Gamekult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Gamekult

URL gamekult.com
Commercial Partiellement
Publicité Oui
Type de site Média vidéoludique
Langue(s) Français
Inscription Gratuite (compte VIP payant)
Siège social Levallois-Perret
Drapeau de la France France
Propriétaire CUP Interactive (depuis 2014)
CNET Networks (2007 - 2014)
Créé par Kévin Kuipers
Clément Apap
État actuel En activité
Label Sélection Gamekult.

Gamekult.com est un site web français spécialisé dans le jeu vidéo fondé par Kévin Kuipers et Clément Apap. Lancé en décembre 2000, le site propose des actualités, des dossiers, des tests de jeux vidéo ou des présentations par vidéo. Le site traite également de l'aspect financier et business du jeu vidéo, via une rubrique dédiée.

Gamekult attribue un label Sélection Gamekult aux jeux les plus estimés selon la rédaction. Une offre premium propose un abonnement mensuel ou annuel permettant différents avantages dont l'accès sans publicité au site.

Le site emploie 23 personnes[1]. Son webmestre est Frédéric Bertrand (SbebiWan), et le rédacteur en chef est Thomas Cusseau (Yukishiro).

Historique[modifier | modifier le code]

Le 29 janvier 2007, le site annonce qu'il rejoint le réseau CNET Networks[2], ce qui permet de rendre ses archives à nouveau gratuites.

Le 21 mars 2008, les deux fondateurs du site annoncent officiellement leur départ[3]. Gaël Fouquet succède à Clément Apap au poste de rédacteur en chef, et Frédéric Bertrand hérite du poste de webmaster, jusque-là confié à Kevin Kuipers.

Le 3 février 2014, la rédaction du site annonce un changement de propriétaire et dévoile son appartenance depuis la fin décembre 2013 à CUP Interactive, un éditeur fondé par d'anciens responsables du groupe CNET en France. Ce même jour il est annoncé que Gaël Fouquet (Poischich), quitte ses fonctions de rédacteur en chef, il est remplacé par Thomas Cusseau (Yukishiro) à ce poste[4].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En février 2010, le site subit des pressions de Sony France après la publication de son test sur le jeu Heavy Rain. L'attaché de presse de l'éditeur aurait critiqué la notation du jeu. Sony n'aurait pas contacté Gamekult mais aurait critiqué le site auprès des rédactions d'autres sites vidéoludiques[5].

En mars 2015, Julien Chieze, rédacteur en chef du site concurrent Gameblog.fr, un autre site de jeu vidéo, déclenche une polémique en affichant une photo réunissant plusieurs rédacteurs de médias vidéoludiques, dont un journaliste de Gamekult, dînant ensemble lors d’un voyage au Japon, l'ensemble payé par Sony. Cela anime un débat sur l’indépendance des rédactions consacrées aux jeux vidéo, notamment remise en question en 2012 à la suite du Doritos Gate[6], avant de se transformer en auto-victimisation par Julien Chieze, suite au post de Yukishiro sur le forum de Gamekult.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « L'équipe Gamekult.com », sur Gamekult.com, consulté le 18 juin 2014
  2. « GAMEKULT. Le groupe américain CNET a annoncé hier le rachat du site », Les Échos, 31 janvier 2007.
    « CNET NETWORKS rachète Gamekult », ZDnet, 30 janvier 2007.
  3. « Au revoir», Gamekult, 21 mars 2008.
  4. (fr) « Du changement chez Gamekult », sur Gamekult.com, consulté le 3 février 2014
  5. « "Sony fait pression sur un site dédié aux jeux vidéo" », sur Arrêt sur images,‎ 15 février 2010 (consulté le 18 mars 2015)
  6. Alexandre Piquard, « "Psychodrame dans la presse vidéoludique" », sur Arrêt sur images,‎ 17 mars 2015 (consulté le 18 mars 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]