Grand Theft Auto IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Theft Auto IV
image

Éditeur Rockstar Games
Développeur Rockstar North
Rockstar Toronto (PC)[1]
Distributeur Take-Two Interactive
Drapeau du Japon Capcom (version console)
Drapeau du Japon CyberFront (version PC)
Concepteur Simon Lashley, Keith McLeman[2]

Date de sortie PlayStation 3, Xbox 360[3],[4]
Icons-flag-us.png Icons-flag-eu.png 29 avril 2008
Icons-flag-au.png 29 avril 2008
Icons-flag-jp.png 30 octobre 2008

Microsoft Windows[5]
Icons-flag-eu.png Icons-flag-au.png 3 décembre 2008
Amérique du Nord 2 décembre 2008
Icons-flag-jp.png 20 mars 2009
Version 1.06 (PlayStation 3)
1.04 (Xbox 360)
1.0.7.0 (Windows)
Genre Action-aventure, conduite, monde ouvert, tir objectif
Mode de jeu Solo
Multijoueur en-ligne
(16 joueurs maximum sur console[3] et Xbox 360[4], 32 joueurs maximum sur PC[6])
Plate-forme PlayStation 3
Xbox 360
Microsoft Windows
Média Disque Blu-ray (PlayStation 3)
DVD (Xbox 360)
2x DVD, et téléchargement payant (PC)
Langue Anglais (doublage)
Français (sous-titres et menu)
Contrôle Manette
Clavier et souris

Évaluation ACB : MA15+ (Mature Accompanied under 15)[8],[9]
BBFC : 18 (18 years and over)[10],[11]
ESRB : M (Mature)
PEGI : [12]
Moteur RAGE
Euphoria[7]

Grand Theft Auto IV (souvent et communément abrégé GTA IV ou GTA 4) est un jeu vidéo d'action-aventure à monde ouvert développé par Rockstar North et édité par Rockstar Games. Partie intégrante de la série des jeux vidéo Grand Theft Auto, il s'agit du quatrième opus, succédant à Grand Theft Auto: Vice City Stories et précédant le cinquième opus officiel Grand Theft Auto V, ainsi que du premier de la série adapté sur consoles de jeux vidéo de septième génération. Il est initialement commercialisé le sur consoles PlayStation 3 et Xbox 360 en Amérique du Nord, en Europe et en Australie. Il est plus tard adapté sur système Microsoft Windows, puis initialement commercialisé le en Amérique du Nord, et le en Europe. Deux extensions relatives à Grand Theft Auto IV ont également suivies sous forme de téléchargement payant sur Xbox 360, PC et PlayStation 3 ; la première, intitulée The Lost and Damned est initialement commercialisée le , et la seconde, intitulée The Ballad of Gay Tony, le , dans lesquelles deux autres protagonistes différents liés au scénario principal, Johnny Klebitz et Luis Lopez, ont été inclus respectivement.

Le scénario met en scène le protagoniste Niko Bellic, un vétéran de guerre originaire d'Europe de l'Est, ayant immigré aux États-Unis, plus précisément à Liberty City, une ville fictive largement inspirée de New York, dans le but de vivre le rêve américain promis par son cousin Roman Bellic qui l'entrainera rapidement, malgré lui, dans un engrenage de crimes et de règlements de compte. Comme pour les précédents opus de la série, le jeu incorpore des éléments de conduite et de tir objectif, ainsi qu'une jouabilité ouverte en solo et en multijoueur.

Grand Theft Auto IV est un véritable succès commercial, et de nombreuses critiques élogieuses ont été effectuées par les critiques et rédactions. Dès sa commercialisation, le jeu bat des records dans l'industrie vidéoludique avec près de 3,6 millions d’exemplaires vendu le premier jour et près de six millions d’exemplaires après une semaine, engrangeant plus de 500 millions de dollars de recettes sur cette même période. En mars 2011, il est annoncé que plus de 20 millions d'exemplaires ont été globalement vendus depuis sa sortie. Le jeu est classé meilleur jeu de tous les temps et évalué par les plus grands spécialistes incluant TopTenReviews, GameRatio, et GameTab. Il est actuellement le jeu le mieux noté pour consoles septième génération sur Metacritic, MobyGames et TopTenReviews.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto IV est un jeu d'action-aventure à monde ouvert incorporant des éléments de conduite et de tir objectif[13]. À pied, le personnage incarné par le joueur est capable de marcher, courir, nager, sauter, grimper sur de différents obstacles, d'utiliser une variété d'armes à feu et armes blanches, et de combattre au corps-à-corps. Il est également capable de voler et conduire une variété de véhicules motorisés incluant voitures, bateaux et navires, hélicoptères et motos. En véhicule ou en bateau, le joueur peut se déplacer selon ses envies, et tirer par armes à feu, voire balancer des grenades, depuis sa place de conducteur[14] ; les hélicoptères Annihilator font usage d'un mitraillage automatique, tandis que les hélicoptères Maverick sont dépourvus d'accessibilité au tir lors du vol. Seuls ces deux types d'hélicoptères ont été inclus dans le jeu[15], les développeurs ayant refusé la mise en place des avions du fait que le trafic aérien ait été restreint à Manhattan à la suite des attentats du 11 septembre 2001 et pour garder le réalisme[16], tout cela malgré la grande déception des fans[17].

Le jeu fait usage de captures de mouvements, incorporées au moteur de jeu Euphoria, mélangées à l'intelligence artificielle, la biomécanique et aux mouvements physiques des personnages du jeu pour les rendre plus réalistes dans leurs agissements[18],[19]. L'environnement ouvert et non-linéaire permet au joueur une exploration libre du jeu sans aucune réelle contrainte. Cependant, des missions attribuées au joueur et partie intégrante du scénario, sont nécessaires à la progression et au déblocage de certaines parties de la carte et de son contenu. Lorsqu'il n'est pas en mission, le joueur peut se déplacer librement dans la ville et ses environs. Toutefois, causer des ravages meurtrières peut attirer l'attention non-désirée et potentiellement mortelle des autorités policières[20]. Le personnage principal peut également payer des prostituées soit pour trois différents types de services sexuels, soit pour une danse érotique dans un club de striptease[10]. Le jeu offre une représentation très détaillée des prostituées en action, sans être pour autant tirer dans la pornographie[10]. Plusieurs missions peuvent être en cours, en raison du fait que certaines d'entre elles se poursuivront pendant plusieurs jours et demanderont l'attente d'instructions suivantes. De plus, d'autres personnages pourront accompagner ou aider le joueur durant les missions qu'il doit accomplir[21]. Pour la première fois dans la série des jeux vidéo Grand Theft Auto, Grand Theft Auto IV laisse le joueur décider de ses propres agissements, durant lesquels il doit choisir entre pardonner ou tuer un personnage, ce qui peut possiblement amener la plupart du temps à changer les événements à venir du scénario[22]. De plus, le scénario dispose de deux fins alternatives déterminées selon la toute dernière décision prise par le joueur, soit le choix entre le chemin de la vengeance et le chemin du compromis.

Combats et ripostes policières[modifier | modifier le code]

Véhicule similaire à celui de la NYPD.

Depuis le dernier opus, le système de tir a été revu puis adapté en vue objective[23]. Le système de jeu permet au joueur de tirer à couvert ou à l'aveugle, et de cibler un ennemi spécifique ou certaines de ses parties corporelles qui peuvent également et individuellement être visées[24]. La barre de santé du personnage incarné par le joueur est représenté par un demi-cercle vert aperçu sur le bas côté gauche de l'écran du jeu autour de la mini-carte et accompagné d'un demi-cercle bleu représentant l'état de la protection pare-balle. Une fois l'opposant ciblé à l'aide d'une arme à feu ou par système de combat rapproché, son état de santé s'affiche par un cercle blanc[24]. Concernant les combats rapproché, le joueur est capable de frapper, désarmer, parer et contre-attaquer un éventuel opposant. Lorsque la santé du joueur est affaiblie, ce dernier peut utiliser de nombreuses techniques pour réhausser sa barre de vie comme se requinquer en mangeant, ou buvant une canette de soda, utiliser des kits de soins médicaux, faire appel aux services d'un prostituées, ou appeler une ambulance à l'aide de son téléphone portable[14],[25]. Hormis les attaques à l'arme à feu ou au corps-à-corps, la barre de santé peut diminuer lors de chutes en véhicules ou depuis une hauteur, lorsqu'une explosion est essuyée de trop prêt, ou lorsque le joueur est frappé ou poignardé[26]. Une fois la barre de vie totalement vide, le joueur réapparaît automatiquement devant l'entrée de l'hôpital le plus proche, mais perdra un peu de son argent car ayant contribué aux frais médicaux ; les armes qu'il porte réapparaissent également et uniquement lorsqu'il est soigné à l'hôpital, mais sont confisquées lorsque le joueur est arrêté par les autorités policières et qu'il réapparaît devant le commissariat de proximité.

Lorsqu'il est en cavale, et lorsque le niveau de recherche est élevé, le joueur peut croiser des véhicules percutables des autorités policières de Liberty City lui barrant le chemin[20].

Le niveau de recherche, indiquant l'importance du délit de fuite du joueur par la police, a également été revu dans le but d'y ajouter du réalisme. Lorsqu'un délit est commis, le joueur est repéré et recherché dans une zone clignotante, indiquée sur la mini-carte, prédéfinie par les autorités. Le joueur peut choisir de fuir les autorités ou de les attaquer. Plus le joueur tente de résister à son arrestation en ripostant, plus le niveau augmente, et plus la zone de recherche s'élargit, faisant apparaître une autorité policière plus affluente, plus violente et plus armée[20]. Le niveau de recherche peut disparaître lorsque le joueur conduit son véhicule dans un garage Pay 'N' Spray[20] ou en changeant de véhicules lors de la fuite. Cependant, il peut augmenter de façon considérable lorsqu'il est sur le point d'être arrêté et qu'il fuit au dernier moment[24],[27],[28]. De plus, les piétons ont la possibilité d'appeler les autorités lorsqu'ils assistent à une scène de crime[27],[28]. Les réactions policières diffèrent légèrement de celles des précédents opus de la série ; une patrouille de police est envoyée uniquement lors d'un conflit entre citoyens ou une aggression, mais s'accentuent lorsqu'un crime plus grave est commis. Ces crimes sont habituellement traités par une organisation anti-terroriste connue sous le nom de N.O.O.S.E. (National Office Of Security Enforcement), une organisation créée par la fusion de Special Weapons And Tactics et du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis[29].

Des armes à feu et armes blanches, au nombre total de quinze, sont mises à disposition du joueur dans le jeu[14]. Ces armes incluent couteau et batte de baseball, pistolets (Glock 18 et Desert Eagle), mitraillettes (Uzi et MP5), fusils à pompe (Mossberg 500 et Winchester 1300 avec canon raccourci et poignée), fusils d'assaut (Colt M4A1 et AK-47), fusils à lunette (sniper) (M40 et PSG1) et un lance-roquettes (RPG-7). Les autres armes incluent la grenade à main et le cocktail molotov[30].

Communications[modifier | modifier le code]

Le joueur peut faire usage du téléphone portable[31]. Son utilisation s'est élargie pour effectuer plusieurs actions et possède désormais un rôle fondamental dans le développement de l'histoire[13]. Par le menu du téléphone, le joueur peut accéder aux services textuels et aux annotations, organiser des rencontres entre amis pour des activités, et rejouer les missions qu'il a échoué. Il peut également capturer des photos et charger son téléphone dans un véhicule de police pour repérer des criminels à capturer durant certaines missions[32]. Il peut également faire appel aux services policiers, ambulancier ou des pompiers en composant le 911[33], les ambulanciers pouvant soigner le joueur pour les même frais financiers que dans un hôpital. Le téléphone portable permet également d'accéder au mode multijoueur et l'éditeur vidéo sur ordinateur.

Le jeu dispose de son propre réseau Internet comptant une centaine de sites web exclusivement créés pour Grand Theft Auto IV[34]. Le joueur peut se connecter sur Internet en utilisant des ordinateurs mis à disposition dans les cybercafés tw@, localisés dans une variété d'endroits de la ville. Le joueur peut envoyer et recevoir des messages électroniques, incluant des publicités pour des rencontres en ligne[13]. Bien que les cybercafés aient été pour la première fois inclus dans le jeu Grand Theft Auto III, ce n'est qu'à partir de Grand Theft Auto IV qu'Internet est mis à disposition[35]. Dans un véhicule policier, Niko peut utiliser l'ordinateur de bord intégré pour accéder à la base de données des criminels les plus recherchés de Liberty City, trouver leurs informations personnelles et remplir des missions secondaires d'auto-défense[36],[37]. Le jeu met également à disposition deux chaînes de télévision, avec de nombreuses émissions et un documentaire sur l'histoire de Liberty City[38].

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto IV inclut un mode mutlijoueur en-ligne comprenant quinze modes de jeux disponibles[39]. Le multijoueur peut supporter jusqu'à 16 joueurs maximum (32 joueurs sur la version PC[6]) permettant aux joueurs d'explorer la ville dans son intégralité[40]. Les joueurs peuvent créer une partie et contrôler certaines options du mode comme l'importance de la présence policière, le niveau du trafic, la visibilité des autres joueurs, et les types d'armes utilisées. Les éditions pour console n'attribuent aucun réseau local contrairement à la version Microsoft Windows[41]. Les joueurs utilisent des personnages modifiables, et l'argent obtenue à l'aide des matchs permet de débloquer, au fur et à mesure, de nouveaux items en fonction du rang obtenu. Pendant le jeu, la barre de santé représentée est identique à celle du mode solo.

De différents modes de jeux en-ligne sont disponibles et incluent des matchs avec et sans classement ; l'argent récoltée est la récompense pour les matchs avec classements, ce qui détermine le rang des joueurs dans le classement[42]. Les modes basés sur les équipes incluent le Deathmatch en équipe, dans lequel 2 à 8 équipes peuvent s'affronter pour accumuler le plus de tués possibles dans les autres équipes, en addition avec le traditionnel deathmatch[43] ; la Mission mafia dans laquelle 2 à 8 équipes peuvent s'affronter pour suivre les directives d'un contrat passé avec la mafia[43] ; Car Jack City en équipe dans lequel 2 à 8 équipes s'affrontent pour voler des voitures et gagner de l'argent en les gardant intactes[43] ; Gendarmes et voleurs, impliquant une équipe de gendarmes contre une équipe de voleurs ; et la Guerre de territoire, impliquant deux équipes qui doivent prendre contrôle de zones définies[43],[44]. Le jeu inclut également une variété de modes coopératifs, incluant les courses, dans lesquelles les joueurs sont crédités dans une course automobile traditionnelle et une variation de course, dans laquelle les joueurs sont crédités dans une course automobile, avec la possibilité de combattre, appelée Tocard Ace Driver. L'Assaut du N.O.O.S.E., un mode coopératif qui demande aux joueurs d'escorter un individu sain-et-sauf depuis l'aéroport ; le Casseur de trafic, une mission coopérative qui demande aux joueurs de tuer des ennemis qui ont pris possession d'un immeuble en construction et chasser les groupes restants qui s'enfuient ; ainsi que le mode Boom la base qui consiste à récupérer une charge d'explosifs enfouis dans une fourgonette blindée protégée par des ennemis, puis d'aller dans un cargo afin de le faire exploser, lui aussi rempli d'ennemis. Certains endroits du mode solo sont désactivés dans le mode multijoueur, comme le bowling et autres mini-jeux. Les tricheries, clubs et bars, et transports (trains et balades en taxi) sont également désactivés.

Scénario[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la Statue de la Liberté derrière un drapeau américain, prise depuis un bateau touristique à New York Harbor.
La Statue de la Liberté, retranscrite dans GTA IV sous le nom de Statue de l'Hilarité, est le symbole de Liberty City.

Grand Theft Auto IV suit l'histoire de Niko Bellic, un vétéran de la guerre de Bosnie, trahi par un ancien membre de son unité. Dix ans plus tard, Niko quitte l'Europe de l'Est pour échapper à la colère de son employeur, Raymond « Ray » Bulgarin[45],[46]. Persuadé par son cousin Roman, Niko quitte son pays d'origine pour rejoindre la ville de Liberty City dans le but de réaliser le rêve américain ; mais son ancien collègue d'unité l'ayant probablement trahi, Florian Cravic[47], tente lui aussi, de son côté, de réaliser ce rêve. Lors de son arrivée, cependant, Niko apprend rapidement que les histoires de son cousin Roman n'étaient que mensonges et que celui-ci croule en réalité sous les dettes[48].

Niko défend à multiples reprises Roman de ses oppresseurs, tuant par la suite Vladimir « Vlad » Glebov pour avoir eu une relation sexuelle avec Mallorie Bardas, la copine de Roman[48]. Après l'assassinat de Vlad, Niko et Roman sont enlevés par les membres de la Bratva de Liberty City, commandée par Mikhail Faustin et son associé, Dimitri Rascalov[48]. Cependant, Faustin n'est pas mécontent de la mort de Vlad par Niko, et engage ce dernier. Niko apprend rapidement la folie de Faustin lorsque ce dernier lui ordonne de tuer le fils de Kenny Petrović, Lenny, le membre le plus puissant de la Bratva de Liberty City. Dimitri tente de négocier, mais Petrović exige vengeance et Dimitri est obligé de demander à Niko d'assassiner Faustin. Cependant, lorsque Niko rencontre Dimitri pour voir ce qui en est de l'assassinat, Dimitri trahit Niko pour son ancien patron, Ray Bulgarin[49],[50]. Peu après, Niko apprend à Roman que Dimitri n'était pas un homme de parole ; les deux hommes prévoient donc de s’exiler du quartier de Broker et s'installer dans celui de Bohan, dans l'appartement d'un cousin de Mallorie Bardas-Bellić, représentant pour eux une occasion de reprendre tout à zéro. Ils sont cependant ruinés, constatent que leur ancien appartement a été incendié par les hommes de Dimitri, mais réussissent par la suite à retrouver de l'argent grâce à Brucie Kibbutz, qui propose pour cela à Niko de se débarrasser de ses ennemis contre rémunération. Mallorie présente à Niko, Manuel « Manny » Escuela, un ancien gangster qui a fait une croix sur son ancienne vie, qui a décidé de « nettoyer » les rues de Liberty City à sa manière, et qui est, par la suite, tué d'une balle dans la tête par Elizabeta Torres. Elizabeta Torres, toxicomane et autre connaissance de Mallorie, propose à Niko de chercher entre autres sa coke dans un vieil hôpital avant que celui-ci ne soit piégé par le N.O.O.S.E dont il s'en échappe avec difficulté[51]. Lorsqu'il vient rapporter la marchandise à Jacob « Little Jacob » Hugues, un dealer jamaïcain chargé ensuite de le transmettre à Liz, il se fait piéger par son ex-petite amie, Michelle, se disant s’appeler Karen et employée au United Liberty Paper, une agence de couverture pour le gouvernement[51]. Il fait la rencontre de Tray « Playboy X » Stewart (homme d'affaires et ami d'Elizabeta) et du sympathique, mais dépressif, Dwayne Forge, ami de Playboy, qui se rend compte du changement de Dwayne et demande à Niko de le tuer. Ce dernier lui fait d'ailleurs la même requête et il doit alors choisir qui des deux anciens partenaires doit mourir[51]. Une fois le pont ouvert, Niko se rend à Algonquin pour travailler avec les McReary, une famille dont tous les frères sont des criminels. Parmi eux, Francis « Frankie » McReary, l'adjoint corrompu du commissaire[52] ; Packie, ami d'Elizabeta et sa sœur, et Kate, dont Niko tombe amoureux. Il organise un braquage avec cette petite famille. U.L. Paper propose des missions à Niko comme trouver notamment un individu sur un ordinateur de police pour ensuite aller l'exécuter. En entrant à Alderney, dernière partie de la ville, Niko s'associe avec Gerald « Gerry » McReary et Derrick McReary (le joueur choisit de tuer soit Francis, soit Derrick). Il s'avère que ces derniers travaillent pour la mafia italienne, avec les mafioso Phil Bell et Raymond « Ray » Boccino, pour qui il accomplit des missions. Mais il retrouve Florian « Bernie Crane » Cravić et se rend vite compte qu'il n'y est pour rien dans la trahison de son unité[47]. Il l'aide à se débarrasser des homophobes qui lui causent l'enfer. Niko est finalement l'employé du patron d'une petite Mafia sans grande réputation, James « Jimmy The Peg » Pegorino, qui lui demande de nombreux services, comme tuer Ray Boccino ainsi que son associé Anthony qui l'a trahi[47]. L'U.L. Paper reprend contact avec Niko et lui annonce qu'ils détiennent un autre de ses anciens membres d'unité qui l'avaient auparavant trahi, Darko Brević. Sur place, au Francis International Airport de Dukes, Niko a le choix de le tuer ou non, mais regrette ses actions dans les deux cas[53].

Peu avant le mariage de Roman et Mallorie, Pegorino exige de parler à Niko : il lui demande d'oublier le passé et de travailler avec Dimitri pour livrer l'héroïne à des acheteurs russes[54],[53]. Appelant Roman, ce dernier l'informe de la position exacte de Rascalov mais le supplie d'accepter le deal pour l'argent. De son côté, Kate lui dit qu'elle ne pourra plus le fréquenter s'il oublie ses principes pour l'argent. Niko est confronté entre la vengeance et le compromis[53].

S'il choisit le chemin du compromis, Niko rencontre Phil Bell pour l'échange et tous deux se rendent vers les docks. Mais arrivés sur place, Dimitri appelle Niko et lui dit qu'il a abattu l'acheteur et qu'il compte garder la drogue. Devant se frayer un chemin pour sortir de cette embuscade, Phil décide malgré tout d'en profiter pour reprendre l'argent. Une fois le butin récupéré, après qu'un des ennemis se soit échappé avec à bord d'un camion, Roman appelle Niko pour se rendre à la cérémonie et rêve déjà des projets qu'il pourrait faire avec l'argent accumulé ; Kate quant à elle refuse de s'y rendre, se sentant trahie. A l'église, la joie est de courte durée quand un assassin envoyé par Rascalov tente de tuer Niko : dans la bagarre, un coup de feu part et Roman est mortellement atteint. Rempli de rage, Niko décide de se rendre à la planque de Pegorino et de Rascalov, devenus partenaires, avec Little Jacob pour régler ses comptes. Arrivés au vieux casino abandonné et après une forte résistance, le criminel russe révèle son vrai visage au mafieux italien et le tue avant de s'enfuir. Niko le poursuit à pied puis en bateau, tandis que Jacob s'éloigne pour trouver un autre plan. Dimitri s'échappant en hélicoptère, et Niko ne pouvant aller plus loin, ce dernier saute depuis son bateau et s'accroche à l'hélicoptère de Little Jacob qui a surgi des airs. Le Serbe prend alors les commandes tandis que son équipier tire au lance-roquettes sur l'ennemi, ce à quoi Rascalov et ses hommes répliquent par la même arme. Leurs hélicoptères, tous deux touchés par des roquettes, atterrissent sur l'île de l'Hilarité à la suite de quoi Niko poursuit Dimitri. Il le laisse finalement succomber à ses blessures au pied de la statue, rappelant que Roman était innocent dans cette histoire[55].

Si Niko choisit la voie de la revanche, il se rend sur le Platypus, le cargo avec lequel il a rejoint Liberty City, à bord duquel Dimitri Rascalov supervise le chargement de la cargaison d'héroïne. Se frayant un chemin à travers le navire, il rejoint le criminel russe dans les cales avant de l'abattre. Niko se rend ensuite avec Kate à la cérémonie de mariage. Celle-ci tourne au carnage : furieux que Niko ait refusé de l'aider, Pegorino arrive et tire depuis sa limousine sur le groupe. Kate est atteinte et meurt. Niko rejoint par la suite Little Jacob et Roman pour trouver Jimmy dans le casino abandonné, en suivant ses hommes. Après l'avoir poursuivi à pied et en moto, alors qu'il s'échappe en bateau, Niko saute et s'accroche à l'hélicoptère de Jacob pour continuer la poursuite. Aux commandes de l'appareil, il approche du navire pour que Little Jacob le détruise avec un lance-roquette, mais les deux engins sont touchés et atterrissent sur l'île de l'Hilarité. Après l'avoir poursuivi jusqu'au pied de la statue, Niko abat Pegorino qui tentait alors de le tuer par derrière. Roman déclare alors à son cousin qu'ils ont réussi, qu'ils ont gagné, mais ce dernier n'est pas de son avis[55].

Univers[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Grand Theft Auto IV.

Les personnages apparaissant dans Grand Theft Auto IV sont variés et leur comportement dépendent du milieu social et groupe ethnique duquel ils sont issus[56]. Le joueur contrôle le protagoniste Niko Bellic, un citoyen originaire d'Europe de l'Est ayant immigré à Liberty City[45]. Aucun personnage principal ou secondaire ne revient dans cet épisode[57]. Seules quelques références à ces derniers sont inclus à travers la ville, comme un graffiti sur un mur des anciens personnages de la série.

Contrairement aux précédents jeux de la série, Grand Theft Auto IV ne fait pas appel aux célébrités locales ayant doublé les personnages, comme Michael Hollick, Jason Zumwalt, Timothy Adams ou Coolie Ranx[54]. Cependant, d'autres célébrités font leur apparition dans le doublage comme le chanteur Iggy Pop ; l'artiste Karl Lagerfeld; la chanteuse et actrice Juliette Lewis ; le chanteur porto-ricain de reggae, Daddy Yankee ; la célébrité ukrainienne Ruslana Lyzhychko[58] ; DJ Premier, DJ Green Lantern et Lazlow[59] ; les comédiens Katt Williams et Ricky Gervais[60] possédant leur propre comedy club et également entendu à la radio[61]. D'autres comédiens comme Jim Norton, Patrice Oneal et Rick Shapiro font également leur apparition[62].

Environnement[modifier | modifier le code]

Image montrant une carte incomplète et noire de Liberty City indiquant chaque endroit exposé dans le jeu.
Carte incomplète de Liberty City. De droite à gauche : Bohan, (en haut à droite), Dukes (droite supérieure), Broker (droite inférieure) et Algonquin, au centre. L'État indépendant d'Alderney se situe sur la partie gauche de la carte[63].

Grand Theft Auto IV se déroule dans la ville fictive de Liberty City, ville fortement inspirée des quartiers de New York et de l'État du New Jersey[64]. Dans le jeu, Broker est l'équivalent de Brooklyn, Algonquin celui de Manhattan, Dukes du Queens, Bohan du Bronx et Alderney du New Jersey[13]. La superficie totale de la carte est un peu plus petite que celle exposée dans Grand Theft Auto: San Andreas, mais la nouvelle réédition de Liberty City est plus détaillée et retranscrit, à l'aide d'images de synthèse, la lumière solaire de New York[13]. Par ailleurs, le jeu autorise l'accès à de nouveaux lieux par exemple les boîtes de nuit Maisonnette 9 ou Hercules.

Dans le jeu, des endroits et monuments ont été retranscrits comme, entre autres, la Statue de la Liberté, renommée dans la ville fictive en Statue de l'Hilarité tenant une tasse de café dans sa main, ou le Times Square qui, dans Liberty City, a été renommé en Star Junction[65]. Parmi les édifices les plus représentatifs peuvent être cités l'Empire State Building, renommé dans le jeu en Rotterdam Tower, le Siège des Nations unies renommé en Civilization Committee, le MetLife Building renommé en GetaLife Building et le Pont de Manhattan renommé en pont d'Algonquin, pour ne citer que quelques exemples[65]. Central Park apparaît un peu en retrait dans le jeu sous le nom de Middle Park[16]. De plus, des associations ou organisations ont été représentées dans le jeu comme la Bank of America qui a été renommée en Bank of Liberty[65], Fox News en Weazel News et le FBI en FIB[66]. Staten Island n'a cependant pas été incluse dans le jeu car les développeurs pensaient que cet endroit ne divertirait pas les joueurs[57]. Depuis Grand Theft Auto III et hormis les nombreux endroits du jeu, les piétons ont été dotés d'une intelligence artificielle mieux élaborée et modernisée à l'aide de l'utilisation de téléphones portables ou de distributeurs automatiques, des besoins de nourriture ou de boisson, de lecture des journaux ou d'interactions avec d'autres piétons[13].

Musiques[modifier | modifier le code]

Article principal : Musiques de Grand Theft Auto IV.

Comme pour les précédents Grand Theft Auto, Grand Theft Auto IV inclut une bande-son qui peut être écoutée à travers la radio d'un véhicule. Liberty City diffuse 19 radios. Des talk-shows peuvent être écoutés, mais surtout des centaines de musiques avec des chanteurs connus comme Genesis, Peter Gabriel, David Bowie, Smashing Pumpkins, Thin Lizzy, Seryoga, Bob Marley, Don Omar, The Who, Queen, Black Sabbath, Philip Glass, Justice, Simian Mobile Disco, Nas, Mobb Deep, Ginuwine, Kanye West, R. Kelly, Lloyd, Miles Davis, Loose Ends, Elton John, ZZ Top, R.E.M., MC Lyte, Barry White, ELO, Jean Michel Jarre et Tangerine Dream[67]. Le système de musique est similaire à celui du précédent opus Grand Theft Auto: San Andreas. Dans les stations de radios du jeu, plusieurs célébrités très connues en Amérique du Nord font leur retour, comme Iggy Pop[56], Femi Kuti[68], Jimmy Gestapo[69] et Ruslana[70] et l'invité radio Lazlow Jones[71]. Les stars du Saturday Night Live comme Bill Hader et Jason Sudeikis apparaissent sur des radios libérales ou conservatrices. Fred Armisen joue plusieurs invités de la radio fictive de Lazlow Jones, Integrity 2.0.

Les musiques, publicités, et talk-shows sont aléatoirement diffusés. Les évènements du scénario peuvent parfois être entendus à la radio. Certaines musiques sont modifiées pour y incorporer des références à la Liberty City. Tous les styles musicaux sont représentés, allant du rap et hip-hop jusqu'au jazz en passant par le rock et par tous types de dance[72]. Lorsqu'un joueur veut savoir le titre de la musique et l'auteur, il peut appeler depuis le portable du jeu un numéro spécial lui annonçant le titre et l'auteur[73].

En dehors du jeu, si le joueur est inscrit sur le site de Rockstar Games Social Club, il peut recevoir des courriels avec un lien pour acheter la musique sur Amazon[74]. Karl Lagerfeld a accepté d'être l'animateur de la station de radio K109 The Studio sous le nom de DJ Karl. Le thème principal du jeu, Soviet Connection, joué dans la cinématique du début, a été composé par Michael Hunter tout comme pour celui de Grand Theft Auto: San Andreas. Grâce à un partenariat entre Rockstar Games et Amazon.com, les joueurs peuvent acheter des musiques exposées dans Grand Theft Auto IV pour téléphone portable[75]. Les joueurs peuvent repérer une musique de leur choix sur la radio en tapant ZIT-555-0100 sur le téléphone de Niko[76].

Développement[modifier | modifier le code]

Grande campagne de marketing menée autour du jeu, ici un mur de la ville de New York, États-Unis, en juin 2007.

Le développement de Grand Theft Auto IV débute en novembre 2004, presque immédiatement après la sortie de Grand Theft Auto: San Andreas[77]. Durant cette période, 150 développeurs, menés par les principaux développeurs de Grand Theft Auto III travaillent sur le jeu[78],[79]. Dans son ensemble, le jeu a nécessité plus de 1 000 personnes et plus de trois ans et demi de développement, et avec un coût total estimé à plus de 100 millions de dollars, celui-ci faisait du jeu l'un des plus chers jamais développés[80]. Grand Theft Auto IV utilise le moteur de jeu développé en interne par Rockstar, le RAGE, précédemment utilisé dans le jeu vidéo Table Tennis, en plus du moteur de jeu Euphoria[7]. Plutôt que des animations pré-programmées, Euphoria utilise l'animation procédurale pour contrôler la façon dont le joueur se meut dans l'environnement, permettant ainsi des mouvements physiques beaucoup plus réalistes[81]. Le moteur Euphoria permet également aux personnages non-joueurs de réagir de façon plus réaliste aux actions du joueur. Lors d'une démonstration, un joueur s'est permis de frapper un personnage non-jouable près d'une fenêtre et ce dernier s'est agrippé au rebord pour ne pas tomber[82]. Ce moteur est favorablement accueilli par les critiques dès la première démonstration[83]. Le jeu utilise également un intergiciel de la société Image Metrics (en) facilitant les expressions faciales et le processus d'incorporation de la synchronisation labiale[84], ainsi qu'un feuillage produit par SpeedTree (en)[85].

Grand Theft Auto IV est le premier de la série à offrir un style plus riche, plus réaliste et graphiquement plus détaillé[57], en partie grâce à la transition du développement vers des consoles haute définition et à leur capacité améliorée[86]. Le cofondateur de Rockstar Dan Houser note en ses termes : « Grand Theft Auto IV représente l'idée de ce qu'est actuellement la haute définition. Pas seulement au niveau graphique, ce que nous avons évidemment atteint, mais aussi au niveau de chaque aspect du design. [...][57]. » Le directeur artistique Aaron Garbut explique les raisons pour lesquelles ils ont décidés de lancer le jeu dans New-York : « nous connaissons tous à quel point c'est une ville magnifique, vibrante, diversifiée et riche dans le domaine cinématographique », et ainsi tenter d'inclure un grand « mode de vie plus attrayant et détaillé[87]. » Dan Houser ajoute « du fait que nous devions travailler sur la haute définition et qu'on savait qu'on devait faire de plus amples recherches, il faillait bien un endroit sur lequel on pouvait poser le pied[86]. » Les développeurs ont consciencieusement évités de récréer point par point la ville de New York, Dan Houser expliquant « ce qu'on voulait faire, c'était créer un environnement à la fois réaliste, mais également divertissant en matière de perspective et de design[57]. » La nouvelle version de Liberty City représentée dans Grand Theft Auto IV est plus détaillée et plus vaste que les villes des précédents opus[88]. Bien que moins importante que San Andreas, l'environnement représenté dans Grand Theft Auto: San Andreas, en matière de superficie, Liberty City compense avec « sa verticalité, le nombre de bâtiments dans lesquels on peut entrer, et par les nombreux détails apposés dans ceux-là[88]. » Liberty City ne devait exposer aucun espace vide ou inutilisé, comme pour le désert à ciel ouvert de San Andreas[57]. Pour créer un environnement plus réaliste, l'équipe de Rockstar North, localisée à Édimbourg en Écosse, au Royaume-Uni, a participé à deux voyages vers New York pour plus amples recherches, le premier ayant pour but de lancer le projet (comme pour chaque jeu GTA) et le dernier pour poursuivre le développement[87]. Une équipe d'investigation à plein temps, localisée à New York, devait collecter plus d'informations sur les minorités ethniques et le niveau de trafic routier de la ville[86]. Le scénario du jeu a été rédigé par Dan Houser et Rupert Humphries[54]. Contrairement aux précédents opus de la série Grand Theft Auto principalement influencés par la culture et le cinéma, « Grand Theft Auto IV n'est pas réellement influencé par le cinéma[57]. » comme l'explique Houser. Le superviseur musical Ivan Pavlovich explique « [nous avons] choisi les chansons qui représentent le New York d'aujourd'hui, tout en s'assurant qu'elles ne s'épuisent pas avec le temps[89]. » Les développeurs ont d'ailleurs contactés plus de « 2000 » personnes pour obtenir les droits d'auteur et de publication des musiques[72]. Ils ont également engagés des détectives privés pour localiser les proches du membre de Skatt Bros., Sean Delaney, pour obtenir les droits de la chanson du groupe intitulée Walk the Night[90]. Le magazine Billboard rapporte que Rockstar a déboursé plus de $ 5000 par composition et encore $ 5000 par enregistrement[58]. Les développeurs ont également proposés une option d'achat pour les musiques jouées pendant les parties et l'ajout d'un lecteur MP3 utilisé par Niko, mais ces deux idées ont été refusées[72]. DJ Green Lantern a composé des chansons exclusivement pour la radio hip-hop du jeu, The Beat 102.7[58].

Le vice-président de la division Interactive Entertainment Business de chez Microsoft, Peter Moor, annonce à l'E3 2006 l'adaptation du jeu sur console Xbox 360, tout en montrant un tatouage de Grand Theft Auto IV qu'il s'était fait faire[91]. Rockstar Games annonce originellement la date de sortie pour le  ; cependant, l'analyste de Wedbush Morgan, Michael Pachter (en), propose à Take-Two de choisir une autre date pour booster ses résultats financiers pour 2008, et éviter toute compétitivité avec d'autres titres particulièrement attendus comme Halo 3[92]. Rockstar répond en expliquant que Grand Theft Auto IV est en attente pour une sortie éventuelle « fin octobre »[93]. Le 2 août 2007, Take-Two annonce le retard de Grand Theft Auto IV pour sa première date de sortie annoncée, et qu'il devrait être commercialisé durant leur second trimestre fiscal entre février et avril 2008[94],[95]. Lors d'une visio-conférence avec des investisseurs, Strauss Zelnick de Take-Two attribue le retard à des « difficultés presque strictement techniques... pas des difficultés, des défis[96]. » Il est plus tard révélé que ces difficultés techniques de la version PlayStation 3 du jeu ont contribué au report de date, et à des problèmes de stockage sur la version Xbox 360[97]. Le 24 janvier 2008, Take-Two annonce la sortie de Grand Theft Auto IV le [98]. La dare de sortie en approche, Rockstar Games et Take-Two débutent une énorme campagne de marketing sous de nombreuses formes, incluant publicités télévisées et web-vidéos, entre autres[99],[100]. Une édition spéciale du jeu a également été commercialisée sur PlayStation 3 et Xbox 360[101]. Le jeu est finalement commercialisé sur consoles PlayStation 3 et Xbox 360 en Europe, en Amérique du Nord, et en Océanie le [98], puis au Japon le 30 octobre 2008[102]. En tout, Grand Theft Auto IV a mobilisé mille personnes et pris plus de trois ans et demi à être achevé, avec une bourse totale de $ 100 millions, faisant de lui le jeu vidéo le plus cher jamais développé[103].

Version Windows[modifier | modifier le code]

Configuration recommandée - PC
Système d’exploitation Windows Vista Service Pack 1
Processeur Intel Core 2 Duo à 2,4 GHz ou AMD Phenom x3 à 2,1 GHz
Mémoire vive 2,5 Go de RAM
Carte graphique Carte vidéo 512 Mo Nvidia 8600 ou ATI 3870
Espace disque 18 Go
Réseau Connexion Internet

Le , la société Rockstar annonce le développement d'une version adaptée sur Microsoft Windows, éditée par Rockstar North et Rockstar Toronto[1],[104]. Cette version est initialement annoncée en Amérique du Nord le 18 novembre 2008, et en Europe le 21 novembre 2008, puis plus tard reportée au 2 et au 3 décembre 2008, respectivement[104],[105],[106]. Disposant de fonctionnalités plus étendues que ces adaptations sur consoles[104], le jeu permet au joueur de contrôler la densité du trafic, contrôler la configuration à distance, et comprend un éditeur vidéo[107],[108]. L'éditeur vidéo permet au joueur d'éditer et d'enregistrer des clips de jeu qu'il peut ensuite poster au Rockstar Games Social Club[108]. Le jeu dispose également de Games for Windows - Live (en) et d'un mode multijoueur en-ligne supportant au maximum 32 joueurs[6],[109]. Le jeu recquiert un code d'activation pour jouer en-ligne[110].

La version adaptée sur Windows est positivement accueillie pour ses graphismes mieux définis contrairement à ceux des versions pour consoles, cependant, il a été rapporté que certains joueurs ne pouvaient joueur à cette version suite à une incompatibilité avec la technologie ATI Radeon[111], des problèmes de support SLI, des problèmes avec DRM, et autres problèmes non-résolus comme les mises à jour Windows XP Service Pack 3 / Windows Vista Service Pack 1. Le jeu ne pouvait également pas être installé pour les joueurs qui ne disposaient pas de Vista SP1 sur leur ordinateur[112],[113]. Le site Internet Bit-Tech (en) en vient même à conclure que la version PC est le « jeu le plus décevant » de l'année 2008[114].

Contenus épisodiques[modifier | modifier le code]

Logo du jeu vidéo Episodes From Liberty City.

Deux extensions épisodiques ont été commercialisées en complément à Grand Theft Auto IV. Ces deux épisodes ont été séparément commercialisés sur console Xbox Live en tant que contenus téléchargeables, et ne requièrent pas le jeu original pour y jouer. Jeronimo Barrera, vice-président de Rockstar Games, explique que les épisodes n'étaient, en réalité, que des essais car l'entreprise estimait que le nombre de joueurs ne serait pas aussi grand qu'ils auraient espéré[115]. En janvier 2010, Rockstar annonce que ces contenus téléchargeables seront disponibles sur PlayStation 3 et Microsoft Windows le en Amérique du Nord et le en Europe[116],[117],[118].

La première extension, intitulée The Lost and Damned[119], est originellement commercialisée le , au prix initial de 1 600 Microsoft Points, soit € 20[120]. L'épisode se centre sur les missions de Jonathan « Johnny » Klebitz, membre et chef d'un groupe de motards localisé à Liberty City, nommé The Lost, qui se déroulent en parallèle aux missions de Niko Bellic dans Grand Theft Auto IV[121],[122]. Dan Houser, vice-président de la direction artistique chez Rockstar Games, affirme que l'épisode montre « une autre facette de Liberty City[123]. » Jerónimo Barrera, vice-président de la production chez Rockstar Games, explique que cet épisode n'était qu'une expérience commerciale, du fait que la société n'était pas sûre l'impact des ventes[124]. Le directeur des finances chez Take-Two Interactive, Lainie Goldstein, révèle que Microsoft a coûté un total de $ 50 millions[125]. Le contenu est initialement annoncé lors de l'E3 du 6 mai 2006[126]. Peter Moore, futur président d'Interactive Entertainment Business chez Microsoft à cette période, décrit cet épisode comme « un contenu épisodique magnifique, qui ne présente pas uniquement qu'un personnage ou une voiture supplémentaire. » Durant la conférence, un communiqué de presse affirme que ce nouveau contenu ajouterait plusieurs heures dans la durée de jeu[127]. Le 20 février 2008, la société Rockstar annonce la date initiale de sortie pour août la même année[128]. Dans le cadre de son second trimestre fiscal, Take Two reporte la sortie pour novembre 2008 à janvier 2009[129].

La seconde extension, intitulée The Ballad of Gay Tony, est commercialisée le [130],[131]. Cet épisode se centre sur les exploits de Luis Fernando López, un ancien membre du cartel de la drogue dominicain, endossant le rôle de garde du corps personnel d'un entrepreneur homosexuel, Anthony « Gay Tony » Prince, propriétaire endetté de deux boites de nuit[132],[133].

Deux autres jeux incluant Grand Theft Auto IV et ses deux extensions épisodiques ont été commercialisés. Grand Theft Auto IV : The Complete Edition, qui inclut la version originale de Grand Theft Auto IV, ainsi que ses deux expansions épisodiques, ont été mises en vente en-ligne[134] avant d'être confirmé par Rockstar. La compilation a été commercialisée sur PlayStation 3, Xbox 360 et Windows (par le biais de Steam[135]) le 26 octobre 2010 en Amérique du Nord et le 29 octobre en Europe[136]. Suivant octobre 2009, les deux contenus ont été commercialisés sous le titre Episodes From Liberty City sur console Xbox 360 ; le jeu ne requiert pas la version originale de Grand Theft Auto IV pour être joué.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques et rédactions[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Média XB 360 PS3 PC
1UP
A+[137]
Edge
10/10[138]
Eurogamer
10/10[139]
9/10[140]
Famitsu
39/40[141]
Gamekult
9/10[142]
8/10[143]
GameSpot
10/10[144]
GameZone
10/10[145],[146],[147]
IGN
10/10[148]
9,2/10[149]
Hooked Games
9/10[150]
8/10[151]
Jeuxvideo.com
18/20[3],[4],[5]
Moyenne générale
GameRankings 96,28 %[152] 97,29 %[153] 88,37 %[154]
GameStats 9,6/10[155] 9,8/10[156] 8,5/10[157]
Metacritic 98 %[158] 98 %[159] 90 %[160]
TopTenReviews 3,9/4[161] 3,9/4[162]

Grand Theft Auto IV est très positivement accueilli par l'ensemble des critiques et rédactions. Sur le site Internet MobyGames, le jeu est classé comme l'un des « meilleurs jeux de tous les temps[163] » ; sur TopTenReviews et GameRankings, il s'agit de second meilleur jeu de tous les temps, précédé par Super Mario Galaxy[161] et The Legend of Zelda: Ocarina of Time[164] respectivement. Le terme de « meilleur jeu de tous les temps » lui est également attribué par d'autres critiques comme TopTenReviews[165] et GameRatio[166]. À sa sortie, les critiques ont eu le privilège de tester le jeu dans les bureaux officiels de Rockstar Games, ou dans des chambres d'hôtel réservés[167].

Au Royaume-Uni, le magazine Official Xbox Magazine de mai 2008 attribue la note maximale de 10 sur 10 pour Grand Theft Auto IV peu après sa sortie. Le magazine explique que le jeu possède « des scènes d'actions impressionnantes et réalistes, une trame vraiment fascinante, et un mode multijoueur divertissant », en bref, un jeu « qui impose un très bel aspect[168]. » Toujours au Royaume-Uni, le magazine PlayStation Official Magazine (en), dans son exemplaire de mai 2008, attribue également la note maximale de 10 sur 10 avec comme explication : « le jeu est un chef d'œuvre, et dépasse de loin tous ces prédécesseurs[71]. » Le magazine Xbox World 360, lui, attribue une note de 98 % affirmant que « GTA IV nous a offert tout ce que nous avons pu espérer, et même plus encore. » Le périodique britannique Daily Star accueille le jeu positivement et explique : « le jeu pourrait être le titre définitif de la série, celui qui restera dans les mémoires pour les années à venir [...][169]. » Le New York Times l'accueille également favorablement, le qualifiant de « violent, réfléchi, vulgaire, sympathique, détestable, puissant, astucieux, et riche [...][56]. » Le magazine Empire attribue au jeu la note la plus élevée de 5 sur 5 dans sa section vidéoludique[170].

Justin Calvert, du site Internet GameSpot lui attribue une note de 10 sur 10 notant qu'il s'agit du plus haut score obtenu par un jeu Grand Theft Auto depuis 2001[144] ; Il désigne le jeu sous le terme de « fascinant », avec un « grand nombre de fonctionnalités en-ligne », et confirme selon ses dires qu'il s'agit du « meilleur jeu de la série GTA[144]. » Hilary Goldstein, du site Internet IGN attribue la note maximale de 10 sur 10, et prône le jeu sur tous ces aspects incluant présentation, son, graphismes et jouabilité[148]. Sur le site, Grand Theft Auto IV est le tout premier jeu à recevoir la note maximale dans toutes les matières. Selon Goldstein, il s'agit d'un « grand bond avant depuis Grand Theft Auto III[148]. » Pour la version sur Microsoft Windows, Charles Onyett attribue la note de 9,2 sur 10 expliquant toutefois qu'il « faudrait un ordinateur à très grande capacité pour apprécier pleinement les graphismes du jeu[149]. » Rivaol, du site français Jeuxvideo.com attribue à la version PlayStation 3 un 18 sur 20 qualifiant le jeu de « meilleur opus de la série », mais il note toutefois ses « nombreuses imperfections techniques auraient pu être fatales à un titre plus classique[3]. » Il attribue la même note à la version Xbox 360, ainsi qu'à celle de Microsoft qui, pour de cernier, prône le mode multijoueur doublant le nombre de joueurs par rapport à ses adaptations sur consoles, mais note également le besoin de connexion Internet pour activer le jeu[4],[5].

Succès commercial[modifier | modifier le code]

Ventes totales
Date Nb. d'exemplaires Réf.
29 avril 2008 3 600 000 [171]
7 mai 2008 6 000 000
31 mai 2008 8 500 000 [172]
16 août 2008 10 000 000 [173]
31 janvier 2009 13 000 000 [174]
3 mars 2010 15 000 000 [175]
8 juin 2010 17 000 000 [176]
19 février 2011 20 000 000 [177]
14 septembre 2011 22 000 000 [178]

Les actions de la société Take-Two Interactive se revalorisent à 3,4 % suite aux critiques positives du jeu avant son lancement[179]. Scott Hillis de Reuters explique que la première semaine de vente après le lancement est estimée à $ 400 millions[179]. Des observations ont suggérées que le succès de Grand Theft Auto IV aurait pu interférer avec le box office du 2 mai 2008 pendant la sortie du film Iron Man, et son lancement a donc été décalé pour éviter un choc frontal avec le jeu[180]. Matt Richtel du New York Times explique que le lancement de ce nouvel opus « devrait être historique » et que 5 millions d'exemplaires devraient être vendu durant les deux premières semaines[181]. L'analyste Michael Pachter (en) prévoit, quant à lui, la vente de 11 à 13 millions d'exemplaires d'ici fin 2008. Il prévoit également que Grand Theft Auto IV devrait représenter 3,2 % des ventes vidéoludiques aux États-Unis et sur le territoire européen en 2008, 16 à 19 millions d'exemplaires vendu au total[182]. L'analyste Evan Wilson estime les premières semaines de vente à $ 550 millions[182].

Suite à sa commercialisation, Grand Theft Auto IV bat deux records de vente dans l'industrie vidéoludique ; il est le jeu vidéo le plus vendu en une journée et en une semaine[183]. 3,6 millions d'exemplaires sont vendus dès sa première journée de lancement, et totalise 6 millions d'exemplaires dès sa première semaine (avec $ 500 millions obtenus)[184],[185],[186],[187]. Au Royaume-Uni, le jeu se vend à 631 000 exemplaires dès sa première journée de lancement[188],[189] et devient le jeu le plus rapidement vendu en 24 heures dans le pays, selon Chart-Track (en)[190]. L'ancien record détenu au Royaume-Uni était celui de Grand Theft Auto: San Andreas, vendu en 501 000 exemplaires en 24 heures[189],[190],[191]. Cinq jours après sa sortie, le titre se vend à 1,85 millions d'exemplaires sur console Xbox 360 et à 1 million sur console PlayStation 3 aux États-Unis, selon NPD Group[192] ; au Royaume-Uni, la version Xbox 360 se vend à 514 000 d'exemplaires, tandis que la version PlayStation 3 se vend à 413 000, selon Chart-Track[189],[193]. Les versions Xbox 360 et PlayStation 3 de Grand Theft Auto IV sont les cinquième et huitième jeux vidéo les plus vendus en 2008 aux États-Unis, respectivement. La version Xbox 360 totalise 3,29 millions d'exemplaires vendus, tandis que la version PlayStation 3 totalise 1,89 million d'exemplaires vendus, pour un total de 5,18 millions d'exemplaires vendus en 2008 dans le pays[194]. GameStop et EB Games (en) rapportent que le jeu s'est le mieux vendu en pré-commande sur l'île de Porto Rico[195].

Le 13 mai 2008, Grand Theft Auto IV atteint le Livre Guinness des records dans les catégories de « jeu vidéo à plus haut revenu écoulé en 24 heures » et de « Plus haut revenu généré en 24 heures par un produit de divertissement ». Il s'est écoulé à 3,6 millions d'exemplaires en une journée, avec approximativement $ 310 millions de gain. À ses premières journées de vente, il atteint la première place dans la catégorie du « Jeu vidéo le plus rapidement écoulé en 24 heures », détrônant Halo 3 qui avait gagné $ 170 millions[196] ; cependant, il est à son tour détrôné en novembre 2009 par Call of Duty: Modern Warfare 2. Le 31 mai 2008, le titre s'est vendu à plus de 11 millions d'exemplaires au détail, et à 8,5 millions d'exemplaires aux consommateurs, selon Take-Two Interactive[172]. D'après NPD Group et GfK Chart-Track, le jeu s'est vendu à 4,711 millions d'exemplaires aux États-Unis, et à 1,582 millions au Royaume-Uni, pour un total de 6,293 millions d'exemplaires recensés le 1er août 2008[197]. Le 16 août 2008, un total de 10 millions d'exemplaires est vendu aux consommateurs, selon Take-Two Interactive[173],[198]. Durant ses quatre premiers jours de lancement au Japon, le titre se vend à 133 000 d'exemplaires sur PlayStation 3 et à 34 000 sur Xbox 360, selon Media Create[199]. La version Windows, cependant, obtient considérablement moins de succès. Selon NPD Group, le jeu débute à la septième place dans le top 10 des ventes[200] et disparaît complètement du classement une semaine plus tard[201],[202]. Le 3 mars 2010, Take-Two Games annonce que Grand Theft Auto IV s'est vendu en un total de 15 millions d'exemplaire à l'international[175],[203], à 17 millions, le 9 juin 2010[204], puis à 20 millions le 17 mars 2011, totalisant la série des Grand Theft Auto à 100 millions d'exemplaires vendus[177],[205],[206]. En septembre 2011, le jeu s'est vendu à 22 millions d'exemplaires[178], puis à plus de 25 millions en 2012, selon Game Informer[207].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Michael Hollick, voix officielle de Niko Bellic, est récompensé par Spike TV dans la catégorie « Meilleure performance dans le doublage d'un personnage masculin »[237].

Suivi de son succès commercial, Grand Theft Auto IV remporte de nombreuses récompenses de la part de critiques et publications. Il est récompensé à multiples reprises du Jeu de l'année, de la part de nombreux médias spécialisés dans les jeux vidéo comme Spike TV[235], Giant Bomb[230], Kotaku[232] et GameTrailers[220], ainsi que des médias libéraux tels que The New York Times[238], Los Angeles Times[239], et le magazine Time[240]. Le jeu est reconnu une soixantaine de fois Jeu de l'année, bien plus que tous les autres jeux commercialisé la même année. Grand Theft Auto IV est également nominé sept fois aux 5th British Academy Video Games Awards (BAFTA Games Awards)[242] et trois fois aux 9th Annual Game Developers Choice Awards[243], mais aucune récompense lui a été décernée.

Controverses[modifier | modifier le code]

Avant sa sortie, Grand Theft Auto IV est la cible de nombreuses controverses. Des personnalités nationales telles que George Galloway, Jack Thompson et Glenn Beck, ainsi que plusieurs organisations de New York, et les Mothers Against Drunk Driving (MADD), qui luttent contre l'alcool au volant, ont vivement critiqué le jeu[244]. MADD demandent à la société ESRB de changer sa classification du jeu « M », constituant un public jeune uniquement âgé au-dessus de 17 ans, à la classification de contenu pour adultes uniquement, du fait que le joueur puisse conduire sous l'influence de l'alcool[245].

La version australienne et néo-zélandaise du jeu est censurée et éditée pour suivre les critères imposées par le système de classification australien[246]. Cependant, le jeu a été renvoyé dans son intégralité en Nouvelle-Zélande à l'organisation OFLC par Stan Calif, un jeune étudiant de 21 ans, mécontent de la version néo-zélandaise éditée du jeu suivant les lois de censures australiens. De ce fait, la version intégrale du jeu a été classifiée « R18 » et mise en vente dans les marchés néo-zélandais[247]. La version Microsoft Windows na cependant pas été éditée et commercialisée sous la classification « MA15+ »[248]. Aux États-Unis et en Europe, plus particulièrement au Royaume-Uni, Grand Theft Auto IV est très largement attaqué sur son contenu énormément violent[249],[250],[251],[252],[253]. Le premier contenu téléchargeable, The Lost and Damned montre une scène de nudité complète, inhabituelle dans les jeux vidéo[254].

Le jeu est également influençable chez certains joueurs et le public général. En juin 2008, au New Hyde Park, New York, aux États-Unis, six adolescents ont été arrêtés pour avoir racketté plusieurs individus et pour avoir tenté plusieurs vols de voiture[255] ; selon la police, les adolescents étaient inspirés de Grand Theft Auto IV, ce qui eut pour effet de relancer la polémique, déjà très présente[255]. En France, un adolescent à Lyon, a été appréhendé pour avoir brûlé des voitures, et donnera comme explication s'être inspiré du jeu[256].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Robinson Martin, « Grand Theft Auto IV UK Hands-on », sur IGN (Royaume-Uni),‎ 30 octobre 2008 (consulté le 30 avril 2008).
  2. (en) « Full Cast and Crew for GTA IV », sur IMDb (consulté le 11 avril 2010).
  3. a, b, c et d (fr) Rivaol, « Grand Theft Auto IV- Playstation 3 », sur Jeuxvideo.com,‎ 27 avril 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  4. a, b, c et d (fr) Rivaol, « Grand Theft Auto IV - Xbox 360 », sur Jeuxvideo.com,‎ 27 avril 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  5. a, b et c (fr) Rivaol, « Grand Theft Auto IV - Xbox 360 », sur Jeuxvideo.com,‎ 2 décembre 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  6. a, b et c (en) Matt Stanyon, « GTA IV PC: Rockstar Announces Social Club TV and Official Site Updated », sur BeefJack,‎ 19 novembre 2008 (consulté le 19 novembre 2008).
  7. a et b (en) Brandon Boyer, « Product: Grand Theft Auto IV Using NaturalMotion's Euphoria », sur Gamasutra, CMP Game Group,‎ 29 septembre 2009 (consulté le 3 avril 2008).
  8. (en) Rockstar North, « Classification Database - GRAND THEFT AUTO IV (MA 15+) », sur Classification.gov.au (consulté le 22 octobre 2008).
  9. (en) Rockstar North, « Classification Database - GRAND THEFT AUTO IV - PC (MA 15+) », sur Classification.gov.au (consulté le 22 octobre 2008).
  10. a, b et c (en) « Grand Theft Auto IV », sur BBFC,‎ 1er avril 2008 (consulté le 4 avril 2008).
  11. (en) « BBFC removes GTA IV info from site », sur Eurogamer,‎ 31 mars 2008 (consulté le 1er avril 2008).
  12. (en) « PEGI info » (consulté le 11 juin 2011).
  13. a, b, c, d, e et f (es) « 'GTA IV: Liberty City', y que corra la sangre », sur Diario El Mundo (consulté le 16 janvier 2010).
  14. a, b et c (en) Grand Theft Auto IV, p. 6.
  15. (en) Grand Theft Auto IV, p. 5.
  16. a et b (es) castellano, « Grand Theft Auto IV - Avance Xbox 360 », sur Meristation,‎ 28 février 2008 (consulté le 6 avril 2010).
  17. (es) « GTA IV descarta los aviones, pero incluirá helicópteros », sur Meristation,‎ 24 avril 2007 (consulté le 5 avril 2010).
  18. (en) « NaturalMotion - Partenaires », sur Natural Motion,‎ 31 mars 2008 (consulté le 16 décembre 2008).
  19. (es) « Mirando hacia Liberty City », sur Xbox.com,‎ 25 avril 2008 (consulté le 5 avril 2010).
  20. a, b, c et d (en) Grand Theft Auto IV, p. 7.
  21. (en) Grand Theft Auto IV, p. 13.
  22. (en) Grand Theft Auto IV, p. 34.
  23. (en) Marbles, « Mr. "Wanted" », Gamepro Magazine,‎ octobre 2007, p. 52.
  24. a, b et c (en) « IGN: Grand Theft Auto IV hands-on preview », sur IGN,‎ 1er mars 2008 (consulté le 17 octobre 2013).
  25. (en) Grand Theft Auto IV, p. 101.
  26. (en) Robinson Martin, « Grand Theft Auto IV UK Hands-On », sur IGN,‎ 28 février 2008 (consulté le 4 mars 2008).
  27. a et b (en) « GamesTM », GamesTM,‎ juillet 2007, p. 34.
  28. a et b (en) Matt Cundy, « Six things in the demo that will change GTA forever », sur GamesRadar,‎ 26 juillet 2007 (consulté le 26 juillet 2007).
  29. (en) « What does N.O.O.S.E stand for? », sur CBS Interactive Inc (consulté le 4 décembre 2009).
  30. (en) « GTA IV - Weapons », sur GTA.net (consulté le 31 octobre 2013).
  31. (en) Justin Calvert, « A superb single-player story mode and online support for up to 16 players make this the best Grand Theft Auto game yet. », sur GameSpot,‎ 28 avril 2008 (consulté le 18 octobre 2013).
  32. (en) Grand Theft Auto IV, p. 135.
  33. (en) Paul Tassi, « Grand Theft Auto IV and Gran Turismo 5 Look To Redefine Virtual Racing - and Felonies », sur Edmunds Insideline,‎ 19 mars 2008 (consulté le 13 octobre 2008).
  34. (es) Joaquín Relaño, « Exprime al máximo GTA IV », sur Meristation,‎ 12 mars 2008 (consulté le 14 avril 2010).
  35. (en) « 'Grand Theft Auto IV' Preview: Rockstar Games' latest adds drunk driving, strip clubs », sur Boston Herald,‎ 30 janvier 2008 (consulté le 30 janvier 2008).
  36. (en) Grand Theft Auto IV, p. 50.
  37. (en) Chris Roper, « Grand Theft Auto IV Update », sur IGN,‎ 23 janvier 2008 (consulté le 23 février 2008).
  38. (es) Joaquín Relaño, « Exprime al máximo GTA IV », sur Meristation,‎ 12 mars 2008 (consulté le 14 avril 2010).
  39. (en) Mikel Reparaz, « Grand Theft Auto IV – Multiplayer Hands-On », sur GamesRadar,‎ 8 avril 2008 (consulté le 25 juin 2008), p. 6.
  40. (en) « Coverage of the PlayStation Holiday Preview Event »,‎ 12 octobre 2007.
  41. (en) Stephen Totilo, « 'Grand Theft Auto IV' Does Not Have LAN Or Single-Screen Multiplayer Either (Public Service Announcement #2) », sur MTV Multiplayer,‎ 22 avril 2008 (consulté le 13 octobre 2008).
  42. (en) « Grand Theft Auto IV Multiplayer Hands-On (PS3, Xbox 360) », sur GameTap,‎ 8 avril 2008 (consulté le 15 mai 2008).
  43. a, b, c et d (en) Grand Theft Auto IV, p. 282.
  44. « GTA 4 - Mode multijoueurs », sur grandtheftauto.fr (consulté le 18 juillet 2011).
  45. a et b (en) Crispin Boyer, « Sweet Land of Liberty », Electronic Gaming Monthly,‎ mars 2008, p. 44–56. He's from that gray part of broken-down Eastern Europe, a war-torn area - Sam Houser.
  46. (fr) « L'histoire de GTA IV », sur GTA-4.fr (consulté le 31 octobre 2013).
  47. a, b et c (en) Grand Theft Auto IV, p. 163.
  48. a, b et c (en) Grand Theft Auto IV, p. 27.
  49. (en) Grand Theft Auto IV, p. 73.
  50. (es) « Russian Revolution », sur Meristation,‎ 27 mai 2008 (consulté le 14 avril 2010).
  51. a, b et c (en) « Mission Guide: Chapter Two. Here we are, the beginning of our new lives... again. », sur GTA.net (consulté le 31 octobre 2013).
  52. (en) Grand Theft Auto IV, p. 126.
  53. a, b et c (en) Grand Theft Auto IV, p. 233.
  54. a, b et c « Grand Theft Auto IV », Rockstar North, Rockstar Games,‎ 29 avril 2008.
  55. a et b (en) « Mission Guide: Chapter Four. The climax. », sur GTA.net (consulté le 30 octobre 2013).
  56. a, b et c (en) Seth Schiesel, « Grand Theft Auto Takes On New York », New York Times,‎ 2008 (lire en ligne).
  57. a, b, c, d, e, f et g (en) GTA Gets Real, Royaume-Uni, Future Publishing,‎ juin 2007, 54–67 p..
  58. a, b et c Antony Bruno, « Crime pays for music biz with new Grand Theft Auto », Billboard,‎ 26 avril 2008 (lire en ligne).
  59. Guide de Liberty City (Manuel d'instructions de Grand Theft Auto IV), p. 18.
  60. (en) « Watch Ricky Gervais' GTA IV stand-up show », sur gamesradar.com,‎ 19 mars 2009 (consulté le 19 mars 2009).
  61. (en) « Katt Williams Also Playing Liberty City’s Split Sides (in GTA IV) », sur dead-frog.com,‎ 19 mars 2009 (consulté le 19 mars 2009).
  62. Guía de Liberty City (Manual de instrucciones de Grand Theft Auto IV), p. 24.
  63. (fr) « GTA 4 - Cartes / Plans des villes », sur Grandtheftauto.fr (consulté le 27 octobre 2012).
  64. (en) « Grand Theft Auto IV: Photos reveal similarities between Liberty City and New York City », sur The Daily Telegraph,‎ 14 mai 2008 (consulté le 23 octobre 2010)
  65. a, b et c (en) « NYC vs Liberty City », sur The Daily Telegraph (consulté le 10 avril 2010)
  66. (en) « The Great AmericanVideo Game », sur Metroland (consulté le 10 avril 2010)
  67. (fr) « Liste des musiques » (consulté le 11 juin 2011).
  68. (en) « IF99 official website », Rockstar Games (consulté le 28 avril 2008).
  69. (en) « L.C.H.C. official website », Rockstar Games (consulté le 28 avril 2008).
  70. (en) « Vladivostok FM official website », Rockstar Games (consulté le 28 avril 2008).
  71. a et b (en) Tim Clark, « Grand Theft Auto IV Review », PlayStation Official Magazine (UK), Future Publishing, no 17,‎ avril 2008, p. 88–96.
  72. a, b et c (en) Stephen Totilo, « 'Grand Theft Auto IV' Music Man Explains How Those 214 Songs Made The Soundtrack », sur MTV News,‎ 2 mai 2008 (consulté le 18 mai 2008).
  73. (en) « GTA IV Unveils New Music Download Model », sur Yahoo!,‎ 10 avril 2008 (consulté le 10 avril 2008).
  74. (en) « GTA IV Unveils New Music Download Model », sur Yahoo! Games,‎ 27 mars 2008.
  75. (en) « GTA IV Unveils New Music Download Model », Yahoo!,‎ 2008 (consulté le 10 avril 2008).
  76. (en) « GTA IV Unveils New Music Download Model », Yahoo! Games,‎ 2008.
  77. (en) « GTA Gets Real », PlayStation Official Magazine (Royaume-Uni), Future Publishing,‎ juin 2007, p. 54–67.
  78. (en) Rachel Rosmarin, « Take-Two Takes A Hit », sur Forbes.com,‎ 12 novembre 2006 (consulté le 24 septembre 2007).
  79. (en) Ben Fritz, « Dan Houser's very extended interview about everything "Grand Theft Auto IV" and Rockstar », Variety,‎ 19 avril 2008 (consulté le 28 avril 2008).
  80. (en) Mark Androvich, « GTA IV, most expansive game ever developed »,‎ 1er mai 2008 (consulté le 11 juin 2011).
  81. (en) « Grand Theft Auto Trailer 2 Launched! », sur GTA4.net,‎ 28 juin 2007.
  82. (en) Andy Eddy, « Grand Theft Auto IV Hands-On Preview (Xbox 360) », sur previews.teamxbox.com,‎ 28 février 2008 (consulté le 17 octobre 2013).
  83. (en) Eddy, Andy, « Grand Theft Auto IV Hands-On Preview (Xbox 360) »,‎ 28 février 2008
  84. (en) « The Making of Grand Theft Auto IV », sur Edge,‎ 17 mars 2007 (consulté le 13 août 2008).
  85. (en) Smith Logan, Taylor Kearns, « Trees in latest Grand Theft Auto game were "grown" in Lexington », sur Wis News,‎ 30 avril 2008 (consulté le 9 août 2008).
  86. a, b et c (en) Ben Fritz, « Dan Houser's very extended interview about everything "Grand Theft Auto IV" and Rockstar », sur Variety,‎ 19 avril 2008 (consulté le 28 avril 2008).
  87. a et b (en) Hilary Goldstein, « GTA IV: Building a Brave New World », sur IGN,‎ 28 mars 2008 (consulté le 28 avril 2008).
  88. a et b (en) Adam Doree, « Welcome to Grand Theft Auto IV », sur Kikizo,‎ 25 mai 2007 (consulté le 27 septembre 2013).
  89. (en) Ben Fritz, « 'Grand Theft' music a phone call away », sur Variety,‎ 18 avril 2008 (consulté le 18 mai 2008).
  90. (en) Antony Bruno, « "Grand Theft Auto" simplifies song purchasing », sur Billboard,‎ 5 mai 2008 (consulté le 18 mai 2008).
  91. (en) « Planet Grand Theft Auto – Grand Theft Auto IV », sur GameSpy (consulté le 26 mai 2008).
  92. (en) Ellie Gibson, « Pachter predicts delay for GTA IV », sur Gamesindustry.biz,‎ 4 juin 2007 (consulté le 7 avril 2007).
  93. (en) Alex Wollenschlaeger, « Rockstar Dismisses Talk of GTA IV Delay », sur Kikizo,‎ 4 juin 2007 (consulté le 7 juin 2007).
  94. (en) « Launch of Grand Theft Auto IV Now Planned for Fiscal 2008 », sur Take-Two Interactive,‎ 2 août 2007 (consulté le 2 août 2007).
  95. « GTA IV, entre février et avril 2008 », sur Jeuxvideo.com,‎ 12 novembre 2007 (consulté le 11 juin 2011)
  96. (en) Michael McWhertor, « Take-Two Execs Explain GTA IV Delay », sur Kotaku,‎ 2 août 2007 (consulté le 2 août 2007).
  97. (en) Stephen Totilo, « Grand Theft Auto IV Developer Announces Release Date, Says Whether There Will Be Another Hot Coffee », sur MTV,‎ 24 janvier 2008 (consulté le 27 septembre 2013).
  98. a et b (en) « Take-Two Interactive Software — Investor Relations — Take-Two News Release », sur Take-Two Interactive (consulté le 22 octobre 2010).
  99. « GTA IV en vidéo le 28 juin », sur Jeuxvideo.com,‎ 12 juin 2007 (consulté le 11 juin 2011)
  100. « GTA IV, un trailer la semaine prochaine, les jaquettes tout de suite », sur Jeuxvideo.com,‎ 28 novembre 2007 (consulté le 11 juin 2011)
  101. (en) Bennett Ring, « Grand Theft Auto IV Special Edition Contents Revealed », sur IGN,‎ 26 juin 2007 (consulté le 27 septembre 2013).
  102. (en) Brian Ashcraft, « GTAIV Dated for Japan », sur Kotaku,‎ 15 août 2008 (consulté le 7 novembre 2008).
  103. (en) Mark Androvich, « GTA IV: Most Expensive Game Ever Developed? », sur GamesIndustry.biz,‎ 30 avril 2008 (consulté le 1er mai 2008).
  104. a, b et c (en) « Rockstar Games Announces Grand Theft Auto IV for the PC », sur Rockstar Games,‎ 6 août 2008 (consulté le 6 août 2008).
  105. (en) Thang Jimmy, « GTA IV PC Delayed to December », sur IGN,‎ 30 octobre 2008 (consulté le 30 octobre 2008).
  106. (en) Bramwell Tom, « Grand Theft Auto IV Hands-on », sur EuroGamer,‎ 10 novembre 2008 (consulté le 18 novembre 2008).
  107. (en) Coby Alex Sassoon, « GTAIV PC Hands-On: Video Editor and More », sur GameSpot,‎ 30 octobre 2008 (consulté le 4 novembre 2008).
  108. a et b (en) Onyett Charles, « Grand Theft Auto IV Hands-on », sur IGN,‎ 30 octobre 2008 (consulté le 4 novembre 2008), p. 2.
  109. (en) « Games for Windows Celebrates Two-Year Anniversary Like a Rockstar », sur IGN,‎ 22 septembre 2008 (consulté le 22 novembre 2008).
  110. (en) « Rockstar Talks GTA IV PC DRM », sur IGN,‎ 28 novembre 2008 (consulté le 30 novembre 2008).
  111. (en) « GTA 4 (PC): Radeon graphics cards cause crashes - patch en-route? », sur PC Games Hardware,‎ 3 décembre 2008 (consulté le 6 décembre 2008).
  112. (en) « Grand Theft Auto 4 PC Suffering From Numerous Issues », sur 1UP.com,‎ 4 décembre 2008 (consulté le 9 décembre 2008).
  113. (en) « Lista de Errores », sur Rockstar Games (consulté le 30 octobre 2013).
  114. (en) « Top Five Most Disappointing Games of 2008 »,‎ 30 décembre 2008 (consulté le 31 décembre 2008).
  115. (en) « Grand Theft Auto IV: Rockstar Experimenting with Episodic Content », sur Kotaku,‎ 11 février 2008 (consulté le 12 février 2008).
  116. (en) « First PC Screens of Grand Theft Auto: Episodes from Liberty City », sur Rockstar Games,‎ 2 avril 2010 (consulté le 8 avril 2010)
  117. (fr) « Episode from Liberty City sur PS3 et PC ! », sur Jeuxvideo.com,‎ 29 janvier 2010 (consulté le 11 juin 2011).
  118. (en) « Episodes - Rockstar Games live article », sur Rockstargames.com (consulté le 22 octobre 2010).
  119. (fr) La Rédaction, « GTA IV, une date pour le contenu téléchargeable », sur Jeuxvideo.com,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 11 juin 2011).
  120. (es) « The Lost and Damned, por 1600 puntos Microsoft », sur Meristation,‎ 22 janvier 2009 (consulté le 23 janvier 2009).
  121. (en) Grand Theft Auto IV, p. 87.
  122. (en) Grand Theft Auto IV, p. 159.
  123. (en) « 'Grand Theft Auto' yields road to the 'Lost and Damned' », sur USA Today,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 28 novembre 2008).
  124. (en) « Grand Theft Auto IV: Rockstar Experimenting with Episodic Content », sur Kotaku,‎ 2 novembre 2008 (consulté le 2 décembre 2008).
  125. (en) « Take-Two F2Q07 (Qtr End 4/30/07) Earnings Call Transcript », sur SeekingAlpha,‎ 11 juin 2007 (consulté le 20 juin 2007).
  126. (en) Gibson Ellie, « E3: Microsoft's Conference », sur Gamesindustry.biz,‎ 11 juillet 2007 (consulté le 8 avril 2008).
  127. (en) Tim =Surette, « X06: Duo of XBL GTA4 packs confirmed for 360 », sur GameSpot,‎ 27 septembre 2006 (consulté le 1er avril 2007).
  128. (en) « GDC: GTA IV Episode 1 - August, 360 exclusive », sur ComputerAndVideoGames.com,‎ 20 février 2008 (consulté le 20 février 2008).
  129. (en) « GTA IV DLC for Xbox 360 delayed », sur Eurogamer,‎ 6 juin 2008 (consulté le 6 juin 2008).
  130. (en) Brendan Sinclair, « Chinatown Wars gets temporary cease-fire », sur GameSpot,‎ 13 novembre 2008 (consulté le 15 novembre 2009).
  131. « Rockstar annonce GTAThe Ballad of Gay Tony », sur Jeuxvideo.com,‎ 26 mai 2009 (consulté le 11 juin 2011)
  132. « Grand Theft Auto : Episodes from Liberty City - PlayStation 3 », sur Jeuxvideo.com (consulté le 21 octobre 2012)
  133. (es) Administrador, « GTAIV: The Ballad of Gay Tony »,‎ 12 mars 2012 (consulté le 23 octobre 2012).
  134. (en) Eddie Makuch, « Grand Theft Auto IV: Complete edition coming Oct. 26 - Retail Radar - PlayStation 3 News at GameSpot », sur Uk.gamespot.com,‎ 5 octobre 2010 (consulté le 22 octobre 2010).
  135. (en) « Grand Theft Auto IV: Complete Edition on Steam » (consulté le 24 novembre 2010).
  136. (en) « Grand Theft Auto IV: Complete Edition (PS3): Amazon.co.uk », sur Amazon.co.uk (consulté le 24 novembre 2010).
  137. (en) Crispin Boyer, « Grand Theft Auto IV review », sur 1UP.com,‎ 27 avril 2008 (consulté le 27 avril 2008).
  138. (en) « Grand Theft Auto IV review », Edge,‎ juin 2008, p. 82 (ISSN 1350-1593, lire en ligne).
  139. (en) Tom Bramwell, « Grand Theft Auto IV Review // Xbox 360 /// Eurogamer », sur Eurogamer,‎ 27 avril 2008 (consulté le 29 avril 2008), p. 3.
  140. (fr) Kieron Gillen, « Grand Theft Auto IV. C'est du PC. Mais pas très PC, naturellement... »,‎ 3 décembre 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  141. (es) Daniel Escandell, « Skyrim, primer juego occidental con puntuación perfecta en Famitsu », sur Vandal (20minutos) (consulté le 29 novembre 2011) : « Varios juegos occidentales se habían quedado a las puertas de dicha puntuación como Grand Theft Auto IV, Red Dead Redemption, L.A. Noire, Modern Warfare 2, Modern Warfare 3, COD: Black Ops, Gears of War 3, o FIFA 12, todos ellos sumando 39 puntos. ».
  142. (fr) Nicolas Verlet, « Test de Grand Theft Auto IV », sur Gamekult,‎ 29 avril 2008.
  143. (fr) Nicolas Verlet, « Test de Grand Theft Auto IV sur PC », sur Gamekult,‎ 4 décembre 2008.
  144. a, b et c (en) Justin Calvert, « Grand Theft Auto IV review », sur GameSpot,‎ 28 avril 2008.
  145. (en) « Grand Theft Auto IV - PS3 », sur GameZone (consulté le 30 octobre 2013).
  146. (en) « Grand Theft Auto IV - Xbox 360 », sur GameZone (consulté le 30 octobre 2013).
  147. (en) « Grand Theft Auto IV - PC », sur GameZone (consulté le 30 octobre 2013).
  148. a, b et c (en) Hilary Goldstein, « Grand Theft Auto I' review », sur IGN,‎ 31 janvier 2011.
  149. a et b (en) Charles Onyett, « Grand Theft Auto IV for PC review », sur IGN,‎ 2 décembre 2008.
  150. (en) « Grand Theft Auto IV - X360 », sur Hooked Games (consulté le 30 octobre 2013).
  151. (en) « Grand Theft Auto IV - PC », sur Hooked Games (consulté le 30 octobre 2013).
  152. (en) « Grand Theft Auto IV fox Xbox360 reviews », sur GameRankings (consulté le 14 juin 2011).
  153. (en) « Grand Theft Auto IV for PS3 reviews », sur Game Rankings (consulté le 14 juin 2011).
  154. (en) « Grand Theft Auto IV for PC reviews », sur GameRankings (consulté le 14 juin 2011).
  155. (en) « Grand Theft Auto IV for Xbox 360 », sur GameStats (consulté le 13 octobre 2011).
  156. (en) « Grand Theft Auto IV for PlayStation 3 », sur GameStats (consulté le 13 octobre 2011).
  157. (en) « Grand Theft Auto IV for PC », sur GameStats (consulté le 13 octobre 2011).
  158. (en) « Grand Theft Auto IV for Xbox 360 », sur Metacritic (consulté le 14 juin 2011).
  159. (en) « Grand Theft Auto IV for PlayStation 3 », sur Metacritic (consulté le 14 juin 2011).
  160. (en) « Grand Theft Auto IV for PC », sur Metacritic (consulté le 14 juin 2011).
  161. a et b (en) « Grand Theft Auto IV Review (X360) - TTR », sur TopTenReviews (consulté le 25 octobre 2008).
  162. (en) « Grand Theft Auto IV Review (PS3) - TTR », sur TopTenReviews (consulté le 25 octobre 2008).
  163. (en) « All Time Best », sur MobyGames (consulté le 23 octobre 2008).
  164. (en) « Top-Ranked Games », sur GameRankings (consulté le 23 janvier 2009).
  165. (en) « Grand Theft Auto IV Ranked - TopTenREVIEWS », sur Games.toptenreviews.com (consulté le 22 octobre 2008).
  166. (en) « Top 100 Games - Game Ratio », sur Gameratio.cheatcodesgalore.com,‎ 4 avril 2007 (consulté le 22 octobre 2010).
  167. (en) « Grand Theft Auto receives acclaim », sur BBC News Online,‎ 28 avril 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  168. (en) Jon Hicks, « Xbox Review: Grand Theft Auto IV », sur Xbox 360: The Official Magazine,‎ 28 avril 2008 (consulté le 30 octobre 2013).
  169. (en) « Daily Star Review » (consulté le 20 avril 2008).
  170. (en) « Empire Reviews Central - Review of Grand Theft Auto IV » (consulté le 21 avril 2008).
  171. (en) Jenkins David, « Grand Theft Auto IV Breaks Worldwide Entertainment Records », sur Gamasutra,‎ 7 mai 2008 (consulté le 23 mars 2012).
  172. a et b (en) « Take-Two Interactive Software, Inc. Reports Strong Second Quarter Fiscal 2008 Financial Results », Take-Two Interactive,‎ 2008 (consulté le 6 juin 2008).
  173. a et b (en) Alexander Leigh, « 10 Million In GTA IV Unit Sales Push Take-Two To Record Q3 », sur Gamasutra,‎ 4 septembre 2008 (consulté le 23 mars 2012).
  174. (en) Remo Chris, « Take-Two Sees Growing Q1 Revenues With $50M Loss », sur Gamasutra,‎ 11 mars 2009 (consulté le 23 mars 2012).
  175. a et b (en) Remo Chris, « Take-Two: BioShock Hit 4M Units, BioShock 2 Drove Sales », sur Gamasutra,‎ 3 mars 2010 (consulté le 23 mars 2012).
  176. (en) Graft Kris, « Red Dead Sells In 5M As Take-Two Swings To Q2 Profit, Raises Forecast », sur Gamasutra,‎ 8 juin 2010 (consulté le 23 mars 2012).
  177. a et b (en) Graft Kris, « GTA IV Closes In On 20M Units Shipped », sur Gamasutra,‎ 10 mars 2011 (consulté le 12 mars 2012).
  178. a et b (en) Orland Kyle, « Grand Theft Auto IV Passes 22M Shipped, Franchise Above 114M », sur Gamasutra,‎ 14 septembre 2011 (consulté le 23 mars 2012).
  179. a et b (en) Scott Hillis, « Take-Two shares rise amid rave reviews for GTA4 », Reuters,‎ 2008 (consulté le 6 octobre 2011).
  180. (en) Nick Lewis, « Grand Theft Auto could be Hollywood's biggest summer competition », Canada.com,‎ 2008 (consulté le 28 avril 2008).
  181. (en) Matt Richtel, « For Gamers, the Craving Won't Quit », The New York Times,‎ 2008 (consulté le 29 avril 2008).
  182. a et b (en) Tom Magrino, « GTAIV: Big or huge? », GameSpot,‎ 2008 (consulté le 28 avril 2008).
  183. (en) Shaun Nichols, « GTA IV smashes sales records », vnunet.com,‎ 2008 (consulté le 26 mai 2008).
  184. (en) Mike Richtel, « A $500 Million Week for Grand Theft Auto », New York Times,‎ 2008 (consulté le 7 mai 2008).
  185. (en) Franklin Paul, « Take-Two's Grand Theft Auto 4 sales top $500 million », Reuters,‎ 2008 (consulté le 8 mai 2008).
  186. (en) Barbara Ortutay, Take-Two's 'Grand Theft Auto IV' tops $500M in week 1 sales, The Boston Globe,‎ 8 mai 2008 (lire en ligne).
  187. (en) Stephen Totilo, « 'Grand Theft Auto IV' Posts Record First-Week Sales », sur MTV News,‎ 7 mai 2008 (consulté le 8 mai 2008).
  188. (en) Tim Ingham, « UK CHARTS: All-conquering GTA IV hits No.1 », Market for Home Computing and Video Games,‎ 2008 (consulté le 16 mai 2008).
  189. a, b et c (en) Mark Androvich, « GTA IV: 926,000 copies sold in five days », GamesIndustry.biz,‎ 2008 (consulté le 16 mai 2008).
  190. a et b (en) Tim Ingham, « GTA IV smashes day one sales record », Market for Home Computing and Video Games,‎ 2008 (consulté le 16 mai 2008).
  191. (en) Claudine Beaumont, « Grand Theft Auto IV is fastest-selling game », The Daily Telegraph,‎ 2008 (consulté le 1 mai 2008).
  192. (en) Brendan Sinclair, « NPD: US game revs spike on 2.85M GTAIVs », GameSpot,‎ 2008 (consulté le 16 mai 2008).
  193. (en) Tim Ingham, « 360 outselling PS3 in GTA software 'battle' », Market for Home Computing and Video Games,‎ 2008 (consulté le 16 mai 2008).
  194. (en) « NPD: Nintendo Drives '08 Industry Sales Past $21 Billion », Game Daily,‎ 2009 (consulté le 15 janvier 2009).
  195. (es) Francisco Rodríguez-Burns, « Boricuas atraídos a violento videojuego », Primera Hora,‎ 2008 (consulté le 13 mai 2008).
  196. (en) « Confirmed: Grand Theft Auto IV Breaks Guinness World Records With Biggest Entertainment Release Of All-Time », Guinness World Records,‎ 2008 (consulté le 13 mai 2008).
  197. (en) « Leading Market Research Firms Join Forces to Provide First Multi-Continent View Of Video Game Software Sales », NPD Group, GfK Chart-Track, Enterbrain,‎ 2008 (consulté le 23 août 2008).
  198. (en) « Grand Theft Auto IV ships 13 million units », Take-Two Interactive,‎ 2008 (consulté le 8 septembre 2008).
  199. (en) Michael McWhertor, « Grand Theft Auto IV #1 With A Bullet In Japan », Kotaku,‎ 2008 (consulté le 7 novembre 2008).
  200. (en) « Weekly PC Sales: A Slow Start for GTA 4 », Shacknews,‎ 2008 (consulté le 24 décembre 2008).
  201. (en) « Weekly PC Sales: Grand Theft Auto 4 PC Disappears; Left 4 Dead, Call of Duty Gain Ground », Shacknews,‎ 2008 (consulté le 24 décembre 2008).
  202. (en) « Grand Theft Auto 4 PC Drops Out of NPD’s Top 10 PC List in Second Week », GameCyte,‎ 2008 (consulté le 24 décembre 2008).
  203. (en) Jim Reilly, « BioShock 2 Ships 3 Million, GTA IV Sales Top 15 Million », IGN,‎ 2010 (consulté le 27 septembre 2013).
  204. (en) James Orry, « GTA 4 sales reach 17 million », Videogamer.com (consulté le 25 septembre 2012).
  205. (en) « Take-Two: GTA IV hits 20m, BioShock series at 8m », Take-Two Interactive,‎ 2011 (consulté le 10 mars 2011).
  206. (fr) Stéphane Sautonie, « 20 millions de GTA IV dans le monde », sur Jeuxactu,‎ 10 mars 2011 (consulté le 11 juin 2011).
  207. (en) Matt Bertz, « Game Informer », Game Informer, Chris Stead, no 36,‎ 2012, p. 38–55.
  208. (en) « IGN Xbox 360: Best Action Game 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  209. (en) « IGN PC Games: Best Action Game 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  210. (en) « IGN Overall: Best Action Game 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  211. (en) « IGN Xbox 360: Best Graphics Technology 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  212. (en) « IGN Overall: Best Use of Sound 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  213. (en) « IGN Xbox 360: Best Voice Acting 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  214. (en) « IGN PS3: Best Voice Acting 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  215. (en) « IGN PC: Best Voice Acting 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  216. (en) « IGN Overall: Best Voice Acting 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  217. (en) « IGN Xbox 360: Best Story 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011).
  218. (en) « IGN PS3: Best Story 2008 », IGN (consulté le 23 septembre 2011)0
  219. (en) The IGN AU Team, « IGN AU's 10 Best Games of 2008 », IGN (consulté le 24 septembre 2011).
  220. a et b (en) « GameTrailers Game of the Year Awards 2008, Game of the Year », GameTrailers,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011).
  221. (en) « GameTrailers Game of the Year Awards 2008, Best PS3 Game », GameTrailers,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011)
  222. (en) « GameTrailers Game of the Year Awards 2008, Best Xbox 360 Game », GameTrailers,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011).
  223. (en) « GameTrailers Game of the Year Awards 2008, Best Action Adventure Game », GameTrailers,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011).
  224. (en) « GameTrailers Game of the Year Awards 2008, Best Story », GameTrailers,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011).
  225. (en) « GameSpy Game of the Year 2008: Special Awards: Best Story », GameSpy (consulté le 23 septembre 2011).
  226. (en) « GameSpy Game of the Year 2008: Special Awards: Character of the Year », GameSpy (consulté le 23 septembre 2011).
  227. (en) « GameSpot's Best Games of 2008: Best UK-Developed Game », GameSpot (consulté le 24 septembre 2011).
  228. (en) « GameSpot's Best Games of 2008: Best New Character », GameSpot (consulté le 24 septembre 2011).
  229. (en) « GameSpot's Best Games of 2008: Best Xbox 360 Games », GameSpot (consulté le 24 septembre 2011).
  230. a et b (en) « Giant Bomb Golden Anniversary Year-End Awards Extravaganza Spectacular 2008: Game of the Year », Giant Bomb,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  231. (en) « Giant Bomb Golden Anniversary Year-End Awards Extravaganza Spectacular 2008: Best Multiplatform Game », Giant Bomb,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  232. a et b (en) « Kotaku's 2008 Games of the Year Awards », Kotaku,‎ 2009 (consulté le 24 septembre 2011).
  233. (en) TeamXbox Staff, « TeamXbox Game of the Year Awards 2008 », TeamXbox,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  234. (en) TeamXbox Staff, « TeamXbox Game of the Year Awards 2008 », TeamXbox,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  235. a et b (en) « Spike TV Announces 2008 'Video Game Award' Winners », Spike TV,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011).
  236. (en) Tom Ivan, « Golden Joysticks: All the winners », ComputerAndVideoGames.com,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  237. a et b (en) User "Yodapollo", « G-Phoria Winners Are Announced! », G4tv.com,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  238. a et b (en) Seth Schiesel, « The Zombies Look Better Every Year », NYTimes.com,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  239. a et b (en) Pete Metzger, « Making the perfect game », Los Angeles Times,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  240. a et b (en) Lev Grossman, « The Top 10 Everything of 2008: Top 10 Video Games: 1. Grand Theft Auto IV », Time,‎ 2008 (consulté le 24 septembre 2011).
  241. (en) « Home Entertainment Awards — Video Games », Entertainment Merchants Association (consulté le 24 septembre 2011).
  242. (en) « Past Winners and Nominees: Games Nominations 2009 », British Academy of Film and Television Arts (consulté le 24 septembre 2011).
  243. (en) « 9th Annual Game Developers Choice Awards », Game Developers Choice Awards (consulté le 24 septembre 2011)
  244. (en) Sinclair Brendan, « Mothers against GTAIV's drunk driving », sur GameSpot,‎ 30 avril 2008 (consulté le 13 octobre 2008).
  245. (en) Kelley Tway, « MADD's Statement Regarding Grand Theft Auto IV », Mothers Against Drunk Driving (consulté le 13 septembre 2013).
  246. (en) Hill Jason, « GTA IV edited for Australia », sur The Sydney Morning Herald,‎ 4 avril 2008 (consulté le 5 avril 2008).
  247. (en) Cardy Tom, « GTA IV unedited in New Zealand », sur Stuff.co.nz,‎ 23 mai 2008 (consulté le 9 août 2008).
  248. (en) Chiappini Dan, « Uncut GTA IV PC coming to Australia », sur Gamespot,‎ 30 novembre 2008 (consulté le 1er décembre 2008).
  249. (en) James Sherwood, Grand Theft Auto 4 queue man stabbed in head,‎ 30 avril 2008 (lire en ligne).
  250. (en) Holden Frith, Man stabbed while waiting to buy Grand Theft Auto IV,‎ 29 avril 2008 (lire en ligne).
  251. (en) Mannion Paul, « Chester boys attacked by Grand Theft Auto snatchers », sur Chester Chronicle,‎ 1er mai 2008 (consulté le 11 novembre 2008).
  252. (en) Tim Ingham, « Croydon stabbing 'had nothing to do with GTA », sur Market for Home Computing and Video Games,‎ 30 avril 2008 (consulté le 21 novembre 2008).
  253. (en) Iain Thomson, « Grand Theft Auto stabbing disputed », sur Yahoo! News,‎ 30 avril 2008 (consulté le 2 mai 2008).
  254. (en) « Hot flask: GTA IV's Lost, Damned and Unexpectedly Naked », sur Joystiq,‎ 17 février 2009 (consulté le 17 février 2009).
  255. a et b (en) Kieran Crowley, « 'Game Boy' Havoc on LI », sur New York Post,‎ 27 juin 2008 (consulté le 7 février 2009).
  256. (fr) « Un gamin brûle des voitures pour imiter un jeu vidéo », sur Libelyon.blogs.liberation.fr (consulté le 11 juin 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]