Université de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Lorraine
Image illustrative de l'article Université de Lorraine
Informations
Fondation 1er janvier 2012 (fusion)
Type Grand établissement (EPSCP)
Budget 562 000 000 €[1]
Localisation
Coordonnées 48° 41′ 46″ N 6° 10′ 36″ E / 48.696236, 6.17654448° 41′ 46″ Nord 6° 10′ 36″ Est / 48.696236, 6.176544  
Ville Nancy et Metz
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Direction
Président Pierre Mutzenhardt
Chiffres clés
Personnel 3 070[1] pour l'année 2013
Enseignants-chercheurs 3 722[1] pour l'année 2013
Étudiants 52 478[1] pour l'année 2013
Premier cycle 23 764[1] pour l'année 2013
Deuxième cycle 9 858[1] pour l'année 2013
Troisième cycle 1 736[1] pour l'année 2013
Diplômés/an 1 686[1] pour l'année 2013
Divers
Affiliation Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Site web www.univ-lorraine.fr/

L’université de Lorraine est un grand établissement français issu de la fusion, au 1er janvier 2012, des universités Nancy I, Nancy II, Paul-Verlaine de Metz et de l’INPL. Le processus de fusion a débuté en 2009 avec la création du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) "Université de Lorraine".


Historique[modifier | modifier le code]

Faculté de Droit, de Sciences économiques et de gestion de Nancy 2, désormais faisant partie de l'université de Lorraine
Bibliothèque de la Faculté des sciences et technologies sur le site de Nancy

L’existence de l’université de Lorraine émane de la création de Nancy-Université à la rentrée 2005, date à partir de laquelle les trois universités nancéiennes menèrent diverses activités en commun[2], avant la création officielle de l'établissement par un décret de mars 2007[3]. En octobre 2009, l’université de Metz rejoint le pôle qui prend alors le nom de « PRES de l'université de Lorraine »[4].

Cette union était considérée comme une étape préliminaire avant la création d’un établissement unique qui rassemblerait les activités de tous les membres[5]. Ainsi, et malgré un avis défavorable du CNESER le 30 mai 2011[6], le décret no 2011-1169 du 22 septembre 2011 prévoit la fusion des quatre établissements au 1er janvier 2012[7], créant ainsi un grand établissement au nom d’« université de Lorraine ».

Composantes de formation[modifier | modifier le code]

Collégiums[modifier | modifier le code]

Dans le décret de création de l'Université de Lorraine[3], des Collégiums sont créés. Ils assurent la coordination des activités des instituts, des écoles ou des unités de formation et de recherche qui les composent. Les Collégiums assurent la représentation des grands secteurs de formation de l'établissement. Les Collégiums sont au nombre de huit :

  • Collégium Arts, Lettres et Langues
  • Collégium Droit, Economie, Gestion
  • Collégium Lorraine-INP
  • Collégium Interface
  • Collégium Technologie
  • Collégium Santé
  • Collégium Siences et Technologies
  • Collégium Sciences Humaines et Sociales

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Instituts et écoles[modifier | modifier le code]

Recherche à l'Université de Lorraine[modifier | modifier le code]

Pôles Scientifiques[modifier | modifier le code]

Le décret de création de l'Université de Lorraine prévoit la création de pôles scientifiques. Ils regroupent des laboratoires de recherche, et le cas échéant, des unités de recherche formées avec d'autres établissements d'enseignement supérieur ou de recherche.

L'Université de Lorraine comprend 60 laboratoires (Equipes d'accueil ou Unités Mixtes de Recherche) regroupés dans 10 Pôles Scientifiques.

  • A2F : Agronomie, Agroalimentaire, Forêt
  • AM2I : Automatique, Mathématiques, Informatiques et leurs Interactions
  • BMS : Biologie, Médecine, Santé
  • CLCS : Connaissance, Langage, Communication, Sociétés
  • CPM : Chimie et Physique Moléculaires
  • EMPP : Energie, Mécanique, Procédés, Produits
  • M4 : Matière, Matériaux, Métallurgie, Mécanique
  • OTELo : Observatoire Terre et Environnement de LOrraine
  • SJPEG : Sciences Juridiques Politiques, Economiques et de Gestion

Documentation[modifier | modifier le code]

L'université de Lorraine compte actuellement 26 bibliothèques universitaires pour 1.8 millions d'ouvrages. Les bibliothèques sont organisées en une direction opérationnelle : la Direction de la Documentation et de l'Edition.

  • Les anciennes universités de Nancy comptaient plusieurs bibliothèques universitaires représentant 500 000 documents dont plus de 250 000[réf. souhaitée] livres, réparties sur 36 sites ; la première pierre de la bibliothèque de l'ex-Nancy II fut posée par le président de la République Albert Lebrun en 1932.
  • Six bibliothèques dont trois à Metz, une à Thionville-Yutz, une à Sarreguemines et une à Saint-Avold, étaient rattachées à l’université de Metz, représentant environ 280 000 livres, 880 titres de revues papier et 26 650[réf. souhaitée] revues en ligne.

Implantations géographiques[modifier | modifier le code]

L'université de Lorraine possède un patrimoine de 832 500 m2 de surface répartie sur 262 bâtiments à travers 52 sites en Lorraine.

les implantations géographiques de l'Université de Lorraine à Nancy et à Metz se retrouve en suivant ce lien

L'Université de Lorraine à Nancy[modifier | modifier le code]

Les différents campus et bâtiments sont répartis sur tout le Grand-Nancy. La Faculté de Droit, de Sciences Économiques et de Gestion est au centre ville de Nancy. À Villers-lès-Nancy, la Faculté des Sciences et Technologies, la Faculté des Sports se trouvent près du Vélodrome. À Vandœuvre-lès-Nancy se trouve le campus de l'ESSTIN, le campus de Brabois accueillant des écoles d'ingénieurs (ENSAIA, ENSEM, ENSG ). Et au campus ARTEM à Nancy se trouve L'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Nancy.

L'université de Lorraine à Metz[modifier | modifier le code]

les composantes de recherche et de formation de l'Université de Lorraine à Metz sont organisées autour de trois campus. Le Campus du Saulcy, le Technopole et le campus Bridoux.

Le Campus du Saulcy comprend l'UFR SciFA, l'UFR SHS Metz, l'UFR ALL Metz, l'UFR DEA, l'IUT de MEtz, l'UFR MIM. Sur le Technopole de Metz, l'UFR ESM-IAE et l'ISFATES sont instAallées dans le même bâtiment. L'UFR SciFA, le département de STAPS sont implantés sur le campus Bridoux.

L'université de Lorraine à Epinal[modifier | modifier le code]

A Epinal, les composantes de l'université sont l'Ecole Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois (ENSTIB) et l'IUT Épinal Hubert Curien[8]. La Faculté de Droit, Sciences Économiques et Gestion de Nancy dispose également d'une implantation à Epinal.

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Enseignements[modifier | modifier le code]

Laboratoires[modifier | modifier le code]

L'université de Lorraine comporte 60 laboratoires de recherche organisés en 10 pôles scientifiques thématiques.

International[modifier | modifier le code]

L'université de Lorraine fait partie d'un réseau transfrontalier de 6 universités formant ainsi l'université de la Grande Région ( Lorraine, Liège, Luxembourg, Sarrebruck, Trèves et Kaiserslautern ). Ce regroupement présente un total de plus de 123.000 étudiants.

L'université de Lorraine compte 7540 étudiants internationaux de 137 nationalités différentes.

Scientométrie[modifier | modifier le code]

Dès sa création en 2011, l’université de Lorraine est classée dans les 300 meilleures universités du monde[9] au classement de Shangai.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wolfgang Müller (Traduction de Petra Roscheck ; adaptée par Michel Boulangé et Jean-Louis Rivail), « L’Université de Nancy, « mère » des institutions universitaires sarroises et la coopération entre la Sarre et la Lorraine dans le domaine universitaire », Le Pays lorrain,‎ 2010, p. 221-230 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bases de données[modifier | modifier le code]

Base de donnée (open data) des effectifs d’étudiants inscrits, pour les années 2006-2007 à 2012-13. Les données sont tirées du « système d'information sur le suivi de l'étudiant (SISE) » (données observées au 15 janvier, rétropolation des données pour l'historique).