Chéreng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chéreng
Image illustrative de l'article Chéreng
Blason de Chéreng
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Lannoy
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Pascal Zoute
2014-2020
Code postal 59152
Code commune 59146
Démographie
Gentilé Chérengeois
Population
municipale
3 001 hab. (2011)
Densité 718 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 41″ N 3° 12′ 19″ E / 50.6113888889, 3.2052777777850° 36′ 41″ Nord 3° 12′ 19″ Est / 50.6113888889, 3.20527777778  
Altitude Min. 23 m – Max. 47 m
Superficie 4,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Chéreng

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Chéreng

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chéreng

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chéreng

Chéreng est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chéreng dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le Mélantois, la campagne « bourgeoise » à l'est de Lille. Elle bénéficie d'une d'accès nombreux par les autoroutes, A1, A27, A25, relient la ville à Paris, Gand, Anvers, Bruxelles. Chéreng bénéficie aussi de la proximité de la métropole lilloise, avec écoles, collèges, universités, structures commerciales et culturelles dans les communes environnantes. Appartenant à la sphère urbaine de l'agglomération lilloise, elle bénéficie de l'effet de rurbanisation.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chéreng
Tressin Willems
Anstaing Chéreng Baisieux
Gruson

Environnement[modifier | modifier le code]

L'été 2009, la ville a innové en s'équipant d'un camion benne écologique, hippomobile[1] contribuant ainsi également à sauver les chevaux de la race Trait du Nord en leur retrouvant une utilité[2]. Le cheval nommé Olive participe également aux festivités du village dont le carnaval et les festivités du 14 juillet, fête nationale des Français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sans prétendre faire remonter ce village à une très haute antiquité, il est certain[réf. nécessaire] qu’il partage, vu sa position, les origines de Pont-à-Tressin. Dans un titre de l’abbaye de Cysoing cité par le savant Mirœus, ce lieu se nomme Ceren en 1164. Une charte de ce même monastère de 1195 lui donne le nom de Cheren. En 1261, un cartulaire de Loos l'appelle Chérench qui devient Chierench en 1325, selon un manuscrit de saint Nicolas de Lille.

L'autel de Chéreng est donné, dès 1145, à l’abbaye par Honorins[réf. nécessaire], évêque de Tournai, et sa première forme lui vient précisément de la confirmation de cette donation faite par Gérard, successeur d’Honorins[réf. nécessaire].

Selon Legroux[Qui ?], « Comme Philippe de Valois, roi de France, était passé le pont en 1340, il s’est donné en ce lieu des escarmouches de temps en temps entre quelques détachements et celle des Anglais, Liégeois et Flamands ». Selon Buzelin[Qui ?], « Dans cette partie de la Pévèle, dit-il, où coule la Marque, se trouve Chéreng. C’est là qu’on voit le pont de Chéreng, vulgairement le Pont-à-Tressin, si fréquenté par ceux qui vont à Lille ou à Tournay. »

Lorsqu’en 1340, Philippe de Valois campe à Bouvines avec son armée, à deux fois les Anglais et les Flamands firent une attaque par ce pont. Ils veulent repousser au-delà de la Marque l’arrière-garde du camp français. À deux reprises, ce pont est le théâtre de combats intenses. Les soldats du Hainaut en tête, presque tous nobles et de bonne maison, profitant d’une nuit obscure, passent par là et surprennent à l’improviste les troupes du roi de Bohème et de l’évêque de Liège. Mais Rodernaque[Qui ?], homme d’illustre naissance, revenant de garde avec ses soldats, les aperçoit et les attaque vivement. Il en tue un tel nombre que le reste doit reculer de l’autre côté du pont. Ceux-là sont presque tous tués parce que les Liégeois qui viennent de fourrager attaquent le flanc des fuyards. Quelques nobles allemands ont peu après plus de chance : ils traversent le pont en plus grand nombre pour attaquer les Français, suivis par Jean de Hainaut et un certain nombre de chevaliers flamands. Ils laissent, pour s’assurer le passage du pont, une petite arrière-garde. Alors, ils provoquent Charles de Montmorency et le marquis de Saulieu par une ruse de guerre, feignant la crainte et la fuite, ils attirent Charles de Montgomery près du Pont et défont son armée.

En 1427, Louis XI envoie des forces pour défendre Tournai et le village est occupé militairement. La ville de Tournai est alors assiégée par Adolphe d'Egmont, duc de Gueldres, qui sera tué dans une sortie.

En 1521, le comte de Massau, commandant l’armée de l’empereur Charles Quint, arrive avec les Espagnols pour conquérir la capitale du Tournaisis. Les rives de la Marque reçoivent la visite des soldats, et le pont, l’un des quatre du Mélantois, reçoit des troupes pour le garder. Les hérétiques, pas plus que les soldats, ne se feront faute d’y laisser des traces de leur passage en 1566. Ils avaient commis de si grands désordres à Tournai, qu’ils ne peuvent pas négliger de pousser leur course jusqu’à Chéreng.

Denis Chemin, ministre et chef des Gueux en 1566, est le fils du maréchal de Chéreng. Au mois de décembre arrive un pauvre homme de la ville de Lille pour voir le camp des Gueux situé près des ruines de l’abbaye de Saint-Maur. Pris pour un espion et interrogé sur ce qu’il vient faire, il ne sait que répondre. Denis Chemin le condamne à être pendu à la fenêtre de sa chambre. Quand il monte à l’échelle, le prédicant lui demande s’il veut être Gueux, ce qu’il lui sauverait la vie. Il répond « oui ». Mais les autres Gueux craignant qu'il ne reste papiste souhaitent le tuer. Le condamné s’adresse à Dieu et à la Vierge, et meurt sans autre cause de condamnation qu’une lettre de son curé qu’il porte sur lui.

Louis XIV et la conquête de la Flandre[modifier | modifier le code]

Le roi Louis XIV médite la conquête de la Flandre et force Tournai à capituler, le 26 juin 1667. Le maréchal d’Aumont, un de ses généraux, profite de la commodité de la rivière et parvient à Pont-à-Tressin. Le roi fait élever en 1670, à Tournai, une citadelle et met en réquisition tous les habitants d’alentour qui par le fruit de leur travail collectif achèvent l'édifice en huit jours[réf. nécessaire]

Michel Ange de Vuœrden, vicomte de Langle, est natif de Chéreng. Il fait imprimer en 1684 un journal historique pour servir à l’histoire de Louis le Grand, et a composé le livre intitulé : Annales bellici et triumphalis Ludovici Magni, Francia et Navarrœ régis ». Il est enterré à Chéreng en 1699. Un de ses descendants, le baron de Vuœrden, devient seigneur de Chéreng.

Les armées du roi s'essoufflent. En 1708, Lille succombe, malgré Boufflers, sous les efforts du Prince Eugène. L’année suivante, les environs de Chéreng accueillent l'armée des alliées commandée par Eugène de Savoie et le Duc de Malborough qui, n’ayant pu attaquer celle des Français, conduite par le maréchal de Villars, viennent assiéger Tournai. La ville se rend après une courte résistance.

En 1712, l’armée d’Angleterre et celle des Impériaux campent à Chéreng. Ils y attendent l’entrée en campagne pendant trois à quatre mois. C’est dans les environs de Baisieux, de Camphin et de Chéreng que le Prince Eugène de Savoie, généralissime des armées coalisées, fait passer une grande revue à ses troupes.

Arrivent le roi Louis XV et la bataille de Fontenoy. Aussi le 26 avril 1745, les Français reviennent sur Tournai, et les habitants du village ont pour voisin et pour quelque temps, le roi de France avec le Dauphin, son fils unique. Fontenoy n'a de cause que le désir des Alliés de sauver la ville de Tournai menacée. Elle se divise non loin d’Antoing[Où ?]. Le village vibre au bruit du canon : la mêlée sanglante fait quelque 20 000 morts. Les habitants du village secourent les blessés et enterrent les morts. Les soldats, vainqueurs ou vaincus, s’éparpillent sur les routes et meurent souvent à côté d’une porte hospitalière[réf. nécessaire].

À la Révolution française, l’église est vendue comme propriété nationale et rachetée par onze particuliers, qui en font don à la commune en 1794. Le village est choisi pour être le point de mire des généraux alliés. Le duc d’York occupe le Pont-à-Tressin. Il a pour antagoniste le général Bonneau. Les Français ne luttent pas contre les ennemis à armes égales. Ils ont à surveiller les avant-postes et ont plus à craindre encore de la trahison. Un sieur Coupleur de Pont-à-Tressin est arrêté et livré aux tribunaux pour avoir, en qualité d’espion, fait égarer une troupe française de grand-garde.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Chereng 59.svg

Les armes de Chéreng se blasonnent ainsi :"De gueules au chef d'or, chargé d'un lion de sable".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Henri Eeckhout PS  
mars 2008 en cours Pascal Zoute    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 001 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
830 860 926 1 107 1 302 1 295 1 291 1 290 1 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 395 1 429 1 431 1 442 1 461 1 391 1 384 1 442 1 474
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 618 1 558 1 576 1 515 1 570 1 613 1 633 1 587 1 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 801 1 811 1 828 1 991 2 634 2 930 3 020 3 046 3 001
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Chéreng en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
3,8 
75 à 89 ans
6,8 
13,2 
60 à 74 ans
13,9 
25,1 
45 à 59 ans
24,0 
19,7 
30 à 44 ans
20,9 
17,3 
15 à 29 ans
15,2 
20,8 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

 Ancien relais de Poste Royale (la Hamaide)
La Hamaide

Cette petite ville est typique du département du Nord : une majorité de maisons basses en brique, qui rappellent son origine rurale, alternent avec de grandes demeures qui ont toutes pignon sur rue. Elle a pour caractéristique d'avoir un centre-ville étalé le long d'une route nationale reliant Lille à Tournai, communément appelée « route de Tournai ».

L'église de Chéreng possède un baptistère datant probablement du XIIe siècle. Quatre têtes byzantines lui donnent un cachet fort original (voir photos du fond et des têtes[7],[8],[9],[10],[11],[12]). On y trouve également un cœur de plomb dont toute la valeur est celle du souvenir (il renferme le cœur d’un jeune seigneur de 17 ans, fils de l’illustre baron de Vuœrden) ; un calice du XVIIe siècle et une cloche à la danse macabre fort curieuse, datant de 1734, et portant les armoiries des donateurs, seigneurs de Chéreng de Carondelet-de Rasoir.

Sur la route nationale, à l'entrée de Chéreng, on peut voir un ancien bureau de poste (la Hamaide), inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 1951[13]. L'histoire raconte que Louis XIV aurait séjourné dans cet endroit.

Chéreng est aussi connue pour le château de Montreul qui est maintenant la maison des chasseurs du Nord.


Jumelages[modifier | modifier le code]

Chéreng est jumelée avec la commune de East Peckham, dans le Kent, au Royaume-Uni.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]