Cysoing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cysoing
La mairie de Cysoing
La mairie de Cysoing
Blason de Cysoing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Cysoing
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Benjamin Dumortier
2014-2020
Code postal 59830
Code commune 59168
Démographie
Gentilé Cysoniens
Population
municipale
4 672 hab. (2011)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 09″ N 3° 12′ 57″ E / 50.5691666667, 3.21583333333 ()50° 34′ 09″ Nord 3° 12′ 57″ Est / 50.5691666667, 3.21583333333 ()  
Altitude Min. 26 m – Max. 56 m
Superficie 13,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Cysoing

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Cysoing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cysoing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cysoing

Cysoing est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cysoing est située dans la Pévèle et en Flandre romane.

Communes limitrophes de Cysoing
Sainghin-en-Mélantois Bouvines Gruson Camphin-en-Pévèle
Péronne-en-Mélantois Cysoing Bourghelles
Louvil Templeuve Genech Cobrieux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Cysoing est desservie par les trains en gare de Cysoing.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Cisonio (870), Cizoniensis (1096), Chisonio (1161).

Sison en flamand[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Cysoing est étroitement liée à celle de son abbaye Sainte-Calixte.

C'est grâce à elle qu'au fil des siècles la commune a prospéré et acquis une solide notoriété dans la France entière. L'abbaye a été fondée à la fin du IXe siècle par saint Évrard de Frioul, sur les terres que sa femme, Gisèle, avait apportées en dot. Il faut dire que la jeune femme est la petite-fille de Charlemagne et la sœur de Charles le Chauve. Elle se marie avec 8 000 hectares de terrain en sa possession.
Le 14 août 1193, Philippe Auguste se marie à Amiens avec Ingeburge de Danemark qu'il répudie le lendemain pour des raisons toujours inconnues (l'un des secrets de l'histoire) : il l'a fait enfermer à Beaurepaire, le prieuré de l'abbaye de Cysoing en attendant le recours formulé par Ingeburge auprès du pape Célestin III contre la procédure de divorce. Ces faits sont rapportés par la chronIque de Eudes de Thorenc dans l'ouvrage de Max Gallo "Le roman des rois".
Le culte devenant à la fin du Moyen Âge source permanente de troubles, batailles et révoltes, cette période provoque d’énormes excès de la part d’assez importants groupes de pillards.
L'abbaye de Cysoing est alors mise à sac par les « Gueux », une bande de pillards qui circulaient dans le secteur de Tournai et Menin, des iconoclastes apparus au cours du conflit religieux né dans les anciens Pays-Bas du fait de la naissance, à Bruxelles, et dans le reste des provinces des Pays-Bas, d'un groupe de révoltés contre l'autorité du roi d'Espagne. Ces révoltés se paraient, par défi, du nom de gueux, bien qu'une partie de la noblesse en faisait partie et, notamment, le prince d'Orange, leur chef. Une partie du nord de la France dénommée Flandre romane ou Flandre Gallicante appartenait alors aux Pays-Bas. En 1566, les habitants de Seclin, Gondecourt et Houplin, menés par Guislain de Haynin, premier de ce nom à être seigneur du Breucq à Seclin) parviennent en se liguant, à repousser définitivement les gueux dans les marais qui existaient alors entre Seclin, Gondecourt et Houplin. (Révolte des gueux[2])
Louis XV, en 1744, séjourne quelques jours à l'abbaye. Après la campagne de Flandre, il remporte la bataille de Fontenoy en 1745. En 1751, l'abbé de Cysoing, Laurent de Roque, fait ériger une pyramide en pierre bleue en souvenir du passage et de la victoire du roi. Cette pyramide, qui d'ailleurs n'en a que le nom puisqu'il s'agit en fait d'un obélisque, mesure près de 17 mètres de hauteur. Construite au cœur du parc de l'abbaye, on peut encore la voir aujourd'hui.
Pendant la Révolution française, l'abbaye est littéralement saccagée. En 1792, elle est pillée, les livres, meubles et tableaux qu'elle contient sont tous emmenés et en 1793, elle est même incendiée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Cysoing dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Didier Caffart PS  
mars 2001 en cours Benjamin Dumortier non inscrit  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 672 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 980 1 897 2 026 2 120 2 465 2 707 2 746 2 786 2 876
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 860 2 993 2 983 2 937 3 030 3 160 3 240 3 315 3 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 256 3 172 3 105 2 940 3 153 3 174 3 136 3 171 3 154
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 266 3 460 3 531 3 454 3 699 4 218 4 318 4 374 4 499
2011 - - - - - - - -
4 672 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Cysoing en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
4,6 
75 à 89 ans
8,7 
11,2 
60 à 74 ans
12,9 
20,0 
45 à 59 ans
19,9 
21,6 
30 à 44 ans
21,2 
19,7 
15 à 29 ans
18,2 
22,7 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cysoing fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

  • EACCWB - Étoile Amicale Club Cysoing Wannehain Bourghelles.
  • PHBC - Pévèle HandBall Club, handball

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pyramide de Fontenoy à Cysoing
Pyramide de Fontenoy, classée monument historique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie-Dominique Philippe, prêtre dominicain
  • Jacques de Cysoing, trouvère du XIIIe siècle dont neuf de ses chansons ont survécu.
  • Antoine de Landas, né vers 1420 - décédé à Cysoing en 1503 - Écuyer - Seigneur de Beaufremez
  • le père Thomas Philippe (frère de Marie-Dominique Philippe), né à Cysoing en 1905 et cofondateur de la communauté de l'Arche
  • Sébastien Joseph Brasdefer, Maître Brasseur, né à Lorgy (Lorgies) en 1702. Décédé à Cysoing en 1749. Il exerça son art à Tourcoing et à Cysoing.
  • Arnoul des Flandres (VIIIe siècle), originaire de Cysoing dans les Flandres, au diocèse de Tournai, soldat et martyr en Flandres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Baisieux (59) Nord.svg

Les armes de Cysoing se blasonnent ainsi : Bandé d'or et d'azur de six pièces.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cysoing. Les Seigneurs, l'abbaye, la ville, la Paroisse. Chanoine J. Bataille, éd. SILIC, 1934

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]