Frelinghien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frelinghien
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Frelinghien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Armentières
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Michel Pacaux
2008-2014
Code postal 59236
Code commune 59252
Démographie
Gentilé Frelinghinois
Population
municipale
2 454 hab. (2011)
Densité 218 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ 45″ N 2° 56′ 06″ E / 50.7125, 2.935 ()50° 42′ 45″ Nord 2° 56′ 06″ Est / 50.7125, 2.935 ()  
Altitude Min. 14 m – Max. 20 m
Superficie 11,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Frelinghien

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Frelinghien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frelinghien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frelinghien


Frelinghien est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Frelinghien dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Frelinghien est situé dans la métropole lilloise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frelinghien
Belgique
Houplines Frelinghien Deûlémont
Perenchies Verlinghem Quesnoy-sur-Deule

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom du village est d'origine germanique. II vient de «Frelo» suivi du suffixe «ing» désignant les hommes de son entourage et de «heim» le foyer, l'habitation ce qui nous donne «Habitation des hommes de Frelo».
  • Ferlingehem au 11e siècle, Frelinghen (1793), Frelinghiem (1801).
  • Ferlingen en flamand[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve mentionné le nom du village dans des écrits datant de 1066 relatant la cession d'une partie des biens du comte de Flandre « des manses et des bonniers « au chapitre collégial Saint-Pierre de Lille. Au Moyen Âge la zone de circulation des marchandises : draps, fils, laine, mais aussi produits agricoles, meubles, épices entre Ypres et Lille transitait par Frelinghien.

Appartenant aux Pays Bas espagnols aux XV et XVI siècles le village ne sera rattaché à la France qu'en 1713 après avoir souffert des guerres successives entre Capétiens et Habsbourg. Le village se trouve une nouvelle fois mis en première ligne lors d'évènements douloureux datant de 1792 (Les archives départementales du Nord font mention de faits se déroulant au lieu-dit : le Pont rouge...) « En septembre 1792 les Autrichiens en guerre contre la France sont à Warneton. Les gardes nationaux de Frelinghien, assistés par ceux des communes voisines utilisent la redoute construite par Vauban au Pont Rouge. Ils forcent l'ennemi à repasser la Lys et accompagnent un convoi de bateaux de vivre destinés à l'armée française. Le Pont Rouge devient alors un haut lieu du patriotisme frelinghinois. »

Des évènements plus joyeux jalonnent l'histoire de la commune telle la fête musicale et militaire internationale de 1909 organisée au Pont Rouge. De nombreuses sociétés locales sont représentées car déjà à cette époque la vie associative frelinghinoise est très riche. Quelques exemples de sociétés actives :

  • Société des archers (4 recensées en 1819)
  • Société d'arbalétriers (3 recensées en 1862)
  • La musique municipale ou philharmonique fondée en 1862 par M. Dufour (frère Alcade ) société encore au goût du jour et active puisqu'elle a fêté ses 140 ans le 28 avril 2002
  • La chorale « La Lyre » fondée en 1884
  • La chorale « Les amis réunis » fondée en 1890
  • Des sociétés diverses :
    • Société de saint Vincent de Paul
    • Cercle des bons amis
    • Anciens militaires
    • Société colombophile « L'Hirondelle » fondée en 1885
    • Société de gymnastique « la française » fondée en 1893
    • Vélo sport frelinghinois fondé en 1900

Les monuments, les habitations sont reconstruits progressivement, peu de constructions à part les blockhaus ayant résisté aux destructions. L’église Saint-Amand date de 1920. La cloche qu’elle abrite a été fondue avec les débris de celle brûlée en octobre 1914. Le monument aux morts a été inauguré en 1924. Les maisons de brique de la Place des Combattants et de la rue d’Armentières datent en général des années 1920.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Frelinghien (Nord).svg

Les armes de Frelinghien se blasonnent ainsi :"D'azur au nom de Frelinghien d'argent, mis en bande entre deux cotices d'or, et accompagné en chef à senestre d'un écu d'or au lion de sable (le lion des Flandre)."

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Michel Pacaux    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 454 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 163 2 172 2 070 2 165 2 369 2 237 2 185 2 152 2 084
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 174 2 149 2 165 2 034 2 236 2 388 2 601 2 523 2 614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 533 2 376 2 262 956 1 504 1 518 1 509 1 537 1 561
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 560 1 703 1 942 2 181 2 228 2 395 322 335 2 454
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Frelinghien en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
5,9 
75 à 89 ans
7,4 
12,9 
60 à 74 ans
14,9 
20,9 
45 à 59 ans
20,8 
20,2 
30 à 44 ans
20,2 
19,1 
15 à 29 ans
18,4 
20,7 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'observatoire militaire de la guerre 1914-1918, inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1922[6].
  • L'église : Comme presque tout le village l'église de Frelinghien n'a pas survécu à la guerre de 1914-1918 Elle a été détruite le 28 octobre 1914 par les Anglais, car elle servait d'observatoire allemand. Les travaux de reconstruction ont débuté en juin 1923 sous les ordres de l'architecte M. Louis Six. La pose de première pierre a été faite le 21 mai 1923. La bénédiction et l'inauguration ont été faites le 4 octobre 1925.
  • Le cimetière : Il n’est pas excentré comme dans de nombreuses villes mais bien intégré au cœur du village. Agrandi en 1991 “le nouveau cimetière” possède un columbarium.
  • l'étang de pêche” : Creusé en 1988. La première ouverture de pêche s'y est faite au printemps 1991. Attenant aux manèges de l’Ahfra. C’est un des lieux de promenade privilégiée des Frelinghinois. Son aménagement paysager s’est fait progressivement (terminé depuis le printemps 1989) Les plantations sont maintenant étoffées et donnent de l’ombre aux promeneurs, mais aussi aux nombreux pécheurs qui se rassemblent sur les berges de l’étang de pêche.
  • les manèges de l'AHFRA” : Les premiers chevaux ont été accueillis dans le manège en avril 1986 Un deuxième manège est en service depuis 1991
  • Depuis peu, la municipalité a lancé l'ouverture de la médiathèque à l'emplacement de l'ancienne mairie.
  • Le monument aux morts situé devant l'église. Il fut déplacé il y a quelques années.
  • La mairie, en service depuis 2006.
  • La rivière de la Lys.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]