Faches-Thumesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Faches-Thumesnil
Mairie de Faches-Thumesnil
Mairie de Faches-Thumesnil
Blason de Faches-Thumesnil
Blason
Faches-Thumesnil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Lille-Sud-Est
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Nicolas Lebas
2014-2020
Code postal 59155
Code commune 59220
Démographie
Gentilé Faches-Thumesnilois
Population
municipale
17 590 hab. (2011)
Densité 3 807 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 58″ N 3° 04′ 28″ E / 50.5994444444, 3.0744444444450° 35′ 58″ Nord 3° 04′ 28″ Est / 50.5994444444, 3.07444444444  
Altitude Min. 30 m – Max. 58 m
Superficie 4,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Faches-Thumesnil

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Faches-Thumesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faches-Thumesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faches-Thumesnil
Liens
Site web Site

Faches-Thumesnil est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie du Mélantois, qui forme le versant sud-est de l'agglomération lilloise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Faches-Thumesnil dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Mélantois en Flandre romane au sud de l'agglomération lilloise, longée par l'autoroute A1 et à deux pas de l'aéroport de Lille - Lesquin. Elle est limitrophe des communes de Lille, Ronchin, Lesquin, Vendeville, Templemars et Wattignies.
Faches-Thumesnil est à l'intersection des grands axes autoroutiers conduisant à Valenciennes, Bruxelles et Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Faches-Thumesnil
Lille
Wattignies Faches-Thumesnil Ronchin
Templemars Vendeville Lesquin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est sur le plateau du Mélantois que s'est implanté le village de Faches, et son hameau Thumesnil, très nettement séparés jadis par plus d'un kilomètre de terres ou de champs. C'est en 1104 qu’apparaît pour la première fois le nom de "Faches", plus précisément "Facis" qui signifierait "terre inculte".

Le mot Thumesnil apparaîtra en 1184 dans le registre de Seclin, mais l’étymologie de ce mot reste difficile à définir. Ce terme aurait été décomposé en 2 parties "Thu" et "Mesnil". "Mesnil" aurait pour origine le mot "mansionile" en latin qui désignait une habitation entourée de terres. "Thu" ce préfixe d’origine germanique aurait pour signification le mot "ferme".

Plus de huit cents ans ont été nécessaires pour former le nom de cette commune. Même si la halte des Chemins de fer (établie en 1846) porte déjà le nom de FACHES-THUMESNIL, la séparation du village de Faches et de son hameau Thumesnil va être requise par les habitants de Faches dans une lettre adressée au Maire le 22 janvier 1899. Le problème de la délimitation des deux communes empêchera cette séparation[1].

En 1912, la biscuiterie Geslot-Voreux est transférée de Lille à Faches après l'incendie de l'usine lilloise : elle reste en activité jusqu'en 1975. Pierre-Vinoc Geslot est à l'origine du Sablé des Flandres, biscuit célèbre, d'une épaisseur relativement fine, de type "quart de cercle". La production de cette usine était expédiée dans toute la France depuis la gare voisine de Ronchin[2]. Plus d'une centaine de produits différents y furent fabriqués avant la seconde guerre mondiale.

En 1951, le Conseil Municipal du 28 juin approuva l’orthographe jusqu’alors incertaine de Faches-Thumesnil (sans accent circonflexe sur le "a").

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Faches-Thumesnil (59).svg

Les armes de Faches-Thumesnil se blasonnent ainsi :Écartelé : aux 1 et 4: de sable à six besants d'or 3 et 3, au lion du même, armé et lampassé de gueules brochant sur le tout (d'après Faches), aux 2 et 3: d'azur à l'écusson d'argent plain, surmonté de trois étoiles à six branches d'or rangée en chef.(Thumesnil)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1923 Jules Bruneau    
1923 1935 Julien Cochez    
1935 1939 Lucien Waterlot    
1939 1941 Louis Auquier    
1941 1941 Alfred Bigotte    
1941 1944 Édouard Degryse    
1944 1945 Georges Thibaut    
1945 1947 Cyprien Bocquet    
1947 1953 Édouard Mioux    
1953 1974 Arthur François    
1974 mars 1977 Étienne Plancq    
mars 1977 mars 2001 Jean-Claude Gosselin PS  
mars 2001 en cours Nicolas Lebas UDF puis MoDem puis UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Écoles[modifier | modifier le code]

  • École maternelle "Alphonse Daudet" - 17 rue Artois
  • École maternelle "Charles Perrault" - 17 rue Stolberg
  • École maternelle "Florian" - Rue Carnot
  • École maternelle "La Bruyère" - Rue Anatole France
  • École maternelle "La Fontaine" - 18 bis rue Roger Salengro
  • École maternelle "Mozart" - Avenue de Bordeaux
  • École maternelle "Pascal" - Avenue de Roubaix (ouverte en mars 2009 après reconstruction)
  • École "Notre Dame" [4] - 12 rue Kléber
  • École primaire "Anatole France" - Rue Anatole France
  • École primaire "Emile Zola" - Rue d'Artois (Rebatissée Louise de Bettignies pour la rentrée 2011 après la fusion des écoles primaires Emile Zola et Sévigné)
  • École primaire "George Sand" - Rue de Dunkerque
  • École primaire "Kléber" - Avenue de Roubaix
  • École primaire "Pasteur Curie" - 58 rue Jean Jaurès
  • École primaire "Sévigné" - Rue Henri Dillies (Fermée et transférée dans les locaux de l'école primaire "Emile Zola" - Rue d'Artois en février 2010)
  • École primaire "Victor Hugo-Lamartine" - Rue de Résistance
  • Collège d'enseignement secondaire "Jean Mermoz" - 125 avenue de Paris
  • Collège d'enseignement secondaire "Jean Zay" - 22 rue Jean-Baptiste Clément

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Cattolica (Italie)
Drapeau de l'Allemagne Stolberg (Allemagne)
Drapeau du Royaume-Uni St Neots (Royaume-Uni)Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.
Drapeau de la Grèce Náoussa (Imathie) (Grèce)
Drapeau du Mali Tinkaré (Mali)Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. (Commune de Diéma)

De plus, la ville parraine la ville d'Adămuş (Flag of Romania.svg Roumanie)[5].

Ces villes portent le nom de rues dans le quartier de Green Park, au sud de la ville.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 17 590 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
805 788 841 1 442 1 692 1 883 2 047 2 188 2 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 361 2 505 2 705 2 851 2 928 3 095 3 279 3 413 3 800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 672 5 497 6 088 5 768 6 266 6 766 7 648 7 875 8 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
12 095 16 801 18 645 16 931 15 774 15 902 16 356 17 590 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Faches-Thumesnil en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
7,5 
75 à 89 ans
10,7 
12,5 
60 à 74 ans
14,7 
19,9 
45 à 59 ans
17,7 
20,2 
30 à 44 ans
20,0 
18,2 
15 à 29 ans
17,5 
21,5 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

- Le mont de Faches : un petit mont situé dans le sud de la ville, vers l'autoroute et le centre commercial. On peut en apercevoir Euralille et les terrils du Pas-de-Calais.

 Eglise Sainte Marguerite d’Antioche à Faches-Thumesnil
Église de Faches, Sainte Marguerite d'Antioche.

- L'église Sainte Marguerite d'Antioche : l'église possède 4 colonnes de grès du XIIIe siècle, un autel avec médaillons de forme ovale peints en 1699, des fonts baptismaux du XVe siècle, ainsi que des lambris et des confessionnaux du XVIIIe siècle. L'église Sainte Marguerite est située place du Général de Gaulle.

- L'église du Sacré-Cœur : construite vers 1850 par Charles Leroy, célèbre architecte lillois de la cathédrale Notre-Dame de la Treille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Claude Laydu créateur de Bonne nuit les petits (Nicolas et Pimprenelle ).

Sports[modifier | modifier le code]

  • FTBad (Faches Thumesnil Badminton) Complexe Sportif Louis Merchier FTBad
  • FTFC (Faches-Thumesnil Football Club) Stade Louis Merchier

Couleurs : jaune et bleu Ligue NORD PAS DE CALAIS - District FLANDRE

  • FTTT (Faches Thumesnil Tennis de Table) situé au complexe Kléber
  • CEFT (Club des Escrimeurs de Faches-Thumesnil) Salle A. Dumas
  • LMBC (Lille Métropole Basket Club) Salle Saint Sauveur (Lille) et Salle Jean Zay
  • ECFTR (Entente Cycliste Faches Thumesnil Ronchin) Ecole Sévigné

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : Histoire de Faches Thumesnil du village…à la ville…Association culturelle et historique de Faches Thumesnil ( M. Lustremant) Histoire de Faches Thumesnil de D. Thelliez
  2. Cf. Association historique et culturelle de Faches-Thumesnil
  3. Bulletin municipal de Faches-Thumesnil du mois de mars 2005.
  4. www.notredame-faches.fr
  5. [1]
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Faches-Thumesnil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)