO Scope, Université de Bretagne-Occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 27 septembre 2012
  30. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 26
  31. a et b Campus et sites, Université de Bretagne-Occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 27 septembre 2012
  32. « Faculté Segalen : «Tonton» face aux étudiants », dans Le Télégramme, édition Brest, 12 mai 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 20 juin 2011
  33. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 30
  34. Les formations, licences professionnelles, Université de Bretagne occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 6 mars 2011
  35. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 31
  36. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 36
  37. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 40
  38. Service Universitaire de Formation Continue et d'Éducation Permanente, présentation, Université de Bretagne occidentale, consulté sur www.univ-brest.fr le 6 mars 2011
  39. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 20
  40. Programme Erasmus, Classement français des universités françaises les plus performantes par année académiques, agence Europe-Education-Formation France, juillet 2010, p. 1, consulté sur www.europe-education-formation.fr le 26 octobre 2010
  41. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 21
  42. a, b, c, d et e Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 7
  43. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 8
  44. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 13
  45. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j [PDF]« L'ouest Atlantique: Bretagne et Pays de la Loirep. 31 », sur www.cne-evaluation.fr
  46. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  47. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  48. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  49. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  50. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  51. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  52. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  53. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  54. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  55. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  56. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  57. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  58. a et b « UBO. Un vivier de champions », dans Le Télégramme, édition Brest, 19 mai 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 20 juin 2011
  59. « Sport. Une quarantaine d'activités en libre choix », dans Le Télégramme, pages Brest, 21 septembre 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 22 octobre 2011
  60. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 17
  61. «Kofi Yamgnane candidat à la présidence du Togo», dans Agence Bretagne Presse, 29 mars 2009, consulté sur www.agencebretagnepresse.com le 18 janvier 2013
  62. a et b Séverine Tavennec, « Jean-Jacques Toux, programmateur des Vieilles Charrues », dans L'Étudiant, consulté sur www.letudiant.fr le 15 juillet 2011
  63. Michel Revol, « Le frondeur du PS », dans Le Point, 9 août 2007, consulté sur www.lepoint.fr le 22 mars 2011
  64. « France Inter. Philippe Collin, grand joueur de radio, est né deux fois à Brest », dans Ouest-France, 15 novembre 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 18 janvier 2013
  65. « Biographie de Miossec », RFI Musique, consulté sur www.rfimusique.com le 18 janvier 2013
  66. Jean-Claude Demari, « Matmatah, La renaissance bretonne par le rock », RFI Musique, 30 novembre 1998, consulté sur www.rfimusique.com le 18 janvier 2013
  67. « Rozenn Milin, Directrice du programme « Sorosoro» », Documentation de Radio France, 31 juillet 2012, consulté sur www.franceinter.fr le 18 janvier 2013
  68. Paul Le Guen, dans L'internaute, magazine sport, consulté sur www.linternaute.com le 24 juin 2012
  69. « Le Guen: «Il y a, heureusement, des choses plus importantes qu'un match de foot» », dans L'Humanité, 18 avril 1996, consulté sur www.humanite.fr le 24 juin 2012
  70. Steven Le Roy, « Formation. Les convictions de M. Orange », dans Le Télégramme, 8 février 2013, consulté sur brest.letelegramme.com le 23 février 2013
  71. Biographie Alice Saunier-seïté, Who's Who, consulté sur www.whoswho.fr le 19 janvier 2013
  72. « Marylise Lebranchu, Ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique », Biographie de la Documentation de Radio France, consulté sur www.franceinfo.fr le 18 janvier 2013
  73. Olivier Mélennec, « François Cuillandre, socialiste dans l'âme », dans Ouest-France, consulté sur www.brest.maville.com le 18 janvier 2013
  74. Biographie, Le blog de Jean-Jacques Urvoas, consulté sur www.urvoas.org le 20 janvier 2013
  75. Les sénateurs socialistes, MARC François, Groupe socialiste du sénat, consulté sur www.senateurs-socialistes.fr le 20 janvier 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 février 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.