Distribution automatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un distributeur automatique de bières au Japon.
Page d'aide sur les redirections Pour les distributeurs de billets, voir Guichet automatique bancaire.

Un distributeur automatique ou vending machine (Machine distributrice au Québec) est une machine qui permet d'obtenir des biens, sans intervention humaine (en libre-service), grâce aux techniques d'automatique.

Les machines les plus courantes sont les distributeurs automatiques de boissons chaudes, notamment de café, mais on trouve aussi des distributeurs de boissons fraîches avec des ingrédients comme l'eau, les fruits ou le thé, ainsi que les distributeurs de snacks, l'offre alimentaire étant de plus en plus diversifiée vers les produits frais comme les sandwichs, les produits laitiers, les biscuits ou les fruits et légumes.

Mais depuis quelques années[Quand ?], les distributeurs offrent d'autres produits aux consommateurs. Les distributeurs d'articles pour nageurs et baigneurs implantées aux entrées des lieux comportant des piscines (piscines municipales ou privées, hôtels, camping...) sont un exemple. Ils distribuent des articles permettant de respecter les règlementations d'hygiène comme le maillot de bain ou le bonnets de bain, mais aussi des articles de confort comme les lunettes de bains, le gel douche ou le pince-nez. Plus de 500 piscines[Où ?] offrent déjà ce service.

On peut trouver également des distributeurs d'articles divers, dans des lieux ciblées. Ils peuvent distribuer des articles aussi divers et inattendus que des cadenas, des préservatifs, des pansements, des doses de lessives, des collants, des jeux de cartes, des parapluies etc.

Les banques ont aussi développé des automates permettant de retirer de l'argent avec une carte bancaire, le distributeur automatique de billets.

Ces machines font appel à un grand nombre de techniques d'automatisation :

  • Les monnayeurs, qui permettent la détection et l'identification des pièces de monnaie et/ou des billets de banques.
  • Les lecteurs de carte, de clés cashless, de puce sans contact (RFID) ou de porte-monnaie électronique. Des solutions de paiement comme Moneo ou utilisant le téléphone portable commencent à apparaître.
  • La mise à disposition des produits, avec des mécaniques en spires par exemple. Elles sont aujourd'hui également renforcées par des solutions d'ascenseur qui viennent collecter le produit libéré par les spires et le restituer en douceur au consommateur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Distributeur automatique de chocolats Stollwerck, Compagnie générale des distributeurs automatiques de Berne, 1889.

Il fallut ensuite attendre le Xe siècle pour voir des distributeurs de tabac à priser. Déjà au début du XXe siècle, des distributeurs automatiques étaient présents dans le métro parisien.[réf. nécessaire]

C'est cependant avec l'industrie et l'urbanisation que l'on a vu se développer ce type de machines qui répondait à une demande sociale.

Les distributeurs automatiques de boissons ont été mis au point en France (a la suite de Franz et Ludwig Stollwerck en Allemagne et Théodore Bergman en Suisse) par l’industriel marseillais Henri Emile Schloesing (1849-1904, Grand-père de l’aviateur compagnon de la libération Jacques-Henri Schloesing, 1919-1944, et neveu du chimiste Théophile Jean-Jacques S. 1824-1919, doyen de l’académie des sciences) et Benjamin Degremont. Un brevet a été déposé par ces inventeurs en 1889 (« France patent N° 196/462 du 4 mars 1889, US patent N°412/127 du 11 juin 1889 »). Le distributeur automatique de boissons schloesing est présentée a l'exposition universelle de Paris de 1889. Le descriptif de cette machine appelée « Distributeur automatique de liquides » est publié dans le journal « La science illustrée » n° 218 du 30 janvier 1892 sous la plume de G. Teymon[1]. Un article du 29 novembre 1889 (repris par le magazine « Point de vue image du monde » n° 1476 de noël 1976) précise : « cette invention destinée à procurer des boissons chaudes aux ouvriers du port de Marseille, fonctionne à Paris place de la république. Moyennant 10 centimes, ce distributeur automatique fournit bière, vin ou café. Soixante-dix villes ont autorisé l’établissement de ces appareils schloesing ». Un brevet (n°1409) est déposé au grand-duché du Luxembourg par le représentant des inventeurs, M. Aug Ligier, le 14 février 1890 (Mémorial du Grand-Duché n°15 du 4 mars 1891). Un brevet canadien (n°222/63.1) est délivré le 3 septembre 1890 (CA 34967 "coint-operated liquid-vending apparatus"). On doit aux mêmes inventeurs un « moyen d’arrêter un train en marche » (1892)[2].

Quant au premier distributeur automatique de billet, il a été installé en juin 1967 à l'agence Barclays d'Enfield, en Grande Bretagne. Il distribuait des billets de 10 livres en échange d'un bon en papier inséré par le client qui tapait ensuite son code à quatre chiffres. Son inventeur, John Shepherd-Barron, travaillait chez De La Rue.

Le marché[modifier | modifier le code]

Le marché de la distribution automatique représente 2,2 milliards d'euros, 625 000 distributeurs (518 000 sont installés sur les lieux de travail) et 3,7 milliards d'actes de consommation. Il est réalisé par 1 250 gestionnaires et 15 300 salariés. Les boissons représentent 80 % du marché avec 2 milliards de gobelets annuels, principalement de café et autres boissons chaudes. 70 % des distributeurs sont installés en entreprise[Quand ?][Où ?][3].

Panorama[modifier | modifier le code]

Au Japon on trouve des distributeurs automatiques pour toutes sortes de produits.
Distributeur de cigarettes et de cartes téléphoniques (Allemagne).
Distributeur automatique de chambres à air pour vélo à Berlin.

Un grand nombre de biens et services marchands sont aujourd'hui accessibles grâce à ce mode de distribution :

  • boissons chaudes ou froides
  • aliments (confiserie, snacking, plats, œufs frais, lait cru, fruits et légumes, viennoiserie, sandwichs, pizza...)
  • tickets de métro
  • billets de train SNCF
  • Cartes de téléphone mobile
  • photographies d'identité
  • photographies numériques
  • cigarettes (comme le Japon)
  • essence
  • journaux
  • cadeaux et jouets
  • Logos, sonneries, musiques…etc
  • vidéos
  • fleurs
  • parfums
  • panchon
  • sextoys
  • confiseries
  • glaces
  • cartes postales
  • billets de voyage
  • chambres à air pour vélo
  • préservatifs
  • alcootests
  • articles de piscine
  • produits d'hygiène

Supérettes automatiques[modifier | modifier le code]

Le groupe casino a lancé, en 1998, un nouveau concept en France, Petit Casino 24, qui permet de s'approvisionner en produit de première nécessité 24h/24 et 7j/7 grâce à une enseigne d'une capacité de plus de 200 références entièrement automatisée.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La plupart des distributeurs automatiques modernes ont été construits et testés pour éviter le vol. La majorité d'entre eux sont donc très massifs afin d'éviter qu'ils soient emportés. Ainsi, la masse d'un distributeur de boissons gazeuses rempli à pleine capacité peut excéder 400 kg.

Chaque année dans le monde, des accidents graves liés au renversement de distributeurs automatiques sont causés par l'utilisateur lui-même (soit en tentant de voler, en tentant de récupérer la monnaie ou une marchandise achetée mais demeurée coincée à l'intérieur, etc.). Un article publié dans le Journal of the American Medical Association cite 15 cas où des hommes ont été écrasés en tentant de faire sortir une canette d'une distributrice de boissons gazeuses[4]. De ce nombre, trois moururent. Les 12 autres durent être hospitalisés pour de multiples fractures, contusions et hémorragies internes. L'article précise que la position des boissons dans la partie supérieure de la machine fait que le centre de gravité de celle-ci est anormalement haut. Une inclinaison de seulement 20 degrés suffit alors pour renverser le distributeur.

Acteurs et représentation[modifier | modifier le code]

  • Le gestionnaire est l'acteur principal. Il achète, installe sur les sites, approvisionne et dépanne les machines.
  • Le fabricant de distributeurs et accessoires. Il offre une technologie toujours plus évolutive.
  • Le fournisseur de produits alimentaires ou produits associés. Il apporte des produits adaptés, nomades, notamment de Snacking qui peuvent répondre à tous les besoins : santé, énergie ou plaisir.
  • Le Groupement inter-bancaire de gestion des paiements par carte bancaire.

Syndicat professionnel français[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La profession est représentée par la Chambre nationale de vente et services automatiques (NAVSA), créée en 1955, dont la mission est de représenter et défendre les intérêts de ses membres et de la profession, au niveau national mais aussi européen. NAVSA compte plus de 410 adhérents qui représentent près de 70 % du chiffre d'affaires de la profession et l'EVA, European Vending Association, basée à Bruxelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distributeurs automatique des liquides (système Schloesing et Degremont), in La Science illustrée numéro 218 du 30 janvier 1892 pages 154 et 155
  2. Point de Vue — Image du monde n° 1483 de Noël 1976, rétrospective article du 29 novembre 1889.
  3. Sources NAVSA
  4. (en)M. Q. Cosio. « Soda pop vending machine injuries », JAMA, the journal of the American Medical Association, 11 novembre 1988, p. 2697-2699.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Petite histoire de la DA en France (par Michel Guinot)
  • Amicale des anciens de la DA (association des anciens professionnels de la DA)