Wervicq-Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wervicq-Sud
L’église de l’Immaculée-Conception
L’église de l’Immaculée-Conception
Blason de Wervicq-Sud
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Quesnoy-sur-Deûle
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Jean-Gabriel Jacob
2014-2020
Code postal 59117
Code commune 59656
Démographie
Gentilé Wervicquois
Population
municipale
4 870 hab. (2011)
Densité 957 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 23″ N 3° 02′ 55″ E / 50.7730555556, 3.0486111111150° 46′ 23″ Nord 3° 02′ 55″ Est / 50.7730555556, 3.04861111111  
Altitude Min. 12 m – Max. 58 m
Superficie 5,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Wervicq-Sud

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Wervicq-Sud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wervicq-Sud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wervicq-Sud

Wervicq-Sud est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Wervicq-Sud dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Située à 15 kilomètres au nord de Lille et à 20 kilomètres au sud-est d’Ypres, Wervicq-Sud est une ville très ancienne.

La commune est séparée de Wervik en Belgique par la Lys. Le pont frontière reliant les deux villes a été inauguré le 11 septembre 1955. Les communes de Bousbecque, Comines, Halluin, Linselles ou Roncq sont des villes avoisinantes.

Depuis 1974-1975, la ville est jumelée avec Roetgen ville allemande située entre Aix-la-Chapelle et Montjoie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Wervicq-Sud
Wervik (Belgique)
Comines Wervicq-Sud Bousbecque
Linselles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par une rivière nommée la Lys dont la source se situe à Lisbourg et se jetant dans l'Escaut à Gand (Belgique).

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Par route[modifier | modifier le code]

La route départementale 945, l'ex route nationale 345, qui relie Halluin / Menin à Béthune, traverse la ville.

Transports en communs[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par les lignes de bus de Transpole suivantes :

  • 86 : Comines Mairie - Gare de Lille-Flandres ;
  • 84 : Gare SNCB de Comines (Belgique) - Tourcoing Gare ;
  • 38 : Gare SNCB de Comines (Belgique) - Tourcoing Pont de Neuville ;
  • 38 : Gare SNCB de Comines (Belgique) - Halluin LP Colbras ;
  • 82 : Église de Wervik (Belgique) - Armentières Collège Jean Rostand.

Tramway[modifier | modifier le code]

De 1896 à 1931, un tramway à vapeur reliait Halluin à Armentières. Passant par la vallée de la Lys, il desservait les communes de Bousbecque, Wervicq, Comines, Houplines, Frelinghien, Deûlémont et Warneton. Jamais rentable, il est supplanté par la mise en place, en 1929, d'autocars[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Connue à l'époque Romaine sous Viroviacum ou Viroviaciim, son nom actuel rappelle ces derniers. (Frans Wervik/Zuid-Wervik en flamand).
Wer, dans les langues du Nord, signifie homme et Vicq est le vicus (une petite agglomération) des Romains ou le wyk des Flamands[2].

L'orthographe de la commune a varié à travers le temps [3],[4]:

  • Virociacum, (IIIe siècle)
  • Wervi, 1090, 1114
  • Wervhec, 1143
  • Wervecke, 1198
  • Wervek, 1268
  • Wervy, 1480

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont frontière sur la Lys et l'église Saint-Médard de Wervik (Belgique).

Anciennement, Viroviacum nommée par l’itinéraire d’Antonin puis Virovino dans la table de Peutinger (IIIe siècle), Wervicq est ancienne. C’est là que la voie romaine de Tournai à Cassel traversait la Lys (affluent de l’Escaut). Munie d’un poste fortifié dont on a retrouvé des traces, elle est nommée par Antoine Sandérus dans sa merveilleuse " Flandria illustrata " qui en donne une vue au XVIIe siècle. D'ailleurs, une médaille a l'effigie de Jules César a été trouvée dans les ruines d'un ancien palais romain.

En 1070, la comtesse Richilde de Hainaut a complètement dévasté la commune. En outre, cette dernière est victime de terribles incendies en 1116, 1206, 1382 et 1460 et complètement détruire en 1578 lors des guerres de religion[5].

Au XIVe siècle par l'octroi de Chartes de draperie par Louis Ier de Flandre et Louis II de Flandre, la ville connait un nouvel essor dans le commerce de draps. Puis au XVIe siècle, elle est un des principaux centres de production de tabac d’Europe.

Au cours des siècles, elle dépend des comtes de Flandre, et à ce titre des rois de France, jusqu’en 1527, où le traité de Madrid la fait passer sous la souveraineté de l’empire.

Dépendance de l’Espagne, elle est coupée en deux par la conquête de Louis XIV en 1667. En 1713, le traité d'Utrecht entérine la division de la commune. L’agglomération principale, située sur la rive gauche, suit le sort des provinces de Belgique.
Le faubourg de la rive droite, rattachée à la Flandre maritime, devient par la suite commune du département du Nord, sous le nom de Wervicq-Sud. Son découpage territorial actuel institué par la Constituante en 1790 est définitivement fixé par le traité de Courtrai du 28 mars 1820.
Néanmoins, Wervicq-Sud demeure religieusement dépendante du diocèse de Tournai. Cette situation perdurera jusqu'à la création de la paroisse, en 1802, relevant du diocèse de Cambrai puis de Lille à partir de 1913.

Les premiers Allemands pénètrent dans la ville les 4 et 5 octobre 1914. Le 6, ils dynamitent le pont frontière. Évacuée en 1917, la Wervicq-Sud est complètement détruite durant la Grande Guerre. Après ces années d'occupation, les troupes britanniques, belges et françaises libèrent la commune le 17 octobre 1918.

En mai 1940, Anglais et Allemands s’affrontent sur le territoire communal. Le pont construit en 1927-1928 est dynamité par les Alliés en 1940. Occupée, la cité est libérée par les troupes anglaises le 4 septembre 1944. Un nouvel ouvrage franchissant la Lys est inauguré le 11 septembre 1955.

Début 2015, sa reconstruction est prévue dans le cadre de l'aménagement à grand gabarit (classe IV) de la Lys.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Wervicq-Sud

Les armes de la commune de Wervicq-Sud se blasonnent ainsi :
D'or à la bande de gueules, accompagnée de six quintefeuilles du même ordonnées en orle. [6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires de la ville[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1813 Jean-Baptiste Tranneel    
1813 1822 Isidor Bernard Billiard    
1822 1852 Jean François Van Eslande    
1852 1870 Bernard Billiard    
1870 1881 A. Saint-Léger    
1881 1885 J.C. Flipo    
1885 1901 Ignace Van Eslande    
1901 1905 Henri Serruys    
1905 1935 Jules Dorny    
1935 1940 Robert Vanrullen    
1940 1944 Louis Hollebecque    
1944 1958 Robert Vanrullen    
1958 1971 Paul Plovier    
mars 1971 mars 1983 Antoine Feys    
1983 1989 André Desmet    
1989 1995 André Braem    
1995 2001 Georges Straseele    
mars 2001 en cours Jean-Gabriel Jacob    
Les données manquantes sont à compléter.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelles :
    • École publique les Glycines
    • Groupe scolaire privé Saint-Joseph
  • Écoles primaires :
    • École publique Louis-Pasteur
    • Groupe scolaire privé Saint-Joseph

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 870 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 525 1 241 1 234 1 489 1 570 1 683 1 725 1 801 1 872
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 159 2 608 2 989 3 038 2 985 2 545 2 517 2 313 2 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 390 2 304 2 294 1 884 2 060 2 017 2 002 2 328 2 074
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 593 3 114 3 991 4 163 4 328 4 288 4 683 4 688 4 696
2011 - - - - - - - -
4 870 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Wervicq-Sud en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
4,9 
75 à 89 ans
8,1 
10,5 
60 à 74 ans
11,8 
18,9 
45 à 59 ans
20,2 
22,1 
30 à 44 ans
20,4 
19,2 
15 à 29 ans
17,6 
24,3 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage [10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Plus de cinquante associations (sportives, économiques, caritatives, touristiques, historiques ou de loisirs) animent la vie locale.

La communes possède un tissu économique très varié où prédomine le textile avec entre autres :

  • La société Cousin-Frères, créée en 1848 à Comines et reconstruite à Wervicq-Sud en 1920 après sa totale destruction en 1917, qui est à l'origine un fabricant de lacets. Avant de devenir, au début des années 1950, leader européen des cordes techniques. Aujourd'hui, le groupe est spécialisé dans les produits de haute technologie ; cordages destinés au yachting, à l'escalade, joncs de fibres optiques, ou encore les textiles médicaux implantables.
  • La société Plovier, créée en 1920, d'abord spécialisée dans la production de lacets et d'accessoires axés autour de la chaussure, elle s'est aujourd'hui diversifiée autour du conditionnement sous blisters. Après 90 ans d'existence, l'entreprise a été placée en liquidation judiciaire en octobre 2011 [11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le cimetière allemand de Wervicq-Sud

Plusieurs lieux et monuments notables se trouvent sur la commune [12] :

  • Au lieu-dit "La Montagne", une butte-témoin[13], se trouve l’ancienne propriété Dalle-Dumont, propriété communale de 13 hectares, composée de 3 parties :
  • Au sein de la propriété Dalle-Dumont se trouve un monument aux morts allemand, érigé en 1915 et imaginé par l’architecte allemand Wilhelm Kreis. Sur son bas-relief, on peut y lire " Den gefallenen Kameraden 1914-1915. Die Ihr den Tod Im heiligen Kampf fand’t Ruth auch in fremder Erd Im Vaterland " - " Aux camarades tombés en 1914-1915. Vous qui avez trouvé la mort au cours de la bataille sacrée vous reposez même en terre étrangère dans votre patrie."
  • Dans le parc, on trouve également "la bergerie" du XVIIe siècle transformée en musée des petits métiers de la ferme et siège de l'association d'histoire "Hier-Wervicq" créée en 1983 par le maire monsieur Antoine Feys.

Les "châteaux"[modifier | modifier le code]

  • Le château blanc : en 1910, Charles Derville-Avot, rubanier Cominois, entreprend la construction sur l'un de ses terrains wervicquois, d'une imposante demeure bourgeoise de style néo-classique et dont il sera l'architecte. En 1914, les travaux sont quasi terminés, lorsque l'occupant allemand réquisitionne la bâtisse afin d'en faire un hôpital de campagne ; un lazaret. En 1918, Charles Derville-Avot vend la propriété au brasseur Alphonse Dalle-Dumont. En 1972, la famille Dalle cède le château à la commune qui conformément aux souhaits de la famille en fait un lieu culturel et socio-éducatif[14].
  • Le château Léon Vandermeersch - Marie Prouvost ou la Closeraie est une construction datant de 1926, de style normand à faux colombages. La ville l'achète en 1962 pour en faire sa mairie en 1965[15] (inauguration en avril 1964). Datant de 1932, l'ancienne mairie de style régionaliste en brique et pierre est reconvertie en immeuble.
  • Entouré d'un parc de deux hectares avec en son sein un étang, le château Demesteere en réalité une ancienne maison bourgeoise industriel textiles accueille depuis 1986 les personnes âgées dans la résidence "L’Orée du Bois".

Église, calvaire et chapelles[modifier | modifier le code]

  • En 1802, la paroisse de Wervicq-Sud voit le jour. L'actuelle église de l'Immaculée-Conception, de style roman, est construite sur l'emplacement de celle datant de 1827. Œuvre de Jean-Baptiste Maillard, elle est consacrée en 1875 et dispose d'une cloche datant de 1638.
  • Le calvaire Duflo, situé au 101 rue Gabriel Péri, date du XIXe siècle. L'acte de propriété impose son entretien perpétuel aux propriétaires.
  • La chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs, située rue du Bas-Chemin, elle est dévolue aux jeunes mamans. Détruite en 1963, elle a été reconstruite depuis.
  • La chapelle Sainte-Anne, située rue de l'Abbé Bonpain, elle date de la fin du XIXe siècle. Elle a été reconstruite en 1928 et restaurée en 1990.
  • La chapelle Notre-Dame de la Délivrance, située rue de Linselles, elle date du XIXe siècle. Elle a été reconstruite en 1950. Percutée par une voiture en 2009 elle fut immédiatement reconstruire à l'identique (2010).

Rues[modifier | modifier le code]

En 1936, le conseil municipal décide de rendre hommage à ses enfants Morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale. Quatre nouvelles rues apparaissent :

  • la rue des frères Hollebecque ; Julien, caporal, tué le 3 septembre 1914 à Maubeuge à l'âge de 23 ans et son ainé, Charles décédé le 27 septembre 1914 à Joigny dans l'Yonne à l'âge de 27 ans.
  • la rue des frères Deblaere,
  • la rue des frères Derhore,
  • la rue des frères Saint-Léger.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Les plus anciens hameaux et lieux-dits de Wervicq-Sud sont Le Blaton, où selon la légende, serait né dans une feuille de vigne Jehan Van d'Helle ; La Planche-de-Pierre ; La Montagne ; La Bouteille Noire ; Le Robinet et La Ferme brûlée[16].

Vivre à Wervicq-Sud[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Tous les deux ou trois mois, la ville édite un journal d'informations locales de huit pages en couleur, le « Wervicq-Sud Infos » distribué aux habitants ou consultable en ligne sur le site de la commune.

Sports[modifier | modifier le code]

Près de vingt associations sportives sont actives dans la cité ; tir à l'arc, badminton, boxes, football, gymnastique, handball, pêche, tennis, tennis de table, volley etc.
Au sein du parc Dalle-Dumont se trouve un parcours aventure en forêt.

Football[modifier | modifier le code]

Wervicq-Sud compte deux clubs dans ses rangs. Le plus ancien et le plus titré se nomme l'USW (Union Sportive Wervicquoise), le second s'appelle l'OSC Wervicq (Olympique Sporting Club de Wervicq). Les deux clubs bénéficient du même complexe sportif. Ils jouent cependant sur deux terrains différents qui s'avoisinent.

Les équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux complexes sportifs.

Marché et brocantes[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er avril 2012, un marché dominical et hebdomadaire se déroule sur place de l'Europe inaugurée le 11 septembre 2010 par Martine Aubry, Présidente de LMCU, accompagnée d'élus locaux.

Il y a trois braderies dans la commune :

  • le 8 mai, aux alentours de la rue de l'Industrie.
  • le dimanche de la Pentecôte, dans le quartier des Platanes.
  • mi-octobre, aux alentours de la rue des frères Hollebecque.

Festivités[modifier | modifier le code]

Les Fêtes de la Lys[modifier | modifier le code]

Depuis 1998, elles ont lieu le 1er dimanche de juillet dans plusieurs communes françaises ou belges de la plaine de la lys

La fête de Jehan Van d'Helle[modifier | modifier le code]

La légende :

De retour de Floride, Jehan Van d’Helle y rapporte les premiers plants de tabac qu'il présente à la cour. De sa bâtisse, le château "Mariage", où il vit avec sa femme Sabine de Snuf et ses deux enfants Sot'ch et Turlutte, Jehan Van d’Helle aime surveiller ses champs afin d'y éviter toute intrusion. Assis dans son fauteuil pour rester éveillé, il fume la pipe. Un jeudi de l'Ascension, endormi, sa barbe s'enflamme. Heureusement, son épouse a l'esprit d'éteindre l'incendie naissant et de jeter la pipe par la fenêtre.

C'est pour commémorer cet événement que dans la commune, festivités, défilé de géants et jet de pipes ont lieu chaque jeudi de l'Ascension.

Les géants de Wervicq-Sud[modifier | modifier le code]

Le géant Jehan Van d'Helle a vu le jour en 1954. Le nom "D'Helle" est dérivé de celui des brasseurs Dhalle et Jehan soit Jean en vieux français, il a été choisi en hommage du curé de l'époque. Le géant porte un sarrau bleu, un foulard rouge et une casquette. Il mesure 4,60 mètres pour près de 80 kg. Son épouse Sabine De Snuif porte une robe à carreaux rouges et verts ainsi qu'un un sac contenant des feuilles de tabac.

Dans les années 1980, Soe'ch, diminutif de François en flamand, a vu le jour. Il est suivi de Turlutte quelques années plus tard. Cette dernière porte une jupe en jean, un pull rose et dans la main droite une tétine ainsi qu'une cigarette dans la main gauche.

Cette cigarette a depuis disparu avec loi du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme dite loi Evin. C'est d'ailleurs l'ensemble des festivités qui ont manqué de disparaitre avec cette loi mais le comité des fêtes a promptement réagit, depuis la fête du tabac est devenue la fête Jehan Van d'Helle[17].

Concours d'élégance de voitures anciennes[modifier | modifier le code]

Depuis 2009 fin mai ou début septembre, se déroule à la propriété Dalle-Dumont un concours d'élégance de voitures anciennes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Pierre Messiaen, né à Wervicq-Sud le 13 mars 1883 et décédé le 16 mai 1957, est un homme de lettres français, connu pour sa traduction et son exégèse de Shakespeare.
  • Dans la nuit du 13 au 14 octobre 1918, le caporal Adolf Hitler est gazé sur la montagne de Wervicq-Sud. Il est soigné dans le château Dalle-Dumont qui servait d'hôpital aux Allemands. Le 26 juin 1940, après être passé par Ypres et Comines, le Führer Adolf Hitler est revenu sur les lieux de ce gazage anglais[19],[20].
  • Parmi les dix enfants de la famille Dalle-Dumont, François Dalle deviendra avocat et directeur général du groupe L'Oréal.
  • Lucien Bonnet, né le 27 novembre 1933 décédé le 7 novembre 2007 à Wervicq-Sud, est un ancien footballeur français.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association "Hier Wervicq", D'une rive à l'autre de la Lys. Nos ponts. Novembre 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'histoire du petit tram d'Armentières à Halluin, par Henri Petit édité par l'association Les Amis de Comines
  2. http://books.google.fr/books?id=CPoTAAAAYAAJ&pg=RA4-PA13&dq=wervicq&hl=fr&ei=EgbhTKv4A8GSswbZ9-2FDA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=6&ved=0CEEQ6AEwBTg8#v=onepage&q=wervicq&f=false Mémoires de l'Académie royale des sciences, des lettres et des…
  3. http://books.google.fr/books?id=AHwfAAAAMAAJ&q=Wervy+Viroviacum&dq=Wervy+Viroviacum&hl=fr&ei=g3jiTJj9Hojzsgb26bzzCw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CEgQ6AEwBw
  4. http://books.google.fr/books?id=Bc0oHhpPZrsC&pg=PA163&dq=Wervy+werveke&hl=fr&ei=CYHiTIKpFo_DswaCnYTjCw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CEUQ6AEwBw#v=onepage&q&f=false
  5. http://books.google.fr/books?pg=PA793&dq=chateau+de+wervicq&ei=0h3lTIXTF4rJswb_0OzBCw&ct=result&sqi=2&id=6-4-AAAAcAAJ#v=onepage&q&f=false
  6. http://www.newgaso.fr/lecture_fiche_commune.php3?page=f59656
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Wervicq-Sud en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  11. http://www.nordeclair.fr/Locales/Halluin/2011/10/06/plovier-textile-une-fin-amere-pour-26-sa.shtml
  12. http://www.wervicq-sud.com/.../Guide%20touristique%20Comines%20Wervicq-Sud.pdf
  13. PLU de Lille Métropole (version 2004)
  14. http://www.lillemetropole.fr/index.php?p=1048&art_id=15559
  15. Le patrimoine des communes du Nord, Volume 2
  16. http://books.google.fr/books?id=K_w-AAAAcAAJ&pg=PA94&dq=Hameaux+wervicq+%22ferme+brulee%22&hl=fr&ei=uoDiTK-ICtS7jAfhqtzLAQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&sqi=2&ved=0CC4Q6AEwAA#v=onepage&q&f=false
  17. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Tourcoing/actualite/Autour_de_Tourcoing/Halluin_Vallee_de_la_Lys/2008/08/13/article_a-wervicq-sud-jehan-van-d-helle-fils-de.shtml
  18. Base de données des députés français depuis 1789 | http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=10342
  19. http://hitlerwervicqsud.blogspot.com/
  20. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Tourcoing/actualite/Autour_de_Tourcoing/Halluin_Vallee_de_la_Lys/2010/08/08/article_du-caporal-combattant-au-fuhrer-victorie.shtml