Neuville-en-Ferrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
Neuville-en-Ferrain
Hotel de Ville
Hotel de Ville
Blason de Neuville-en-Ferrain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Tourcoing-Nord-Est
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Marie Tonnerre
2014-2020
Code postal 59960
Code commune 59426
Démographie
Gentilé Neuvillois
Population
municipale
10 266 hab. (2011)
Densité 1 661 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 44′ 50″ N 3° 09′ 32″ E / 50.7472222222, 3.15888888889 ()50° 44′ 50″ Nord 3° 09′ 32″ Est / 50.7472222222, 3.15888888889 ()  
Altitude Min. 30 m – Max. 52 m
Superficie 6,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Neuville-en-Ferrain

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Neuville-en-Ferrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-en-Ferrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-en-Ferrain

Neuville-en-Ferrain est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune frontalière avec la Belgique (ville de Mouscron) et, en France, limitrophe d'Halluin, Roncq et Tourcoing.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Neuville-en-Ferrain
Halluin
Roncq Neuville-en-Ferrain
Tourcoing

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transports[modifier | modifier le code]

Elle est au cœur d’un important nœud autoroutier comprenant l'A22.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'ancien village, qui a connu des modifications substantielles au cours des ans, subsiste néanmoins, développé autour du centre-ville et sur les axes menant à la ville voisine, Tourcoing, ou en direction d'Halluin dans la vallée de la Lys. À partir des années 1960, une majorité des terres agricoles a disparu au profit de nombreux lotissements. La population est très peu diversifiée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Son nom vient du latin villa (ferme, domaine agricole), de neuf (construction nouvelle au Moyen Âge), et du nom du pays, le ferrain (sol fertile).

XIe siècle et XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Fondation de la ville due au grand défrichement, aux progrès agricoles et à l’augmentation de la population de la région du Nord.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1609, un acte autorise les habitants à fabriquer des ouvrages de bourgeterie (fabrication d'étoffe de laine en patois lillois). Le village devient français en 1668, avec le traité d’ Aix-la-Chapelle

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La ville est envahie par les Prussiens en 1792 et en 1793 la bataille de Tourcoing touche la ville. Elle se soldera par une victoire des Tourquennois en 1794.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La frontière avec la Belgique fut créée en 1820. Après 1830, l’afflux d’immigrants belges fit passer Neuville-en-Ferrain du statut du village à celui de ville. Plus des ¾ de la population est belge en 1876.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, la contrebande de tabac, pétrole, café, chocolat, dentelles, animaux d’élevage et d’essence se fait de la Belgique vers la France mais aussi en sens inverse du fait de l'interdiction du parfum et de l’alcool en Belgique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Neuville-en-Ferrain dans son canton et son arrondissement

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Georges Dhalluin communiste Président de la délégation municipale,
puis élu maire
1947 1953 Rodolphe Kesteloot socialiste  
1953 1959 Georges Ménart MRP  
    Fernand Lecroart    
mars 1977 2000 Pierre Myter    
2000 en cours Gérard Codron[1]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec Offenbach-an-der-Queich en Allemagne depuis 1992. Ce jumelage concerne quatre communes regroupées (Offenbach, Bornheim, Hochstadt, Essingen) situées à environ 600 km de Neuville-en-Ferrain, la ville est aussi jumelée avec la communauté rurale Keur-Madiabel au Sénégal depuis 2002.

La ville possède aussi une charte d’amitié avec la ville de Sainte-Anne des Plaines au Canada.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 266 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 330 1 192 1 364 1 720 2 039 2 065 2 250 2 576 2 644
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 904 3 421 3 712 3 927 4 324 4 266 4 399 4 303 4 248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 274 4 230 4 399 3 963 3 906 4 184 4 309 4 013 4 238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4 271 5 553 8 090 9 040 9 895 9 527 9 433 9 286 9 953
2011 - - - - - - - -
10 266 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Neuville-en-Ferrain en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
5,0 
75 à 89 ans
7,2 
15,4 
60 à 74 ans
16,4 
18,8 
45 à 59 ans
19,9 
21,1 
30 à 44 ans
21,7 
19,2 
15 à 29 ans
15,6 
20,4 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Neuville-en-Ferrain fait partie de l'académie de Lille. Il y a plusieurs établissement scolaires:

  • Collège Jules Verne.
  • Collège Saint-Joseph (privé).
  • École Saint-Joseph (privé)
  • École Primaire Sacré cœur (privé).
  • Groupe scolaire Lacordaire (privé).
  • Groupe scolaire européen Lamartine.
  • Groupe scolaire Ambroise Paré.
  • Groupe scolaire Camille Claudel.

Santé[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville a une intense activité sportive (football, handball, tennis, tennis de table, basket-ball, taekwondo, judo, karaté...).

Le handball notamment est bien représenté: l'équipe féminine des moins de 15 ans de l'amicale laïque a été sacrée championne d'excellence départementale.

Le club de football (FAN 96) avec ses 804 licenciés est le plus important de la Région Nord-Pas-de-Calais.

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 1880 le tissage à domicile domine, puis il est remplacé par le travail à l’usine. Actuellement, l'activité est dominée par l'industrie et le commerce de gros (présence d'une zone industrielle directement accessible depuis l'autoroute, sur l'axe Lille-Gand). Le commerce y est actif.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Quirin
  • L'église Saint-Quirin (1500), en centre ville. Elle est fermée en 1793 par le gouvernement révolutionnaire, démolie puis reconstruite entre 1860 et 1873. Elle est aussi occupée durant les deux guerres mondiales.
  • Le presbytère, près de l'église Saint-Quirin, demeure l'un des bâtiments remarquables de la commune. De construction XVIIIe siècle, il a subi plusieurs remaniements ; un « jardin de curé » subsiste à l'arrière, ultime morceau de jardins plus vastes que les plans de conception d'époque dessinent à la française. La façade est surélevée par rapport à la rue et dessine une espèce de quai ; cette élévation rappelle que par le passé, le presbytère était entouré d'une douve emplie d'eau.
  • La ferme du vert bois (XIXe siècle), qui est un exemple de ferme que l’on peut trouver un peu partout dans le Ferrain.
  • Les maisons de tisserands, qui datent du milieu du XIXe siècle. Elles servaient de lieu de travail et d’habitation.
  • L’église Sainte-Thérèse 1928, dans le quartier du Risquons-Tout (lieu-dit « Le Berquier ») limitrophe de la ville de Mouscron (Belgique), qui était à l’origine un poste de douane créé en 1815. Il devint église pour faciliter l'accès des paroissiens à la messe, l’église de Neuville se situant à 30 minutes de marche à pieds.
  • Le Bourloire du cercle Saint-Joseph, 20 place Roger-Salengro, inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 2006[6].

Il y avait, jusqu'à récemment, la Ferme des Caudreleux construite au Moyen Âge et qui a été rasée en 2001 afin de laisser place à des terrains de tennis et à un espace public paysager. De l'ancienne ferme, subsiste le pont (rénové) enjambant une partie de la douve se trouvant originellement à l'arrière des bâtiments, auquel on accédait par un étroit passage entre le corps de logis et les bâtiments agricoles. Il reste aussi, isolé dans un espace herbeux, l'un des piliers de l'entrée de la cour, couvert de lierre.

Une autre ferme remarquable a disparu ; située au lieu-dit « Le petit Menin », limitrophe de la commune de Roncq, on y accédait par un chemin pavé conduisant du quartier des Orions, à Tourcoing, vers le centre du village. Elle a été rasée après le rachat des terrains en vue de l'extension d'un centre commercial proche. Le porche, de construction estimée XVIIe siècle, conservait dans sa partie intérieure sa conception originelle dite « en rouges barres », alternance de lits de briques et de moellons calcaires. Un chaînage de grès ourlait l'entrée principale vers la cour intérieure. La façade du porche supportait une fleur de lys métallique sertie dans la brique, de même que le blason des Preud'homme d'Ailly, seigneurs de Neuville durant près de deux siècles (écu de sinople -vert- portant un aigle écartelé d'argent becqué et membré de gueule -bec et serres de couleur rouge. L'écu était surmonté d'un tortil, couronne baronnale autour de laquelle était passé en spirale un collier de perles).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le Géant Honoré de Noefville
  • Il existe un festival de la biographie qui a toujours lieu le dernier week-end de septembre.
  • Une fête des craquelins (début juillet).
  • Un marché aux puces le 1er mai au centre ville et un autre au Risqons-Tout le 8 mai.
  • Un festival de théâtre en avril-mai organisé par Les Enfants de la Chimère.
  • Un festival des chorales « Les Floréales » qui a lieu en mai en l'Église Saint-Quirin. Celui-ci a pour but de promouvoir le chant choral et de faciliter les échanges entre les chœurs et le public.
  • Un orchestre d'harmonie s'appelant " La Renaissance".

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • Une bibliothèque associative Bibliothèque pour tous (les anciennes bibliothèques paroissiales).
  • Il y a aussi à Neuville-en-Ferrain, une école de musique et des ateliers d'arts plastiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Noel Liétear, footballeur français, né à Neuville-en-Ferrain

Pierre Michelin, footballeur français, né à Neuville-en-Ferrain

Robert Desmettre, champion olympique de Waterpolo, né à Neuville-en-Ferrain

Aymeric Lompret, humoriste qui a passé toute sa scolarité à Neuville-en-Ferrain

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Neuville-en-Ferrain (59) Nord-France.svg

Les armes de Neuville-en-Ferrain se blasonnent ainsi : « D'or à trois bandes de gueules ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]