Grand Theft Auto: Liberty City Stories

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Theft Auto
Liberty City Stories
Image illustrative de l'article Grand Theft Auto: Liberty City Stories

Éditeur Rockstar Games (Capcom au Japon[1])
Développeur Rockstar Leeds, Rockstar North
Distributeur Take-Two Interactive

Date de sortie PlayStation Portable
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 24 octobre 2005
Icons-flag-eu.png 28 octobre 2005
Icons-flag-au.png 2 décembre 2005
Icons-flag-jp.png 26 juillet 2007

PlayStation 2
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 6 juin 2006
Icons-flag-eu.png 23 juin 2006
Icons-flag-jp.png 6 septembre 2007

PlayStation 3 (PSN)
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 2 avril 2013
Icons-flag-eu.png 3 avril 2013
Genre Tir à la troisième personne, action-aventure
Mode de jeu Solo, multijoueur
Plate-forme PlayStation Portable, PlayStation 2, PlayStation 3 (PlayStation Network)
Média UMD et DVD
Contrôle PlayStation Portable, manette

Moteur Rockstar Leeds 3D Engine

Grand Theft Auto: Liberty City Stories est un jeu vidéo d'action-aventure à monde ouvert, développé par Rockstar North et Rockstar Leeds[2], initialement commercialisé le 24 octobre 2005. Il s'agit du neuvième jeu de la série Grand Theft Auto, précédé par Grand Theft Auto: San Andreas et succédé par Grand Theft Auto: Vice City Stories. Il est publié et distribué par Capcom au Japon. Il est porté sur PlayStation 3 via le PlayStation Network le 2 avril 2013[3].

Une version sur PlayStation 2 est sortie le 6 juin 2006 en Amérique du Nord et le 22 juin 2006 en Europe[4]. À la période de sa sortie, la version PS2 est commercialisée moitié prix par rapport à celui de la version PSP[5].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

La ville de Liberty City est très largement similaire à la ville du même nom dans Grand Theft Auto III, mais le jeu incorpore plus de possibilités, tels que le changement de vêtements, la possibilité notamment de prendre des motos. L'histoire se déroulant trois ans avant Grand Theft Auto III, plusieurs différences se font sentir. Ainsi, pour changer d'île, un ferry effectue la navette entre Portland Island et Staunton Island, tandis que le tunnel présent dans GTA III, connectant les îles n'est pas encore terminé et ne parcourt que la portion allant du nord au sud de Shoreside Vale. Le pont Callahan Bridge (celui qui explose au début de Grand Theft Auto III) n'est pas non plus achevé. Dans cet épisode, il est possible d'utiliser des motos. Selon le site officiel de Liberty City Stories, un décret interdira par la suite les motos afin de promouvoir l'usage de la voiture.

La version PSP de Liberty City Stories dispose d'un mode de jeu multijoueur. Jusqu'à six joueurs peuvent jouer dans la même zone via une connexion Wi-Fi. Le jeu comprend sept modes multijoueurs.

Scénario[modifier | modifier le code]

Les jeux de la série Grand Theft Auto construisent un univers cohérent. Grand Theft Auto: Liberty City Stories raconte l'histoire d'un personnage mineur retrouvés dans Grand Theft Auto III, mais qui cette fois est le personnage principal. Grand Theft Auto: San Andreas est l'épisode qui précède cette histoire. Il se déroule en 1992 et Liberty City Stories en 1998. Dans Liberty City Stories, le joueur incarne Toni Cipriani (Antonio de vrai nom), qui était un ponte de la Mafia dans Grand Theft Auto III. En effet, dans ce jeu, Toni donnait au héros des missions, et dirigeait en même temps un restaurant italien appartenant à sa mère. Il était également très ami (du moins, en apparence) avec Salvatore Leone, Don de la famille Leone.

L'histoire se situe trois ans avant celle de Grand Theft Auto III, Toni n'est qu'un inconnu quand il arrive à Liberty City. Caché depuis plusieurs mois après un assassinat qui a du mal finir, il revient à Liberty, et retrouve Salvatore. Celui-ci lui explique qu'il perd sa place dans la Mafia, et est retombé au bas de l'échelle sociale, et qu'il va devoir remonter. Grand Theft Auto Advance se passe également après Liberty City Stories, mais joue un rôle plus mineur au niveau des évènements.

Développement[modifier | modifier le code]

Comme indiqué dans une avant-première d'IGN, Rockstar abandonne Renderware pour un nouveau moteur graphique crée en interne. Ce dernier permet une meilleure utilisation des performances de la PSP[6]. Jusqu'à la sortie de Liberty City Stories, RenderWare était le moteur de jeu utilisé par les versions 3D précédentes de GTA (à partir de GTA III, donc).

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) A[7]
Eurogamer (GB) 9/10[8]
GameSpot (US) 9/10[9]
IGN (US) 9/10[10]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[11]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 87,54 %[12]
Metacritic 88/100[13]

Grand Theft Auto: Liberty City Stories est très positivement accueilli par la presse spécialisé. Il est noté d'un 9 sur 10 sur le site IGN[10]. Au 6 février 2007, la version PlayStation 2 de Liberty City Stories dénombre près d'un million d'exemplaires aux États-Unis[14]. Le succès se poursuit puisqu'au 27 décembre 2007, il s'écoule plus de 1,83 million d'exemplaires pour la version PSP et 1,32 million pour la version PS2, et cela, uniquement aux États-Unis[15].

En mars 2008, selon Take-Two Interactive, Liberty City Stories se serait vendu à plus de huit millions d'exemplaires (PS2 et PSP confondus)[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) IGN, « Liberty City Stories Set For Japan »,‎ 25 mai 2007 (consulté le 5 décembre 2014).
  2. (en) « Official Grand Theft Auto Liberty City Stories website », sur Rockstar Games,‎ 23 mai 2006 (consulté le 27 mai 2007).
  3. (en) R*Y, « Liberty City Stories and Vice City Stories Coming to PSN Next Week », sur Rockstar Games,‎ 30 mars 2013 (consulté le 5 décembre 2014).
  4. (en) « Rockstar annonce la date de sortie de GTA: Liberty City Stories sur PS2 »,‎ 19 avril 2006 (consulté le 5 décembre 2014).
  5. (en) « GTA: Liberty City Stories PS2 Hands-On Impressions », sur Game Informer,‎ 6 juin 2006 (consulté le 5 décembre 2014).
  6. (en) « Grand Theft Auto: Liberty City Stories Preview », IGN (consulté le 9 mai 2005).
  7. (en) « Grand Theft Auto: Liberty City Stories », sur 1UP,‎ 24 janvier 2005 (consulté le 5 décembre 2014).
  8. (en) « Grand Theft Auto: Liberty City Stories », sur Eurogamer,‎ 11 avril 2005 (consulté le 5 décembre 2014).
  9. (en) Tom McShea, « GTA:LCS Review for PSP », GameSpot,‎ 3 août 2010 (consulté le 3 octobre 2010).
  10. a et b (en) « Grand Theft Auto: Liberty City Stories », sur IGN,‎ 4 octobre 2005 (consulté le 5 décembre 20143).
  11. « Test de Grand Theft Auto : Liberty City Stories »,‎ 30 novembre 2005 (consulté le 3 octobre 2010).
  12. (en) « GTA:LCS for PSP », GameRankings (consulté le 9 mars 2010).
  13. (en) « GTA:LCS reviews at Metacritic.com », Metacritic (consulté le 9 mars 2010).
  14. (en) Colin Campbell, « The games people buy - Positions 30 to 21: 800,000 sales to 1 million sales », sur Next Generation Magazine, Future Network USA,‎ 6 février 2007 (consulté le 9 avril 2008), p. 13.
  15. (en) « US Platinum Videogame Chart », The Magic Box,‎ 17 décembre 2007 (consulté le 31 janvier 2008).
  16. (en) « Recommendation of the Board of Directors to Reject Electronic Arts Inc.'s Tender Offer » [PDF], sur Take-Two Interactive Software, Inc.,‎ 26 mars 2008 (consulté le 2 avril 2008), p. 12.

Liens externes[modifier | modifier le code]