Halluin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Halluin
Image illustrative de l'article Halluin
Blason de Halluin
Blason
Halluin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Tourcoing-Nord
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Gustave Dassonville
2014-2020
Code postal 59250
Code commune 59279
Démographie
Gentilé Halluinois
Population
municipale
20 620 hab. (2011)
Densité 1 642 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 01″ N 3° 07′ 32″ E / 50.7836111111, 3.1255555555650° 47′ 01″ Nord 3° 07′ 32″ Est / 50.7836111111, 3.12555555556  
Altitude Min. 9 m – Max. 62 m
Superficie 12,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Halluin

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Halluin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Halluin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Halluin
Liens
Site web ville-halluin.fr

Halluin (en néerlandais : Halewin[1], Halewijn) est une commune française de la métropole lilloise, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Halluin dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Halluin est située dans la partie septentrionale de l'arrondissement de Lille à proximité de la Lys, sur la frontière franco-belge. Elle est limitrophe avec les communes françaises de Bousbecque, de Roncq et de Neuville-en-Ferrain et avec les communes belges de Wervik, de Menin et avec l'ancienne commune belge de Rekkem en Flandre-Occidentale.
Halluin est située à 9 km de Tourcoing, à 10 km de Mouscron, à 13 km de Courtrai, à 18 km de Lille, à 19 km de Roulers, à 22 km d'Ypres et à 23 km d'Armentières.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Halluin
Menin
Halluin
Bousbecque Roncq Neuville-en-Ferrain

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par une rivière qui se nomme la Lys qui prend sa source à Lisbourg et qui rejoint l'Escaut à Gand (Belgique). Mais également par de petite rivière comme la becque de Neuville, d'Halluin de la Viscourt.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Par route[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute française A22 qui relie Lille à la Belgique qui se poursuit par l'autoroute belge A14.

Les axes routiers les plus importants qui traversent la commune sont trois routes départementales :

La route départementale 917 (ex-route nationale 17) relie Menin à Lille en passant tout d'abord par Halluin, puis par Roncq, Bondues, Marquette, Marcq-en-baroeul et La Madeleine.

La route départementale 945 relie Menin à Bousbecque.

La route départementale 191 contourne le centre-ville où elle rejoint la D 945 et la D 927.

Transports en communs[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par des lignes de bus de Transpole.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom n'est pas bien établie. Selon l'abbé Alphonse-Marie Coulon, l'origine viendrait du mot halu et celui de in, le premier étant le nom d'un chef saxon ou franc et le second étant une particule utilisée en Flandre signifiant habitation ou demeure.

Son nom changea plusieurs fois d'orthographe[non pertinent] en passant par "haluwin", "halewin", "halowin", "haluing", "halwin", "haluyn" puis "halluin".

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le nom de Halluin, sous sa forme précoce "Hallewyn", apparaît pour la première fois dans l'acte de donation fait par Baudouin V, dit de Lille, comte de Flandre, à l'église et chapitre de Saint-Pierre de Lille en septembre 1066.

1501[modifier | modifier le code]

Dès le début du XVIe siècle, les seigneurs d'Halluin sont les mêmes que ceux de Comines : les Maisons de Croy, Ligne-Croy, Hénin-Liétard et, enfin, les ducs d'Orléans. Halluin fut aussi espagnole, au XVIe siècle, quand les Flandres passèrent aux mains des Habsbourg. En 1583, il y a la construction d'un fort à Halluin et destruction dans le conflit entre Charles de Croy et le duc Alexandre Farnèse.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Elle redevint française au XVIIe siècle, étant conquise en 1686 (quelques années après la prise de Lille) par Louis XIV, qui donna son nom à un pont de la ville, Charles de Schomberg, maréchal de France devint duc d'Halluin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune d'Halluin a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[2].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La ville doit son surnom d'« Halluin la Rouge » au syndicalisme important qui permit aux communistes de prendre la mairie durant l'entre-deux-guerres (cette période a été remarquablement étudiée par Michel Hastings dans sa thèse d'État). Cependant la ville, bastion historique de la gauche, connaît une évolution sociologique importante depuis la fin du XXe siècle, par l'arrivée de catégories professionnelles supérieures dans de nouveaux secteurs résidentiels notamment le « Mont d'Halluin », « Le Clos du Loisel », « La Tuilerie » et « Belle Fontaine », cette évolution étant davantage favorable à la droite.

On a ainsi pu constater lors de l'élection présidentielle de 2007 que la population avait voté majoritairement à droite.

Le premier tour a en effet vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy avec 34,47 %, suivi par Ségolène Royal avec 21,13 %, François Bayrou avec 15,69 %, et Jean-Marie Le Pen avec 13,68 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 58,4 % (résultat national : 53,06 %) contre 41,6 % pour Ségolène Royal (national : 46,94 %)[3]. Ce basculement à droite de la commune fut confirmé lors des élections législatives de juin 2007, où Christian Vanneste candidat UMP/CNI obtint 58,49 % des suffrages halluinois[4].

Lors des élections présidentielles de 2012, Nicolas Sarkozy arrive à nouveau en tête au premier tour à Halluin, avec 27,07 % des voix, suivi de François Hollande avec 25,20 % puis suivi par Marine Le Pen avec 24,94 %, puis par Jean-Luc Mélenchon avec 10,27 % puis enfin par François Bayrou avec 7,39 %. Au second tour, Nicolas Sarkozy obtint 54,78% des suffrages dans la commune, alors qu'au niveau national la France a voté majoritairement en faveur de François Hollande[5].

Cette nouvelle orientation politique est confirmée lors des municipales de 2014, où la mairie est remportée par Gustave Dassonville ( UMP), dans le cadre d'une triangulaire l'opposant à Laurent Caure ( PS) et à Jean-Christophe Destailleur ( Divers Droite). Le total des voix de droite réalisées par les deux candidats Gustave Dassonville et Jean-Christophe Destailleur, s'élevant à 64% des suffrages, l’appellation «Halluin la Rouge» ne semble alors plus résonner que comme un vestige du passé [6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1794 J.P. Delannoy    
1794 1795 Jean-François Delannoy    
1795 1800 Jean-Baptiste Duflo    
1800 1805 Jean-Baptiste Vandebeulque    
1805 1830 Jean-Baptiste Chombart    
1830 1865 Pierre-Joseph Demeestère-Delannoy    
1865 1873 Edouard Lemaitre-Demeestère    
1874 1900 Paul Lemaitre-Bonduelle    
1900 1907 Paul-Pierre Defretin    
1907 1909 Louis-Joseph Odou-Loridan    
1909 1919 Paul-Pierre Defretin    
1919 1935 Gustave Desmettre    
1935 1939 Gilbert Declercq PCF Député
1939 1944 Gaston Petit    
1944 1945 Joseph Wanquet    
1945 1947 Gustave Casier    
1947 1953 Joseph Wanquet    
1953 1957 Robert Casier    
1957 1971 Charles Vanoverschelde    
1971 1980 Albert Houte    
1980 1983 Henri Leveugle    
1983 1987 Albert Desmedt Centre droit  
1987 mars 1989 Didier Desprez Centre droit  
mars 1989 mars 2001 Alexandre Faidherbe PS  
mars 2001 mars 2014 Jean-Luc Deroo PS  
mars 2014 en cours Gustave Dassonville UMP  

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • En 2005, la ville accueille les villes pour "les jeux de l'amitié", épreuves sportives qui se déroulent lors du week-end de la Pentecôte.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1469, Halluin était un village comportant environ 300 habitants. L'accroissement rapide durant la seconde moitié du XIXe siècle est dû à l'immigration massive d'ouvriers flamands à la recherche d'un travail. Pendant vingt-cinq ans, la ville compta plus de 75 % d'étrangers.


En 2011, la commune comptait 20 620 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 030 2 459 2 831 3 242 3 750 4 240 4 264 4 851 5 408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 410 10 803 13 673 12 946 13 771 14 020 14 678 14 841 15 781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
16 599 16 158 15 480 13 760 13 932 13 588 13 278 12 935 13 345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
14 138 14 829 15 491 16 444 17 629 18 997 19 879 20 620 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Halluin en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
4,1 
75 à 89 ans
6,9 
10,6 
60 à 74 ans
10,8 
20,1 
45 à 59 ans
19,4 
21,2 
30 à 44 ans
22,3 
20,4 
15 à 29 ans
18,6 
23,5 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Petite enfance[modifier | modifier le code]

  • La crèche familiale emploie 22 assistantes maternelles réparties sur Halluin.
  • Les services vaccination et pédiculose
  • La halte garderie "Les P'tits Mômes".

Enseignement[modifier | modifier le code]

Écoles publiques[modifier | modifier le code]

Écoles privées[modifier | modifier le code]

  • Maternelles et primaires :
    • Saint-Alphonse
    • Notre-Dame des Fièvres
    • Sainte-Marie
  • Primaires :
    • École du Sacré-Cœur

Collèges[modifier | modifier le code]

Lycées[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de lycée d'enseignement général à Halluin, les établissements les plus proches étant situés à Bondues (7 km) et Tourcoing (8 km).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marchés et brocantes[modifier | modifier le code]

Deux marchés ont lieu sur la commune :

  • Mercredi matin : halle Nkong-Zem de 8h30 à 12h (huit commerçants y participent)
  • Samedi matin : place du Général-de-Gaulle de 8h30 à 13h30

Une centaine de commerçants y vendent leurs marchandises. Ce marché fait partie des plus gros marchés de la métropole et attire chaque semaine un public très nombreux.

Il y a deux braderies dans la ville

  • Le lundi de Pentecôte dans le centre ville (8 km de stand en 2011)
  • Mi-avril dans le quartier du Colbras (400 exposants)
  • Avril & septembre, rue Gabriel Péri
  • Début juin sur le Mont d'Halluin (Plus de 250 exposants)

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival Trek'n'folk : Tous les ans en janvier. Le festival Trek'n Folk propose un cocktail musical aux sonorités dansantes et exotiques… Tous les ingrédients sont réunis pour combler les amateurs de musiques traditionnelles et charmer les néophytes : concerts, bals folks, fest-noz, initiations aux danses, stages de musique et animations rythmeront cette semaine. Invitation au voyage, excursion par-delà les frontières, itinéraire entre deux villes frontalières, le festival Trek'n Folk cultive la fusion d'univers musicaux différents dans un esprit festif et d'ouverture.
  • Fêtes de la Lys : le 1er dimanche de juillet, on se retrouve au port de plaisance d’Halluin-Menin pour une fête au bord de la rivière. C'est l’occasion de valoriser les productions d’artistes locaux (musique, théâtre, arts plastiques…).
  • Folklore du monde : un dimanche de juillet, chanteurs et danseurs des quatre continents viennent donner des représentations en partenariat avec le festival de Bray-Dunes.
  • La Fête des Tisserands : 3e samedi de septembre.
  • Concert de Noël : vers le 15 décembre, Halluin accueille une grande formation classique (Orchestre national de Lille, Orchestre de Douai…).
  • bourse aux plantes le 1er dimanche de Mai


Vie Associative[modifier | modifier le code]

Halluin connait une vie associative foisonnante. En 2014, la ville comptait pas moins de 210 associations couvrant un large faisceau d'activités (Culture, sport, solidarité etc.).

Sports[modifier | modifier le code]

La ville d'Halluin est très sportive.

Les 24 heures du Mont (course cycliste) et Les foulées Halluinoises (course à pied) (35e édition en 2010) sont connues sur les plans régionaux, nationaux et internationaux.

Il y a dix-neuf associations et clubs sportifs à Halluin.

Les principaux club sont l'Athlétisme Halluin Val de Lys (AHVL), l'Union halluinoise de football (UH foot) et le Volley club Michelet Halluin (VCMH) qui évolue en nationale 2.

Les équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Il y a vingt espaces sportifs repartis sur seize sites.

La piscine municipale Philippe Croizon, située route de Neuville se compose d'un bassin de 250 m2, d'une salle de musculation, de deux saunas et d'une salle de relaxation.

Le complexe Hildevert-Wancquet se compose de la piste d'athlétisme Jean Wadoux, du dojo Marie-Claire Restoux, du terrain d'honneur du foot, d'un terrain synthétique et un en schiste pour la pratique du foot, d'un terrain de mini-foot, d'un plateau multisports et d'une salle omnisports.

Les complexes sportifs Édouard Branly, Hector Berlioz et Alexandre-Faidherbe sont des salles omnisports.

Le complexe Jules Guesde comprend le stade Didier-Deschamps, la salle omnisports Danny-Dhondt, les terrains de tennis couvert et extérieur et du stand de tir.

La Cense Manoir, ferme pédagogique équestre, propose des cours d'équitation aux enfants.

La salle André-Dochy est spécialisée dans la musculation et celle du cercle municipal Saint-Joseph accueille les jeux de cartes et de fléchettes, le tennis de table, le billard ainsi que la bourle.

Dans différents quartier de la ville il y a également des installations sportives telles que des paniers de basket ou des mini terrains de foot.

Économie[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, l'activité principale était le textile qui, en 1948, employait 7500 personnes dont près de la moitié de frontaliers. La ville a compté jusqu'à vingt entreprises textiles. Halluin était, par ailleurs, un important site de fabrication de meubles (notamment de chaises).

A compter des années 80, ces deux secteurs d'activités ont progressivement disparu, en raison d'une forte concurrence internationale.

De nos jours, l'économie de la cité se concentre sur quelques industries (notamment de traitement des déchets), l'agriculture et les services.

Le taux de chômage de la ville était de 11,8 % en 2009 et le revenu net moyen annuel d'un ménage était de 21 134 € en 2009.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Quatre grandes surfaces
  • Deux centres commerciaux
  • Une centaine de commerces répartis dans toute la ville

Entreprises[modifier | modifier le code]

Il y a un bon nombre de PME et de PMI à Halluin dont :

  • Triselec Lille SAEML
  • Militzer et Münch France
  • Gallo France

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Moulin d'Halluin
  • La cense manoir est une ferme datant de 1473. Elle se situe dans la rue Arthur-Dennetière et sur la route de Linselles. Elle était attenante au château du Molinel qui fut détruit par un incendie lors des combats avec les Autrichiens le 13 septembre 1793. Le site du château est aujourd'hui couvert d'arbres et de végétation.
  • Le manoir aux Loups et son parc.
  • Le manoir du Pellegrin et son jardin.
  • Le moulin Hollebeke qui se situe rue de l'Abbé-Lemire est le seul dans le Nord à posséder une galerie circulaire. Les six moulins d'Halluin furent démembrés au milieu du XIXe siècle et, en 1877, le meunier Hollebeke construisit ce moulin qui fut acquis par la ville en 1988. Il a été ensuite restauré jusqu'en 1992. Depuis 2005, la « maison du meunier » a été aménagée en estaminet. Le moulin et la maison du meunier ont été inscrits à l'inventaire des monuments historiques en 1989[12].
  • L'hôtel de ville, rue Marthe-Nollet, était à l'origine la demeure d'un industriel halluinois acquise par la commune après la mort de ce dernier en 1968. Les parquets de Hongrie, les plafonds ouvragés et les cheminées en marbre participent au caractère luxueux de ce bâtiment.
  • L'église Saint-Hilaire construite vers 1856 par Charles Leroy célèbre architecte lillois, auteur de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille et de nombreux édifices religieux autour de la métropole lilloise.
  • L'église Saint-Alphonse.
  • L'église Notre-Dame-des-Fièvres.
  • La mosqueé Tawhid (dite Mosquée du nord avec ses briques rouges).
  • le Mont d'Halluin.

Port[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance s'étend sur 17 hectares. Il est constitué d'une partie des produits de creusement du canal de la Lys, lors de sa mise à grand gabarit.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Cinéma Le Familia

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • La navette halluinoise, pâtisserie imaginée par les boulangers de la ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Halluin 59.svg

Les armes de Halluin se blasonnent ainsi : D'argent à trois lionceaux de sable lampassés de gueules, armés et couronnés d'or.

Les trois lions représentent les trois seigneurs Josse, François et Jean de Halluyn.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Hastings, Halluin la Rouge, 1919-1939. Aspects d'un communisme identitaire, Villeneuve-d'Ascq, Presses univ. de Lille, 1991 (publication de la thèse de doctorat d'État en sciences politiques soutenue en 1989).
  • Antoine Durafour, Stéphanie Rubini Raconte-moi…ton pays, ton voyage, ton histoire. Récits de l'immigration à Halluin, bande dessinée, Association Planet'action, 2011, ISBN 978-2-9539561-0-8.
  • Antoine Durafour, Trajectoires et mémoires de femmes immigrées à Halluin, Association Planet'action, 2009, ISBN 978-2-7466-1658-5.
  • Djamel Zaoui, Hier immigrés, aujourd'hui halluinois, documentaire produit par l'Association Culture et Avenir et le CRRAV, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]