Hallennes-lez-Haubourdin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hallennes-lez-Haubourdin
Église Saint-Vaast à Hallennes-lez-Haubourdin
Église Saint-Vaast à Hallennes-lez-Haubourdin
Blason de Hallennes-lez-Haubourdin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Lomme
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
André Pau
2014-2020
Code postal 59320
Code commune 59278
Démographie
Gentilé Hallennois
Population
municipale
4 009 hab. (2011)
Densité 922 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 50″ N 2° 57′ 37″ E / 50.6138888889, 2.96027777778 ()50° 36′ 50″ Nord 2° 57′ 37″ Est / 50.6138888889, 2.96027777778 ()  
Altitude Min. 19 m – Max. 43 m
Superficie 4,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Hallennes-lez-Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Hallennes-lez-Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hallennes-lez-Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hallennes-lez-Haubourdin

Hallennes-lez-Haubourdin est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hallennes-lez-Haubourdin dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

La commune d’Hallennes-lez-Haubourdin se situe à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Lille, au sud du pays des Weppes (l’une des quatre parties de la châtellenie de Lille avec le Ferrain, le Mélantois et le Pévèle). Aucun cours d’eau d’importance ne traverse le territoire hallennois; cependant, la commune appartient à la vallée de la Deule. L’église est située à 30 mètres d’altitude à mi-distance entre les bords de la vallée de la Lys et la Deule (19 mètres au port d’Haubourdin). La commune s’étend sur une surface de 4,35 km2. Sept communes entourent Hallennes: à l’est, se trouve Haubourdin, au nord Englos et Sequedin, à l’ouest Beaucamps-Ligny, Erquinghem-le-Sec et Escobecques et, enfin, au sud Santes.

Transports[modifier | modifier le code]

Située aux portes des Weppes, Hallennes-lez-Haubourdin dispose néanmoins d'un emplacement privilégié en termes de transports. La commune se trouve à proximité de l'embranchement de la route nationale 41 et de l'autoroute A25 (qui permet de rejoindre l'A1). Le début de la D652 (rocade nord ouest) est situé à 2 km, au niveau du centre commercial d'Englos.

Plusieurs lignes de bus desservent la commune :

L'accès à la prison de Sequedin se trouve à Hallennes lez Haubourdin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hallennes-lez-Haubourdin
Escobecques Englos Sequedin
Erquinghem-le-Sec

Beaucamps-Ligny

Hallennes-lez-Haubourdin Haubourdin
Santes

Histoire[modifier | modifier le code]

Que dit l'archéologie ?[modifier | modifier le code]

La découverte d'objets préhistoriques modestes prouve que le site fut occupé pendant la période mésolithique (10 000 à 5000 ans avant J.-C.). À l'arrivée des Romains au Ier siècle av. J.-C., le territoire de la commune dépendait de la tribu belge des Ménapiens. Il est fort probable que la voie romaine allant de Tournai à Estaires devait passer par Hallennes mais aucune preuve ne permet pour l'instant de l'affirmer.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1127, l'évêque de Tournai, Symon, mentionne le lieu d'"Halesnes" dans une charte de donation à l'Abbaye de Denain. À cette époque, Hallennes dépendait spirituellement de l'église d'Haubourdin. En 1164, le hameau d'Hallennes est cité dans le cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Loos. Au XIIIe siècle, Hallennes devient une paroisse car, en 1262, le village bénéficie de la présence d'un curé. Un certain joseph occupe cette charge en 1264. À la même époque, existent un moulin et un pilori. Même si le village est influencé par les moines de Loos, celui-ci devait être contrôlé par la puissante famille des barons de Wavrin. En 1211, un serf d'Hallennes du nom de Jean Goben fut donné par Hellin de Wavrin. En 1348, Gilles d'Hallennes chevalier et seigneur d'Erquinghem (ce lieu fut longtemps lié à Hallennes) est cité pour sa participation à la bataille de L'Écluse en 1340. Le seigneur d'Hallennes portait le blason suivant De sable semé de croix au pied fiché et de deux dauphins adossés d'or, brochant sur le tout.

Les Cuinghiens[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVe siècle, la seigneurie d'Hallennes passe à la famille de Cuinghien. Celle-ci va jouer un rôle important dans un climat de désordres et de destructions causés par les guerres entre la dynastie des ducs de Bourgogne (dont dépend Hallennes) et les rois de France. Les Cuinghiens furent des constructeurs; à la fin du XVe siècle, ils construisent le château d'Hallennes, en 1518 ce fut le tour du clocher puis, en 1536, celui de la reconstruction du chœur de l'église

D'or à cinq cotices de gueule[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la famille de Harchies hérita de la seigneurie. Bien que demeurant souvent dans leur résidence de Berquin ou à Tournai cette dynastie était attachée au village. Le château fut agrémenté d'un jardin à la française (certainement modeste). Quelques membres de cette famille choisirent l'église de la paroisse comme dernière demeure (nous pouvons encore observer de nos jours leurs gisants en pierre noire usées par les pieds et par les vicissitudes de l'Histoire). Pendant l'époque de Harchies, Hallennes fut réunie à la France lors du Traité d'Aix-la-Chapelle (1668). Quelques années plus tard, le roi de France Louis XIV éleva le seigneur au titre de comte d'Hallennes. À la mort de Louis Joseph de Harchies de Ville, Hallennes passa à la famille de Nassau, celle-ci garda des liens avec le village jusqu'à la Révolution française. Les armoiries de Harchies D'or à cinq cotices de gueules sont actuellement le blason officiel de la commune d'Hallennes lez Haubourdin.

Premier forum des Weppes[modifier | modifier le code]

En novembre 1993 eut lieu dans la commune le premier forum des Weppes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Hallennes-lez-Haubourdin (59) Nord-France.svg

Les armes de Hallennes-lez-Haubourdin se blasonnent ainsi :"D'or à cinq cotices de gueules."

° En 1374, le seigneur d'Hallennes portait les Armes : de sable, semé de croix, au pied fiché, et deux dauphins adossés d'or, brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1870 1919 Amédée Platel    
    César Choquet    
    Maurice Beghin    
1947 1954 Jules Collet    
1954 1989 Pierre Rommès    
mars 1989 juin 1995 Jacques Becq    
juin 1995 juillet 2007 Patrick Genelle UMP  
septembre 2007 en cours André Pau DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 009 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375 424 414 418 474 505 513 607 568
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
617 683 713 852 880 924 1 003 1 015 1 058
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 044 1 146 1 097 1 042 1 177 1 307 1 437 1 460 1 532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 894 2 405 3 286 3 251 3 851 3 810 4 101 4 009 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Hallennes-lez-Haubourdin en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
3,2 
75 à 89 ans
5,4 
11,4 
60 à 74 ans
12,5 
20,4 
45 à 59 ans
20,1 
21,8 
30 à 44 ans
23,1 
19,3 
15 à 29 ans
17,1 
23,7 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manoir « Château d'Hallennes »
  • L'église Saint-Vaast. La nef date de 1127 et le clocher, inscrit à l'inventaire des Monuments historiques le 21 juin 1927[5], de 50 m de haut en pierre de Lezennes et en brique, date de 1418. Le toit est en ardoise. La tour seule fut restaurée en 1994-1996, les murs extérieurs portent des grafittis : un écusson des moulins et des inscriptions. Les vitraux, le Christ (situé à l'extérieur, qui est une copie de l'original) et le chœur sont également inscrits à l'inventaire des Monuments historiques et ont aussi été restaurés.
  • L'église d'Hallennes est sous l'invocation de Saint-Vaast. — L'abbesse de Denain présentait à la cure et levait la dîme dont elle remettait un tiers au curé, qui jouissait, en outre, d'un bonnier et demi de terre. — Le chapitre de Saint-Piat, de Seclin, y possédait le fief de la prévôté, dont les terres, qui en dépendaient, devaient une année de revenu pour relief.
  • Le manoir « Château d'Hallennes ». Construit en 1502 par Marc de Cuinghien, alors seigneur d'Hallennes, son style renaissance flamande se retrouve dans toute la région de Flandre romane. Il se caractérise par un tour octogonale et des pignons à pas de moineaux qui furent inscrits à l'inventaire des Monuments historiques en août 1975[6]. Transformé entre le XVIIe et le XVIIIe siècle en ferme, il est maintenant une habitation privée et ne peut se visiter. Un mur qui entoure les bâtiments porte à front de rue une petite Chapelle à Notre Dame de Grâces datant de 1845.
  • La ferme de Fromez[7]. Bâtiment datant du XVIIe siècle et inscrit à l'inventaire des Monuments historiques en décembre 1984[8]. Il appartient aujourd'hui à un IME (Institut Médico-Éducatif).
  • La ferme du Chimpret. Située à la limite de Sequedin à l'emplacement d'une motte féodale. Abandonnée depuis une quinzaine d'années, l'édifice est pratiquement en ruine (le toit du logis est effondré).

Manifestations[modifier | modifier le code]

Le 13 octobre 2012 se déroule la première d'un salon des littératures fantastiques à Hallennes-Lez-Haubourdin, les Halliennales [9]. Cassandra O'Donnell a été la marraine de la seconde édition qui s'est déroulée en octobre 2013.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]