Grand Theft Auto: Chinatown Wars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chinatown.
Grand Theft Auto
Chinatown Wars
Image illustrative de l'article Grand Theft Auto: Chinatown Wars
Logo du jeu

Développeur Rockstar Leeds[1]
Rockstar North
Distributeur Rockstar Games

Date de sortie Nintendo DS

Drapeau des États-Unis 17 mars 2009
Drapeau européen 20 mars 2009
[2]
PlayStation Portable
Drapeau des États-Unis 20 octobre 2009
Drapeau européen 23 octobre 2009
Flag of Australia.svg 28 octobre 2009
[3],[4]
iOS (iPhone, iPod Touch)
Sortie internationale 17 janvier 2010

iOS (iPad)
Sortie internationale 9 septembre 2010
[5]

Genre Action
Mode de jeu 2 joueurs
(Multi-cartes et Wi-Fi)
Plate-forme Nintendo DS, PlayStation Portable, iOS
Média Cartouche, UMD, Téléchargement
Langue Multilingue
Contrôle Écran tactile, manette

Évaluation PEGI : 18+

Grand Theft Auto: Chinatown Wars est un jeu vidéo d'action développé par Rockstar Leeds avec le concours de Rockstar North[1]. Édité par Rockstar Games, le jeu est sorti le 17 mars 2009 en Amérique du Nord et le 20 mars 2009 en Europe. Il s’agit du treizième épisode des Grand Theft Auto, et du premier opus tactile de la série, sortant notamment sur Nintendo DS, iPhone, iPod Touch et iPad d'Apple[6]. Il a été annoncé pour la première fois durant l'édition 2008 de l’E3.

Le jeu se déroule en 2009 dans la ville fictive de Liberty City[7], sans le quartier d'Alderney. Il propose un mode de jeu en ligne[8].

Trame[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Toutes versions confondues[modifier | modifier le code]

Le joueur contrôle Huang Lee (chinois : 黃李 ), un jeune chinois de 25 ans[9] dont le père, chef de triades, a été assassiné dans un temple de Kowloon. Lorsque le jeu débute, il se rend à Liberty City afin de livrer une épée appelée Yu Jian à son vieil oncle Wu "Kenny" Lee (chinois : 吳“肯尼”李 ), propriétaire d'un restaurant, afin que celui-ci puisse avoir le contrôle des triades de Liberty City à la suite de Hsin Jaoming (chinois : 饒招明 ), le chef suprême des triades. Mais lors de son arrivée à l'aéroport de la ville, Huang est pris dans une embuscade, laissé pour mort et se fait voler Yu Jian. Son objectif est donc par la suite de retrouver cette épée et de venger son père par la même occasion.

Pour cela, il rencontre différents personnages secondaires, notamment Chan Jaoming (chinois : 陳招明 ), le fils idiot de Hsin Jaoming, et Zhou Ming (chinois : 周名 ), un membre des triades intelligent, qui sont tous deux en compétition pour prendre la place de Hsin.

En parallèle, il croise également, sur fond d'enquête policière : Wade Heston, un agent de police corrompu, Rudy D'Avanzo, un mafieux italien et Lester Leroc, un détective privé obèse. Ces personnages aideront Huang à mener une enquête policière afin de trouver un individu livrant des informations secrètes au FBI sur les gangs de Liberty City.

Versions PlayStation Portable et iOS uniquement[modifier | modifier le code]

Le portage du jeu sur PlayStation Portable ajoute des missions supplémentaires à l'intrigue principale, ainsi qu'un nouveau personnage, Melanie Mallard. Melanie Mallard est une jeune journaliste souhaitant réaliser un reportage sur les gangs pour la chaîne de télévision Channel 15. Elle contacte Huang sur recommandation de Chan Jaoming afin de pouvoir filmer les activités des Triades. Elle meurt assassinée par Chan après avoir tenté de diffuser son reportage sans l'autorisation de celui-ci.

Scénario[modifier | modifier le code]

L'action du jeu se déroule en 2009, où Huang retrouve son oncle Kenny au « Sum Yung Gai », le restaurant de celui-ci, alors qu'il est dépouillé et ensanglanté. Néanmoins, Kenny est furieux, car il comptait offrir Yu Jian à Hsin Jaoming, et ainsi devenir son successeur. Mais il reste heureux que son neveu soit en vie, ayant fortement besoin de lui, et lui laisse ainsi en conséquence un appartement à Cerveza Heights, où Huang se repose.

Remis sur pied, Huang est envoyé par Kenny sur le tournage d'un film exotique où la police a effectué une descente. Il y rencontre Ling Shan, une jeune femme également maître d'armes, qui s'occupait de surveiller le tournage. Elle apprend à Huang comment échapper à la police et comment se défendre, et Huang tombe amoureux d'elle. Malheureusement, elle meurt brusquement, assassinée par un groupe constitué de Spanish Lords, un gang d'origine hispanique.

Ensuite, sur demande de Kenny, Huang découvre le trafic de drogues, avec l'achat, la vente et les dealers de la ville. Il apprend également que cent caméras de surveillance sont à détruire en ville. C'est également à ce moment-ci du jeu qu'il est contacté par Chan Joaming, le fils de Hsin, le chef des triades. Celui-ci doit remporter une course de rue afin d'obtenir l'appui des Tongs et ainsi d'espérer remplacer son père. Pour y parvenir, Huang est chargé de détruire la voiture d'un champion et durant la course d'empêcher les véhicules concurrents de dépasser Chan. Celui-ci gagne alors la course mais s'attire les foudres d'un gang allié au champion déchu, les Irish American Killers, qui provoquent un incendie et manquent d'éliminer le fils du chef.

Plus tard dans le scénario, le FIB (un pastiche du FBI) décide de s'intéresser aux Triades, ce qui signifie qu'un inconnu proche du l'organisation chinoise se permet de donner des informations confidentielles aux agents fédéraux. Hsin, enragé, commence à suspecter son entourage de le trahir et décide donc de mener une enquête interne pour trouver le coupable parmi tous les alliés des Triades. Il engage pour l'occasion Lester Leroc et le charge de vérifier si le coupable, surnommé « la taupe », se trouve parmi les Angels of Death, un gang de bikers, tout en exigeant que Huang élimine plusieurs personnes soupçonnées par Hsin d'être cette taupe : un homme protégé par le FBI en le tuant au fusil de précision, ainsi que deux autres hommes que Huang est chargé de couper « littéralement » leurs têtes, au risque de perdre la sienne. Hsin a en effet remarqué que les ennuis de son gang ont commencé suite à l'arrivée de Huang en ville.

En parallèle, suite à un deal raté de Chan, Huang rencontre Wade Heston, qui est en pleine addiction à la cocaïne. Il veut aider Huang dans son enquête afin de ne plus avoir d'ennuis avec l'IAD, et pouvoir ainsi partir en retraite tranquillement. Il lui indique également que le traître est le chef d'un groupe nommé les « Wonsu Nodong ». Huang est ensuite contacté par Rudy D'Avanzo, qui lui affirme que Capra Messina, un autre mafieux, est la taupe du FIB. Il promet d'ailleurs à Huang un enregistrement sonore de Messina prouvant ses dires. En réalité celui-ci n'existe pas, il s'agit en effet d'un prétexte de D'Avanzo pour se venger de la famille Messina par le biais de Huang. Ce dernier décide alors de se venger et de le tuer après avoir découvert la vérité auprès de Hsin.

Enfin, grâce à un indic de Heston, Huang obtient un dossier du FIB affirmant que Chan Jaoming et Zhou Ming sont complices et qu'ils ont trahi les Triades ensemble. Le document en leur possession, Huang et Kenny rejoignent Hsin et lui remettent ce dossier, qui bouleverse le chef et le pousse, dans un accès de colère, à choisir Kenny comme nouveau chef des Triades et à exiger le meurtre des deux traîtres, dont Huang s'occupe.

Mais suite à la mort de Chan et Zhou, Wade recontacte Huang pour lui annoncer que les informations contenues dans le dossier étaient fausses et que le véritable traître est toujours dans la nature. Les Wonsu Nodong, dont le chef et la taupe sont une seule et même personne, organisent alors une réunion où Huang et Wade s'y présentent de façon imprévue. Mais l'IAD, le FIB et le NOOSE, une autre organisation anti-criminalité, tentent d'empêcher Heston d'arrêter la taupe qui leur livre de trop précieuses informations. Suite à cette rencontre incongrue, Huang découvre que le traître du FIB n'est autre que Kenny.

Dans un dernier élan, Huang poursuit Kenny à pied, en bateau puis de nouveau sur terre jusqu'à l'appartement de Hsin situé dans le quartier de Little Italy. À l'intérieur Hsin, gravement blessé par Kenny, est allongé au sol dans une mare de sang. Ce dernier, armé de l'épée Yu Jian, tente de tuer son neveu. Il révèle ainsi sa véritable nature : il est le commanditaire de l'embuscade du début du jeu et du meurtre de son frère, le père de Huang. Ce dernier tue son oncle et Heston arrête tous les personnages présents dans la pièce, à l'exception de Huang. Finalement, Hsin ajoute en désignant Huang : « C'est un bon gars, pour un gosse de riche. ».

Malgré cela, toute les plaies ne sont pas encore refermées. Par l'intermédiaire de son PDA, Huang reçoit un courriel de la part d'un certain Sean qui l'informe de l'arrivée de deux statues de « chiens-lions de Fo » et propose au jeune de les retrouver, celles-ci étant symbole de richesse. Huang est alors mis en relation avec un dénommé Xin[n 1].

Xin propose à Huang de distraire la police en dérobant un char appartenant l'armée, tandis que Xin termine le travail. Malheureusement, ce dernier est blessé par balles et lorsque Huang vient lui réclamer la fortune que Xin lui avait promis, il apprend que Xin est le frère de Ling Shan, la maître d'armes de Kenny assassinée au début du jeu, et que Xin avait pour but de venger sa sœur, tenant Huang pour responsable. Hélas, il meurt sans y être parvenu.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto: Chinatown Wars est un jeu d'action en vue de dessus se déroulant en monde ouvert. L'interface du jeu se sépare en deux parties bien distinctes : l'écran supérieur et l'écran tactile, ou inférieur, de la Nintendo DS.

L'écran supérieur affiche les éléments du jeu : les personnages, les véhicules pouvant être dérobés, les passants, les ennemis ou les décors qui les entourent, tous ces éléments étant en contre-plongée. À l'exception des mini-jeux, c'est sur cet écran que toute l'action du jeu réside. Le joueur peut courir, sauter par dessus des barrières, acheter, voler et conduire des véhicules, se battre au corps-à-corps ou alors tirer à l'aide d'armes à feu sur ses ennemis. En bas de l'écran peut s'afficher les actions à effectuer lors d'une mission, comme se rendre à un lieu, voler ou détruire un véhicule ou tuer des ennemis. Ceux-ci sont mis en valeur à l'aide d'indices de couleur : des flèches pour les véhicules et les personnages, et des cercles pour le lieux de destination. En haut à droite peut apparaître des barres de vie, au cas où le joueur doit protéger quelque chose ou bien quelqu'un.

Mini-jeux[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto: Chinatown Wars dispose de nombreux mini-jeux utilisant l'écran tactile et le stylet fourni avec la Nintendo DS. Le joueur peut ainsi voler des véhicules en déverrouillant leurs systèmes de sécurité, ouvrir des portes en brisant des cadenas, manœuvrer des grues ou bien poser des charges explosives. Il peut également acheter des biens immobiliers, en signant les contrats de vente à l'aide du stylet. L'écran tactile sert également à participer au trafic de drogues, en sélectionnant les produits à acheter ou vendre, ainsi que leur quantité.

Développement[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto: Chinatown Wars est annoncé pour la première fois le 15 juillet 2008 lors de la conférence de presse de Nintendo lors de l’Electronic Entertainment Expo[7],[10]. L’annonce que le jeu ne sera pas un portage mais une exclusivité Nintendo DS crée la surprise et suscite l’intérêt de la presse spécialisée. IGN Entertainment qualifie ainsi le jeu de « plus grosse surprise » Nintendo DS du salon, soulignant les perspectives intéressantes d’utilisation des fonctionnalités uniques de la console[11]. Quelques jours plus tard, Nintendo met en ligne une description du jeu dévoilant quelques éléments du scénario.

Le 30 juillet 2008, Rockstar met en ligne le site officiel du jeu, annonçant une sortie pour l’hiver suivant[12],[13]. Le 15 décembre 2008, Rockstar annonce la sortie du jeu pour le 17 et le 20 mars 2009 en Amérique du Nord et en Europe, respectivement[2],[14].

Le site Nintendo-Master.com présente ce jeu comme « le plus développé sur DS », avec plus de 800 000 lignes de code[15].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 9 sur 10[16]
Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) A-[17]
Gamekult (FR) 9 sur 10[18]
GameSpot (US) 9,5 sur 10[19]
IGN (US) 9,5 sur 10[20]
Jeuxvideo.com (FR) 18 sur 20[21]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 94 % (basé sur 60 critiques)
Metacritic 94 % (basé sur 75 critiques)

Critiques[modifier | modifier le code]

Grand Theft Auto: Chinatown Wars est encensé par la presse spécialisée. Les sites GameRankings et Metacritic, qui effectuent des moyennes à partir de nombreuses publications anglophones, lui attribuent tous les deux un score de 94 %[22],[23].

Ventes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Malgré un accueil critique plus qu'encourageant, le jeu est mal reçu par les joueurs avec près de 163 000 unités écoulées durant les deux premiers mois de sa sortie aux États-Unis, au lieu des 200 000 prévues par Rockstar Games. Selon le président-directeur général de Take-Two Interactive Ben Feder, cet échec est dû à l'« essor du piratage sur DS »[24].

C'est la deuxième fois qu'un jeu vidéo Grand Theft Auto sur console Nintendo s'est aussi mal vendu dans l'histoire de la série, le premier échec étant Grand Theft Auto Advance sur Game Boy Advance en 2004. Le jeu sort plus tard sur PSP et iPhone/iPod Touch, puis finalement sur iPad (en version HD). L'accueil est assez froid à cause de la vue plongeante. Toutefois ils trouvent acquéreur parmi les premier fan et grand fan de la série[réf. nécessaire].

Musique[modifier | modifier le code]

Le thème d'ouverture du jeu, intitulé Chinatown Wars, a été composée par Oh No de Stones Throw Records[25] et est interprété par les rappeurs Ghostface Killah et MF DOOM[26]. Il y a cinq radios dans le jeu, avec une bande-son moins étoffée que dans les précédents épisodes de la série, compte tenu des capacités de la console. La version pour Nintendo DS expose une musique de Deadmau5 parmi tant d'autres[27]. De nouvelles radios (au nombre de 6) sont disponibles dans les versions PlayStation Portable et iOS.

Social Club[modifier | modifier le code]

Article principal : Rockstar Games Social Club.

Grand Theft Auto: Chinatown Wars utilise le Rockstar Games Social Club. Les joueurs peuvent l'utiliser pour enregistrer les statistiques de jeu. Un mode multijoueur est disponible également via la fonction wi-fi local de la Nintendo DS. Il est possible aussi avec les autres joueurs de discuter en ligne, échanger des objets et partager leurs statistiques. Avec le Social Club, le joueur peut aussi télécharger de nouvelles missions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le cas des versions iOS, cette mission est délivrée automatiquement au joueur, sans avoir eu besoin de rechercher les statues.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « E3 2008 : GTA sur DS développé par Rockstar Leeds », sur JeuxVideo.com,‎ 16 juillet 2008
  2. a et b Thomas Cusseau, « Une date française pour GTA DS », sur Gamekult,‎ 15 décembre 2008
  3. (en) « Grand Theft Auto: Chinatown Wars for PSP - Grand Theft Auto: Chinatown Wars PSP Game - Grand Theft Auto: Chinatown Wars PSP Video Game », sur Uk.gamespot.com (consulté le 7 avril 2011)
  4. (en) « First Reviews for Grand Theft Auto: Chinatown Wars on PSP », sur Rockstar Games (consulté le 20 octobre 2009)
  5. (en) « GTA: Chinatown Wars Crashes into iPad », sur IGN.com,‎ 9 septembre 2010 (consulté le 22 septembre 2010)
  6. « GTA Chinatown Wars aussi sur Iphone » (consulté le 11 juin 2011)
  7. a et b « E3 2008 : GTA sur DS ! », sur Jeuxvideo.com,‎ 15 juillet 2008
  8. (en) Daemon Hatfield, « E3 2008: GTA Chinatown Wars Release Window », sur IGN.com,‎ 16 juillet 2008
  9. (en) « Kikizo | Grand Theft Auto: Chinatown Wars Hands-On (Page 3) », sur Games.kikizo.com,‎ 20 janvier 2009 (consulté le 19 mars 2009)
  10. Matthieu Hurel, « E3> GTA Chinatown Wars annoncé sur DS », sur Gamekult,‎ 15 juillet 2008
  11. (en) « Nintendo DS Best of E3 2008 Awards », sur IGN.com,‎ 25 juillet 2008
  12. « GTA : Chinatown Wars sur la toile », sur Jeuxvideo.com,‎ 30 juillet 2008
  13. Matthieu Hurel, « Un site pour GTA : Chinatown Wars », sur Gamekult,‎ 30 juillet 2008
  14. (en) Leigh Alexander, « Rockstar Confirms Chinatown Wars Release Date », sur Gamasutra,‎ 15 décembre 2008
  15. pilki, « [Reportage] Prenez une DS, rajoutez un GTA ... », sur Nintendo-Master.com, Nintendo-Master.com,‎ 14 mars 2009 (consulté le 8 novembre 2013)
  16. (en) « Grand Theft Auto: Chinatown Wars review », Edge,‎ mai 2009 (ISSN 1350-1593)
  17. (en) Ray Barnholt, « Grand Theft Auto: Chinatown Wars review », sur 1UP.com,‎ 16 mars 2009
  18. (en) Frédéric Luu, « Test de Grand Theft Auto: Chinatown Wars », sur Gamekult,‎ 20 mars 2009
  19. (en) Justin Calvert, « Grand Theft Auto: Chinatown Wars review », sur GameSpot,‎ 17 mars 2009
  20. (en) Craig Harris, « Grand Theft Auto: Chinatown Wars review », sur IGN.com,‎ 16 mars 2009
  21. Frédéric Goyon, « Test de Grand Theft Auto: Chinatown Wars », sur Jeuxvideo.com,‎ 20 mars 2009
  22. (en) « Grand Theft Auto: Chinatown Wars reviews », sur Game Rankings
  23. (en) « Grand Theft Auto: Chinatown Wars », sur Metacritic
  24. « Le piratage a plombé GTA Chinatown Wars »,‎ 6 avril 2010 (consulté le 6 mars 2014)
  25. (en) « Ghostface Killah & Doom "Chinatown Wars" Radio World Premiere », sur Rockstar Games (consulté le 15 juillet 2011)
  26. (en) « DOOM AND GHOSTFACE - CHINATOWN WARS », sur Soul Assassins (consulté le 16 mai 2009)
  27. (en) « A Mau5 in Chinatown », sur Rockstar Games (consulté le 15 octobre 2009)

Lien externe[modifier | modifier le code]