Attiches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

c

Attiches
La mairie et le monument aux morts.
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Attiches
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Pont-à-Marcq
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Luc Foutry
2008-2014
Code postal 59551
Code commune 59022
Démographie
Gentilé Attichois
Population
municipale
2 290 hab. (2011)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 23″ N 3° 03′ 43″ E / 50.5230555556, 3.06194444444 ()50° 31′ 23″ Nord 3° 03′ 43″ Est / 50.5230555556, 3.06194444444 ()  
Altitude Min. 34 m – Max. 62 m
Superficie 6,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Attiches

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Attiches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Attiches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Attiches

Attiches est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à une quinzaine de kilomètres au sud de Lille, sur le territoire de la Communauté de communes du Pays de Pévèle, la commune d'Attiches est à l'extrémité ouest de la Pévèle, à la frontière du Carembault. Les communes voisines sont Seclin, Avelin, Tourmignies, Mons-en-Pévèle, Thumeries, La Neuville et Phalempin. Une partie de la Forêt de Phalempin est d'ailleurs sur le territoire communal d'Attiches.

Communes limitrophes d’Attiches
Seclin Avelin Avelin
Phalempin Attiches Tourmignies
Phalempin La Neuville Thumeries Tourmignies

Mons-en-Pévèle

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms anciens : Attiche , dans un titre de saint Piat , de Seclin , de 1187(Mirœus). Astices, 1282 ,' cart. du Hainaut. Atichies, Atte- chies, Atiche (Mannier).

Le nom jeté des habitants d'Attiches est les mingeux d'carottes.

Histoire[modifier | modifier le code]

On croit qu'originairement cette paroisse était une chapelle de secours dépendant de Seclin (Maubus). La collégiale de Saint-Piat , à Seclin , avait l'autel et la dime de ce village , elle les céda au chantre. Le pape Clément III confirma cette cession en 1187. La seigneurie d'Attiches faisait partie du patrimoine des châtelains de Lille. Louis XIV , pour soutenir les guerres de la succes- sion à la couronne d'Espagne , la vendit. La châtelaine Guyotte fonda la Chapelle de La Neuville , et parmi les biens affectés à cette œuvre , elle donna 12 bonniers de terre situés à Attiches. Attiches se trouve divisé en deux hameaux principaux : le Grand et le Petit Attiches. Dans le Grand- Attiches , il y avait le grand fief d'Attiches , duquel on a esclissé le. fief de la Cocquellerie et celui de La Haye.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Attiches dans son canton et son arrondissement

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1975 Kléber Baillez    
1975 mars 2001 André Rosart    
en cours Luc Foutry    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 290 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
869 899 920 894 935 932 968 938 916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
857 853 853 895 867 849 847 861 868
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
876 864 838 724 744 792 781 743 745
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
747 808 1 607 1 931 1 954 2 229 2 270 2 276 2 290
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Attiches en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,2 
2,8 
75 à 89 ans
3,7 
11,5 
60 à 74 ans
11,0 
23,3 
45 à 59 ans
24,5 
22,7 
30 à 44 ans
25,0 
16,1 
15 à 29 ans
14,8 
23,6 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage [4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Attiches fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'actuel château d'Attiches a été construit en 1880 par Léon Maurice, fils d'un ancien maire de Douai, magistrat à la cour d'appel de cette même ville et qui fût maire d'Attiches et député du Nord. Le domaine avait été acquis comme bien national sous la Révolution française par le grand-père de son épouse, Charles Lorain, qui fût également magistrat et député. Lors de cette acquisition, il ne restait que les dépendances, le château originel ayant brulé lors du siège de Lille au XVIIIe siècle. Charles Lorin fit donc édifier un premier château que sa petite fille et son mari jugèrent sombre, humide et incommode, en raison de la proximité de grands arbres. C'est ainsi qu'après son veuvage Léon Maurice décida de démolir cette battisse pour en construire une nouvelle, plus vaste, plus luxueuse et plus moderne. Le château connu l'occupation allemande pendant la Première Guerre mondiale et abrita notamment le fameux aviateur allemand, Von Richthofen, dit "le Baron Rouge". À la fin de la guerre, les Allemands abattirent presque tous les grands arbres du parc qui furent replantés vers 1920.

En 1940, le château abrita l'état major de la 1re Armée française qui refluait de Belgique sous la pression allemande. C'est là qu'eut lieu la passation de pouvoir entre le général Blanchard et le général Prioux qui lui succéda. C'est là également que Lord Gort, chef du Corps expéditionnaire britannique, qui était basé à Wahagnies, vint annoncer au général français son intention de se replier sur Dunkerque (opération Dynamo)[5]. Le château est aujourd'hui[Quand ?] une propriété privée toujours habitée par les descendants de son constructeur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville d'Attiches (59) Nord-France.svg

Les armes d'Attiches se blasonnent ainsi : « D'or à la bande échiquetée de gueules et d'argent de deux tires. »

Folklore[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. « Evolution et structure de la population à Attiches en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 juillet 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  5. Marc Bloch, "l'étrange défaite".