Salomé (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salomé.
Salomé
Une entrée de la commune.
Une entrée de la commune.
Blason de Salomé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton La Bassée
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Pierre Canesse
2014-2020
Code postal 59496
Code commune 59550
Démographie
Gentilé Saloméens
Population
municipale
2 976 hab. (2011)
Densité 567 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 08″ N 2° 50′ 24″ E / 50.5356, 2.8450° 32′ 08″ Nord 2° 50′ 24″ Est / 50.5356, 2.84  
Altitude Min. 20 m – Max. 31 m
Superficie 5,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Salomé

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Salomé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salomé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salomé

Salomé est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Salomé dans son canton et son arrondissement

Au carrefour d’un réseau fluvial et routier, à la limite de l’ex-bassin houiller du Pas-de-Calais, et desservie par le canal d’Aire-à-La Bassée qui la relie au canal à grand gabarit Valenciennes-Dunkerque, le village possède les atouts d’une économie dynamique et accueille de nombreuses entreprises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Salomé
Illies Illies Marquillies
La Bassée Salomé Hantay
Douvrin Douvrin Billy-Berclau

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Salomé (Nord).svg

Les armes de Salomé se blasonnent ainsi :

D'azur à l'écu d'argent en abîme, accompagné en chef de trois merlettes d'or rangées en fasce .

Histoire[modifier | modifier le code]

Robert, évoque d'Arras, donna, en 1182, l'autel de ce village à l'abbaye de Saint-Bertin.

La proximité d'une ancienne place forte portant ce nom et à laquelle elle fut reliée par un canal au XIIIe siècle, valut à cette commune, citée dès 984, son nom actuel. La rue du Millénaire fut donc inaugurée en 1984.

Maintes fois envahi du fait de sa proximité avec la ville fortifiée de La Bassée, le village était, avant la Révolution, dissocié en fiefs et seigneuries dont certains ont conservé le nom. En 1918 la localité sortit ruinée des combats de la plaine de la Lys.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 2004 Raymond Nowacki apolitique  
2004 mars 2008 Gilberte Alexandre apolitique  
mars 2008 en cours Philippe Amielh PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 976 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 566 601 625 716 746 811 870 860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
961 1 035 1 135 1 190 1 215 1 219 1 294 1 441 1 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 652 1 690 1 860 1 397 1 797 1 864 1 804 2 024 2 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 487 2 524 2 929 2 781 2 955 2 929 2 993 3 002 2 976
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Salomé en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
4,5 
75 à 89 ans
7,2 
9,7 
60 à 74 ans
12,1 
20,3 
45 à 59 ans
18,8 
24,5 
30 à 44 ans
23,0 
18,3 
15 à 29 ans
17,5 
22,5 
0 à 14 ans
20,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le cimetière est situé sur la route d'Hantay, petite commune jouxtant ce joli petit village. Il comporte un cimetière militaire allemand de la Première Guerre mondiale ainsi que deux tombes du Commonwealth de la Seconde Guerre mondiale.

L'église Saint-Vaast, quasiment détruite pendant la Première Guerre mondiale, est reconstruite dans les années 1920. De nouveau endommagée au début de la Seconde Guerre mondiale, elle est restaurée après guerre.

Deux édifices méritent une attention particulière : il s'agit du presbytère (que la municipalité n'a pas souhaité conserver et qui a été détruit en 2010) ainsi que d'une ancienne chapelle des comtes d'Hespel d'Hocron appartenant à la famille d'Hespel.

La gare.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les comtes d'Hespel
  • Edmond Lestarquit
  • Émile Dubois : maire, conseiller général, député du Nord, sénateur

Fait divers important[modifier | modifier le code]

Cette ville fût le témoin de l'affaire Ida Beaussart en juillet 1989.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]